Les 5 derniers portraits ajoutés à la galerie

  • Image de l'artiste NORGE

    NORGE

  • Image de l'artiste Gérard de Nerval

    Gérard de Nerval

  • Image de l'artiste Paule MINK

    Paule MINK

  • Image de l'artiste André CLAUDOT

    André CLAUDOT

  • Image de l'artiste Dakota STATON

    Dakota STATON

Rosae, rosa, rosam…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

, ,

Amis du célibat pour tous et du mariage pour chacun réunis, bonjour ! En ce Vendredi 15 janvier 2021, 26è jour de Nivôse dédié à l’étain; je sacrifie à la tradition en saluant le jour anniversaire de la naissance de Proudhon. Néanmoins j’ai choisi d’évoquer Rosa Luxembourg, étonnant, non!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht (48 ans l’un et l’autre)  sont assassinés dans leur prison par des groupes paramilitaires anticommunistes, les Freikorps (« corps-francs »). Ex-animateurs du 250px-RLuxemburgCpWzgroupe révolutionnaire Spartakus, ils avaient fondé le 30 décembre 1918 le Parti communiste allemand (KPD) et tenté d’importer en Allemagne la Révolution russe à la faveur des troubles consécutifs à la défaite de leur pays et à l’armistice. Ayant déclenché une grève générale le 6 janvier 1919, leur tentative de soulèvement est écrasée par le ministre de la Défense, le social-démocrate Gustav Noske, au cours de la « Semaine sanglante » du 11 au 15 janvier 1919. C’est à Rosa que l’on doit cette pensée: « Celui qui ne bouge pas ne sent pas ses chaines. » Elle fut assassinée par des officiers des corps francs, dont sont issus les premiers nazis, pendant la Révolution allemande, lors de la répression de la Révolte spartakiste de Berlin.

Contrairement à Lénine qui mise sur la discipline d’un parti bien structuré, elle défend l’idée que la grève de masse est le principal moyen d’action révolutionnaire. Rosa Luxemburg s’oppose à la dérive guerrière de l’Allemagne. Une campagne pacifiste lui vaut d’être arrêtée en 1915. Zetkin_luxemburg1910En 1916, la crise du SPD la conduit à fonder avec Karl Liebknecht, Franz Mehring et Clara Zetkin, la Ligue des Spartakistes, mouvement révolutionnaire et antimilitariste, ancêtre du Parti Communiste Allemand. Enthousiasmée par la Révolution russe de 1917; elle se montre cependant très lucide et clairvoyante sur l’autoritarisme et le manque de liberté du régime bolchevique. Mais si elle est proche de Clara Zetkin -théoricienne du féminisme- (photo de droite) Rosa Luxemburg ne s’exprime pas dans les schémas féministes de l’époque. Elle ne s’intéresse pas spécifiquement aux droits des femmes, c’est toute l’humanité qui l’intéresse. Pour elle le statut inférieur des femmes, tout comme l’antisémitisme, disparaîtra quand viendra le socialisme.

Cette pacifiste croit en l’Internationalisme, les ouvriers allemands ne se battront pas contre leurs frères français. Elle appelle à la fraternité entre les peuples, milite contre la guerre, dont elle dénonce le caractère impérialiste, en donnant des conférences. Son engagement antimilitariste lui vaut d’être jugée et incarcérée, pendant presque toute la guerre; elle continue d’écrire des articles, qu’elle fait sortir rosa_luxemburgclandestinement par ses visiteurs, rédige aussi des livres. Femme de conviction, après la «trahison» du Parti social-démocrate allemand (qui vote les crédits de guerre en Aout 1914), elle se rapproche de Karl Liebknecht. Et ensemble ils fonderont la Ligue Spartakiste -du nom de Spartakus à l’origine de la révolte des esclaves à l’époque romaine- puis le Parti communiste allemand (en janvier 1919), dont elle rédige les statuts. Jusqu’au dernier moment Rosa Luxemburg sera une indéfectible combattante. Ainsi le jour de sa mort, cachée dans un appartement bourgeois berlinois, elle compose son dernier article intitulé «L’ordre règne à Berlin!»: « Sbires stupides! Votre “ordre” est bâti sur le sable. Dès demain la révolution “se dressera de nouveau avec fracas” proclamant à son de trompe pour votre plus grand effroi. J’étais, je suis, je serai!»

Bon, ben, j’ai comme l’impression que le moule est cassé. Des comme ça, y’en a plus beaucoup. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

A l’aise Blaise…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’antanaclase* et de la confiture de mirabelles réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 14 Janvier 2021, 25è jour de Nivôse dédié au chat dans notre calendrier républicain. Pour illustrer cette entrée en matière je vous ai déniché une photo de greffier des pluschat-lunette croquignolesques. Ce qui devrait faire plaisir à Siné dont je collectionne les dessins de chat. Bon, je m’avance peut-être un peu mais je sais que de là ou il est, il consulte régulièrement Les cénobites tranquilles. Après tout, je continue bien de mon côté à lire assidument Siné-Mensuel en dépit de son absence. *Pour les amoureux de la langue française je rappelle que l’antanaclase est la répétition d’un mot ou d’une expression avec un sens différent, en exploitant sa polysémie. Elle est proche de la paranomase et de la syllepse de sens. Ex : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » (Blaise Pascal, Pensées) C’est pas littéraire ça mes body boys ? Justement, tiens, admirez l’enchainement.

Blaise Pascal, fut, comme vous le savez, l’inventeur de la calculette, la fameuse Pascaline (à gauche en photo) et ses travaux sur le calcul des probabilités ont passionné de nombreux joueurs. Il développera en 1654 une méthode de résolution du « problème des partis » qui, pascalinedonnant naissance au cours du XVIIIe siècle au calcul des probabilités, influencera fortement les théories économiques modernes et les sciences sociales. J’en connais au moins un de parti qui aimerait bien savoir quelles sont les probabilités pour lui de retrouver le pouvoir après 2017… Mais, saviez vous  qu’on lui doit aussi la première ligne de « transports en commun », convoyant les passagers dans Paris avec des carrosses à cinq sols munis de plusieurs sièges.Après une expérience mystique qu’il éprouva à la suite d’un accident de carrosse en octobre 1654, il se consacrera à la réflexion philosophique et religieuse. Il écrit pendant cette période Les Provinciales et les Pensées, ces dernières n’étant publiées qu’après sa mort qui survient deux mois après son 39e anniversaire.

Il est aussi l’auteur du fameux triangle qui porte son nom encore que, Yang Hui, mathématicien chinois sous la dynastie Qin avait travaillé quatre siècles plus tôt sur un concept semblable. Il utilise ce tableau arithmétique afin de résoudre le « problème des partis », discuté depuis le XIVe siècle. Ce problème, qui lui a été soumis par son ami le chevalier TriangleIsocelPascal-300x214de Méré, concernait le partage équitable des gains d’un jeu de hasard interrompu : deux joueurs décident d’arrêter de jouer avant la fin du jeu et souhaitent partager les gains de manière équitable en s’appuyant sur les chances que chacun avait de gagner une fois à ce point. Le calcul des probabilités venait de voir le jour. C’est encore lui qui, dans Pensées, introduit la notion d’ordre comme « un ensemble homogène et autonome, régi par des lois, se rangeant à un certain modèle, d’où dérive son indépendance par rapport à un ou plusieurs autres ordres ». Les trois ordres identifiés par Pascal sont l’ordre du corps, l’ordre de l’esprit ou de la raison, et l’ordre du cœur ou de la charité. Cette notion d’ordre a été reprise par le philosophe André Comte-Sponville.

Aujourd’hui, les partis se préoccupent plutôt des forces de l’ordre… Allez ça  suffit pour un jeudi; portez vous bien et à bientôt peut-être.

Dinard, Dinard, trois minutes d’arrêt…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la prosopopée et du marron d’Inde réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 13 janvier 2021 et malgré vos bonnes résolutions, vous êtes encore devant votre ordinateur… C’est le 24è jour de nivôse dédié au Cuivre. nous fêtons (ou pas) Enogat, patron de Dinard, on retrouve sa trace au monastère de Saint-Méen, où il futdinard abbé, comme à Alet, où il fut évêque au VIIe siècle. Il a donné son nom à la commune de Saint-Enogat (35). La paroisse de Saint-Énogat  était jusqu’en 1858 le centre de la commune actuelle de Dinard. Originellement, Dinard faisait partie de la paroisse de Saint-Énogat. Puis, à la fin du XIXe siècle, les Britanniques commencèrent à y venir en villégiature et y firent bâtir de somptueuses villas sur la côte. Dinard se développa alors rapidement et devint la station de bord de mer la plus prisée d’Europe. Mais elle connut une désaffection à partir des années 1930, lorsque la haute société partit plutôt sur la Côte d’Azur.

Aujourd’hui, Dinard est, sans nul doute, la station balnéaire la plus « british » de France avec ses 407 villas classées. A l’époque où j’y résidais il y avait même un Consul de sa très gracieuse majesté qui y tenait salon. La villacommune est aussi connue pour son célèbre festival du film britannique.Voilà pour la petite histoire. Dinard, simple village de pêcheurs jusqu’à l’arrivée des Britanniques, tire son origine mythique du légendaire Roi Arthur: Din (colline / fort) – Arz/Ar (ours / Arthur) ; l’ours, dans la mythologie celtique, symbolise la souveraineté. Les Acta Sanctorum prétendent que « Saint Énogat était le cinquième successeur de saint Malo : il fut sacré au commencement de l’année 628, sous le règne d’Hoël III et le pontificat d’Honorius Ier, il mourut le 13 janvier 631, et l’article qui lui est consacré se termine par cette phrase « Nihil de eo aliud comperimus » (Nous ne savons rien de plus à son sujet). Dont acte…

Bon, je vous laisse, je dois me faire tester, vacciner, isoler, confiner… Naaaan, j’déconne ! Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Frères humains qui après nous vivez…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des bars-à-vins et du coquelet en sauce réunis, bonjour! Nous sommes le Mardi 12 janvier 2021, 23è jour de nivôse dédié au fer. VillonComme n’aurait pas manqué de le faire remarquer Bourvil: il faut le faire ! Quand bien même, pour la pataphysique, ce 12 Janvier 2021 est en réalité le Dimanche 15 Décervelage 148 Conscience d’UBU. Alors que je poursuis ma paisible retraite dans mon modeste ermitage et que les bruits du monde me parviennent assourdis par l’étrange lucarne, me laissant quelques temps libres, il m’est venu à l’esprit de relire Villon. Façon personnelle d’échapper au bruit et à la fureur des temps modernes;  Je vous ai mis de côté cette strophe qui ne saurait vous déplaire:

Sur mol duvet assis, ung gras chanoine,
Lez ung erasier, en chambre bien nattée,
A son costé gysant dame Sidoine,
Blanche, tendre, polie et attintée,
Boire ypocras, à jour et à nuytée,
Rire, jouer, mignonner et baiser,
Et nu à nu, pour mieux des corps s’aiser

François Villon.

https://youtu.be/uXOXLxVu_q8

Voila bien la philosophie qui sied à un cénobite. D’ailleurs, je vais de ce gibet.jpepas m’en resservir un petit en guise de solution hydro-alcoolique ce qui devrait avoir un effet immédiat sur les hordes de microbes et autres virus qui se sont mis en tête de nous pourrir la vie. Juste pour vous faire baver, il s’agit d’un Single Malt en provenance de Isle of Jura, un Signatory vintage millésimé 1997, bouteille N° 311… Quand je pense qu’à une lettre près notre poète porte le même nom qu’un ancien premier sinistre qui rêva de devenir calife à la place du calife… C’est un coup à vous éloigner de la poésie ou de la politique! PS: désolé pour les liens vidéo. Malgré tous mes efforts, je n’y arrive pas.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Blancs bonnets et bonnets rouges…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’anacoluthe et de l’endive braisée réunies, bonjour! Nous sommes déjà le Lundi 11 janvier 2021, 22è jour de nivôse dédié au sel… aujourd’hui donc, le st-hernincalendrier des postes voudrait nous faire croire que c’est la saint Paulin; en vérité, c’est la St hernin. Hernin serait venu de Grande-Bretagne pour établir son ermitage à Locarn. Le nom vient du vieux breton Harn, d’ou Loc Harn. La tradition locale prétend qu’il déserta ensuite ce lieu pour venir à Saint-Hernin, soutenu par le seigneur de Kergoat. Ce sont là deux charmants bourgs de la Bretagne centrale. A droite, un détail du calvaire de kerbreudeur à Saint-hernin.

Cette commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges. Le 11 juillet 1675 et les jours qui suivent, les insurgés de vingt paroisses de Scaër au Huelgoat, assiègent et pillent le château du Kergoët en Saint-Hernin, une somptueuse demeure pourvue de bonnets-rouges-300x192murailles et de défenses, propriété du marquis Le Moyne de Trévigny, puis le brûlent. L’intendant et plusieurs serviteurs sont assassinés. La marquise parvient à s’échapper et se réfugie au couvent des Carmes de Carhaix. Le propriétaire est réputé être lié à ceux qui avaient amené en Bretagne les impôts du timbre et du tabac. Par ailleurs les révoltés craignent l’imposition de la gabelle. Enfin le seigneur du lieu a la réputation d’être dur avec ses vassaux. Il se racontait alentour que le château avait été entièrement reconstruit par corvées. Une transaction est passée entre les paroisses et Le Moyne de Trévigny pour réparation des dommages sur son château. Celle-ci est approuvée par les États de Bretagne en octobre 1679. Ah, on savait s’amuser à l’époque…

Bon, allez, haut les cœurs; et comme disait mon aïeule: A la saint Hernin, le cénobite va bien ! Portez vous bien et à bientôt peut-être.

La chasse à l’enfant…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la chanson réaliste et du far aux pruneaux réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 09 janvier 2021, 20è jour de nivôse, consacré au van, mais si, vous savez, ce panier d’osier qui permettait de séparer le bon grain de sa balle et j’ai justement choisi de vous parler d’une enfant de la balle qui deviendra une grande dame aujourd’hui disparue et qui méritait mieux que l’oubli dans lequel l’ont relégué les médias. Marianne Oswald.

Elle est née en 1901 en Moselle de parents juifs émigrés de Pologne. Marianne Oswald entame sa carrière de chanteuse dans les années 20, dans les cabarets de Berlin. En 1931, du fait de la montée du parti Nazi et de la menace qu’il faisait peser, elle s’exile à Paris, où elle introduitOswald-D- dans la chanson française des techniques propres à l’expressionnisme allemand. Elle va interpréter tout à tour Brecht, Kurt Weill mais aussi Cocteau et Prévert. Celui-ci lui écrira une chanson que je vous donne à écouter ici (si la technique est de mon côté). En effet, pendant l’été 1934, un fait-divers scandalise Jacques Prévert : une trentaine d’enfants s’étant évadés du bagne de Belle-Île-en-Mer en réponse aux violences des surveillants du réfectoire, l’administration propose une prime de vingt francs pour chaque enfant capturé.

 https://youtu.be/upyoX-MRsNk

Les badauds et les touristes se joignent donc au personnel du bagne pour leur donner la chasse. Prévert réagit en écrivant d’une traite le poème Chasse à l’enfant, mis en musique par Joseph Kosma et enregistré par Marianne Oswald le 20 octobre 1936. Prévert avait aussi l’intention de tirer de l’anecdote un film, mais celui-ci ne verra jamais le prévertjour. Marianne Oswald s’est ensuite beaucoup investie à la radio et même à la télé. Les moins jeunes se souviendront de l’émission « Ah, les beaux jeudis ! ». Enfants, Lorsque la météo était maussade (ce qui est rare en Bretagne) avec les copains du quartier, nous nous retrouvions agglutinés autour du poste de TSF pour écouter Jean Nohain et Marianne Oswald… Elle nous a quitté en 1985, voici ce qu’en disait Jean Cocteau:« Je suppose que c’est cette puissance rouge d’incendie, de mégot, de torche, de phare, de fanal, qui l’habite, cet acharnement de braise, cette haleur de gaz d’acétylène, de magnésium et de lampe à souder, qui forment l’efficacité de cette chanteuse, de cette mime que bien des esprits repoussent, mais qui s’impose malgré tout. »

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La bible & le Dixie Flag…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis des bonnets blancs et des blancs bonnets réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 08 janvier 2021, dix-Anneneuvième jour de Nivôse dédié au marbre. Le 8 janvier 1499, la Duchesse Anne de Bretagne, notre duchesse à nous qu’ont avaient, épouse le roi de France Louis XII devenant par là même, reine de France. Sa fille Claude épousera plus tard le Duc d’Angoulême, futur François 1er et ce sera le début de la fin pour ce qui aurait pu devenir un État breton et qui ne le sera jamais.

Dans l’actu…

La fin de règne de Donald Trump, pathétique et chaotique, a viré mercredi à l’insurrection violente en plein cœur de la capitale américaine, Washington D.C. Forçant des barrières puis des cordons de policiers visiblement insuffisants voire, complices (rappelez vous l’armada qui empêchait l’accès armadaau Capitole ou au Lincoln memorial lors de la marche Black Lives Matter) alors qu’ici, avec une grande facilité, plusieurs centaines de partisans du président ont envahi le Capitole en début d’après-midi, mercredi, interrompant le processus de certification de la victoire de Joe Biden que les élus du Congrès venaient d’entamer. Ce n’est que plusieurs heures plus tard que le bâtiment du Congrès a finalement été «sécurisé» par les forces de l’ordre. Plus tôt dans la journée, Donald Trump avait tenu un discours offensif à ses militants, réunis par milliers près de la Maison Blanche avant de les inviter à faire entendre leur mécontentement au Capitole. Ce happening de fin de pro trumprêgne était animé par les Proud Boys, milice d’extrême droite assez récente mais très active. Les tee-shirts vendus 320 dollars et fabriqués dans la journée d’hier s’arrachaient comme des petits pains. Des drapeaux américains, des slogans anti-Biden, antidémocrates, le tout dans un langage plus ou moins fleuri. Peu de gens masqués, comme un ralliement politique assumé puisque la ville de Washington, tenue par les démocrates, a fait du port du masque et de la distanciation sociale une obligation. Le couvre-feu a été décrété à 18 heures, mais l’Amérique, sonnée, est entré dans une nouvelle phase de la crise politique ouverte par le président sortant, le premier de l’histoire du pays à défier ouvertement le résultat des urnes, et refuser le transfert pacifique du pouvoir.

Je vous le dis, madame Michu, ces gens là, leurs drapeaux sudistes, leur mystique guerrière, leur évangélisme glaviotant, sont dangereux pour la démocratie. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

C’était Machin, de Belleville…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la chanson libertaire et du kougloff réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 07 janvier 2021, 18è jour chassin01de Nivôse dédié à la pierre à chaux. N’oubliez pas que c’est un 07 Janvier (2015) que des malades enturbannés massacrèrent l’équipe de Charlie-Hebdo. Oyez chers lecteurs la belle histoire d’un gars pas ordinaire. A la demande générale, j’m’en va vous kaoser d’un p’tit gars de la Butte. Le 07 janvier 1887 (ceci explique cela), naissance d’Henri Chassin à Belleville (Paris). Poète, chansonnier anarchiste et antimilitariste. Décédé le 20 Juillet 1964, il repose au colombarium du Père-Lachaise, case 728.

Cet antimilitariste qui se présentait comme le petit-fils d’un Communard, savait de quoi il parlait. Après sept années passées sous l’uniforme militaire chez les Zouaves, il est envoyé au front en 1914. Refusant de tuer, il déserte,Machin de Belleville mais est repris et envoyé pour cinq ans dans les bataillons disciplinaires d’Afrique à Sidi-Bel-Abbès. Il s’en évade à trois reprises, sans succès, il sera même un temps interné en hôpital psychiatrique. Il était auteur de  poésies et de chansons engagées qu’il chantait dans les cabarets Montmartrois, il interprétait aussi les textes de Gaston Couté et d’Aristide Bruant. Il rejoindra le groupe de « La Vache Enragée » et prendra part aux activités de « La Muse Rouge ». Conseiller municipal de la Commune libre de Montmartre il était le créateur avec Bernard Salmon, avec qui il avait reformé le groupe des Hydropathes, des taste-fessesmatinées du « Tire Bouchon ». Il était également le président des Sauvagistes et des amis de Gaston Couté. On retrouve son nom dans l’annuaire de la confrérie des chevaliers du taste-fesses: Membre fondateur, doyen d’âge, triumvir du club des hydropathes et de l’aquadémie de Montmartre. Il est vrai qu’il est en bonne compagnie puisque on y trouve aussi, Boris Vian, Léo Campion, Jean Rigaux, et tant d’autres joyeux drilles. En 1927, il publiera un recueil de ses poésies « Machin de Belleville » et en 1933 il sera initié à la franc-maçonnerie à la loge Agni du Grand Orient de France à Paris.

Sacré bonhomme, on va lui faire une place dans notre galerie de portraits. Allez, merci de la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le style & la marnière…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de L’Espagne éternelle et de la Fabada Asturiana réunies, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 06 janvier 2021 et, si j’en juge par mon calendrier républicain, cela correspond au 17è jour de Nivôse dédié à la marne. Rien à voir avec la Marne et ses taxis. On dit que la marne fut extraite comme marnièrematériau de construction dès que les outils en métal furent connus. On trouve (semble t-il) son origine dans le vieux gaulois Marga écrivait Alain Rey, mais aussi dans le breton merl, qui a donné par emprunt maërl. En néerlandais mergel, en allemand aussi Mergel (peut-être également Merkel). C’est amusant ça; depuis le temps qu’elle nous fait marner. Peut-être comme moi vous êtes vous interrogé un jour sur la raison qui poussait les paysans à conserver un arbre tout seul isolément au beau milieu d’un immense champ. Et bien, les anciennes marnières étaient souvent souterraines et disséminées. Après usage elles ont été rebouchées, leurs emplacements étant seulement repérés par des arbres; étonnant, non!

Et voila, je fais court car je tente, désespérément, de réparer un bug qui m’empêche d’intégrer les vidéos sur mes billets. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, LES BEAUX SAINTS

Amis de l’anarchisme éclairé et de la patate douce réunis, bonjour ! Ça file à une allure, j’vous dis pas. Nous voici déjà le Mardi 05 du mois de janvier 2021, qui est le 16è jour de Nivôse dédié au silex; de quoi allumer le feu car il ne fait pas chaud. Mais, comme disait mon aïeule, c’est normal, à la saint Simon, la neige et le tison…

En Bretagne c’est la saint Konvoïon, premier higoumène (abbé) de l’abbaye de saint sauveur de Redon. Il fut le conseiller de Nominoë quand celui-ci décida de ne plus faire allégeance à Charles le chauve vers 840. Quelques années plus tard, Nominoë remporta la célèbre bataille deNominoe Ballon face aux troupes Franques du même chauve qui y trouva pourtant de quoi se faire des cheveux… Oyez ce qu’en disait Albert Le Grand dans sa Vie des saints d’Armorique (1636). Son Pere s’apelloit Conon, Senateur, homme de grande autorité et credit dans le païs, descendu de la race des parens de St. Melaine, Evesque de Rennes. Il nasquit en la paroisse de Comblessac (35) prés la Ville-de-Guer, Diocese d’Aleth, à present S. Malo, où ayant passé les années de son enfance, il fut envoyé à Vennes, lors une des plus renommées & florissantes Villes de Bretagne, à cause que les Lieutenants de l’Empereur Louys le Debonnaire (qui dés l’an 817 avoit mis les Bretons en son obeïssance, ayant assisté en propre personne aux Estats) y demeuroient avec leur Cour ; là il étudia aux Humanitez, Philosophie & Theologie, menant une vie modeste & exemplaire, s’éloignant des occasions d’offenser Dieu, fuyant les compagnies vicieuses, s’adonnant à l’Oraison, lecture des saints Livres & à aprendre le Chant pour servir à l’Eglise.

https://youtu.be/Vakk4Rey7m0

Bref, vous l’aviez compris, déjà à l’époque, le sabre et le goupillon s’entendaient comme larrons en foire pour berner le manant. Allez, portez vous bien, je m’en va faire mon bois et à bientôt peut-être.