Les 5 derniers portraits ajoutés à la galerie

  • Image de l'artiste Jacques DOUAI

    Jacques DOUAI

  • Image de l'artiste Benny Goodman

    Benny Goodman

  • Image de l'artiste Sunnyland Slim

    Sunnyland Slim

  • Image de l'artiste Léda Rafanelli

    Léda Rafanelli

  • Image de l'artiste Joséphin Peladan

    Joséphin Peladan

Fermeture de la jungle…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Déja, il y a quarante ans, COHN BENDIT était tête d’affiche sur ce même thème. A entendre le pouvoir et tous les « bien pensant » nos villes se peuplent d’indésirables qu’il faut chasser, expulser, charteriser, bref, la misère ne doit pas se voir, fut-elle noire, Afghane, sub-saharienne…A calais on va donc faire le ménage et repousser un peu plus loin encore les frontières de l’hospitalité, du droit d’asile et du devoir d’assistance. Ces gens ont quitté leur pays dans presque tous les cas pour des raisons économiques et ils voient nos agriculteurs déverser des milliers d’hectolitres de lait dans les champs. Je ne suis pas sur qu’ils comprennent bien ce qui se passe sur notre foutue planète.  Les affiches de 68 nous rappellent que nous n’avons pas beaucoup progressé, l’histoire semble bégayer et, les mêmes causes produire les mêmes effets. On meurt beaucoup à France Télécom -insérez l’affiche « halte aux cadences infernales »- Les grands labos pharmaceutiques vont se faire des couilles en or sur le dos de la grippe A-insérez l’affiche « vos profits etc »-Villepin et Sarko 1er jouent à: C’est moi qui ait la plus grosse. Vous trouverez une affiche sur les magouilles du pouvoir.

Ainsi va la vie, comme si de toute éternité et pour les siècles des siècles (amen) l’humanité s’était condamnée à l’autisme le plus désespérant qui soit. Pour ma part l’envie me vient parfois de donner du sens au nom de ce blog et d’aller sur l’ile Tristan à un mille de Port-rhu, pour y fonder une communauté de Cénobites tranquilles. Allez, à demain peut-être.

La chevauchée fantastique

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Imaginez, bande d’envieux, le vieux biker grisonnant sillonnant les routes sinueuses du pays des abers. Tel le chevalier de la Mancha sur sa rossinante à la recherche de quelques moulins à vent (aujourd’hui on dirait éolienne). Quêtant le graal sur les chemins des monts d’Arrée, écumant auberges et autres estaminets et entonnant un chant de marin pour une Coreff…

Le voici, sa fiancée en croupe, traversant la cité du ponant, cap sur les caps, de beg ar c’hraz jusqu’à la Chèvre. Ah, qui dira la sérénité du retraité dans les brumes océanes ! C’est donc là ma dernière lubie (avant la prochaine) et je tenais à vous l’annoncer en avant première. Fi de la taxe carbone, de la terre vue du ciel, du roi Arthus Bertrand. Je vais polluer, les cheveux dans le vent. Serrer les fesses en attendant l’effet de serre. Avaler du bitume avant que l’atome ne nous avale. Caracoler dans les ribins, baguenauder dans les winojens, marauder dans les chemins creux (hentjou treuz e brezoneg).

Bon, je vais m’arrêter là, pour un petit délire dominical cela devrait suffire. Et, comme le veux la formule, désormais fameuse (fumeuse aussi) à demain peut-être.

QUAND L’HABIT FAIT LE MOINE

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Il faut manger pour vivre et non point vivre pour manger nous rappelle Molière dans son immense sagesse. Or donc c’est en faisant le plein de victuailles pour la semaine, dans une grande surface dont je tairai le nom mais dont le fondateur était épicier à Landerneau, en faisant les courses dis-je, j’ai remarqué le nombre important de personnes portant un signe ostentatoire de leur appartenance religieuse. D’abord des soeurs, à moins que ce ne soient des mères, d’une communauté quelconque, puis des femmes sous le voile bref, Dieu sans doute, reconnaissait les siens.

Cela m’a remis en mémoire une époque fort lointaine ou je participais en tant qu’acteur aux défilés folkloriques, appartenant moi même au cercle celtique de Douarnenez. Nous avions pour habitude, croisant un quidam en uniforme, postier, curé, policier, de lui demander à quel cercle il appartenait et quel était cet étrange costume dont la filiation bretonne n’était pas évidente. Blague de potache qui souvent, ne faisait rire que nous…

Aujourd’hui je pressens le risque de communautarisme à chaque carrefour et, ce ne sont pas les déclarations de tel ministre de l’intérieur (l’intérieur de quoi?) qui sont de nature à calmer mes appréhensions. Allez, à demain peut-être.

QUEL FESTIVAL !

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Connaissez-vous la plage de QUEND?

Et comment voulez-vous que je vous dise QUEND si je ne sais pas où, répondait Raymond DEVOS. Et bien QUEND c’est dans le Nord, la Picardie quoi, c’est pas loin de BERCK, vous savez, les ch’tis…Si je vous en parle c’est pas tant pour sa plage que pour son festival. Le festival du film Grolandais, 5ème du nom, du 18 au 20 sept.

Cette année le festival sera présidé par JP MOCKY him self et on y retrouvera aussi bien F. RUFFIN que Noël GODIN l’entartreur en chef, encore un Belge, LARGE digne successeur de SINE dans le coup de crayon. Parmi les membres du jury, on note la présence de JIHO ou encore de MIOSSEC. Bref, voici enfin une bonne raison d’aller faire un tour dans le nord. La philosophie Grolandaise est le meilleur remède que je connaisse contre la crise. Certains choisirons une thalasso à Quiberon, d’autres un week-end à la Bourboule; moi je vous prescris trois jours à QUEND et…Ne me demandez pas où ! Allez, à demain peut-être.

RECHAUFFEMENT ?

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Désormais, j’en suis convaincu (le premier qui dit: « poil au c.. »  est privé de blog pendant une semaine) il existe juste au dessus de mon ermitage un micro-climat qui nous permet, aux lapins de Keramoal et à moi même, d’échapper au réchauffement généralisé de la planète. Il pleut, il vente, il fait froid, bref, un temps à ne pas mettre un chien dehors. Drôle d’expression que celle-ci ! Pourquoi le chien n’aimerait-il pas chanter sous la pluie ?

Il y a quelques années est paru un livre qui retraçait le parcours de Tom WAITS, vous savez l’homme à la voix éraillée comme un bourbon frelaté de la Pennsylvanie profonde -mais comment la Pennsylvanie pourrait-elle ne pas être profonde?- Et bien cet essai s’intitulait: »Complainte d’un chien sous la pluie » c’est aux éd. du Camion blanc, des gens qui font dans le rock. M’étonnerait pas qu’ils soient Belges. Le Belge est beaucoup plus iconoclaste qu’on ne le suppose généralement. Pour avoir donné vie à HERGE et à JC. VAN DAMME tout en inventant la Gueuse et la Jenlain, il faut faire preuve d’une admirable et incommensurable capacité d’imagination.

Bon, c’est pas tout, aujourd’hui c’est mercredi et donc, je vais de ce pas chercher mon SINE-HEBDO. Allez, à demain peut-être.

C’est pasd’bol…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

J’apprends avec tristesse que la voiture de mon technicien en informatique est au garage. Avouez que c’est pas d’bol. C’est pas demain la veille qu’il viendra faire de mon blog un must. En attendant je poursuis mon apprentissage et, je ne suis pas peu fier de moi, j’ai réussi à restaurer les fonctions de mon GPS. Je peux désormais quitter mon ermitage sans risquer de perdre le nord.

Du coup, et, ça n’a rien à voir, sur les conseils de Stéphanie, je me suis fais une omelette ratatouille. Bon, d’accord, sans la ratatouille mais avec un Côtes du roussillon de chez Bernard MAGREZ. Syrah, grenache et carignan, ça vous enlie le palais, un vrai bonheur.

Dans l’actu. le seul titre que j’ai retenu, c’est que désormais, au Pays-Bas, les touristes seront privés de cannabis. Les coffee shops ont du souci à se faire. Pour ma part j’y allais surtout pour le Gouda (si,si) et aussi pour l’atmosphère quelque peu désuète de sa campagne. La région des lacs mérite particulièrement le détour. Je vous raconterai cela une autre fois. Allez, à demain peut-être.

Du vent et encore du vent…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Il fait un vent à décorner les boeufs. Les roseaux au fond du jardin font le dos rond et leurs voisins les chênes n’en mènent pas large pour autant. Cette atmosphère me rappelle la fameuse pièce de René DE OBALDIA: « Du vent dans les branches de sassafras » avec un Michel SIMON gigantissime. Allez savoir pourquoi, le bruit, les odeurs, l’environnement ont la capacité de réveiller en vous des souvenirs que l’on croyait à jamais enfouis dans les méandres de notre mémoire. PROUST avait sa madeleine, je suppose que nous avons la nôtre. Moi c’est la chicorée LEROUX ! Il me suffit d’apercevoir une réclame sur une tôle émaillée au cours d’un vide grenier, pour me retrouver tout petiot sur les genoux de mon arrière grand-mère devant un grand bol de café. Aujourd’hui, il ne viendrait plus à l’esprit de personne de mettre de la chicorée dans son café…

Et voila, à laisser vagabonder son esprit, on s’éloigne des vicissitudes quotidiennes, résultat des courses je n’ai toujours pas réparer mon GPS. J’entends déja mon commentateur favori me dire que de toutes façons, pour aller de Brest à Guipavas, ça ne s’impose pas. Ce qui n’est pas totalement dénué de bon sens je dois l’admettre. Quoique… On a vu des gens se perdre dans les ribins du Léon, se noyer dans un verre, errer dans les monts d’Arrée, y’en a même qui lisent du OBALDIA, c’est vous dire. Allez, à demain peut-être.

Français, encore un effort !

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

J’apprends à la lecture de mon quotidien préféré, que la cote de Talonnettes 1er est en train de remonter. Etonnement et stupéfaction de ma part qui pensait que les français avaient enfin compris qu’ils s’étaient fait rouler dans la farine. Et bien pas du tout; il faut croire que la bêtise est vraiment ce qu’il y a de mieux partagé en ce bas monde. Il est vrai, comme le disait Jean-Pierre CHABROL (photo) que: »La bêtise a ceci de commun avec les maladies vénériennes, c’est qu’il est très agréable de l’attraper » c’est sans doute ce qui fait son succès.

J’ai eu le bonheur de rencontrer le bonhomme dans les années 70 et j’en garde un souvenir particulièrement marquant. Cet ancien maquisard était devenu conteur, romancier -lisez « les colères des Cévennes » chez Grasset je crois- il avait même tâté du cinéma (avec Costa GAVRAS si j’ai bonne mémoire) le visage buriné comme les monts de Lozère qu’il aimait tant, il vous entraînait dans ses récits et vous offrait un voyage dont on revient rarement indemne. Ecolo avant l’heure, éveilleur des consciences, gardien des milles et une nuits de la culture universelle, ce paysan Cévenol était à lui seul une leçon de vie.

En scrutant les gesticulations des princes qui nous gouvernent, il aurait sorti de sa besace un dicton dont il avait le secret, un adage qu’il aurait attribué à quelque vieux berger de ses montagnes et aurait continuer de bourrer sa pipe comme si de rien n’était. Allez, à demain peut-être.

En attendant Godot…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Ce matin j’attends Madeleine comme le chantait J. BREL. En vérité j’attends le gazier, enfin le gars qui relève les compteurs. Heure estimée d’intervention: »entre 8h et 12h » ce qui laisse une certaine marge d’incertitude tu l’avoueras, géniallissime lecteur. Or donc j’attends, non pas la petite camionnette bleue de nos ancêtres et le pékin avec sa casquette sur laquelle s’étalait fièrement et en lettres d’or son appartenance à la communauté nationale, que dis-je, au patrimoine national…Electricité et gaz de France. Que nenni! Il y a belle lurette que ce ne sont plus des fonctionnaires qui accomplissent cette noble tâche qui consistait à suivre de près la consommation de nos concitoyens et qui en profitaient pour vérifier leurs goûts en matière de boissons issues des différents pays de la communauté européenne. Ah, qui saura dire toute la poésie du service public…

En attendant donc, j’écoute SONNY BOY WILLIAMSON dans un blues Mississipien à faire pâlir JOHN LEE HOOKER lui même. Je t’ai déja raconté, petit scarabée, comment j’ai vaincu le dragon Trojan Fake alert BFW dans une bataille homérique. Bientôt je te conterait comment j’ai perdu toutes les données de mon GPS en tentant une mise à jour sur le NET. A demain peut-être.

Demain c’est jour de pêche

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Puisque le soleil daigne faire sa réapparition, c’est décidé, demain sera jour de pêche. Les mauvaises langues avaient pris l’habitude de dire que je péchait surtout par excès mais, justement, c’étaient des mauvaises langues.

Il est près de ma modeste demeure un petit plan d’eau qui mérite à peine le nom de lac mais qui est, dit-on, des plus poissonneux. Je ne manquerai pas de te tenir au courant, honorable lecteur, du résultat de cette expédition.

L’actualité étant aussi déprimante qu’un jour sans pastis, elle se passera bien de mes commentaires. Si ce n’est pour te rappeler le rendez-vous de demain soir avec notre inénarrables sélectionneur national…Puis-je néanmoins risquer une remarque sur l’Ubuesque communication de l’Elysée lors des voyages du président Talonnettes premier: Celui-ci, ou ses communicateurs, aurait exigé que les ouvriers de l’usine qu’il visitait et qui seraient susceptibles d’être sur la photo, soient choisi en fonction de leur taille! Comme le disait son prédécesseur: « abracadabrantesque »

A demain peut-être.