Vous lisez actuellement la catégoriePORTRAIT

Page 55 de 64

Ca jette l’eau…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la côte des légendes et de la côte de bœuf réunies, bonjour !

Nous voici donc le mercredi 10 octobre 2012, 19è jour de vendémiaire dédié au tournesol.

Bon, et bien, il faut se rendre à l’évidence, pour la pelouse c’est raté. Ca « jette l’eau » comme dit Jancyves un lecteur Nantais et néanmoins assidu. Il va falloir se replier sur des activités moins champêtres. Le temps me manquant, (oui les retraités sont débordés) je me contente de marquer l’anniversaire de Harry sweets Edison. Il est né un 10 octobre en 1915 à Colombus. Trompettiste de talent, certains disent de génie, c’était le roi du swing. Il a joué avec les plus grands depuis Count Basie jusqu’à Oscar Peterson en passant par Lester Young et Nat King Cole. Il se souciait avant tout du placement le plus juste de ses notes et de leur coloration avec ce son d’une extrême douceur, qui lui valut son surnom de « Sweets » donné par Lester Young.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Voilà pour aujourd’hui, en attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

 

L’encyclopédie pour les nuls…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’arlésienne et du canotier réunis, bonjour !

Nous sommes le vendredi cinq du mois d’octobre 2012, date qui correspond au quatorzième jour de vendémiaire dédié au réséda. C’est d’ailleurs le 14 de vendémiaire de l’an II que fut crée par décret le calendrier républicain. Le nom de réséda vient du latin resedare qui signifie calmer en raison de ses propriétés médicinales. Certains feraient bien d’en consommer quelque peu…

C‘est aussi le jour anniversaire de la naissance de cet immense libre penseur que fut Denis DIDEROT.

Ce libre penseur précurseur de la pensée libertaire, naît le 5 octobre 1713 à Langres
(Haute-Marne). Fils d’un riche artisan coutelier, il est élève chez les jésuites et destiné à la prêtrise (tonsuré à 13 ans). Au collège d’Harcourt à Paris, il devient maître ès arts à 19 ans. Il poursuit ensuite des études tout en menant une vie de bohème, et se libère progressivement de la pensée religieuse de son temps. En 1746, il écrit ses « Pensées philosophiques » suivie de « Pensées »(1747), violentes attaques contre le christianisme. En 1749, il affine sa pensée matérialiste, avec « Lettres sur les aveugles et à l’usage de ceux qui voient », mais cela entraîne son arrestation. Après trois mois de prison, il est libéré sur les instances de son éditeur, qui vient de lui confier avec d’Alembert, la direction de « l’Encyclopédie », travail gigantesque auquel il va consacrer plus de vingt ans de sa vie. En 1751, le premier volume voit le jour. Huit ans plus tard, les 7 premiers tomes sont condamnés par le pouvoir royal mais l’Encyclopédie se poursuivra jusqu’à son terme, dans une semi-clandestinité.

Il trouve encore le temps d’écrire des essais sur le théâtre dont « Paradoxe du comédien » où encore des romans comme « La Religieuse »(1760), « Le Neveu de Rameau »(1761), « Jacques le Fataliste et son maître », etc.

Il entretient également une importante correspondance littéraire, et se fait même critique d’art. Après une vie bien remplie, il meurt à Paris, mais malgré son radicalisme politique et son athéisme déclaré, il est enterré religieusement.

« Méfiez-vous de celui qui veut mettre de l’ordre » tel est son avertissement dans le « Supplément au Voyage de Bougainville » (1772). Nombre de ses romans seront éditées après sa mort, mais cela n’empêchera pas les interdictions et les condamnations. Sources: Ephéméride Anarchiste

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Ca vient du Blues…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

, , , ,

Amis de la mélancolie et du Mississippi réunis, bonjour !

Nous sommes le mercredi 03 octobre 2012 et, en ce douzième jour de vendémiaire, consacré à l’immortelle, coup de chapeau à un artiste qui en portait toujours un: Stevie Ray Vaughan.

Il est né un 3 octobre à Dallas, de triste mémoire, on lui doit l’apport de la guitare
électrique dans le blues. En 2003, le magazine Rolling stone le classe parmi les meilleurs guitaristes de tous les temps, excusez du peu. Il va beaucoup s’inspirer de Jimi hendrix et de BB King mais aussi de Buddy Guy dont je vous ai déjà parlé ici.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

C‘est David Bowie qui va le repérer au Montreux Jazz Festival et l’inviter à jouer sur son album Let’s dance, sorti en 1983. Aux prises avec la drogue et l’alcool au milieu des années 1980, il commence une cure de désintoxication en Géorgie, et s’en sort totalement. Pour son retour, il enregistre l’album In Step en 1989, qui remporte le Grammy Award du meilleur disque de blues contemporain. Son retour sur le devant de la scène sera de courte durée puisqu’il va trouver la mort dans un accident d’hélicoptère le 27 août 1990.

« Personne ne m’avait autant imposé le respect. La première fois que j’ai entendu Stevie Ray, c’était à la radio, dans ma voiture, je ne savais pas qui il était, et je me suis dit : ce gars-là va faire trembler le monde. » Eric Clapton.

En tous cas, ça balance sévère ! Tiens, puisque vous aimez le blues, ne ratez pas le rendez vous désormais traditionnel de Belle-Isle-en-terre, c’est pas loin de Guingamp (22) vendredi et samedi prochains ( 5 & 6 oct.) Martin Harley Band – West Weston – Blas Picon & the Junk express – Chris Farlowe. Cela se déroule dans les bars et à la salle polyvalente.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

L’amaranthe ne fait plus rire…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

,

Amis du soubassophone et de la tarte aux myrtilles réunis, bonjour !

Nous voici donc le samedi 29 septembre 2012 et, en ce huitième jour de vendémiaire, nous célébrons l’amaranthe (non, c’est pas Cécile Duflot , la marrante…) belle plante dont le nom vient du Grec « a maranthos », qui ne fane pas. Pendant longtemps cette
plante a été cultivée pour l’alimentation notamment en Amérique Latine. Les graines étaient grillées et les feuilles consommées comme légumes verts( tout à fait comme des épinards). Après la conquête espagnole la culture fut interdite car la plante était utilisée par les Aztèques lors de cérémonies rituelles. Du fait de cette interdiction et de la violente répression qui sévissait durant plusieurs siècles à l’encontre des jardiniers qui continuaient à cultiver cette plante, l’Amaranthe a, depuis le XXe siècle, presque totalement disparue de l’alimentation mexicaine, alors même qu’elle entrait dans la constitution de très nombreux plats aztèques (tamale, sauce, tortillas et boissons). Il y a aussi ce poème de Rimbaud qui commence comme ceci: Plates-bandes d’amarantes jusqu’à l’agréable palais de Jupiter…

Tiens c’est le jour anniversaire de la naissance Marius JACOB, étonnant personnage.

Né le 29 septembre 1879 Marius Jacob, d’origine alsacienne, est issu d’un milieu prolétaire à Marseille. A douze ans il s’engagea comme mousse et son voyage le mena à Sydney. Il approche le beau monde et les gens de moins bonne classe, sans que tout cela ne l’intéresse vraiment.

Sa personnalité particulière l’empêchait de commettre des vols et des crimes d’une trop grande cruauté. Il abandonne définitivement la marine en 1897 et retourne à Marseille. Il apprend la typographie et mène une vie alternative, fréquentant les milieux anarchistes et cambrioleurs. Dans cette fin de siècle, les socialistes parlementaires s’opposaient souvent de manière agressive face aux anarchistes libertaires du monde ouvrier. Embarqué dans cette confrontation, il fut serré dans une affaire d’explosifs. Après six mois de prison Marius peine à se réinsérer et il choisit d’agir dans une sorte d’illégalisme pacifiste et continuer de mener ses actions douteuse et quelques arnaques.

 

Marius fut arrêté le 31 mars 1899. Les policiers mandatés l’accusèrent du recel d’une montre. Une nouvelle fois arrêté à Toulon, il s’évade de sa prison pour se réfugier à Sète. Là bas il organise sa bande nommée   » Les Travailleurs de la nuit  » dont le principe est de voler sans tuer. Les principes étaient simples, ils ne volaient que les policiers, les juges, les militaires.

En revanche ce groupe de bandits ne s’attaquait jamais aux professions dites utiles, comme les médecins, les artistes ou les instituteurs. Un pourcentage de l’argent volé est redistribué à la cause anarchiste et aux compères dans le besoin. Marius évitait de travailler avec des anarchistes idéalistes tout comme avec la pègre, en choisissant des personnes défavorisées comme lui.

Lorsqu’il s’agissait d’arnaques, ses ressources étaient sans limites. Non seulement c’est un as du cambriolage mais du déguisement et de la tromperie tout autant. Il était très habile, il commettait ses délits de manière stylée et élégante. Bien que Maurice le Blanc s’en défende, Marius Jacob était l’un des escrocs dont il s’inspira pour créer le célèbre personnage d’Arsène Lupin.

Toujours accompagné de complices, il commet près de cinq cent crimes, casses et cambriolages. Mais le 20 avril 1903, une opération qui se déroulait à Abbeville tourna mal. Après avoir tué un agent, Il prend la fuite mais se fait rapidement capturer par la police, ainsi que ses deux complices qui l’avaient assisté. Lors de son procès , il clame ses idées anarchistes. La tribune restera interloquée par son sens de la répartie, son idéalisme et son intelligence. Par la suite il tenta de s’évader dix sept fois de sa prison, faisant preuve d’une incroyable ingéniosité. Mais Jacob souffrait et sa santé déclinait. Libéré de prison en 1929, il ne reprendra pas ses activités d’escroc et de voleur. Il reconstruisit sa vie et comme il était très instruit, il s’investit dans la propagande et la rédaction d’articles ayant une relation de près ou de loin avec ses idées de toujours.

En 1939 il achète une maison à Reuilly et se marie la même année. Il vieillit entouré d’amis  partageant ses idées anarchistes.  Il rencontra en 1953 un jeune couple d’enseignants. Il se lie avec eux d’une profonde amitié et se confiera plus tard à Josiane (Josette), à propos de son désir d’en finir avec la vie. Marius Jacob ne supportait plus son corps qui le lâchait. Il s’empoisonna, lui et son vieux chien. En guise de dernier mot il laissera:  » Linge lessivé, rincé, séché mais pas repassé. J’ai la cosse. Excusez. Vous trouverez deux litres de rosé à côté de la paneterie. A votre santé. »

Sources:  - Il existe aussi un blog des plus réjouissants: Alexandre Jacob, l’honnète cambrioleur. Un blog de l’atelier de création Libertaire. Vous pouvez aussi consulter un passionnant documentaire de Laurent Termignon et Thomas Turner. visible ICI.

Voilà pour aujourd’hui, en attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

Portrait de dame…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis de la théosophie et des moules marinières réunies, bonjour !

Nous sommes le jeudi 20 septembre 2012, 4è sans-culottides, dédié à l’opinion. Bonne occasion pour vous donner la mienne à propos d’une femme qui n’en manquait pas.

Annie Besant (née Wood le 1 er octobre 1847 à Londres, décédée le 20 septembre 1933 à Chennai ) est une théosophe, socialiste, féministe et écrivain britannique qui prit part à la lutte ouvrière avant de devenir membre de la Société Théosophique puis de lutter pour l’indépendance de l’ Inde. Elle fit de nombreuses lectures philosophiques qui développèrent ses questionnements métaphysiques et spirituels. Elle prit aussi conscience à la même époque de la condition ouvrière. Jeune femme de la classe moyenne victorienne, elle n’avait alors pas d’autre avenir que le mariage. En décembre 1867, elle épousa Frank Besant, un pasteur anglican. Le mariage fut malheureux et après avoir eu deux enfants, le couple se sépara en 1873.

Elle s’engagea très tôt dans l’écriture. Elle écrivit des nouvelles, des livres pour enfants et des articles. Mais, en tant que femme mariée, elle ne pouvait disposer de ses revenus. Son mari s’en emparait. La politique les divisait encore plus: elle soutenait les ouvriers en lutte, alors que lui était conservateur. La rupture eut lieu lorsqu’elle refusa de recevoir la communion. Elle le quitta et partit à Londres avec sa fille. S’interrogeant sur sa perte de foi, elle consulta de nombreux ecclésiastiques de l’Église Anglicane. La principale réponse qu’on lui fit est qu’elle avait lu trop de livres. Le divorce n’étant pas pensable pour un ministre du culte, une séparation officielle fut décidée.  Ainsi, Annie s’appela Besant sa vie durant.

Elle publie, avec Charles Bradlaugh, un pamphlet sur la limitation des naissances
(The Fruits of Philosophy, or the Private Companion of Young Married People) qui lui vaut d’être condamnée à la prison après un procès en 1877, au terme duquel une peine d’emprisonnement fut bientôt commuée en une simple amende. Annie continua à rédiger des livres sur l’orthogénie et l’athéisme, et devient présidente de la Ligue malthusienne. Elle adhère à la Fabian Society et elle fut membre du comité directeur. Ici à gauche en compagnie d’ouvrières grévistes d’une manufacture d’allumettes.

En 1889, après avoir lu La Doctrine Secrète de Helena Blavatsky elle devient membre de la Société théosophique. En 1893, elle va vivre en Inde pour développer la Société théosophique et établit son centre à Adyar, près de Chennai, y découvre Krishnamurti en 1909 et prépare activement le pays à l’indépendance. Très influencée par la culture indienne, elle devient présidente de la Société théosophique en 1907, succédant au colonel Henry Steel Olcott. A l’heure où le débat sur la présence de « la morale » à l’école refait surface, il faudrait relire son texte dans lequel elle écrivait:   » que la morale devait être séparée de la religion et ne venir que de la réflexion et l’expérience. mais considérait qu’admirer la grandeur, la beauté et l’ordre du monde était une sorte de prière« . Annie Besant considérait l’athéisme non seulement comme une libération du joug de la religion, mais aussi comme une véritable morale.
Sa contribution à la lutte pour l’indépendance de l’Inde est remarquable : elle fonde la Home Rule League avec le soutien et la coopération de Lokmanya Tilak. En 1915, elle est élue président du Parti du Congrès à Kolkata.

Annie Besant fut l’une des premières initiées de l’Ordre Maçonnique Le Droit Humain, créé par Maria Deraisme, dont elle fonda la fédération britannique et qu’elle répandit à travers l’empire britannique. Elle étudia également au cours de sa vie les enseignements de l’islam et notamment le comportement et la vie de Mahomet. Ici à droite, portant les insignes du 33è degré.

Grande dame injustement oubliée et qui vient rejoindre notre galerie de portraits. Allez, je continue mon périple vers la Lombardie, je vous salue et surtout, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Les belles dames du temps jadis…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis de la littérature polissonne et du poulet au gingembre réunis, bonjour !

Nous voici le 18 septembre et pour le calendrier républicain, c’était le deuxième jour supplémentaire, encore nommé: jour du génie… Les calendriers de cette époque, il faut le dire, étaient illustrés par des images des dames du temps jadis comme celles-ci et ornés de maximes à la gloire de la République et de la Laïcité. Avouez qu’elles étaient plutôt girondes à l’époque (normal, les Girondins…), rien à voir avec Kate Moss ou autres anorexiques du calendrier Pirelli. Hélas, le calendrier républicain, censé inaugurer une nouvelle ère de l’humanité ne dura guère. Le « Grégorien » avec ses fêtes chrétiennes fut rétablit le 1er janvier 1806.

 

Bel enchaînement pour vous rappeler que tous les 18 septembre, les afficionados du nanar célèbrent la disparition de Russ Meyer, le créateur des super vixens qui n’avait rien de révolutionnaire mais les aimait girondes….

Réalisateur et photographe, il a fait ses classes en accompagnant les troupes américaines lors du débarquement. Il mis les pieds en Europe à Omaha beach le 6 juin 44 et il entrera à Paris avec la 2ème DB de Leclerc le 25 août. Certaines de ses prises de vue seront utilisées 25 ans plus tard dans le film Patton de Franklin J. Schaffner. Après la libération de la capitale française, il fonce vers l’Est avec l’armée de Patton, participe à la bataille des Ardennes, pénètre en Allemagne en février 1945 où il photographie les camps de concentration avant d’atteindre la Tchécoslovaquie.

Une fois démobilisé, il va très vite se spécialiser dans l’exploration d’une sexualité rurale à travers des intrigues rudimentaires mais pimentées de violence et servies par des héroïnes à la poitrine démesurée. A la fin des années 70 il va produire toute une série depuis Super Vixens jusqu’à Ultra Vixens en passant par Méga Vixens. Il est mort à Hollywood en 2004 en laissant le souvenir impérissable d’un roi de la série B.

Les films de Russ Meyer se distinguent des films pornographiques traditionnels par une volonté subversive. Dans une Amérique puritaine, il se plaît à provoquer la censure et à pourfendre les valeurs morales chrétiennes, au premier rang desquelles la famille et le mariage, en faisant l’apologie des perversions sexuelles et de l’homosexualité ainsi qu’en montrant crûment des scènes de violence. Il concourt à « l’insurrection artistique » qui aboutira à l’abrogation du code Hays en 1966 qui soumettait l’industrie du cinéma aux exigences de la morale judéo-chrétienne

Voilà qui nous change de nos sérieux et graves militants anarcho-syndicalistes mais, comme le disait mon aïeule, il faut de tout pour faire un monde et, ajouterais-je…Pour faire un blogue !

Sur ces considérations qui nous éloignent un peu de cette actualité déprimante, je vous laisse vaquer à vos occupations. Merci mille fois d’avoir pris un peu de temps pour visiter « les cénobites tranquilles », portez vous bien et à demain peut-être.

 

Dans le ventre des espagnols…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

,

Amis de la criticature et de la vanille-fraise réunies, bonjour !

Nous sommes le samedi 15 septembre 2012, 29è jour de Fructidor dédié au marron. Le marron c’est un peu comme la madeleine de Proust; il suffit de l’évoquer pour percevoir cette odeur particulière qui nous titillait les narines.

Je me souviens très bien du père Hernandez qui vendait ses marrons grillés dès les premiers frimas. Il installait son brasero au coin de la place du marché en criant: Chauds, chauds les marrons…

En été il faisait de la glace et se déplaçait dans une magnifique carriole tirée par un vieux cheval. Il faisait partie de ces réfugiés espagnols qui avaient fini par s’implanter pour de vrai quand bien même, au fond du regard du vieil homme on y voyait encore l’ombre de la nostalgie et:

                                                                                                                          « Des pavés de flamenco aux gestes anarchiques                                                               Les rythmes du jazz-band pour les paralytiques                                                           Les tam-tams de l’Afrique à portée de guitare                                                                    De l’eau fraîche et de l’ombre à jurer pour y croire                                                              Une rue de Madrid avec des fleurs fanées                                                                        Un fusil de trente-six qui revient s’y mêler… »                                                                     Léo Ferré – L’espoir.                                                                  

Tiens, à propos de jazz-band, je vous ai souvent parlé du saxophoniste Bill Evans. Savez vous qu’il a un homonyme qui s’est fait un nom en jouant du piano. Il était né dans le New Jersey et est décédé un 15 septembre en 1980 à New york. Né d’un père Gallois et d’une mère Russe, tous les deux mélomanes, il était formaté pour devenir musicien. Il fait partie des « sideman » ceux là que l’on nomme quelquefois péjorativement les musiciens de studio. Cela lui aura permis d’accompagner les plus grands, Chet Baker, Miles Davis… Mais il se fera connaître plus tard par ses fameux trios avec contrebassiste et batteur, notamment Scott Lafaro et Paul Mottian. Il est mort alors qu’il n’avait que 51 ans usé par une forte addiction à la drogue.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Vous entendez comme ça swingue ? Imaginez un fauteuil qui vous tend les bras, un Highland de 18 ans, une bruyère profonde emplie d’un tabac brun et âcre… Ni les retraites, ni les expulsions, ni les taupes de Keramoal, ni Martine qui prend ses Désirs pour des réalités, ni les réalités qui dépassent souvent la fiction; rien ne saurait troubler un tel instant; tout disparaît. D’ailleurs, tout doit disparaître, je suis pour l’organisation d’une grande braderie, on solde l’humanité à petits prix, la bassesse, la vilénie, l’inéquité, l’injustice, le fait du prince à 1 euro. Sur tous les trottoirs, de Manille à Kergrist-Moelou, le grand déballage. Et un mensonge d’Etat pour trois sous, et une manipulation en cadeau, et une légion d’honneur déshonorée, allez deux euros et vous l’emportez. On fait table rase, on repart à zéro, vive l’an 01 de Gébé, Vive la sociale, à bas la calotte…

Hopala Chapalain, t’as oublié tes pilules ou quoi ?

Allez, ça va se passer, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Et au milieu coule une rivière…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis de la Beat génération et du chouchenn chaud réunis, bonjour !

Nous sommes le vendredi 14 septembre 2012 et certains persistent à penser que nous sommes le 28 de fructidor qui, comme chacun le sait, était le jour du maïs. C’est la Ste Croix et, comme disait mon aïeule: A la Sainte Croix, cueille tes pommes et gaule tes noix !

Il y a longtemps de cela, une amie m’a fait découvrir un auteur Etats-Unien et m’a dit avec un accent alsacien très prononcé: Tu fas foir, tu fas atorer ! J’avoue que je n’ai pas été déçu du voyage littéraire auquel elle m’invitait. Il s’agissait de Richard Brautigan.

J‘en parle aujourd’hui car il est décédé un 14 septembre en 1984. Enfin, on le suppose car son corps a été découvert plusieurs semaines après son décès à la suite de son
suicide présumé. Il était né à Tacoma (ça commence comme un blues) dans une famille ouvrière. Sa biographie relate qu’il vivait avec sa mère, les enfants de celle-ci et…Plusieurs beaux-pères. En 1956, il s’installe à San Francisco où il passera les reste de sa vie. Il a été, un moment, considéré comme le pape de la Beat génération alors qu’il en resta toujours un peu en marge.

Je l’ai découvert à travers La pêche à la truite en Amérique, paru en France en 1967 chez Christian Bourgois. Puis, j’ai poursuivi en dévorant Un privé à Babylone (1977).

Dans les années 60 il s’était engagé dans des activités de la contre-culture à San
Francisco, participant fréquemment à des « performances » en tant que poète. C’est la pêche à la truite en Amérique qui l’a catapulté vers une notoriété internationale. Ensuite, dans les années 70, il va s’essayer à divers genres littéraires, romans, poèmes, mais son succès ne dure pas. Ici à droite on le reconnaît (chapeau blanc) en compagnie de la plupart des acteurs de la Beat génération.

On dit que, à Burlington (ça me fait penser aux chaussettes) dans le Vermont, a été créée une Brautigan Library, dont la principale activité est d’accueillir uniquement des manuscrits refusés par les éditeurs. On y utilise des pots de mayonnaise en guise de presse-livres en hommage à La pêche à la truite en Amérique, qui se termine par le mot « mayonnaise ».

Son corps a été découvert le 25 octobre 1984 à Bolinas (Californie). Près du corps de l’auteur alors âgé de 49 ans, se trouvaient un 44 magnum et une bouteille d’alcool. N’hésitez pas, on les trouve en « poche » et si vous ne pouvez pas vous les acheter…Volez les ! C’est une excellente lecture pour l’automne qui s’annonce.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Tiens, ça a réveillé en moi le pêcheur qui sommeillait, je ne dis pas que je ne vais pas aller taquiner le goujon si le temps se maintient…Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

La victoire de Victorine…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

, ,

Amis des sciences naturelles et du chinchard poëlé réunis, bonjour !

Aujourd’hui c’est mardi, 04 septembre 2012, qui correspond au 18 de Fructidor dans notre calendrier républicain. A l’allure où les ultralibéraux ont décidé de dépecer nos acquis et l’énergie poussive que mettent les sociaux-démocrates à les défendre, c’est bientôt tout ce qu’il nous restera de notre République…  Le 18 de fructidor était généralement dédié au Nerprun qui comme chacun le sait est un arbuste qui accueille volontiers les chenilles de papillons et notamment celle du phalène du marronnier et du Jason à deux queues.

Je profite de cette rentrée des classes pour esquisser le portrait d’une institutrice. En effet, je voudrais vous dire un mot de Victorine BROCHER qui vit le jour à Paris un 4 septembre de l’an 1839. Internationaliste, Communarde, anarchiste et pédagogue, voila une carte de visite comme on les aime chez « les cénobites tranquilles« .
Elle naît, Victorine Malenfant, dans une famille de Républicains pur jus (son père, Franc-maçon et Républicain fut contraint à l’exil en 1851), en 61 elle épouse Jean Rouchy et le couple ira s’installer à Paris. Elle travaille comme couturière puis participe à la création d’une boulangerie coopérative. Dès le début, elle va participer à la Commune de Paris et s’engagera comme cantinière de bataillon. Puis on la retrouve qui prend part aux combats (bataillon des Turcos) comme ambulancière.
Condamnée à mort par contumace comme « pétroleuse », elle se réfugie en Suisse; son mari sera emprisonné deux ans.
De Suisse, elle part enseigner en Hongrie puis reviendra à Genêve à la libération de son mari où elle va créer une coopérative de la chaussure et venir en aide aux proscrits de la Commune. De retour à Paris après l’amnistie elle va fréquenter les anarchistes (Malatesta fut arrêté en sa compagnie), à la mort de son mari, elle se lie avec le libre penseur Gustave Brocher, ils adopteront cinq enfants de
communards et feront de leur maison un asile pour de nombreux exilés.
En 1890, la voici institutrice dans une école libre initiée par Louise Michel. Elle va
mourir le 4 novembre 1921 à Lausanne où, avec Gustave, elle avait fondé une école. En 1909, elle publiera souvenirs d’une morte vivante. (ed. La Découverte.) Les Versaillais avaient fait d’elle une pétroleuse type à tel point que durant la semaine sanglante on fusilla sans vérification plusieurs « fausses » Victorine B. Elle a donc choisi ce titre pour rappeler qu’elle avait été officiellement fusillée en 1871.

 

C‘est à ces gens que nous devons l’école laïque (donc libre) l’école émancipatrice, l’école de l’égalité des chances, bref, l’école de la République. Et aujourd’hui, on assiste à un retour en arrière au motif qu’une bande de gougnafiers (certes élus !) se  sont mis en tête de laisser dépecer un à un deux siècles d’acquis sociaux: L’école, la sécu, l’âge légal de départ à la retraite, le temps de travail, le droit d’asile, etc. La prochaine fois que tu mettras un bulletin dans l’urne, réfléchis petit scarabée…

 

Bon allez, c’est reparti pour une nouvelle saison des Cénobites tranquilles, votre blog préféré qui a déjà vu passer plus de 65 000 visiteurs et qui reste fidèle à ses engagements: un billet quotidien plein d’humeur et d’humour… En attendant le prochain, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Si tu ne viens pas à la Cardère…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

, , ,

Amis de la botanique pour les nuls et du perdreau de l’année réunis, bonjour !

Nous sommes le lundi 3 septembre 2012, 17è jour de fructidor dédié à la Cardère. Bon
d’accord, vous l’aurez voulu: Si tu ne viens pas à la Cardère…

C‘est une plante qui ne manque pas de piquant, on l’appelle aussi le cabaret à oiseaux à cause de sa capacité à conserver l’eau dans ses feuilles, et qui, paraît-il, serait efficace dans le traîtement de la maladie de Lyme (c’est la maladie la plus fréquente transmise à l’homme par les tiques). Pour cela, il est conseillé de mettre la racine dans de la vodka, et de prendre 3 gouttes matin, midi et soir pendant un mois, puis de continuer 3 jours par mois pendant un an. Allez, cor’une p’tit’ goutte…

L‘actualité étant des plus réjouissante, il nous reste la musique. Je vous propose de vous souvenir de Memphis SLIM.
De son vrai nom, John Len Chatman, il est né un 3 septembre en 1915. J’ai eu le bonheur de l’entendre à la fin des années soixante, c’était « aux trois mailletz », club de jazz du quartier St Michel à Paris et qui a vu passer les plus grands, une vraie cave comme on n’en fait plus; où l’on pouvait écouter de la bonne musique tout en buvant un coup et en fumant une pipe…

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Il s’est fait d’abord connaître sous le nom de Peter Chatman et ce n’est que bien plus tard qu’il a choisit le pseudonyme de Memphis Slim, nom de la ville d’où il est originaire.
Il commence à jouer du piano dans les années 1920 avant de partir pour Chicago où il rencontre Willie Dixon. C’est après une tournée en Europe qu’il s’installe à Paris.
On lui doit près de 300 albums mais j’avoue que j’ai un faible pour every days i have the blues.

L‘auteur-illustrateur Jean Claverie a dédié à Memphis Slim les deux livres pour enfants qu’il a consacrés au blues, Little Lou (1990) et La route du sud (2003), s’inspirant de lui pour son personnage de petit pianiste. Memphis Slim a préfacé le premier d’entre eux mais est mort avant d’avoir pu voir le livre terminé. On a souvent dit que le jazz de Memphis Slim était un peu trop sage, trop « propre sur soi », c’est peu être pour cela que notre ministre perpétuel de la culture, Jack Lang, l’a décoré de l’ordre des arts et des lettres. Ici à gauche, c’est une photo de Bill Coleman lors d’un passage aux trois Mailletz.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.