Les 5 derniers portraits ajoutés à la galerie

  • Image de l'artiste Jacques DOUAI

    Jacques DOUAI

  • Image de l'artiste Benny Goodman

    Benny Goodman

  • Image de l'artiste Sunnyland Slim

    Sunnyland Slim

  • Image de l'artiste Léda Rafanelli

    Léda Rafanelli

  • Image de l'artiste Joséphin Peladan

    Joséphin Peladan

CH’UIS PAS SUPERSTITIEUX, CA PORTE MALHEUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Il semblerait bien que ce soit à ce bon roi Philippe le Bel que l’on doive la légende qui entoure les vendredis 13. C’est en effet un vendredi 13 octobre de l’an de grâce 1307 que ce charmant roi, avec la silencieuse complicité de son copain Pape, fit arrèter, emprisonner, torturer et souvent exécuter, la quasi totalité des chevaliers du temple sur l’ensemble du territoire. Le grand maître, Jacques de Molay, lors de son procès, maudit les descendants de ses bourreaux jusqu’à la treizième génération. Et depuis ce jour là, à chaque vendredi 13, selon ses propres inclinations, on se terre au fond de sa cave ou on se précipite dans une agence de la française des jeux.

Il y a quelques jours, à l’occasion du 11 novembre, j’évoquais le sort des « fusillés pour l’exemple » de la grande guerre. J’ai retrouvé le texte de « la chanson de Craonne » (prononcez KRAN) recueillie par Paul Vaillant-Couturier en 1917 et interdite en france jusqu’en 1974. Cette chanson restera à jamais le symbole de ceux qui disent non à la guerre. Il y a quelques années, Daniel Mermet lui a consacré une émission (là bas si j’y suis) sur france-inter. A l’époque où les mutineries se multipliaient dans les unités sur le front, les autorités promettaient une somme astronomique à qui en dénoncerait les auteurs. Peine perdue, elle est restée anonyme, et sans doute pour toujours. Allez, juste le refrain sur un air de valse. Imaginez l’accordéon magique de Marc Peronne et la voix suave de Marc Ogeret:

Bon, bien dites moi, c’est pas gai tout ça. En plus, ici, on a un joli Suroit, force 6/7 bien établit sous les grains…Je ne sais pas où en sont les concurrents de la « Jacques Vabre » mais, s’ils ne sont pas sorti du golfe de Gascogne, ils ont du mourron à se faire. Allez, portez vous bien et, à demain peut-être.

Adieu la vie, adieu l’amour,
Adieu toutes les femmes
C’est bien fini, c’est pour toujours
De cette guerre infâme
C’est à Craonne sur le plateau
Qu’on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous des condamnés
Nous sommes les sacrifiés

POUR QUI SONNE LE GRAS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Ce bon vieil Ernest me pardonnera de piller ainsi le titre d’un de ses merveilleux romans mais à la lecture de l’actualité de cette semaine, j‘ai vraiment envie de me poser la question: Pour qui sonne le gras ? Il y aurait de plus en plus de gros. L’obésité gagne du terrain. Le surpoids devient la norme. Voila bien le paradoxe de nos sociétés occidentales, pendant qu’un milliard d’être-z-humains ne mangent pas à leur faim, nous, on grossit ! Notez quand même que ce sont les plus pauvres qui grossissent le plus. Comme quoi, y’a une justice… La malbouffe autrefois était synonyme de malnutrition et produisait du rachitisme. Aujourd’hui, les gens compensent le fait de manger de la m…. en grignotant barres de céréales, compléments alimentaires, et autres ersatz à n’importe quelle heure. Résultat, ils enflent et l’on rencontre de plus en plus de Doolittle dans les villes occidentales à la poursuite du diamant vert c’est-à-dire du mode de vie Américain (Etats-unien). Alors, bien évidemment, le gouvernement va mettre en place un plan qui a l’ambition de redonner à tout un chacun la taille de guêpe qui convient. Non mais des fois, on veut bien des chômeurs, des ignares, mais des gros, ah ça non !

Connaissez vous Eric RAOULT ? C’est un député (UMP) ancien ministre si ma mémoire est bonne. Sa dernière trouvaille vaut très largement son pesant de cacahuètes. Il souhaite que les lauréats du prix Goncourt soient tenu à un devoir de réserve au même titre que les militaires ou les fonctionnaires. Interdiction de critiquer la France et son gouvernement… Cette idée lumineuse lui est venue à la suite des propos de Marie Ndiaye sur la gouvernance de Nicolas 1er. Cela démontre, s’il en était besoin, la place qu’entendent réserver ces messieurs à la culture. Ils sont en train de Berlusconiser la France (vous savez, ce truc à l’identité nationale) pas une tête ne doit dépasser, pas une voix discordante ne doit se faire entendre. Pour le prochain Goncourt, je vois bien « OUI-OUI à la plage » ou alors, « Martine et la décentralisation ».

Bon, après la commémo, on se prépare sérieusement à affronter l’hiver. Il faut rentrer du bois, remiser la tondeuse, étiqueter les confitures, bref, il y a du pain sur la planche. Allez, portez vous bien et, à demain peut-être.

TOUT SUR LE 7…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Oh mes enfants, quelle tourte mais, quelle tourte ! On dirait du Maïté dans le texte non ? Avé l’assent de là bas pardi. Ca c’est pour vous faire saliver un petit peu, vous gens de la ville qui avez oubliez les choses simples comme la cueillette. Savez-vous ce que glaner veut dire ? Disait Mme de Sévigné. Enfants, nous allions ramasser quelques épis de blé après la récolte que nous laissions tremper dans un bol d’eau. Aux dires de ma grand-mère c’était là un remède miracle contre pratiquement tout. Puis, venaient les temps des pommes, des châtaignes et des champignons.

Mais, revenons au titre de ce billet. Pourquoi le 7 me direz vous ? Et bien pour la simple raison que ce billet porte le N° 61 et que, à quelques jours près maintenant, nous fêtions mon 61ème anniversaire. Or, curieux lecteurs, en numérologie, 61=6+1=7, étonnant non ! Vous me direz, derechef, que l’avantage avec la numérologie c’est que l’on peut lui faire dire n’importe quoi et son contraire. Par exemple, le 61, est aussi le numéro du département de l’Orne, ce qui, j’en conviens, n’a strictement rien à voir. Ainsi, dans le tarot des bohémiens, le chiffre 7 est illustré par « Le Chariot » qui est la carte du succès et de la réussite (il n’est jamais trop tard). Le 7 c’est encore le jour anniversaire de l’aimable personne qui partage ma vie dans l’ermitage de Keramoal et qui bénéficie de quelques jours de reteuteu. Loisirs oh combien mérités qui nous laissent le temps de quelques escapades moins virtuelles que celles que je fais habituellement sur le NET.

Voila pourquoi ma sœur est aveugle disait San Antonio. Et ceci explique pourquoi, je m’empresse de vous dire: Allez, portez vous bien et, à demain peut-être.

QUELLE CONNERIE LA GUERRE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

A l’heure ou nous nous apprètons à commémorer la fin de la grande boucherie de 14/18, je pense à ces deux grand-pères que je n’ai pas eu l’heur de connaître pour la mauvaise raison qu’ils sont resté couchés là bas quelquepart au chemin des dames. Sans doute, comme le dormeur du val avec un grand trou dans la poitrine… On dit que près de 200 000 bretons y sont restés ! Tous les ans, à Primelin, c’est dans le cap sizun, les libres penseurs se réunissent devant le monument aux morts, seul monument pacifiste que l’on recense dans le département. Ils réclament entre autre, que soient réhabilité les « fusillés pour l’exemple » de la première guerre mondiale. Qu’aurais-je appris de ces deux grand-pères qui n’ont pas vu grandir ni leurs enfants ni leurs petits enfants. Ces hommes, nés dans le 19ème siècle, possédaient à coup sur, tant et tant de choses à raconter; tant de richesses à partager. Et pourtant, ils sont partis, fleur au canon, en clamant haut et fort que c’était la der des der. Après celle de 70 et avant celle de 40. Avant l’Indochine, l’Algérie, le Viet-nam et puis maintenant, l’Irak, l’Afghanistan, et demain peut-être l’Iran. Oui vraiment, quelle connerie la guerre !

Ma fiancée et moi, profitant d’une accalmie entre deux averses, nous revenons des champignons. Un gros paniers de cèpes, chanterelles et pieds de mouton… Voila de quoi nous cuisiner une petite tourte avec une farce au cognac, à base de saucisse (de chez Hénaff), oignons de Roscoff, ail, persil, poivre et sel et un jaune d’oeuf. Vous étalez la farce sur une pate feuilletée, vous déposez par dessus vos champignons préalablement saisis, vous refermez, vous mettez au four 30mn et vous dégustez ça avec un chateauneuf du pape blanc. Allez, bon appétit et à demain, peut-être.

LE COUP DE LA PANNE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Et voila, c’est reparti ! Tous les ans, à l’approche de l’hiver, ils nous refont le coup de la panne. Enfin, celle qui devrait immanquablement se produire vu que la bretagne est largement déficitaire en électricité. Le lobby nucléo-électrique ne désarme pas. Ils mettent tout en oeuvre pour nous refiler une de leurs foutues centrale du 1er, 2ème, ou 3ème type. Nous pensions, pauvres de nous, qu’ils avaient compris la leçon après avoir du plier bagage dans le cap sizun. Mais, la rapacité n’a pas de mémoire. Dans le film « des pierres contre des fusils » on voit comment la résistance à Plogoff les a amené à reculer, malgré tous les moyens mis en oeuvre. J’ai souvenir d’avoir trainé du côté du Loc’h, d’Esquibien, de Goulien et même d’avoir participé à un immense concert, donné en plein air dans le cadre de la baie des trépassés (baez an anaon) avec notamment un jeune chanteur plein d’énergie qui s’appelait J. Higelin. La nuit était tombé, les deux versants de la baie étaient occupés par des milliers de personnes et chacune d’allumer un briquet; c’était magique. Comme si tous les korriganed de Bretagne et d’ailleurs s’étaient donné rendez vous dans ce lieu mythique où le Treizour (le passeur) vient chercher l’âme des défunts, pour crier ensemble: Nann, trugarez ! C’était au début des années soixante dix, les seventies comme on dit de nos jours, et déja la grande peur du noir était utilisée. Vous allez voir ce que vous allez voir…D’ailleurs vous n’y verrez plus rien…Cet hiver, il va faire très froid, plus de chauffage, plus d’eau chaude, plus de télé. Vous imaginez ça, vous ? Obligé de se passer de Léon Zitrone et de Mourouzi pendant des jours et des jours… Chacun se rappelait le plasticage du pylône de télévision dans les monts d’Arrées et les veillées retrouvées, la lecture réhabilitée et, quelques mois plus tard, c’est la démographie qui était à son tour dynamitée. Je ne sais plus qui a dit que l’histoire est un éternel recommencement mais ça commence bigrement à y sessembler.

Voila, c’était l’humeur du jour, sous un ciel d’averses. Rappelle toi Barbara: Il pleuvait ce jour là sur Brest… Et bien mon vieux Prévert…Il pleut toujours ! Allez, portez vous bien et, à demain…Peut-être.

MURMURE POUR UN MUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Ainsi donc, LEVI-STRAUSS nous a quitté et les jeunes du 93 continue de penser qu’il vendait des jeans dans le sentier. Pour ma part, je lui doit d’avoir appris très jeune que « les Araras ne sont pas des Bororos« . Ethnologue, écolo avant l’heure, c’était surtout un grand humaniste. Lisez ou relisez « tristes tropiques » vous ne regarderez plus le monde tout à fait comme avant. Claude Levi-Strauss nous a fait découvrir qu’il n’y avait pas de hiérarchie dans les cultures et que celle-ci valait celle-là. Chacune, à sa manière participant de l’enrichissement de l’humanité. A force de regarder l’autre à l’aune de notre nombril (ethnocentrisme) on finit par ne plus rien voir et on se prend les pieds dans le tapis de l’identité nationale.

Si j’ai titré aujourd’hui: Murmure pour un mur, c’est parceque, à l’heure où tous les médias se sont mis à l’unisson pour célébrer la chute de celui de Berlin, je n’entend qu’un chuchotement inaudible pour réclamer la destruction de celui qui emprisonne les Palestiniens.

Lorsque j’étais enfant, à Douarnenez, le fond de la ria du Port Rhu était notre terrain de jeu. Il y avait là près du cimetière des bateaux, un vieux thonier qui portait le nom de « Eugène POTTIER« . Je ne savais pas encore ce que nous lui devions à ce grand monsieur et entre-autres, les paroles de l’Internationale. Révolutionnaire, il participe à la commune de Paris en 1871 et d’ailleurs, en fera le thème de magnifiques chansons. Marc OGERET en a fait un disque tout à fait sublime. On célèbre aujourd’hui l’anniversaire de sa disparition. Condamné à mort par contumace, il choisit l’exil et s’en va aux Etats Unis. Humaniste et Franc-maçon il nous lègue un héritage qui mériterait d’être largement diffusé. Le refrain d’une de ses chansons me revient en mémoire et, pourrait s’appliquer à la situation actuelle: « Tout ça n’empèche pas Nicolas, qu’la commune n’est pas morte ».

Tiens, en voila une autre qui s’apprète à subir les foudres de Nicolas 1er. Elle a oublié, notre vénus Hottentote de l’UMP, que ce parti comme ses prédécesseurs, RPR,UDR,MRP, ne produisait que des godillots et que la règle c’était, le petit doigt sur la couture du pantalon. RAMA YADE risque donc de faire les frais de cette discipline de parti qui ne pardonne pas, même si, comme c’est le cas ici, on est très populaire. Et si on la virait pour la remplacer par le gros David DOUILLET à la jeunesse et aux sports. Avouez qu’on y perdrait au change tout de même. Question du jour: Avant ou après les régionales ?

Voila pour aujourd’hui, j’ai un rendez vous que je ne veux pas manquer. Il y a dans une coin de forêt dont je dois taire le nom, une panièrée de trompettes de la mort qui attend et/ou qui attendent( l’un et l’autre se dit et/ou, l’un et l’autre se disent) ma visite. Allez, portez vous bien et, à demain…Peut-être.

ERRARE HUMANUM EST…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Décidémment, il est dit que je ne veux pas être contacté. C’est un peu cela les « Cénobites » toujours contradictoires, complexes et paradoxaux. Ce sont des ermites qui vivent en groupe. Allez comprendre. Tout cela pour vous dire qu’il y a une erreur sur la nouvelle adresse mail, il faut lire: erwann442@orange.fr il ne faut pas oublier les deux « n » de erwann.

UN PEU DE TOUT, EN VRAC…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Avant toute chose, je dois m’excuser auprès de ceux qui ont eu la gentillesse de m’envoyer un petit mail pour marquer l’évènement de hier. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais, il y a surement un plomb qui a pèté quelquepart, ou alors je n’ai pas payé le gaz, ou encore il n’y a plus d’essence dans l’ordinateur…Toujours est-il que je n’ai plus accès à ma messagerie et voila pourquoi je n’ai pas pu leur répondre. En attendant le plombier, vous pouvez me contacter sur: erwan442@orange.fr

BHL, bis…Vous allez voir comme les choses sont parfois étranges. Figurez vous que que le monsieur ici caricaturé, est né un 5 novembre. Et en quelle année ? Je vous le donne en mille… En 1948. Avouez que je l’ai échappé belle. A quelques heures près j’aurais du assumer des accointances astrologiques avec ce dandy endimanché. A choisir, je préfererai m’accointer avec la belle Arielle qui lui sert de compagne. Les voies du zodiaque sont impénétrables. Allez savoir pourquoi, lui a mal tourné et moi j’ai connu une si brillante carrière ! Fort heureusement, j’ai déniché un vieux dicton qui me console: »qui est né un 5 novembre, n’aura pas de jambes en décembre et mangera des cendres« . Je n’ai hélas pas pu en trouver l’origine. Si quelqu’un la connait…

Tous les ans, et cela depuis plus de trente ans, je note scrupuleusement la date d’apparition des premiers vanneaux en automne, je fais d’ailleurs la même chose avec les hirondelles au printemps. Or donc, hier, ils ont fait leur premier vol dans le secteur, annonçant avec certitude la baisse des températures. Avant de mourir, je ferai don de mes petits carnets aux météorologistes pour qu’ils en tirent des statistiques sans appel, quand bien même, ma démarche n’a rien de scientifique.

Tiens, un rappel pour les amateurs de vieilleries et de bretonnitude. Il y a 510 ans, jour pour jour, un certain CALVEZ, imprimeur à Tréguier, faisait paraître le premier dictionnaire breton-français-latin: LE CATHOLICON. C’est un dénommé Jehan Lagadeuc qui eut cette riche idée et, il faut reconnaître que ça a pas mal marché. Les trégorrois ont toujours été forts dès lors qu’il s’agissait de primeur. La génération de mes parents, cinq siècles plus tard, a appris le français à travers un petit livre qui s’intitulait: « La vie des saints ». Ne pas s’étonner que les bretons d’aujourd’hui veuillent leurs dédier une vallée… Et puisqu’on parle de saints, je confirme tout le bien que je vous disais hier à propos de la patisserie TRAON à Morlaix, cette année encore, le St Honoré était absolument divin.

Voila pour aujourd’hui, 15ème jour de Brumaire. Je n’ai pas voulu insister car, nos amis républicains et néanmoins révolutionnaires, qui avaient des idées sur tout et surtout des idées, en avaient fait le jour du dindon. Allez, portez vous bien et, à demain…Peut-être.

C’EST LA 500ème…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

  Voila, c’est fait… Ensemble nous venons de franchir la barre des 500 visites. Et, cerise sur le gateau, le jour de mon anniversaire. Traditionnellement, ce jour là je déguste un St Honoré de chez TRAON à Morlaix, la meilleure patisserie de Bretagne. Même ses kouign amann valent ceux de Douarnenez. Tout cela pour expliquer le petit dessin en tête de chapitre. Car, à l’inverse de Cyrano, si je me le sers moi même avec assez de verve, je ne défends pas qu’un autre me le serve… Un grand merci donc à vous fidèles parmi les fidèles et, bienvenue, welcome, degemer mat aux nouveaux visiteurs. J’ai bien conscience que de « durs et difficiles travaux nous attendent » (comprenne qui pourra) pour conserver à ce blog la haute teneur rédactionnelle qui fait sa renommée. Remarquez que je vous associe volontiers car, pour bloguer en toute sérénitude, il faut être plusieurs. Un blog sans commentaire, c’est Castor sans Pollux, Laurel sans Hardy, Jules sans Jim, Chevalier sans Laspallès… En route donc vers la 1000ème.

Celle-ci je la fais en grand car le texte est important. Où l’on voit que les combats pour sauver la poste, ne datent pas d’hier. Cette affiche là date de 1968, oui, le 68 de Mai, de Geismar, de la rue Gaylussac, du Préfet Grimault, des maos, des cocos, des intellos, des fachos, des Trotskos, des situationnistes, des stals, des krypto-léninistes…Autant de termes aujourd’hui désuets, voire oubliés. Ils y avaient des travailleurs et des patrons et, entre les deux, c’était la lutte que certains auraient voulu finale.A présent, on ouvre le capital comme autrefois on ouvrait le bal. Approchez, approchez mesdames messieurs les actionnaires, la curée va commencer. Le service public est en vente libre, à la découpe…Y-a un peu plus, je vous mets tout ?

Pour autant, je ne suis pas un nostalgique du 22 à Asnières, si la modernisation, l’adaptation aux nouvelles technologies, la découverte des nouveaux métiers, sont autant de changements nécessaires, tout cela peut se faire dans le cadre d’un service public performant.

Une fois pour toutes il importe d’intégrer l’idée que la rentabilité n’est pas compatible avec le service public. Il y a des secteurs qui devraient être sanctuarisés. La santé, l’éducation, l’eau, etc. Il s’agit de notre patrimoine , de toutes choses acquises de haute lutte contre les intérèts privés dans l’intérêt commun. Il s’agit de l’aménagement du territoire. Il s’agit d’un service que la communauté rend accessible à tous par le jeu des solidarités nationales. Il ne doit pas coùter plus cher de distribuer une lettre dans un hameau perdu de montagne ou dans le 16ème arrondissement. Pour faire un lien avec le billet d’hier, sans doute peut-on affirmer qu’il y va aussi de l’identité Nationale. Et le facteur de Jacques TATI à fait autant pour celle-ci que John Rambo pour celle des Etatsuniens.

Bon allez, c’en est assez pour un jour anniversaire, vous pouvez reprendre une activité normale, comme disent les guignols. Portez vous bien et, à demain…Peut-être.

VOS PAPIERS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

A la lecture du titre d’aujourd’hui, vous avez compris que j’allais parler de cette question qui anime la classe politique ces jours ci: L’identité Nationale. La République Française serait-elle en danger qu’il faille resserrer les liens autour de cette très vieille et très ancienne marotte jusqu’à lors réservée aux « imbéciles heureux qui sont nés quelque part » comme le chantait avec délectation G. Brassens ? Pour ce qui me concerne, citoyen du monde, libertaire par nature, douarneniste par mon père, je suis français par hasard. Cette question de l’appartenance m’a renvoyé au livre de Morvan LEBESQUE (un Nantais) « Comment peut-on être Breton » (paru au Seuil en 69). Ce journaliste qui mourut l’année suivante après une carrière notamment au Canard enchainé, réveilla bien des consciences. « …Elle (la bretagne) n’existe que dans la mesure où,à chaque génération, des hommes se reconnaissent bretons.A cette heure, des enfants naissent en Bretagne. Seront-ils bretons ? Nul ne le sait. A chacun, l’age venu, la découverte ou l’ignorance. » De ce livre, les Tri Yann en avaient fait une chanson et JOSSIC avait même proposé le nom de Morvan Lebesque pour l’agence culturelle bretonne. Jusqu’au moment où on se rappela la conduite douteuse de Lebesque dans les années noires et particulièrement sa collaboration au torchon « je suis partout ». Etre de quelque part serait donc et avant tout, question de conscience plus que de papiers ? Et bien oui, je le crois. J’étais Viet-Namien quand les B52 leur envoyaient des bombes au napalm, j’étais républicain Espagnol sous le régime Franquiste, j’étais Chilien quand on assassinait Allendé et je suis Palestinien sous l’occupation Israélienne. Voila pourquoi, je crains fort que, derrière ce débat, se dissimulent d’autres ambitions politiciennes que celles qui sont annoncées. Il s’agit bien sur, à l’approche des régionales de récupérer les électeurs « frontistes » qui ne sont pas encore monter à bord du grand bateau UMP. Alors, on leur envoie une bouée. (La photo est tirée du livre de G. DOZY: « Marianne dans tous ses états. » ed.Alternatives.)

Ho la la…Comme disent les têtes à claques, faudrait pas s’prendre au sérieux. C’est pas une tribune philosophico-politique ici. C’est un billet d’humeur et d’humour comme écrit dans le titre. L’autre jour, j’ai lu dans un blog, au demeurant beaucoup mieux fait que celui-ci, qu’il était devenu impossible de trouver un coiffeur qui vous fasse la barbe. Hé, ho, erwandekeramoal, c’est pas une raison pour raser tes lecteurs.

Allez, la tension monte car, pour moi, c’est jour « J » moins un. La réponse demain. Portez vous bien, bien sur et, à demain…Peut-être.