Vous lisez actuellement la catégoriePORTRAIT

Page 2 de 100

Julia Bertrand…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’encyclopédie et du kebab d’agneau réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 23 Mars 2021, troisième jour de Germinal dans le calendrier républicain, qui était dédié à l’asperge ce qui, bien entendu n’a rien à voir avec ce qui va suivre.

Vous ai-je déjà parlé de Julia Bertrand?

Institutrice, militante anarchiste, antimilitariste, féministe et libre penseuse. Elle était née le 14 février 1877 dans les Vosges. Elle fut déléguée au congrès International des libres penseurs, tenu à Paris, du la-ruche03 au 07 septembre 1905. Elle collabora au journal féministe « La Femme affranchie », puis au journal « La Vrille » publié à Épinal par l’anarchiste Victor Loquier. Inscrite au « Carnet B », fichier des antimilitaristes, elle est arrêtée le 21 août 1914 et envoyée dans un camp. Suite à une campagne de protestation, elle est libérée le 18 février 1915, mais révoquée de l’enseignement. Elle part alors exercer à « La Ruche » de Sébastien Faure dont je vous ai entretenu à plusieurs reprises, jusqu’à sa fermeture en novembre 1917. La photo présente l’équipe de La ruche.

Julia n’est réintégrée dans l’enseignement qu’en 1925. Elle participe à la presse anarchiste de l’époque « L’en dehors », « l’Idée libre » « Le Libertaire », etc. En 1944, son logement à Noisy-le-sec région parisienne, est détruit par les bombardements alliés. « Je ne croirai jamais que c’est un crime d’aimer une doctrine de laquelle julia.jpes’honorent d’honnêtes savants, de sincères grands hommes comme Elisée Reclus et Pierre Kropotkine. » Extrait d’une lettre de réponse au préfet qui l’a révoquée pour avoir manifesté « ses sympathies pour l’antimilitarisme et son admiration pour la doctrine anarchiste ».  Le 25 mars 1960, Julia Bertrand décède à Fontenay-aux-Roses dans le département de la Seine. Elle était alors domiciliée au 57 bis rue Jean Lemoine à Romainville, ceci non loin de la rue de la Libre-pensée, qui rappelait qu’en 1911 et 1912 les premiers numéros L’Idée libre avait été imprimés 16 rue de Bagnolet à Romainville. André Lorulot conclut le texte où il annonce son décès par : « La perte de cet esprit libertaire et de cœur généreux sera cruellement ressentie par tous ceux qui espèrent la venue d’un monde meilleur. » pour en savoir plus: le site Noisy-le-sec histoire(s).

Voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Au théâtre ce soir (ou demain)…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

,

Amis de la flûte enchantée et de la miche de cinq livres réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 20 mars 2021, ce trentième et dernier jour de ventôse est dédié au plantoir. C’est l’équinoxe de printemps (à 9h 37) et demain c’est la journée mondiale de la poésie, proclamée par la conférence générale de l’ONU, en 1999. De la poésie au théâtre il n’y a qu’un petit pas que je franchis allègrement pour évoquer  aujourd’hui un théâtreux venu du froid.

Vous le savez (peut-être) j’aime la Scandinavie en général et la Norvège en particulier. J’ai du être viking dans une vie antérieure… Cette introduction pour vous parler de Henrik IBSEN, né un 20 mars en 1928 220px-Schaarwächter_Henrik_Ibsen_cropped-210x300à Skien en Norvège. Apothicaire, Henrik Ibsen ne tarde pas à quitter le laboratoire où il s’ennuie et à écrire deux drames historiques, Catilina et Le Tertre du guerrier. Ses pièces seront longtemps refusées à Christiana (Oslo). En 1864, il quitte la Norvège et voyage en Europe. Après avoir été instructeur au théâtre de Bergen, il part à Copenhague où des rencontres philosophiques et artistiques alimentent son œuvre : Dame Inger d’Ostraat, La Fête à Solhaug… L’allemand Herbert Fritsch a réalisé une mise en scène absolument inégalée de la pièce Une maison de poupée dont on voit un extrait ci-après.


 

Le théâtre d’Oslo dont il devient directeur à son retour en Norvège fait faillite, il part alors en Europe et développe de nouveaux grands thèmes comme celui de la défense de l’individualisme. Après ses pièces Ibsen théatertraditionnelles, il n’écrira plus que des drames contemporains où il décrit les tares de la société bourgeoise et l’affrontement entre l’individu et la « majorité compacte » : L’ Union des jeunes, Une maison de poupée, dont le rôle de Nora, la joyeuse épouse, a été, il y a quelques années, confié à Audrey TAUTOU (malheureusement on dit certains critiques) Le Canard sauvage, Hedda Gabler… Ces pièces, aux personnages denses, expriment, grâce à une profondeur psychologique et symbolique, la position ambiguë de l’auteur : s’il critique la morale traditionnelle et défend l’idée que tout homme détient une passion, la clef du tragique ‘ibsénien’ réside dans le doute, lié à la condition humaine, qui reste infranchissable. Individualiste forcené, il se plaisait à répéter: L’État est la malédiction de l’individu… A gauche, une lithographie de Frank Weddekind. Petit rajout: handkepeter-150x150L’écrivain et dramaturge autrichien Peter Handke a reçu le prestigieux prix Ibsen 2014, doté de 2,5 millions de couronnes norvégiennes (environ 300 000 euros). Il succède à Heiner Goebbels (2012), Jon Fosse (2010), Ariane Mnouchkine (2009) et Peter Brook (2008). Le prix Ibsen récompense un individu, une institution ou une organisation qui a apporté une nouvelle dimension dans le domaine de l’art dramatique ou du théâtre. Il est remis tous les deux ans depuis 2010 et révélé le 20 mars, date anniversaire de la naissance d’Henrik Ibsen.
 

Allez, en attendant la réouverture portez vous bien et à bientôt peut-être.

Ferdinand Gambon…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la chanson républicaine et du baeckeoffe réunis, bonjour ! Nous voici le Vendredi 19 mars 2021, 29è jour de ventôse dédié au frêne.

Le 19 mars 1820, naissance de Charles Ferdinand GAMBON à Bourges. Avocat (à 19 ans) puis magistrat, d’abord républicain modéré, il devient socialiste révolutionnaire puis anarchiste et pacifiste. Élu du peuple après la révolution de 1848, il est arrêté dès 1849 pour son hostilité au futur empereur, et emprisonné à Belle-Ile en mer, puis en Corse, jusqu’en 1859; (Jean-Yves Mollier lui a consacré un livre « Dans les bagnes de Napoléon III, mémoires de Ferdinand Gambon» aux PressesGambon Universitaires de France en 1983). Par la suite, ne reconnaissant pas l’Empire, il refuse d’acquitter l’impôt. Il adhère à l’Internationale et participe à la fédération des sociétés ouvrières. Le 26 mars 1871, il est élu membre de la Commune de Paris. Désigné à la fonction de procureur, il refuse le poste, trop conscient des méfaits de la justice et de la prison. Il est partisan d’aider au soulèvement des villes de province, dans le but de former une grande fédération des communes. Présent sur les dernières barricades, le 28 mai, il parvient pourtant à échapper aux massacres et se réfugie en Suisse. Il devient propagandiste anarchiste et milite à la Fédération Jurassienne. A son retour en France,en 1880, il prend part au mouvement anarchiste aux côtés de Louise Michel, sans rompre avec les socialistes révolutionnaires (il sera même élu député en 1882!). Il défendra les anarchistes lyonnais emprisonnés lors du procès de 1883. Il est l’auteur, dans « Le cri du peuple », du célèbre slogan pacifiste « Guerre à la guerre ». Il meurt le 16 septembre 1887.

J‘ai retrouvé un texte de Eugène Pottier, auteur de chants magnifiques sur la Commune et de « l’Internationale », écrit en 1883 et dédié à Ferdinand Gambon, il s’intitule Abondance, en voici quelques lignes:

Toute une mer d’épis ondule et les sillons
Portent à la famine un défi ; l’été brille,
De chauds arômes d’ambre emplissent les rayons ;
Les blés mûrs, pleins et lourds, attendent la faucille…
Du sein de la nourrice, il coule en ce beau jour
Une inondation d’existence et d’amour.
Tout est fécondité, tout pullule et foisonne !
Mais, rentrant au faubourg, mon pied heurte en chemin
Un enfant et sa mère en haillons ! – morts de faim !
Qu’en dites-vous, blés mûrs, et qui donc vous moissonne ?

Voilà pour aujourd’hui, je vous remercie d’avoir fait le détour par « les cénobites tranquilles » dont vous venez de parcourir le 4960è billet. En attendant le prochain, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La chair est triste hélas…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE, PORTRAIT

Amis de l’utopie rafraîchissante et du lapin au cidre réunis, bonjour! Nous voici déjà (pourquoi déjà ?) le Jeudi 18 mars 2021, c’est à dire le 28ème jour de Ventôse qui, comme vous le savez, est consacré au capillaire-300x225capillaire dans le fameux et désormais célèbre calendrier républicain. Moi qui fut, comme Fabrice Lucchini, apprenti  coiffeur pour dames (la comparaison s’arrête là) je ne pouvais pas ne pas en parler. Mon aïeule, à qui je fais souvent référence ici, avait l’habitude de nous répéter: « On ne dit pas: Je vais au coiffeur mais… Je vais au capilliculteur. » Oui, mon aïeule était une dame très distinguée. En fait, il s’agit d’une fougère (pas mon aïeule, la plante) que l’on nomme aussi: Cheveux de Vénus et que vous avez souventes fois rencontrée.

L’homme du jour est Stéphane Mallarmé.

Etienne Mallarme dit Stéphane Mallarmé est à mon sens l’un de nos plus grands poètes. Il est né un 18 mars à Valvins en 1842. Avec mallarméApollinaire, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud ou Desnos, il a marqué mes jeunes années. Auteur d’une œuvre poétique ambitieuse et difficile, Stéphane Mallarmé a été l’initiateur, dans la seconde moitié du 19è siècle, d’un renouveau de la poésie dont l’influence se mesure encore aujourd’hui. En médaillon, un portrait de Mallarmé signé Nadar. Parmi ses œuvres, J’ai choisi celle là qui est un peu ma Proustienne madeleine.

 

Je t’apporte l’enfant d’une nuit d’Idumée!
Noire, à l’aile saignante et pâle, déplumée,
Par le verre brûlé d’aromates et d’or,
Par les carreaux glacés, hélas! mornes encor,         
L’aurore se jeta sur la lampe angélique.
Palmes! et quand elle a montré cette relique
À ce père essayant un sourire ennemi,
La solitude bleue et stérile a frémi.
O la berceuse, avec ta fille et l’innocence
De vos pieds froids, accueille une horrible naissance:
Et ta voix rappelant viole et clavecin,
Avec le doigt fané presseras-tu le sein
Par qui coule en blancheur sibylline la femme
Pour les lèvres que l’air du vierge azur affame?

Voila pour aujourd’hui, passez une bonne journée, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Jules Jouy, le chourineur…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis du Chicago blues et du Gin-fizz réunis, bonjour! Nous sommes le Mercredi 17 mars 2021 qui correspond au 27è jour de Ventôse dédié à anemone-sylviela Sylvie. Ah, la Sylvie… Euh, oui, bon, ça c’est une autre histoire. Il s’agit bien évidemment de cette jolie fleur encore appelée anémone des bois. L’anémone Sylvie est considérée comme toxique alors évitez les décoctions. Par contre, mon aïeule qui, vous le savez maintenant, se piquait de quelques connaissances en herboristerie, l’utilisait en friction contre les rhumatismes.

Le 17 mars 1897, mort de Jules JOUY (né en avril 1855, à Paris). Chansonnier, poète et anarchiste, pionnier de la chanson sociale, il fait partie de ces goguettiers dont j’ai souvent parlé ici. Après une enfance pauvre, marquée par la Commune, il exerce divers métiers : boucher, peintre sur porcelaine, etc. Mais c’est la poésie et la chanson qui vont révéler ce parfait autodidacte. Il débute au « Tintamarre », puis aux « Hydropates » et au « Chat noir », faisant le succès des cabarets de 260px-Jouy_JulesMontmartre. Il écrit dès lors un nombre impressionnant de chansons sociales qui évoquent la misère du monde ouvrier, et qu’interpréteront aussi les célébrités de l’époque. Il collabore au journal « Le cri du peuple » de Vallès, à qui il donnera « La chanson du jour » pendant des années. Il s’opposera à la tentative de dictature du général Boulanger (qu’il avait surnommé l’infâme à barbe), et contribuera, par ses chansons, à ridiculiser cet « aventurier ». Aimant faire des blagues, mais aussi teigneux, il se battra plusieurs fois en duel. Il faut néanmoins regretter que Jules Jouy comme Adolphe Willette  ait fait partie du courant antisémite qui existait à l’époque à Montmartre. Mais son obsession de la guillotine et de la mort l’entraînèrent dans la folie. Interné dans un asile, il y mourut deux ans plus tard. l’ensemble des chansonniers montmartrois suivra son enterrement au cimetière du Père-Lachaise. Sa sépulture située dans la 53e division est ornée d’un buste en bronze réalisé par Dalou. Patrick BIAU lui a consacré une biographie : « Jules Jouy, le poète chourineur ». Il consacra un texte à Louise Michel:

 

 

 Voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Tommy Flanagan au piano…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

,

Amis de la fraternelle union et du chutney réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 16 salade-pissenlitMars 2021, 26è jour de ventôse qui nous rappelle que nous abordons la deuxième quinzaine de Mars, il était généralement dédié au pissenlit. Ah, le pissenlit ! Quelle plante merveilleuse et pleine de ressources. Tiens, j’ai un souvenir de salade de pissenlits (moi qui ne suis pas très salade) particulièrement excellente. J’en ai dégusté du côté de Nancy où elle porte le nom de salade à la meurotte.

Tout à fait autre chose.

Il y a vingt ans disparaissait Tommy Flanagan, né le 16 mars 1930 à Detroit (Michigan) son style  s’inscrit indiscutablement dans la lignée des conquêtes rythmiques et harmoniques de Bud Powell. Sa manière reste cependant inimitable : un jeu sûr et précis, un phrasé à la fois Tommyélégant et souple. Offrant un soutien rythmique d’une grande richesse mélodique, doté d’une imagination s’adaptant à tous les tempéraments, d’une inventivité discrète, attentive et subtile, il fut l’un des accompagnateurs les plus recherchés de sa génération. La célébrité qu’il a acquise auprès d’Ella Fitzgerald ne doit cependant pas faire oublier sa participation à deux des plus importants albums de l’histoire du jazz : Saxophone Colossus, de Sonny Rollins, et Giant Steps, de John Coltrane.

 

Thomas Lee Flanagan naît le 16 mars 1930 à Detroit, dans le Michigan. Il commence à étudier la clarinette à six ans et le piano à onze ans, mais il Ella & Tommys’initie aussi à d’autres instruments : le saxophone, la contrebasse, le vibraphone. Il commence très tôt à travailler dans sa ville natale, où il se fait remarquer, à partir de 1945, comme pianiste auprès des frères Jones et du saxophoniste Dexter Gordon. Tommy Flanagan est d’abord influencé par Art Tatum, Teddy Wilson, Nat „King“ Cole et Erroll Garner. Comme nombre de musiciens afro-américains de cette époque, son statut de virtuose fut quelque peu négligé par une société alors très rétive à reconnaître la valeur de ses plus talentueux artistes issus de la communauté noire. Néanmoins, durant sa carrière il fut nominé quatre fois aux Grammy Awards (deux fois pour la meilleur performance jazz en groupe et deux fois en tant que soliste)

Allez, vous en « fête » pas, ça va s’arranger. Portez vous bien et à bientôt peut-être..

Stanislas Alcide Masset…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis du Paris-Nice et de la cuisine batave réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 10 mars 2021, vingtième jour de ventôse et c’est le jour du Cordeau.

Le 10 mars 1972, mort de Stephen MAC SAY (de son vrai nom Stanislas Alcide Masset) militant anarchiste né le 15 octobre 1884 dans le nord de la France. Il s’oppose très vite à l’enseignement « officiel ». En 1906 il rejoint, avec sa compagne Marie-Adèle Anciaux, l’école libertaire de Sébastien Faure dont j’ai parlé ici « La Ruche », où ils Stephen-Mac-Say-227x300enseigneront tous les deux jusqu’en 1910. Mac Say quittera alors définitivement l’enseignement et deviendra forain, puis apiculteur. Pendant la guerre de 14-18, bien que réformé, il se réfugie dans la Creuse avec sa compagne, craignant quelques ennuis à cause de son engagement antimilitariste. Après la guerre, Mac Say reprend ses activités militantes, et particulièrement sa collaboration régulière aux journaux anarchistes « L’en dehors », « Le libertaire » « Les temps nouveaux » etc., ainsi qu’à l’Encyclopédie Anarchiste de Sébastien Faure. Dénoncé comme juif pendant la deuxième guerre mondiale (ce qui, soit-dit en passant, était faux) il est à nouveau contraint de quitter sa maison avec Mary. Humaniste et amoureux de la nature, Mac Say écrira de nombreux livres et brochures contre la vivisection, ainsi que sur l’éducation des enfants et la santé : « L’école laïque contre l’enfant », « De Fourier à Godin », » Les bêtes proches de l’homme », « Propos sans égards », etc.

Allez, déconfinez vous, faites les fous, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Ornette Coleman au sax…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la santé publique et de la raie au beurre noir réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 09 mars 2021, 19è jour de ventôse dédié au cerfeuil.

A propos de Ornette Coleman.

C’est à New-York que le musicien né au Texas a fait l’essentiel de sa carrière et qu’il est mort à l’âge de 85 ans. En 1959, son album «The Shape of Jazz to come» (La forme du jazz à venir) est considéréColeman-200x300 comme l’un des premiers albums avant-gardiste de l’histoire du jazz. Connu surtout comme saxophoniste alto, Coleman rejetait les notions traditionnelles d’accords et se lançait à la place dans des solos que ses détracteurs considéraient comme chaotiques, mais qui sont devenus un courant dominant du jazz et du rock. Cet album comprend la chanson pleine de passion «Lonely Woman», écrite par Coleman, à propos d’une cliente de la haute société qu’il avait remarquée quand il travaillait dans un magasin à Los Angeles, et qui est, depuis, devenue un standard du jazz (pas la dame, la chanson). « L’idée c’est que deux ou trois personnes peuvent avoir une discussion avec les sons sans essayer de les dominer », déclarait Ornette Coleman dans une interview publiée par «les Inrocks» en 1997 avec le philosophe français Jacques Derrida.

 

Par la suite,  il a souvent enregistré des albums avec son fils denardo Coleman, batteur de jazz, qui fut aussi son manager. Gai, primesautier, timide, réservé, provocateur, voire scandaleux, dynamiteur tranquille, habile compositeur, instrumentiste discuté, admirateur de ChColeman-G-arlie Parker dont il prolonge mais dynamite le style, même pas artiste maudit pourtant tant il se plaît à vivre dans une relative obscurité, il a longtemps suscité jugements contrastés, polémiques, voire agressions physiques. Après cela, les goûts et les couleurs, surtout en matière d’avant-garde, font rarement bon ménage avec les débats sereins et les échanges d’idées apaisés.

Allez, voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être

On fait le point sur Godwin…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la réforme fiscale et de la potée bretonne réunies, bonjour ! Ce Mercredi 03 Mars 2021 correspond au 13è jour de ventôse dans notre calendrier républicain. C’est, parait-il la saint Gwenolé: un des sept fumeterre-3saints fondateurs de la Bretagne. Venu de Bretagne insulaire, neveu du légendaire Duc Conan Mériadec, il est venu s’établir dans l’archipel de Bréhat. Il a, plus tard, fondé l’abbaye de Landévennec (29). Il prévient et sauve le roi Gradlon de la perdition et de l’engloutissement de la ville d’Ys. Populaire parmi les Bretons, il était invoqué contre la stérilité des femmes (de quoi je me mêle !). On dit aussi qu’il aurait introduit le pommier en Bretagne et donc, le cidre. Du coup on lui pardonne ses bondieuseries… C’est le jour de la Fumeterre; jolie plante sauvage que les apothicaires utilisaient pour soigner l’eczéma. Dépêchez vous de l’utiliser car avec un nom comme celui-la elle risque bientôt d’être interdite à la cueillette.

Tout à fait autre chose.

Le 3 mars 1756, naissance de William Godwin à Wisbeach, comté de Cambridge. Penseur et théoricien anglais, précurseur de l’anarchisme. Pour éviter de vous planter lors des diners en ville, sachez qu’il n’a rienWilliam-200x300 à voir avec le fameux « point Godwin » qui doit son nom au chercheur Mike Godwin. Cette « loi » s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. L’exemple le plus courant consiste à comparer le thème de la discussion avec une opinion nazie ou à traiter son interlocuteur de nazi. Si le sujet de la discussion était très éloigné d’un quelconque débat idéologique, une comparaison de ce genre est considérée comme un signe d’échec de la discussion. On estime alors qu’il est temps de clore le débat, dont il ne sortira plus rien de pertinent : on dit que l’on a atteint le « point Godwin » de la discussion.

Mais revenons à notre pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », œuvre mary-S-225x300philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire. Considérant que « Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire. Sa première femme, Mary Wollstonecraft, publie quant à elle, en 1792, « Revendication des droits des femmes », mais meurt en donnant naissance à sa fille, Mary, qui deviendra la compagne du poète Percy Bysshe Shelley, à son tour conquis par les idées de Godwin; elle sera par ailleurs la créatrice du célèbre « Frankenstein »). Quelle famille !

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

In the mood…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la transversalité et de l’ARN messager réunis, bonjour ! Nous voici donc en mars de l’an 2021, le Lundi 1er, pour ne rien vous cacher et c’est le jour qui correspond au 11 de ventôse dédié au Narcisse,  Ici à droite, il s’agit de la narcisse dites des Glénans. Autant dire que c’est la fête de tous les blogueurs. Un autre calendrier, celui de la narcisse-des-glénans.jpePataphysique nous précise que le 01 Mars 2021vulgaire est en réalité le Samedi 7 Pédale 148 St Gavroche, forain. Celui de la poste nous invite à fêter les Aubin et en Bretagne armoricaine, Albin. Un saint homme qui, nous dit la chronique, participa au Concile d’Angers en 540, où il servit d’interprète à Tugdual auprès du roi Childebert car il était bilingue (Breton, Latin/Roman). Il a laissé son nom à plus de 80 communes en France ainsi qu’à quelques dictons comme celui-ci: « Pique au jour de Saint Aubin, tu auras un bon vaccin. » Épatant, non!

Tout à fait autre chose.

Glenn Miller (Alton Glenn Miller) est un tromboniste de jazz né le 1er mars 1904 à Clarinda dans l’Iowa et disparu, probablement au-dessus de la Manche en 44. Il a ses premiers contrats professionnels dans un orchestre de Dixieland, les Senter’s Sentapeeds. Il abandonne ses études en 1924, pour rejoindre la formation de Ben Pollack. À l’époque, on trouve aussi dans cet orchestre un certain Benny Goodman. Glenn Miller-G-Pendant la guerre, Promu au grade de capitaine, il dirige alors le Glenn Miller Army Air Force Band, un orchestre de jazz et de danse militaire qui donne des concerts (plus de 800) « pour le moral des troupes », participe à des centaines d’émissions radiophoniques et enregistre de nombreux disques. En 1944, l’orchestre est basé à Londres. Le 15 décembre 1944, Glenn Miller embarque dans un petit avion pour la France pour y préparer l’arrivée de son orchestre. Il y a ce jour-là un épais brouillard et l’avion n’arrivera jamais à destination. Selon certains historiens, l’appareil aurait traversé par mégarde au-dessus de la Manche une zone réservée au délestage des bombardiers alliés qui, de retour d’Allemagne, se débarrassaient, avant l’atterrissage, des bombes qu’ils n’avaient pu larguer sur l’ennemi. Le petit avion qui transportait le musicien aurait été touché par un des projectiles, ou déséquilibré par le souffle des explosions.

 

La musique de l’orchestre de Glenn Miller, à la frontière entre le jazz et la musique de danse, appartient à la mémoire collective en évoquant immédiatement la Seconde Guerre mondiale, la libération, et plus Glenn Miller-D-largement les années 40. Les titres les plus connus de ce big band : In the mood (ici en vidéo et reconnaissable à la première note de trombone), Anvil chorus, Chattanooga Choo Choo, American patrol (1942)… Ils ont souvent été repris au cinéma, notamment par Woody Allen. In the Mood, que l’on pourrait traduire par: de bonne humeur, dans l’ambiance, en anglais, est un standard de jazz-swing-rockabilly américain. Repris du single Tar Paper Stomp de Wingy Manone en 1930.

 

Allez, voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.