Les 5 derniers portraits ajoutés à la galerie

  • Image de l'artiste Jacques DOUAI

    Jacques DOUAI

  • Image de l'artiste Benny Goodman

    Benny Goodman

  • Image de l'artiste Sunnyland Slim

    Sunnyland Slim

  • Image de l'artiste Léda Rafanelli

    Léda Rafanelli

  • Image de l'artiste Joséphin Peladan

    Joséphin Peladan

THELONIOUS MONK…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

Thelonious Sphere Monk décédé un 17 février reste à mes yeux, et surtout à mes oreilles, un des plus grands pianistes de jazz que le monde est connu. Monk est souvent considéré comme l’un des fondateurs du style Bebop, avec The Bird au saxo, l’immense Dizzy à la trompette et Kenny Clark à la batterie. Ses compositions autant que son jeu pianistique ont suscité les plus vives réactions tant ils bousculaient la mélodie, l’harmonie et le rythme. Malgré cela, nombre de ses compositions sont devenues de grands « classiques » : Blue Monk, Round about Midnight (c’est la vidéo), Well You Needn’t, Straight, No Chaser… et ses détracteurs des débuts ont dû se rendre à l’évidence que les fameuses « dissonnances Monkiennes » ne sont pas le fruit du hasard, ni d’une maladresse, mais bien l’expression d’un génie musical hors du commun.

Monk était considéré comme un artiste d’avant-garde grâce à son approche unique de l’instrument. D’une manière générale, Monk improvisait beaucoup en jouant ses thèmes, et ses improvisations « collaient » toujours au thème. Les nombreux témoignages et hommages de grands musiciens tels que Miles Davis, John Coltrane, Sonny Rollins, pour ne citer qu’eux ne laissent aucun doute quand au fait que l’influence de Monk, tant sur le jeu que sur les compositions des jazzmen, a été – et est encore – aussi profonde et déterminante que celle de Duke Ellington, Charlie Parker, John Coltrane etc…

En plus d’être un maître en musique, Monk était un humaniste, un humoriste, et un philosophe. On retrouve d’ailleurs ces qualités dans son jeu et dans ses compositions. Les nombreuses anecdotes que l’on rapporte, si elles prêtent à rire, sont aussi une source d’inspiration et de réflexion pour de nombreux artistes. Pour les amateurs, il y a le bouquin de Jacques Ponzio sur la vie et l’oeuvre de Thelonious Monk. Waouuuuh, on se croirait sur france musique !

RETOUR DE NOCE…

Soirée carnavalesque décevante. J’étais parti joyeux à la rencontre de ma ville de prédilection, j’y ai retrouvé une cité endormie, qui n’en finit pas de s’éteindre. Douarnenez l’orgueilleuse, Douarnenez l’insolente n’est plus que l’ombre d’elle même. Les costumes les plus nombreux en cette grande nuit des Gras, ce sont ceux de la maréchaussée. Les voitures du shériff patrouillent sans discontinuer, l’alcool est interdit à la vente dans les commerces et lsa majesté « Den Paolig » pendouille, lamentablement, suspendu au fronton des halles il regarde ses sujets s’enfoncer peu à peu dans les oubliettes de l’histoire, en attendant de finir brulé telle la Jeanne sur son bûcher. Bien sûr, Micheline est toujours derrière son bar, malgré ou à cause de ses 90 printemps et plus, bien sûr il y a quelques inconditionnels qui continuent à faire semblant d’y croire; mais cette fois ci on dirait bien que la fanfare « à bout de souffle », l’est vraiment… Allez, foin de nostalgie, l’année prochaine…Je vais à Rio !

Ah, on voudrait tant que les choses soient comme on voudrait qu’elles soient et non point ce qu’elles sont (philosophie de comptoir). Allez merci de cette visite, portez vous bien et à demain peut-être.

CELESTINE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Il y a des commentaires qui ont force de loi, ce que femme veut… Voici donc: DAOUDA LE SENTIMENTAL. Vous avez aimé Franckie VINCENT, Amadou et sa copine, vous allez adorer Daouda. Et justement tiens, à propos de Célestine, admirez l’enchainement.

LE BLOG D’UNE FEMME DE CHAMBRE…

Si l’on en croit Wiquipédia, Octave Mirbeau, né le 16 février 1848 à Trévières (Calvados) et mort le 16 février 1917 à Paris, est un écrivain et un journaliste français, et à priori, il n’y a pas de raison de ne pas les croire. Avouez qu’il faut déjà faire preuve d’esprit pour naître et mourir un 16 février ! Octave Mirbeau a connu une célébrité européenne et de grands succès populaires, tout en étant également apprécié et reconnu par les avant-gardes littéraires et artistiques, ce qui n’est pas commun. Souvenez vous de l’interprétation somptueuse de Jeanne Moreau en Célestine dans « Le journal d’une femme de chambre » mis en scène par Bunuel.Un roman qui n’a pas pris une ride et qui pourtant date, pour sa première parution en feuilleton, de 1892…

Journaliste influent et fort bien rémunéré, critique d’art défenseur des avant-gardes, pamphlétaire redouté, il a été aussi un romancier novateur, qui a contribué à l’évolution du genre romanesque, et un dramaturge, à la fois classique et moderne, qui a triomphé sur toutes les grandes scènes du monde. Mais, après sa mort, il a traversé pendant un demi-siècle une période de purgatoire. Il était visiblement trop dérangeant pour l’establishment, tant sur le plan littéraire et esthétique que sur le plan politique et social. Littérairement incorrect, il était inclassable, il faisait fi des étiquettes, des théories et des écoles, et il étendait à tous les genres littéraires sa contestation radicale des institutions culturelles ; également politiquement incorrect, farouchement individualiste et libertaire, il incarnait une figure d’intellectuel critique, potentiellement subversif et « irrécupérable », selon l’expression de Jean-Paul Sartre dans Les Mains sales.

DEUSTA BUGALED,

Deusta war an aod. Paroles ô combien célèbres entonnées par les cortèges chamarrés et quelque peu avinés, qui vont des halles au port et du port aux halles. Bien sûr cela n’est pas Venise même si c’est un port et pas n’importe lequel.

Bien sûr il y a un pont qui enjambe le port Rhu, et des soupirs qui s’y égarent, mais force est de constater que ça ressemble davantage à la fête de la bière Munichoise qu’au concours d’élégance de la cité des Doges. Les costumes sont, comment dire, plus rudimentaires, plus rustiques, moins « incoyables et meveilleuses », moins clinquants, en un mot, moins bling bling. Mais qui n’a pas fréquenté une fois dans sa vie « la grande nuit des gras » le mardi soir à Douarnenez ne sait rien de la liesse populaire, de l’outrance, de la démesure.

Plijadur war an aod, poursuit la chanson traditionnelle que l’on pourrait traduire par: Venez mes enfants, venez sur le port, et vous aurez du plaisir, du plaisir sur le port… Il me revient en mémoire un autre refrain qui se transmettait de génération en génération et qui disait à peu près ceci: « A Douarnenez le carnaval est chouette, tous les gens de la rue Dugay-Trouin, mettent le nez à la fenêtre, pour voir passer pierrots et arlequins… ». Bon, allez, c’est entendu, dès que je suis Président, la semaine des gras sera déclarée fériée.

En attendant ces jours bénis, je vais profiter d’une éclaircie pour terminer (enfin) la taille de mes hortensias, à ma décharge, il faut dire qu’il y en a 128 pieds… Allez portez vous bien et à demain peut-être.

J’avais fait sa connaissance dans les années 70 lors d’un séminaire sur l’école émancipée. Un type passionnant que m’avait présenté Paul Le Bohec, autre grand pédagogue, pratiquant et vulgarisateur des méthodes de Célestin Freinet.Etudiant à l’Ecole Normale de Vannes, il prend part à un mouvement de grève générale contre la guerre d’Algérie. Il soutiendra ensuite l’initiative de Louis Lecoin pour l’obtention du statut d’objecteur de conscience.Militant syndicaliste, il représente dès 1962 la tendance de « l’Ecole émancipée » au sein de la « Fédération de l’Education Nationale », puis milite à partir de 1966 à « l’Union des Anarcho-Syndicalistes » (U.A.S). Professeur d’histoire, il s’installe à Apt en 1980 et va dès lors participer pleinement aux activités du CIRA de Marseille en particulier à la constitution de la vidéothèque anarchiste.Membre de l’Institut Coopératif de l’Ecole Moderne (ICEM) du mouvement Freinet, il devient l’historien du mouvement, faisant notamment redécouvrir plusieurs films et réalisant en 1996 un documentaire « Le mouvement Freinet ». Il est également l’auteur d’une brochure « Cinématographe et mouvement Freinet » (1989), et de nombreux articles parus dans les journaux « L’Ecole émancipée » ou « Le Monde Libertaire ».Victime d’un arrêt cardiaque, il meurt à Apt le 4 janvier 2007 alors qu’il allait avoir 66 ans.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

L’HOMME DU JOUR C’EST: NAT KING COLE.

Il nait le jour de la Saint-Patrick, le 17 mars 1919. On discute souvent son année de naissance mais sa fille Natalie Cole explique dans son autobiographie que son père est né en 1919. Le père de Cole, Reverend Edward James Cole Sr, et la mère, Perlina , ont 13 enfants mais il n’y en a que cinq qui survivent à l’âge adulte. Son père est  pasteur à l’Église First Baptist et sa mère dirige le chœur. La famille Cole déménage dans le quartier Bronzeville de Chicago. Ce quartier est au centre de la scène jazz et rhythm and blues de la ville. Nat et son frère Eddie écoutent la musique de Louis Armstrong et Jimmie Noon.Il étudie le piano et l’orgue avec sa mère et commence ses études qui comprennent beaucoup de musique classique. Il acquiert de l’expérience en jouant de l’orgue chaque dimanche dans la nouvelle église de son père. Le 15 mars 1945, l’album du trio, The King Cole Trio (Vol. 1) devient le premier album numéro 1 sur le Premier Album Chart de Billboard. L’album suivant, The King Cole Trio (Vol. 2) sort en 1946 avec le succès de la chanson no1 (I Love You) For Sentimental Reason. Cet album comprend deux enregistrements très célèbres de Cole, The Christmas Song et (Get Your Kicks On) Route 66. Dans la première, Cole chante avec un orchestre à cordes pour la première fois.

Cole fera partie de la distribution d’un grand nombre de films, parmi lesquels Killer Diller (1948), The Blue Gardenia (1953), Small Town Girl (1953), The Scarlet Hour (1956), Istanbul (1957), China Gate (1957), St. Louis Blues (1958), et Cat Ballou (1965)..Il s’associe avec John F. Kennedy et il chantera lors de son investiture en 1961, avec Frank Sinatra et d’autres artistes célèbres.Cole est atteint du cancer du poumon, il succombe le 15 février 1965 à l’âge de 45 ans. Il est enterré au cimetière Forest Lawn à Glendale en Californie.Il reçoit le prix pour l’ensemble de son œuvre lors des Grammy Awards en 1990. L’année suivante, sa fille, Natalie Cole, sort un album qui comprend un duo virtuel de la chanson de son père Unforgettable (en vidéo ci-dessus)et elle reçoit le prix de l’album de l’année aux Grammy Awards.

UNE PENSEE POUR HENRI PORTIER.

Le 15 février 1941, naissance d’Henri PORTIER, à Lorient.
Anarcho-syndicaliste, pacifiste, antimilitariste et libertaire, historien du mouvement Freinet.

J‘avais fait sa connaissance dans les années 70 lors d’un séminaire sur l’école émancipée. Un type passionnant que m’avait présenté Paul Le Bohec, autre grand pédagogue, pratiquant et vulgarisateur des méthodes de Célestin Freinet.
Etudiant à l’Ecole Normale de Vannes, il prend part à un mouvement de grève générale contre la guerre d’Algérie. Il soutiendra ensuite l’initiative de Louis Lecoin pour l’obtention du statut d’objecteur de conscience.
Militant syndicaliste, il représente dès 1962 la tendance de « l’Ecole émancipée » au sein de la « Fédération de l’Education Nationale », puis milite à partir de 1966 à « l’Union des Anarcho-Syndicalistes » (U.A.S). Professeur d’histoire, il s’installe à Apt en 1980 et va dès lors participer pleinement aux activités du CIRA de Marseille en particulier à la constitution de la vidéothèque anarchiste.
Membre de l’Institut Coopératif de l’Ecole Moderne (ICEM) du mouvement Freinet, il devient l’historien du mouvement, faisant notamment redécouvrir plusieurs films et réalisant en 1996 un documentaire « Le mouvement Freinet ». Il est également l’auteur d’une brochure « Cinématographe et mouvement Freinet » (1989), et de nombreux articles parus dans les journaux « L’Ecole émancipée » ou « Le Monde Libertaire ».
Victime d’un arrêt cardiaque, il meurt à Apt le 4 janvier 2007 alors qu’il allait avoir 66 ans.

NE JAMAIS DIRE: FONTAINE…

Ma fiancée a eu la génialissime idée de m’offrir le dernier opus de Brigitte Fontaine: « Le bon peuple du sang – Récits et variations » ed: Flammarion.

Je cite simplement la 4ème de couverture: « Je vais vous entretenir des anciennes communiantes, des musettes, des guinguettes, des robots de ménage qui cassent tout dans les taudis surchargés, de l’ombre qui règne dans les petites pièces sales et tristes et, oui, de la tristesse, du désespoir, de la rage et de la mort qui ne vient pas malgré tout ce que l’on fait pour elle…. J’aimerais mieux vous entretenir… de luxe et de volupté, de joie, d’allégresse…Mais ce n’est pas à l’ordre du jour. »

Faites vous le offrir, achetez le, volez le, mais, lisez le. Revigorant, iconoclaste, mal élevé comme dit SINE, plein de hargne et de rage, de tendresse et d’amour.

Si vous suivez un peu l’actu sportive et que vous avez la fibre franchouillarde, le weekend vous a gaté. Deux médailles d’or aux J.O. et une victoire du XV de France…Cocorico ! Allez, comme Brigitte Fontaine, enfilez votre pelisse (attention pas de la vraie fourrure) et vos mitaines, ça caille encore ce matin. Portez vous bien et à demain peut-être.

ET SURTOUT, BONNE SANTE !..

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

QUE FAISIEZ VOUS LE 14 FEVRIER 1974 ?

C‘est un 14 février, en 1974, un mois après la dissolution du FLB par l’inénarrable Marcellin, que l’on assiste à la destruction du relais émetteur de télévision de Roc’h Tredudon (ou ça? Là bas dans les monts d’arrées !) . L’action est revendiquée par ce même FLB-ARB. Ceci aurait provoqué l’infarctus fatal au sous-directeur du centre, Pierre Péron. Mais à l’époque et depuis les années 60, le mouvement Breton est tellement infiltré et manipulé, notamment par la DST, que plus personne ne sait qui fait sauter quoi. Enfin, c’était un temps où ça pétardait dur, la CRS 13 à St Brieuc, la villa de Bouygues, celle du commissaire Tallanter en 79 à Bréhec, et cela jusqu’au décès de Yann Kernalèguen à Chateaulin, tué par sa propre bombe. Toujours est-il que ces soirées bretonnes sans télé pendant une longue période et en hiver ont permis la redécouverte de la lecture, des discussions entre amis, des festou noz …Et plus si affinités. On dit qu’on en trouve encore les traces dans les courbes démographiques.

LE TROU ! QUEL TROU ?

Ce n’est pas dans les habitudes de ce blog mais j’ai trouvé ce message porteur d’une grande pertinence et je tenais à vous en faire profiter.

a - Dorénavant, sur une consultation médicale, nous versons 1 euro,
b -
Nous sommes restreints lors de nos arrêts maladie …
c -
Nous devons consulter un généraliste avant de voir un spécialiste …
d –
Pour tout traitement de plus de 91 euro, nous en sommes de 18 euros de notre poche,
e –
Taxe de 0,50c sur les boites
f –
etc…….
Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou qui est à ce jour de 11 milliards.

Or, savez-vous que :
1°)
Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécu , n’est pas reversée. 7.8 milliards
2°)
Une partie des taxes sur l’alcool, destinée à la Sécu , n’est pas reversée.3.5 milliards 

3°)
Une partie des primes d’assurances automobiles destinée à la Sécu , n’est pas reversée 1. 6 milliards
4°)
La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu , n’est pas reversée
1,2 milliards
5°)
La part de TVA destinée à la Sécu n’est pas reversée.
2.0 milliards
6°)
Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés 2.1 
milliards
7°)
Retard de paiement par les entreprises 1.9 milliards


En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d’euros. 
Conclusion : si les responsables de la Sécu et nos gouvernants font leur boulot efficacement et honnêtement, si chacune des institutions reverse ce qu’ils doivent chaque année , les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd’hui 9 milliards d’excédent !!!
Ces chiffres ne sont pas inventés vous pouvez les consulter sur le site de la sécu ; ils sont issus du rapport des comptes de la Sécu.

Evelyne DUBIN

Secrétaire Générale Adjointe au Directeur Général
Institut National du Développement Local

ET PENDANT CE TEMPS LA

Les bonus des professionnels de la finance travaillant au Royaume-Uni vont bondir de 40 % en moyenne cette année, selon une enquête publiée vendredi par un site Internet, qui semble confirmer l’inefficacité de la taxe antibonus instaurée par le gouvernement britannique.

Sur les six cent quatre-vingt-quatorze professionnels qui ont répondu à l’enquête du site eFinancialCareers.com, un site spécialisé dans le recrutement au sein du secteur financier, seuls 10 % ont affirmé qu’ils n’étaient pas éligibles à une prime au titre de leurs performances de 2009. Et sur les 90 % restants, une poignée seulement (3 %) ont dit qu’ils ne recevraient pas non plus de bonus.

D‘après l’enquête, les primes versées au titre de 2009 « sont en hausse de 40 % en moyenne par rapport aux primes 2008″ versées l’an dernier. Par ailleurs, près des deux tiers des participants ont indiqué avoir bénéficié d’une hausse de salaire au cours des douze derniers mois, de 26 % en moyenne, un moyen qui semble utilisé par les banques pour limiter le coût de la taxe antibonus.

Cette étude semble conforter l’hypothèse que la taxe antibonus instaurée au Royaume-Uni n’a pas eu l’effet escompté par le gouvernement, à savoir inciter les établissements bancaires à réduire les primes payées à leurs employés. Le gouvernement britannique a créé en décembre une taxe ponctuelle sur les bonus des banquiers. Concrètement, les banques opérant au Royaume-Uni devront verser cette année au Trésor une somme équivalente à 50 % des bonus qu’elles auront payés à leurs employés au titre de 2009, au-delà de 25 000 livres (soit environ 27 500 euros).

Voila pour ce dimanche frigorifiant. Sortez couvert, portez vous bien et à demain peut-être.

LES CISEAUX D’ANASTHASIE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

QUAND LE TSAR FAIT PEUR…

Magnifique expo que celle qui était prévue dans cette plus ancienne école d’art de notre bonne vieille République. Seulement voilà, il ne faut pas prendre le risque de froisser le prince. Alors on démonte, sans même prévenir l’artiste, SIU LAN KO. Voici ce qu’elle en pense:

« Je trouve dur de découvrir que cette forme de censure brutale puisse se produire en France. Il n’y a même pas de place pour la discussion, tout se passe dans mon dos et celui de la commissaire. Encore plus dur que cela se produise dans la plus ancienne école d’art française, où l’on est supposé encourager l’expression la plus libre des artistes.

Dur de croire encore que les enjeux économiques et politiques l’emportent sur toute autre préoccupation. Cela montre à mes yeux dans quel climat conservateur est tombée la France de Sarkozy, et à quel point celui-ci fait peur.

Je demande que mon travail soit remis sur la façade et que l’école donne une explication officielle à cette censure et s’excuse. Je réfléchis aussi à une éventuelle action judiciaire. »

Selon le chemin que vous empruntiez, vous auriez pu lire:

  • Gagner Plus Travailler Moins
  • Travailler Plus Gagner Moins
  • Travailler Moins Gagner Moins
  • Travailler Plus Gagner Plus
  • Plus Gagner Plus Travailler
  • Moins Gagner Plus Travailler
  • Moins Travailler Moins Gagner
  • Plus Travailler Plus Gagner
  • Plus Gagner Moins Travailler
  • Plus Travailler Moins Gagner

Je ne sais pas ce qu’en aurait pensé celui dont je dresse le portrait ci après mais j’ai comme dans l’idée qu’il n’aurait pas tellement apprécié…

PIERRE KROPOTKINE.

Descendant du grand-prince de Kiev Vladimir II Monomaque, donc issu de la haute noblesse moscovite, il intègre l’armée impériale russe à partir de 1857. Il est alors affecté comme officier de Cosaques en Sibérie. À partir de 1867, il quitte l’armée pour faire des études de mathématiques et de géographie à l’université de Saint-Pétersbourg. Il publie plusieurs travaux sur l’Asie septentrionale et explore la péninsule scandinave. Il repart à Saint-Pétersbourg où il mène une activité de militant clandestin. Il est emprisonné en 1874 et s’évade deux ans plus tard.

Réfugié en Grande-Bretagne, il revient en Suisse, reprend son activité militante et publie plusieurs ouvrages politiques. Il fonde en 1879 le journal Le Révolté. Il est détenu à Lyon et amnistié en 1886, grâce à l’intervention, en particulier, de Victor Hugo.

Il s’installe alors en Angleterre et publie différents ouvrages de géographie et de politique. Il collabore notamment à la Géographie Universelle d’Élisée Reclus.

Il retourne en Russie en 1917 et refuse un poste de ministre, proposé par Aleksandr Kerenski. Il prend une attitude critique vis-à-vis du pouvoir bolchévique notamment de la personnalité de Lénine et des méthodes autoritaires de la nouvelle URSS.(ici, une photo de Kropotkine que l’on doit à Nadar. Jaime bien le côté père Noël.)

En 1919, l’insurrection anarchiste menée par Nestor Makhno (qui se réfugia en France et fit escale à Brest) à travers l’Ukraine revendiquera l’application effective des principes exposés dans l’Entraide.

Le 13 février 1921, à Moscou. Les funérailles de Pierre KROPOTKINE sont le théâtre de la dernière manifestation libre et de masse  en Russie bolchévique. On sait ce qu’il en est advenu par la suite. Sous la pression des libertaires, des prisonniers anarchistes sont relâchés pour leur permettre d’assister aux obsèques. Une foule de cent mille personnes suit le cercueil jusqu’au cimetière. Des drapeaux noirs sont déployés, mais aussi des banderoles proclamant : »Où il y a de l’autorité, il n’y a pas de liberté« .

Allez, ça devrait suffire pour un samedi. C’est sympa à vous d’avoir pris le chemin des « Cénobites tranquilles », portez vous bien et à demain peut-être.

LA RENOUEE DES OISEAUX…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,


Bonjour
à tous et à chacun ! Nous sommes le 12 février c’est à dire le 24
de pluviôse, oui bon, ben faut suivre aussi. Or donc c’est le jour
de la « trainasse ». Mais non, pas Mme …… IL s’agit
une plante herbacée de la famille des polygonacéés dont les
graines sont particulièrement appréciées des petits oiseaux et des
merles moqueurs en particulier. On la connait aussi sous le nom de
« renouée des oiseaux ». Si vous en avez dans votre
jardin, il paraît que c’est très joli mais très envahissant. D’où
le nom peut-être.

 FEDERICA MONTSENY

L‘homme
du jour est une femme:Née un 12 février 1905,

c’est une intellectuelle et une militante anarchiste espagnole,
ministre de la Santé sous la IIe République espagnole, pendant la
guerre civile  déclenchée par l’armée
.


Elle
est une amie de DURRUTI, celui là même qui donna son nom à la
fameuse colonne de combattants républicains pendant la guerre contre
les troupes Franquistes, 2500 anarchistes organisés en centuries (il
faudra que je vous en parle un jour) mais aussi avec Francisco ASCASO
et Gregorio Jover depuis un long moment lorsque éclate la guerre.

Le
4 novembre 1936, quatre anarchistes deviennent en effet ministres du
gouvernement national : Federica Montseny,Juan Garcia Oliver
(Justice), Juan PEIRE  (Industrie) et Juan López Sánchez
(Commerce). Une participation des « cénétistes » (CNT) dans
le gouvernement ce qui a bien sûr fait débat au sein des
anarcho-syndicalistes.

Federica
Montseny est donc la première femme ministre d’Europe Occidentale.
Pendant son mandat, est promulgué un décret qui légalise
l’avortement. La militante anarchiste est à l’origine de lieux pour
enfants et personnes âgées, de centres de formation pour femmes,
notamment pour aider les prostituées à se libérer de leur milieu.

Ses
parents, Juan Montseny et Térésa Mañé, étaient déjà des
militants, écrivains et propagandistes anarchistes, sous les
pseudonymes de Federico Urales et Soledad Gustavo. Elle comptait
parmi les principaux cadres du syndicat anarcho-syndicaliste
(C.N.T.), et prit, avec d’autres, la décision, controversée dans le
milieu anarchiste, de participer au gouvernement républicain pendant
la révolution sociale et la guerre civile.

Federica
Montseny repose au cimetière Saint-Cyprien à Toulouse.

Allez, encore une fois merci de votre visite, hier nous avons passé le cap des 2000 visiteurs, c’est encourageant. Portez vous bien et à demain peut-être.

FEMME VOILEE, FEMME…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

LETTRE OUVERTE A ILHAM MOUSSAID.

Je m’étais promis de ne pas y revenir mais, trop c’est trop. J’écris donc cette lettre, que je laisse ouverte, à cette candidate du NPA pour les régionales dans le Vaucluse.

Chère Ilham, je ne te connais pas mais, comme Prévert, je dis « tu » à ceux que j’aime. Car oui je t’aime, j’aime ton courage, ton combat, ton audace. Contre la droite ulcérée, contre la gauche outrée, contre les cathos offensés, contre les fondamentalistes enragés, contre les laïcards outragés, contre les Trotskistes décalés..

Tu as choisi de paraître sur une liste électorale avec ton fichu sur la tête et donc, comme dirait Lacan, tu as choisi de « par être », « d’être par » cette décision, d’exister au nez et à la barbe (hi hi) de tous ceux qui voudraient te renvoyer dans ta cuisine.

Ceux qui aujourd’hui en appelle à la République (je mets toujours une majuscule), pour fustiger les signes ostentatoires d’appartenance à une religion, Les Coppé, les Aubry, les BHL, Les Mélenchon et même,paradoxe, les Fadela Amara. Ceux là et leurs pairs, je ne me souviens pas les avoir entendu hoqueter lorsque Henri GROUES, alias l’abbé Pierre, fut élu Député de Meurthe et Moselle; lorsque Félix KIR, chanoine de son état, fut élu maire, Conseiller Général et Député de Dijon; lorsque l’abbé LAUDRIN se fit élire Conseiller Général, député de Locminé et même, et je devrais dire surtout, lorsqu’il fut désigné pour représenter la France au Parlement Européen (assemblée parlementaire de la CEE) en 1962. Bon c’est vrai, il étaient blancs, catholiques et de droite, mais quand même…Plus ostentatoire qu’une soutane, c’est difficile à faire. Plus près de nous, même s’il ne portait plus la soutane depuis longtemps, le prêtre costarmoricain Paul HOUE fut Maire de St Gilles du Mené pendant des années et ça ne faisait pas tousser tant que cela dans le diocèse… Je pourrai allonger la liste .

En vérité Ilham, tu as contre toi d’être une femme, musulmane peut-être, de gauche assurément, républicaine forcément, anticapitaliste viscéralement, internationaliste évidemment et donc comme dirait le boiteux de Montpellier, « d’avoir une tête pas très catholique ». C’est beaucoup de handicaps pour affronter le suffrage de ses concitoyens et pour cela, moi qui suis anticlérical, athée et mécréant je te salues fraternellement.

La meilleure des réponses à apporter à ceux qui entretiennent un climat de haine et de suspicion autour de l’identité nationale (là, je ne mets pas de majuscule), de l’immigration, et surtout, des deux accolés. A ceux qui confondent (volontairement) Hijab et burqa, (le premier étant réservé aux femmes du prophète dans le coran, la seconde étant une invention récente des Salafistes, mais les deux faisant d’excellents instruments pour tous ceux qui veulent tuer leur chien au motif qu’il est enragé)…C’est de te faire élire ! Ainsi soit-il !

AN DEN PAOLIG…

Fort heureusement, dans quelques jours on va pouvoir se vidanger les neurones en fêtant Mardi gras à Douarnenez. Déguisé ou pas, l’occasion est trop belle de faire « son reuz » derrière Den Paolig (le pauvre homme qui est roi de la fête durant quelques jours). Cette parenthèse dans la vraie vie est un réel ressourcement pour qui a usé ses culottes courtes sur les quais du Port Rhu, quand bien même le folklore a pris une place de plus en plus importante au détriment de la spontanéité qui existait jadis. Le soda à supplanté le « rouge lim’ », idéologie sécuritaire oblige. Mais la grande soirée du mardi reste incontournable, de « chez micheline » au « Malamock », on va déambuler à la recherche du temps perdu, de sa jeunesse peut-être. Illusion vite évaporée quand au petit matin il faut reprendre contact avec les réalités qui font trop souvent de notre vieille planète cette vallée de larmes… Je vous ferai un petit rapport dans un proche billet si j’ai retrouvé mes capacités après force libations sans lesquelles les Gras seraient bien maigres…

UNE BREVE RIGOLOTE.

Bien qu’ayant servi depuis des années en tant que diplomate pakistanais, Akbar Zeb (ou Zib) n’a pas reçu l’aval pour être nommé ambassadeur du Pakistan en Arabie saoudite, selon des sources citées par le site de relations internationales Foreign Policy. Cela n’a rien à voir avec ses états de service, mais plutôt avec son nom, qui signifie en arabe «la plus grosse bite». Le site Salem News rapporte:

« Un diplomate de haut niveau pakistanais s’est vu refuser le poste d’ambassadeur en Arabie saoudite à cause de son nom, Akbar Zeb, qui signifie «la plus grosse bite» en arabe. Les responsables saoudiens, apparemment accablés par le nom, on mis leur veto. »

Bon, allez, faut pas désespérer de l’humanité. Ca finira bien par s’arranger dans quelques millions d’années. En attendant ce jour, portez vous bien et à demain peut-être.

SUPER BOWL…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Sur un blog ami, blog.magikstudio.fr, j’ai beaucoup ri à la découverte des pubs diffusées à l’occasion du super bowl Etats-uniens. Pour ma part, vous me connaissez, il faut toujours que je cherche la petite bête et, j’ai tout de même noté que les ultra conservateurs en ont profité pour inonder le pays de leur propagande immonde. La 44e finale du championnat de football américain qui a opposé, dimanche, la Nouvelle-Orléans à Indianapolis fait déjà l’objet d’une vive polémique aux États-Unis. Le motif: Financée par l’association religieuse conservatrice Focus on the Family, une publicité contre l’avortement diffusée sur CBS, avant et après la retransmission du Super Bowl… ce qui provoque la colère des amateurs de football américain les plus libéraux.

Les « pro-choice », qui défendent le droit à l’avortement, crient en effet au scandale et accusent CBS, diffuseur historique du Super Bowl, de prendre partie dans un débat qui déchire la société américaine. Dans un communiqué, Dana McClintock, porte-parole de la chaîne, dément à peine, expliquant que les choix publicitaires précédents de CBS « ne prenaient pas assez en compte le sentiment du public ». En d’autres termes : CBS veut satisfaire l’aile la plus conservatrice de ses téléspectateurs.

Le spot en question, mettrait en scène le joueur des Florida Gators Tim Tebow, une star du championnat universitaire aux convictions religieuses affirmées, aux côtés de sa mère, devenue l’icône des « pro-life » parce que celle-ci a refusé, un beau jour de 1987, de se faire avorter contre l’avis de ses médecins, et est devenue, vingt ans plus tard, la mère d’un champion. Affligeant…On rêve de sabotage. Tiens, à ce propos, lisez donc ce qui suit.

Voici un extrait d’un article de Emile POUGET paru dans « l’almanach du père peinard » en 1898. Ce petit texte qui veut nous expliquer ce qu’est le sabotage nous dévoile aussi avec verve et talent la façon dont on s’exprimait dans le monde ouvrier industriel de la fin du 19ème siècle. Le mot sabotage vient donc de sabot: Celui là même que l’on jetait dans une machine pour la mettre en panne.

« Le SABOTTAGE est une riche binaise qui, d’ici peu, fera rire jaune les capitalos. L’idée du SABOTTAGE ne restera pas à l’état de rêve bleu : on usera du truc ! Et les exploiteurs comprendront enfin que le métier de patron commence à ne plus être tout rose. Ceci dit, pour les bons bougres qui ne sauraient pas encore de quoi il retourne, que j’explique ce qu’est le sabottage. Le sabottage, c’est le tirage à cul conscient, c’est le ratage d’un boulot, c’est le grain de sable roublardement fourré dans l’engrenage minutieux pour que la machine toussote, c’est le coulage systématique du patron… Tout ça pratiqué en douce, sans faire de magnes, ni d’épates. .A supposer, par exemple, un grand bagne dont le patron, tout par un coup, a une lubie accapareuse, — soit qu’il ait une nouvelle maîtresse à entretenir, soit qu’il guigne l’achat d’un château… ou autre fantaisie qui nécessite de sa part une augmentation de bénéfices. Donc, voilà le sabottage chouettement défini : à mauvaise paye, mauvais travail! » C’est pas ragaillardisant ça ?

Allez, j’arrète là pour aujourd’hui, j’ai ma life box qui fait des siennes. Portez vous bien et à demain peut-être.

QUI VA A LA CHASSE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Bonjour à tous. Nous sommes le 9 février, 21ème jour de pluviôse et c’est le jour du « tabouret ». Je vous assure que j’invente pas. Vous connaissez le « tabouret bleu » ? Et bien c’est la Thlaspi. Vous connaissez pas la thlaspi ? C’est une belle plante de la famille des brasicasées. Non, pas des bras cassés. Et alors, merci qui…Merci tonton Wiki.

L’homme du jour, du mois, du siècle.

Comment ne pas marquer l’anniversaire de la mort de ce maître à penser, disparu un 9 février en 1975.« Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir. » Ses citations sont devenues quasi proverbiales et, personnellement, je ne m’en lasse pas.

Après avoir débuté en 1922 à La vache enragée,à Montmartre, Pierre Dac se fait connaître dans les années 1930 à la radio sur le Poste Parisien et anime dès 1936 ‘La Course au trésor’ : il s’agit de trouver un objet dans des conditions rocambolesques. Sur Radio cité, l’émission légendaire ‘La Société des loufoques’ sera reprise dans son journal ‘L’ Os à moelle’. Il s’engage par la suite dans la résistance, se réfugiant à Londres, il va devenir ‘la voix de la France’ en 1943-1944, dans l’émission sur la BBC ‘Les Français parlent aux Français’. Ses émissions sont un prélude à la carrière qu’il fera avec Francis Blanche. Il crée alors le Parti d’en rire (1949) puis ‘le MOU’ mouvement ondulatoire unifié avec Jean Yanne et Goscinny dont le slogan était:Les temps sont durs, vive le MOU. ces initiatives le conduisent à être candidat à la présidence de la République quelques années avant Coluche. Il s’est également lancé dans l’écriture de romans parodiques comme ‘Du côté d’ailleurs …’ (1953), ‘Les Pédicures de l’âme’ en 1974. Information méconnue du public, Pierre Dac s’avère être le précurseur du faux journal télévisé. A la libération, il est reçu Franc maçon à la grande loge de France, il y restera jusqu’en 1952. Plus tard, il rédigera une parodie sur les rites maçonnique.

QUI VA A LA CHASSE…


Les chasses présidentielles! On avait oublié que ça existait. Ou plutôt on pensait que ça ne pouvait plus exister. Elles avaient partiellement disparues sous Jacques Chirac qui avait supprimé les chasses de Marly et Rambouillet. Restait Chambord, son château, ses 160 hectares de forêts encloses, parfaites pour ce type d’activité couteuse, obscure et anachronique.

Vendredi dernier, se tenait donc à Chambord une chasse présidentielle organisée par le conseiller et ami du président, l’inénarrable Pierre Charon,(voir photo) qui vient d’être nommé par Nicolas Sarkozy responsable de la chose avec pour mission d’en faire un objet d’influence et d’entretien de réseaux. Donc vendredi, ça a commencé, comme le veut la tradition, par un petit déjeuner pour les 30 invités et leurs épouses (ou maris) et ça s’est terminé (après la partie de chasse) par un dîner dans le château. Juste avant ce repas, il y aura eu la cérémonie dite du «tableau de chasse».

Pierre Charon a réintroduit le faste qui avait disparu depuis longtemps, c’est-à-dire la présentation du tableau de chasse avec garde républicain en grande tenue et flambeau à la main. Tout le décorum le plus éculé, le plus clinquant, le plus monarchique, le plus impérial, le plus déplacé –pour ne pas dire le plus obscène– est réhabilité. Tout ça bien sûr, dans la confidentialité et l’opacité la plus totale. On ne sait pas combien ça coûte. Le contribuable n’a pas le droit de savoir qui est invité. Pas de listes, pas de photos. C’est clinquant, pompeux et dépensier et c’est secret comme une réunion de secte.

Sont invités des préfets, des ministres, surtout des partons du CAC40 et des grands flics aussi. On dit que Bouygues, Dassault le procureur Bot, le sans doute futur membre du Conseil constitutionnel Michel Charasse y ont tiré quelques gibiers récemment. Le but avoué est de créer des «obligés de l’Elysée». On se promet des rosettes, des pistons, des prébendes, des marchés…

La nuit du 4 août avait aboli le privilège de la chasse réservée aux nobles. Les chasses présidentielles réhabilitées discrètement, avec le retour de ce protocole à plumeau, sécurisées par des gendarmes réquisitionnés pour l’occasion, sont un peu plus qu’anecdotiques parce qu’elles traduisent une façon de faire de la politique, celle des réseaux et des amitiés hauts placés, celle des mélanges public/privé, celle des grosses fortunes qui s’amusent avec les grosses responsabilités d’Etat. Les chasses présidentielles sont aux antipodes de ce que suggérait la campagne du candidat Sarkozy et tout simplement aux antipodes de notre époque.Article « emprunté » à Thomas LEGRAND sur SLATE.fr

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

En février 1600, mort de Giordano BRUNO, à Rome, torturé et brûlé vif par l’inquisition pour avoir refusé d’abjurer ses idées antidogmatiques et rationalistes.Né à Nola (Italie) en 1548, d’abord moine dominicain, il écrit de nombreux ouvrages philosophique qui lui valent un procès en hérésie. Il s’exile à Genève, puis parcourt l’Europe, enseignant ses idées. Mais l’Église le poursuivra sans relâche. Il sera extradé de Venise et livré au Saint Office, qui en le condamnant à être brûlé vif en fera un martyr de la libre pensée. Rt pourtant, sur cette gravure, on lui donnerait le bon dieu sans confession…Parmi les livres de Giordano Bruno, on peut citer « De la cause, du principe et de l’unité » (1584), « Sonnets, dialogues », etc.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

En février 1600, mort de Giordano BRUNO, à Rome, torturé et brûlé vif par l’inquisition pour avoir refusé d’abjurer ses idées antidogmatiques et rationalistes.
Né à Nola (Italie) en 1548, d’abord moine dominicain, il écrit de nombreux ouvrages philosophique qui lui valent un procès en hérésie. Il s’exile à Genève, puis parcourt l’Europe, enseignant ses idées. Mais l’Église le poursuivra sans relâche. Il sera extradé de Venise et livré au Saint Office, qui en le condamnant à être brûlé vif en fera un martyr de la libre pensée. Rt pourtant, sur cette gravure, on lui donnerait le bon dieu sans confession…
Parmi les livres de Giordano Bruno, on peut citer « De la cause, du principe et de l’unité » (1584), « Sonnets, dialogues », etc.

Ça me rappelle une citation de Victor HUGO que je trouve très appropriée:

« Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu. Enfer hindou, des flammes. À en croire les religions, Dieu est né rôtisseur. »

Il faudra que je retrouve les références.

TOUT A FAIT THIERRY.

On n’a pas encore aperçu l’ombre d’une chaussure de foot sponsorisée pour le Mondial d’Afrique du sud, que déja on nous parle de l’Euro 2012…Et pendant ce temps là, comme disait Robert Lamoureux, le canard est toujours vivant. Je veux dire que Domenech, nech, nech, est toujours sélectionneur de l’équipe nationale. On pourra se consoler en regardant les Jeux Olympiques d’hiver à la télé. Enfin, comme ils se déroulent à Vancouver, les directs auront lieu…La nuit. Heureux retraités qui ne sont pas tenus par des horaires de forçat, la récupération de la force de travail et les cadences infernales. Ils pourront regarder le slalom géant à 3h du mat’ avant d’aller se coucher.

Allez, je ne le répèterai jamais assez, c’est très gentil à vous de faire un détour par « Les cénobites tranquilles » billet d’humeur et d’humour. Portez vous bien (le froid revient) et, à demain peut-être.