Les 5 derniers portraits ajoutés à la galerie

  • Image de l'artiste Lissagaray

    Lissagaray

  • Image de l'artiste Jacques DOUAI

    Jacques DOUAI

  • Image de l'artiste Benny Goodman

    Benny Goodman

  • Image de l'artiste Sunnyland Slim

    Sunnyland Slim

  • Image de l'artiste Léda Rafanelli

    Léda Rafanelli

A VOS ZEMMOUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé


Z comme Zemmour sur RTL (26/01/10)

Éric ZEMMOUR: du Pétainisme réchauffé.

Cela faisait déjà un moment que ça me démangeait, je voulais rajouter ce type à mon tableau de chasse. Lundi dernier, sa chronique sur RTL, fut, comme le disait Pierre DAC, la goutte d’eau qui a mis le feu aux poudres ou, si vous préférez, l’étincelle qui fait déborder le vase. Il déversait déjà sa bile nauséabonde au cours de l’émission de RUQUIER et là, c’est sur RTL qu’il vient de vomir une chronique à l’encontre des juges qui ont décidé de remettre en liberté les réfugiés Kurdes qui ont abordés nos côtes via la Corse. D’ailleurs, Éric Zemmour n’emploie jamais le terme de réfugiés, il lui préfère celui de clandestins. Les juges « rouges » qui commettent ces actes antipatriotiques, suivez son regard et vous trouverez le syndicat de la magistrature, ne méritent à ses yeux que mépris. Les magistrats en question et notamment, l’Union des Syndicats de Magistrats, plus gros syndicat de la profession, ont écrit au garde des sceaux pour lui demander de réagir à de tels propos. En attendant la réponse de MAM, ce sont les ténors de l’extrême droite, de Martine Le Pen à Soral, qui ont accourus pour sauver le soldat Zemmour. Ici se pose l’ éternelle question de la liberté d’expression. Zemmour éructe tous les matins sur RTL ses prises de positions réactionnaires contre les juges, les enseignants, les fonctionnaires, en se faisant passer pour le monsieur propre du PAF; d’ailleurs, non sans malice, sa chronique s’intitule: « Z comme Zemmour ». Ce triste sire va jusqu’à accuser les juges d’être les complices objectifs des maffieux qui organisent le trafic d’êtres humains. Au nom de la liberté d’expression, doit-on continuer à autoriser ce monsieur à déverser sa bile ? Apparemment oui puisque le seul juge en l’occurrence s’appelle audimat. Tout cela pourrait paraître anodin si cette diarrhée médiatique ne venait pas en rajouter à l’atmosphère putride qui gagne chaque jour un peu plus de terrain. Après les bavures de Hortefeux, les impasses de Besson, les dérapages de Frêche, il émane de ce pays une odeur de latrine des plus désagréables. Fin de l’envoi !

Bon, ben ça va mieux. Allez savoir pourquoi, je n’aime pas garder par devers moi mes envies de gueuler. Ca développe l’acrimonie, c’est mauvais pour le foie, et en plus, ça mange pas de pain comme on dit.

Ce matin, c’est frisquet et Cie, moins zéro sous abri ! Je crains un peu pour mes coupes récentes car, ça gèle dur d’autant qu’il a neigé cette nuit. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.

L’HOMME DU JOUR.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

JE N’INVENTE RIEN…

C‘est dans « Le télégramme de Brest » du 27 janvier. Plus de 200 Russes orthodoxes ont été grièvement intoxiqués par de l’eau bénite lors de la fête de l’épiphanie, à Irkoutsk (Sibérie). Beaucoup de croyants font, à cette occasion, de larges provisions d’eau bénite, lui attribuant des vertus thérapeutiques. L’enquête a permis d’établir que l’infection avait été propagée par de l’eau prise par les habitants dans une source souterraine située sous une église. Pour ma part, celle que je préfère est Belge et à un bon goût de malt. Les voies du seigneur sont impénétrables…

L’HOMME DU JOUR.

Comment ne pas évoquer ce 29 janvier 1910 et la naissance de Maurice JOYEUX, à Paris. 100 ans déjà, on a l’impression que cela fait un siècle ! (hilarant non ?)
Figure marquante de l’anarchisme français, on le voyait rarement sans qu’il ait à la bouche, une remarque cinglante et/ou une de ses célèbres pipes.
Il milite très jeune et s’engage au Comité des Chômeurs dont il deviendra le secrétaire. Il raconte leurs premières actions dans le livre « Consulat Polonais ». L’attaque de ce Consulat lui vaut 1 an de prison. En 1936, il participe aux occupations d’usines et anime le Front Révolutionnaire. 1938 : encore six mois de prison pour violences. Réfractaire à la guerre, il est arrêté en 1940 et condamné à 5 ans de prison. Incarcéré à Montluc, il s’évade après avoir fomenté une mutinerie (sujet du livre « Mutinerie à Montluc, édité en 1971), mais il sera repris et finalement libéré en 1944.
Dès la libération, il s’emploie à la reconstruction de la Fédération Anarchiste et à l’édition du « Libertaire ». Il milite aussi activement dans le syndicat (CGT-FO) et ouvre une librairie à Paris « Le Château des brouillards » (dans une petite rue du vieux Montmartre). En décembre1953, c’est la scission. Mais Maurice joyeux reconstruit la F.A autour du nouveau journal « Le Monde Libertaire » et de sa librairie qui verront le regain des idées libertaires, suscité par mai 68. Le nom du journal avait changé pour des nécessités administratives mais chacun avait reconnu le vieux journal de Sébastien FAURE et Louise MICHEL dont je vous ai déjà entretenu.
Avec sa compagne, Suzy CHEVET, et le « Groupe Louise Michel », il crée « La Rue », revue d’expression culturelle libertaire.
En 1981, il est le premier invité de Radio Libertaire (radio libre de la F.A, à Paris).
Il meurt le 9 décembre 1991. Il nous laisse, outre divers ouvrages théoriques, deux livres de souvenirs « Sous les plis du drapeau noir », et « Souvenirs d’un anarchiste ».

Ce matin le baromêtre a fait une chute vertigineuse: Pluie, vent, on est repassé sous un flux de nord ouest comme ils disent à la télé. C’est rapé pour le jardinage. Ma fiancée s’est éclipsé pour aller écouter CHOPIN aux folles journées de Nantes. Moi ça serait plutôt une chopine aux folles soirées de Brest ! Chacun son truc. Allez merci d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.

Militant et propagandiste anarchiste français.Il est né le 29 mai 1869 à Palaiseau (région parisienne) et mort un 28 janvier. Animateur, en 1886, avec Joseph Tortelier (billet du 1er décembre 09) et d’autres, de la « Ligue des Antipatriotes », qui avait pour but de lutter contre le militarisme, la guerre qui en découle et son corollaire, le patriotisme. D’abord mécanicien, il sera ensuite gérant de magasin à Yvetot. Lorsque la guerre éclate, fidèle à ses convictions antimilitaristes et pacifistes, il soutient la position de Sébastien Faure (billet du 06 janvier). En 1916, en sursis de mobilisation il travaille à la fabrication de moteurs d’aéroplanes à Billancourt. Après la guerre il tente, en 1919, de créer une bibliothèque mobile et gratuite. Il prend part à l’administration du « Libertaire » et de la « Librairie sociale » qui en dépendait. En 1922, il est trésorier du « Comité de Défenses Sociale ». Il va dès lors faire oeuvre de propagandiste et de vulgarisateur des idées libertaire avec la publication de la « Brochure Mensuelle ». Il sera ensuite, en 1934 et 1935, le gérant du journal « La Conquête du pain ».Il meurt ce 28 janvier 1938 et sera incinéré au cimetière du Père-Lachaise à Paris. (la photo est celle de sa revue « la brochure mensuelle)

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Mieux vaut prévenir que guérir… Vous le savez, le SIDA continue son oeuvre de mort sur la planète et l’Afrique est particulièrement touchée. L’association AIDES qui fait un travail de prévention tout à fait remarquable, a commandé un spot que, pour ma part, je trouve géniallissime. Le voici livré à votre jugement.

L’homme du jour s’appelle Emile BIDAULT.

Militant et propagandiste anarchiste français.
Il est né le 29 mai 1869 à Palaiseau (région parisienne) et mort un 28 janvier. Animateur, en 1886, avec Joseph Tortelier (billet du 1er décembre 09) et d’autres, de la « Ligue des Antipatriotes », qui avait pour but de lutter contre le militarisme, la guerre qui en découle et son corollaire, le patriotisme. D’abord mécanicien, il sera ensuite gérant de magasin à Yvetot. Lorsque la guerre éclate, fidèle à ses convictions antimilitaristes et pacifistes, il soutient la position de
Sébastien Faure (billet du 06 janvier). En 1916, en sursis de mobilisation il travaille à la fabrication de moteurs d’aéroplanes à Billancourt. Après la guerre il tente, en 1919, de créer une bibliothèque mobile et gratuite. Il prend part à l’administration du « Libertaire » et de la « Librairie sociale » qui en dépendait. En 1922, il est trésorier du « Comité de Défenses Sociale ». Il va dès lors faire oeuvre de propagandiste et de vulgarisateur des idées libertaire avec la publication de la « Brochure Mensuelle ». Il sera ensuite, en 1934 et 1935, le gérant du journal « La Conquête du pain ».
Il meurt ce 28 janvier 1938 et sera incinéré au cimetière du Père-Lachaise à Paris. (la photo est celle de sa revue « la brochure mensuelle)

Au cours de mes modestes recherches pour alimenter ma galerie de portraits, je suis tombé sur cette définition et je ne résiste pas au plaisir de vous la soumettre quelques semaines avant des élections régionales: « Parlement: Mot étrange constitué à partir de deux verbes, parler et mentir… » A bon entendeur…

Allez, merci encore de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

REMEMBER MAHALIA JACKSON…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Petite page en souvenir d’une des plus grandes sinon la plus grande de toutes les chanteuses de Gospel disparue un 27 janvier de l’année 1972. Ca fera plaisir à Paul et Daniele qui adorent ce style de musique (je crois). J’ai choisi de vous faire écouter « Trouble off the world », c’est d’actualité. La vidéo est tirée d’un film où Mahalia Jackson apparaît à la fin; il s’agit de « Mirage de la vie » de Dougla Sirk en 1959.

En 1946 et 1947, celle que l’on surnomme couramment la « reine du Gospel » enregistre une série de titres (dont I’m Going to Tell God et Move On Up a Little Higher, disque vendu à plus d’un million d’exemplaires, et le fameux hymne baptiste Amazing Grace) qui la révèle au public américain. Elle chante par ailleurs Precious Lord, Take My Hand dans l’un des immenses stades de football de Washington devant un public enthousiaste.

Entre 1949 et 1952, elle interprète des grands succès comme Silent Night, Walking to Jerusalem et le plus populaire d’entre eux, In the Upper Room. Mahalia Jackson se produit par la suite au Carnegie Hall, célèbre salle de concert de New York. Grande vedette, gérant parfaitement sa carrière mais cédant parfois aux exigences commerciales des producteurs pour élargir son audience, Mahalia Jackson participe, malgré des problèmes cardiaques, aux rendez-vous européens tels que le festival d’Antibes-Juan-les-Pins en 1968 où elle se produit pendant plus de trois heures, habitée par une sensibilité et une ferveur inoubliables. Amie fidèle du pasteur Martin Luther King, elle se trouve à ses côtés pour la défense des droits civiques des Noirs et chante devant des milliers de personnes lors du service funèbre du leader assassiné.

Voila pour l’hommage du jour. Je ne traine pas trop sur la toile car j’ai encore plus de 80 mêtres linéaires d’hortensias à tailler. Les bourgeons sont déja au rendez vous, faut pas attendre. Avec prudence tout de même car, ce matin il y avait une jolie petite gelée. D’un autre côté, si j’attend qu’il arrête de pleuvoir, je risque fort de me retrouver au 15 août (en Bretagne il n’y a que deux saisons: Le 15 août et le reste de l’année) et là, pour le compte, il sera nettement trop tard. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.

Oui, bon, d’accord, je l’avoue, j’ai beaucoup hésité…Entre Star War et Starko. Finalement j’ai assisté à la grand’messe incantatoire d’un Président attentif aux difficultés d’un panel somme toute assez bien ficelé. Ca m’a rappelé une affiche de mai 68. Je reconnais que les gens de la com. avaient bien fait leur boulot. Pas de militants enthousiastes, pas de bling-bling ostentatoire, pas de partisans inconditionnels. Non, simplement des Français comme vous et moi, c’est à dire un jeune sans boulot, un retraité dans la mouise, une prodructrice de lait en plein marasme, un syndicaliste dépité, un contractuel désespéré, une caissière sous-payée, à vrai dire, il ne manquait que le raton laveur. Et en face, notre guide suprême qui continue selon la méthode Coué à psalmodier: « Chaque jour et dans tous les domaines, ça va de mieux en mieux. » Allez tiens, sans transition comme dit l’autre.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Oui, bon, d’accord, je l’avoue, j’ai beaucoup hésité…Entre Star War et Starko. Finalement j’ai assisté à la grand’messe incantatoire d’un Président attentif aux difficultés d’un panel somme toute assez bien ficelé. Ca m’a rappelé une affiche de mai 68. Je reconnais que les gens de la com. avaient bien fait leur boulot. Pas de militants enthousiastes, pas de bling-bling ostentatoire, pas de partisans inconditionnels. Non, simplement des Français comme vous et moi, c’est à dire un jeune sans boulot, un retraité dans la mouise, une prodructrice de lait en plein marasme, un syndicaliste dépité, un contractuel désespéré, une caissière sous-payée, à vrai dire, il ne manquait que le raton laveur. Et en face, notre guide suprême qui continue selon la méthode Coué à psalmodier: « Chaque jour et dans tous les domaines, ça va de mieux en mieux. » Allez tiens, sans transition comme dit l’autre.

7ème jour de pluviose.

D‘après Wikipédia, ce jour (26 janvier) était consacré à l’amadouvier… Si vous êtes comme moi, vous n’aviez jamais entendu parler de l’amadouvier et, bon an mal an, cela ne vous a pas franchement manqué. C’est pourtant un très joli champignon qui semble t-il, s’enflamme comme de l’amadou, ou bien comme un coeur, d’où son nom. Et bien on aura appris quelque chose aujourd’hui. Et maintenant, l’homme du jour.

Le 26 janvier 1817, naissance de Jean-Baptiste GODIN. Chacun connaît les fameux poêles du même nom mais peu l’histoire de cet inventeur social et humaniste.
Penseur socialiste utopique, Fourieriste, fondateur du Familistère de Guise. En 1840, il se lance dans la fabrication de poêles et fourneaux en fonte, remplaçant la tôle jusque-là utilisée. Le succès est au rendez-vous, il emploie alors quelques ouvriers.
Militant républicain, socialiste et anticlérical, influencé par les idées de phalanstères chères à Charles Fourier , il n’aura de cesse, le succès aidant, d’adapter et de mettre en pratique ces théories. En 1843 il adhère à « L’École Sociétaire » (phalanstérienne) et correspond avec Victor Considérant (voir mon billet du 26 décembre) . Ses idées étant suspectes aux autorités après le coup d’État de Bonaparte, il ouvre en 1854 une succursale à Laeken-les-Bruxelles (Belgique) pour se prémunir d’un possible exil. Après avoir acheté un terrain à Guise (dép. de l’Aisne) en 1846, il va, à partir de 1859, concrétiser son rêve de construction du « Palais social ». Vaste ensemble architectural qui prendra le nom de « Familistère » (Palais des Familles) voir la photo plus bas .
 

Il comptera jusqu’à 500 logements, et regroupera progressivement autour de l’usine: « nourricerie et pouponnat », économat, théâtre et écoles , buanderie . L’entreprise compte 900 employés en 1867.
En 1871, devenu Maire de la ville de Guise, il est élu député à l’Assemblée Nationale et expose ses idées dans l’ouvrage « Solutions Sociales » qui sera publié pendant la Commune de Paris. Après avoir créée la revue « Le Devoir » (en 1878), la Société du Familistère de Guise « Association coopérative du Capital et du Travail » voit le jour le 13 août 1880, elle durera jusqu’en 1968. En 1882, le Familistère ne suffisant plus pour loger les ouvriers de l’usine, des bâtiments annexes sont construits.
Jean-Baptiste Godin s’éteint le 15 janvier 1888. L’entreprise poursuivra l’aventure symbolisée par le succès des poêles Godin (avec 2500 employés en 1926) et maintiendra son statut coopératif jusqu’en 1968.
Aujourd’hui le Familistère (qui est classé monument historique) se visite, et un « Banquet de l’Utopie » y est organisé chaque 1er mai.

Voila, c’était la livraison du mardi. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

LES BREVES DU LUNDI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

ÉCHAPPÉES BELLES.

C‘était samedi soir sur ARTE (pourtant) et l’émission voulait nous faire découvrir le Finistère. On a eu droit à tous les clichés du genre, du kig ha farz à la gavotte en passant par les gardiens de phares et les goëmoniers sans oublier l’Ankou dans les monts d’Arrées. Une vision (une de plus) désuète et folkloriste de la Bretagne. C’est désespérant et c’est à croire que le compteur des journaleux parisiens s’est arrêté au XIXe siècle.

LE PROCES SEZNEC.

Cette fois ci, s’est Robert HOSSEIN qui s’y colle. Après avoir fait le procès de Jésus il s’attaque à celui de Guillaume… La machinerie est la même et le public pourra rendre son verdict à la fin du spectacle. Vous verrez qu’on finira bien par en faire un saint, il reste de la place à Carnoët pour sa statue.

DROLE DE CLIMAT.

Le chef du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat), Rajhendra Pachauri, a reconnu hier qu’une prévision sur la fonte totale des glaciers de l’Himalaya d’ici à 2035 était une « regrettable erreur ». Le GIEC estime cependant que la conclusion générale du rapport, qui lui avait valu le prix Nobel de la paix, est « solide » et « approprié »… Il y a quelque temps, je vous avais entretenu du « climate gate » et des doutes sur le sérieux de cet organisme. Mais, à quel saint se vouer ?

Voila, j’espère que vous avez passé un excellent weekend et que la semaine à venir s’annonce sous les meilleurs auspices (de vieux). Portez vous bien et à demain peut-être.


HAÏTI: SOUS LES GRAVATS, LE PETROLE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Je vous livre cette réflexion inspirée d’un article de Jean-Erich RENE sur « Mecanopolis ». Libre à vous d’y trouver une certaine mauvaise foi, certains dirons un antiaméricanisme primaire, moi, j’aime bien !

En cherchant un peu sur le web, on peut trouver un grand nombre d’indicateurs qui expliquent que Haïti, la plus petite partie de Hispaniola (l’autre, et plus grande partie de l’île, étant la République Dominicaine ou Saint-Domingue) représente un potentiel énorme en ressources pétrolières, aurifères, mais également en Iridium (métal rare du groupe du Platine qui est actuellement utilisé dans l’industrie militaire : missiles nucléaires, mais aussi dans le développement de l’industrie liée à la conquête de l’espace : fusées, système de mise en orbite, etc…).

haiti

A la lumière de ces éléments, on pourrait facilement en déduire que  la volonté de Washington à déployer rapidement entre 12 et 15.000 soldats sur le sol haïtien suscite quelques interrogations. Des forages ont signalé la présence d’huile et de gaz révélateurs de l’existence de pétrole. Des réservoirs de pétrole ont été localisés dans les sédiments marins entre 6000 à 7000 mètres de profondeur dans le Canal de la Gonâve et spécifiquement dans la Baie de Rochelois.

Parmi les zones d’intérêt potentiel, citons le Plateau Central, la partie terrestre de la Plaine du Cul-de-Sac et la Grande Caïmite. « L’état actuel des connaissances accumulées sur le potentiel pétrolier haïtien est suffisamment satisfaisant pour attirer des investissements. » conclut le rapport No 3 du Bureau des mines d’Haïti.

Mais alors pourquoi ne peut-on pas exploiter le pétrole d’Haïti et soulager la misère du Peuple haïtien ? La raison est d’ordre politique. Haïti est considérée comme l’arrière-cour du Grand Voisin (les USA bien sur). Le pétrole haïtien est inclus dans leurs réserves au cas d’une pénurie mondiale causée par la Guerre ou l’épuisement de cette ressource naturelle non renouvelable sur les autres Continents.

Voila, c’était la mauvaise langue du dimanche matin. Il faut toujours qu’elle cherche la petite bête même là ou il n’y a que compassion, solidarité, et geste humanitaire. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

JAZZ MANOUCHE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Deux minute de plaisir en écoutant « Les yeux noirs » un des morceaux les plus célèbres interprétés par Django.

De son vrai nom Jean-Baptiste Reinhardt, il vit le jour un 23 janvier, en 1910, dans une roulotte en Belgique. Il appartient à une famille de Roms (gadjkénés) qui voyage en Europe depuis des lustres. Autodidacte, ce banjoïste découvre la guitare après de graves brûlures à la main à la suite d’un incendie survenu dans sa caravane. Il va inventer ce que l’on appellera plus tard, le jazz manouche. Ses fils, Babik, et petit fils, David, perpétuent aujourd’hui encore la tradition. Il a beaucoup joué et enregistré avec Stéphane Grappelli avec qui il va créer le quintette du Hot Club de France, mais il a aussi fait une tournée au Etats Unis dans le Big Band de Duke Ellington. Tournée dont il gardait d’ailleurs, un assez mauvais souvenir. Son extraordinaire dextérité, malgré ses blessures à la main gauche, lui a valu de rencontrer les plus grands. Il a très largement contribué à faire connaître le Be-Bop en France et reste à mes yeux plus qu’un guitariste tsigane mais un vrai et grand musicien de jazz. Il enregistre son dernier disque en 1953 avec un jeune pianiste devenu célèbre: Martial Solal. Il mourra un mois plus tard. J’adore cette caricature de lui.

Et voila, petit billet « passe partout » pour un samedi matin. A vrai dire, je l’avais enregistré à l’avance, anticipant un lever difficile. Allez, portez vous bien, écoutez sans modération tous les jazzeux du monde et, à demain peut-être.

LE PLEIN D’INDECENCE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

L’ENTERREMENT DE LOUISE MICHEL.

J‘ai déjà eu l’occasion d’en parler ici même je ne vais donc pas recommencer. Juste un petit rappel puisque c’est un 22 janvier en 1905 qu’un foule de plus de 100 000 personnes accompagne Louise MICHEL pour son dernier voyage. Un journaliste de l’époque nous décrit la scène: « Il est 8h du matin lorsque arrive le corps en gare de Lyon. Il faudra attendre 17h pour que le cortège funèbre atteigne le cimetière de Levallois. » Le préfet LEPINE (vous savez, le concours…) qui voulait suivre l’enterrement en est chassé par les anarchistes. On voit bien sur cette carte postale ancienne, le moment où le cercueil est descendu du char au milieu de cette foule impressionnante.

UNE BREVE QUI EN DIT LONG.

Les députés UMP ont décidé d’exclure explicitement l’Élysée du champ d’investigation de la commission d’enquête parlementaire sur les sondages de l’exécutif, voulue par le PS, et qui doit voir le jour le 27 janvier. Qu’on se le dise, on n’enquête pas sur les pratiques du Chateau et encore moins sur celles de son locataire. Des pratiques qui se rapprochent de plus en plus de celles des Républiques bananières. C’est sans commentaires, il faut rester révérencieux…

DERNIERE MINUTE.

Il semblerait que sous l’amicale pression de Nicolas 1er, le sieur Proglio ait renoncé à sa double rémunération. Pôv garçon, il va rencontrer des difficultés pour ses fins de mois. Pourrions nous demander à TF1 d’organiser un « PédégéTon » pour venir en aide aux patrons nécessiteux ? Entre son salaire à EDF et ses cachetons d’administrateur à droite et à gauche, il va lui rester à peine deux millions. La caissière de chez Leclerc devra bosser pendant 160 ans pour atteindre la même somme, elle.

POUR SOURIRE.

Savez vous quel est ce concours lancé en 1925 et qui regroupe encore chaque année plus de 45 000 candidats ? Gagné ! C’est le concours du « bébé Cadum ». Allez, fait risette à tata.

Je ne suis pas sûr que Mme de Fontenay ne soit pas un peu jalouse d’une telle réussite.

C‘est tout pour aujourd’hui. Ce soir, j’ai des invités de marque dont une spécialiste des blogs cullinaires, il faut que je me mette aux fourneaux (je mets ça au pluriel, j’en aurais pas trop de deux). Allez, portez vous bien et à demain peut-être.


Tiens, encore un Brestois de l’arsenal.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Tiens, encore un Brestois de l’arsenal.

Le 21 janvier 1883, naissance de Victor PENGAM à Brest.
Militant anarchiste, syndicaliste révolutionnaire et coopérateur.
Orphelin très jeune, il est placé aux pupilles de la Marine, puis à 14 ans entre comme apprenti à l’arsenal. Le 5 octobre 1905, il organise une fête des conscrits, interdite par le préfet maritime. Le 21 janvier 1906, il est traduit devant la Cour d’assises du Finistère. Il est acquitté, mais exclu de l’arsenal pendant cinq mois. Durant son service militaire (qui dure alors 3 ans) il donne des cours d’alphabétisation et lutte contre l’alcoolisme. En 1909, de retour à la vie civile, il milite au sein de l’Union départementale des syndicats, et est aussi actif au sein de « l’Université populaire » et dans un « Groupe d’études sociales ». Il intègrera également le secrétariat général de la « Bourse du travail ».
En 1912, son action en tant que syndicaliste révolutionnaire en particulier sa participation aux luttes contre la vie chère, lui vaudront un nouveau procès, il y sera de nouveau acquitté. Il fonde la même année le « Groupe des Pupilles de la Maison du Peuple ».
En 1913, il abandonne, ses activités à la Bourse du travail pour se consacrer à l’éducation d’une centaine de ces pupilles, organisant pour eux de nombreuses activités culturelles, sportives ou musicales.
Mobilisé en 1914 dans l’infanterie coloniale, il est blessé à deux reprises et y contracte la tuberculose. A partir de 1917, réformé suite à ses blessures, il assurera dès lors l’administration du « Restaurant coopératif de l’arsenal ».
Il succombe de la tuberculose en ce début mars 1920, âgé de seulement 37 ans. Ses obsèques, le 5 mars 1920, donneront lieu à une importante manifestation.

Son militantisme et ses convictions révolutionnaires lui vaudront d’être inscrit au Carnet B (fichage des antimilitaristes). Voici un extrait de sa fiche: « propagandiste anarchiste et antimilitariste des plus militants. L’un des chefs du mouvement révolutionnaire (secrétaire général de l’Union régionale des syndicats et de la Bourse du travail de Brest). Poursuivi en janvier 1906 devant la cour d’Assises du Finistère pour excitation de militaires à la désobéissance (acquitté). Secrétaire général du nouveau syndicat anarchiste des ouvriers du port. Ouvrier à l’arsenal. Serait susceptible de faire du sabotage en cas de mobilisation. (…) Mesure à prendre en cas de mobilisation: à arrêter.« 
(extrait du libre de J.J Becker « Le Carnet B », éditions Kuncksieck, 1973).

IMBROGLIO POUR PROGLIO.

Henri Proglio, patron d’EDF et de VEOLIA, va toucher deux millions d’euros par an, cumulant ainsi deux rémunérations grassouillettes. 1,6 million pour EDF et « seulement » 450 000 euros pour VEOLIA. Le gouvernement lors de sa nomination s’était engagé à ce qu’il n’en fut rien. Quand on vous dit que c’est pas la crise pour tout le monde ! Ces gens là n’ont véritablement aucune conscience, c’est à gerber. Je ne sais pas pour vous, mais de ces deux portraits, j’ai une préférence pour le premier. C’est aussi pour cela qu’ils veulent supprimer l’histoire des programmes scolaires. Ils craignent que les ouvriers d’aujourd’hui s’inspirent de ceux d’hier. J’entends déja monter un chant sourd des ateliers de l’arsenal: Ah ça ira, ça ira, ça ira, tous les Proglio à la lanterne…

Voila pour ce 133ème billet. Merci d’être passé par « les cénobites tranquilles », c’est toujours un plaisir de vous recevoir entre ces colonnes. Allez, portez vous bien et, à demain peut-être.