Vous lisez actuellement la catégoriePORTRAIT

Page 1 de 97

Rosae, rosa, rosam…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

, ,

Amis du célibat pour tous et du mariage pour chacun réunis, bonjour ! En ce Vendredi 15 janvier 2021, 26è jour de Nivôse dédié à l’étain; je sacrifie à la tradition en saluant le jour anniversaire de la naissance de Proudhon. Néanmoins j’ai choisi d’évoquer Rosa Luxembourg, étonnant, non!

Le 15 janvier 1919, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht (48 ans l’un et l’autre)  sont assassinés dans leur prison par des groupes paramilitaires anticommunistes, les Freikorps (« corps-francs »). Ex-animateurs du 250px-RLuxemburgCpWzgroupe révolutionnaire Spartakus, ils avaient fondé le 30 décembre 1918 le Parti communiste allemand (KPD) et tenté d’importer en Allemagne la Révolution russe à la faveur des troubles consécutifs à la défaite de leur pays et à l’armistice. Ayant déclenché une grève générale le 6 janvier 1919, leur tentative de soulèvement est écrasée par le ministre de la Défense, le social-démocrate Gustav Noske, au cours de la « Semaine sanglante » du 11 au 15 janvier 1919. C’est à Rosa que l’on doit cette pensée: « Celui qui ne bouge pas ne sent pas ses chaines. » Elle fut assassinée par des officiers des corps francs, dont sont issus les premiers nazis, pendant la Révolution allemande, lors de la répression de la Révolte spartakiste de Berlin.

Contrairement à Lénine qui mise sur la discipline d’un parti bien structuré, elle défend l’idée que la grève de masse est le principal moyen d’action révolutionnaire. Rosa Luxemburg s’oppose à la dérive guerrière de l’Allemagne. Une campagne pacifiste lui vaut d’être arrêtée en 1915. Zetkin_luxemburg1910En 1916, la crise du SPD la conduit à fonder avec Karl Liebknecht, Franz Mehring et Clara Zetkin, la Ligue des Spartakistes, mouvement révolutionnaire et antimilitariste, ancêtre du Parti Communiste Allemand. Enthousiasmée par la Révolution russe de 1917; elle se montre cependant très lucide et clairvoyante sur l’autoritarisme et le manque de liberté du régime bolchevique. Mais si elle est proche de Clara Zetkin -théoricienne du féminisme- (photo de droite) Rosa Luxemburg ne s’exprime pas dans les schémas féministes de l’époque. Elle ne s’intéresse pas spécifiquement aux droits des femmes, c’est toute l’humanité qui l’intéresse. Pour elle le statut inférieur des femmes, tout comme l’antisémitisme, disparaîtra quand viendra le socialisme.

Cette pacifiste croit en l’Internationalisme, les ouvriers allemands ne se battront pas contre leurs frères français. Elle appelle à la fraternité entre les peuples, milite contre la guerre, dont elle dénonce le caractère impérialiste, en donnant des conférences. Son engagement antimilitariste lui vaut d’être jugée et incarcérée, pendant presque toute la guerre; elle continue d’écrire des articles, qu’elle fait sortir rosa_luxemburgclandestinement par ses visiteurs, rédige aussi des livres. Femme de conviction, après la «trahison» du Parti social-démocrate allemand (qui vote les crédits de guerre en Aout 1914), elle se rapproche de Karl Liebknecht. Et ensemble ils fonderont la Ligue Spartakiste -du nom de Spartakus à l’origine de la révolte des esclaves à l’époque romaine- puis le Parti communiste allemand (en janvier 1919), dont elle rédige les statuts. Jusqu’au dernier moment Rosa Luxemburg sera une indéfectible combattante. Ainsi le jour de sa mort, cachée dans un appartement bourgeois berlinois, elle compose son dernier article intitulé «L’ordre règne à Berlin!»: « Sbires stupides! Votre “ordre” est bâti sur le sable. Dès demain la révolution “se dressera de nouveau avec fracas” proclamant à son de trompe pour votre plus grand effroi. J’étais, je suis, je serai!»

Bon, ben, j’ai comme l’impression que le moule est cassé. Des comme ça, y’en a plus beaucoup. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

A l’aise Blaise…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’antanaclase* et de la confiture de mirabelles réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 14 Janvier 2021, 25è jour de Nivôse dédié au chat dans notre calendrier républicain. Pour illustrer cette entrée en matière je vous ai déniché une photo de greffier des pluschat-lunette croquignolesques. Ce qui devrait faire plaisir à Siné dont je collectionne les dessins de chat. Bon, je m’avance peut-être un peu mais je sais que de là ou il est, il consulte régulièrement Les cénobites tranquilles. Après tout, je continue bien de mon côté à lire assidument Siné-Mensuel en dépit de son absence. *Pour les amoureux de la langue française je rappelle que l’antanaclase est la répétition d’un mot ou d’une expression avec un sens différent, en exploitant sa polysémie. Elle est proche de la paranomase et de la syllepse de sens. Ex : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » (Blaise Pascal, Pensées) C’est pas littéraire ça mes body boys ? Justement, tiens, admirez l’enchainement.

Blaise Pascal, fut, comme vous le savez, l’inventeur de la calculette, la fameuse Pascaline (à gauche en photo) et ses travaux sur le calcul des probabilités ont passionné de nombreux joueurs. Il développera en 1654 une méthode de résolution du « problème des partis » qui, pascalinedonnant naissance au cours du XVIIIe siècle au calcul des probabilités, influencera fortement les théories économiques modernes et les sciences sociales. J’en connais au moins un de parti qui aimerait bien savoir quelles sont les probabilités pour lui de retrouver le pouvoir après 2017… Mais, saviez vous  qu’on lui doit aussi la première ligne de « transports en commun », convoyant les passagers dans Paris avec des carrosses à cinq sols munis de plusieurs sièges.Après une expérience mystique qu’il éprouva à la suite d’un accident de carrosse en octobre 1654, il se consacrera à la réflexion philosophique et religieuse. Il écrit pendant cette période Les Provinciales et les Pensées, ces dernières n’étant publiées qu’après sa mort qui survient deux mois après son 39e anniversaire.

Il est aussi l’auteur du fameux triangle qui porte son nom encore que, Yang Hui, mathématicien chinois sous la dynastie Qin avait travaillé quatre siècles plus tôt sur un concept semblable. Il utilise ce tableau arithmétique afin de résoudre le « problème des partis », discuté depuis le XIVe siècle. Ce problème, qui lui a été soumis par son ami le chevalier TriangleIsocelPascal-300x214de Méré, concernait le partage équitable des gains d’un jeu de hasard interrompu : deux joueurs décident d’arrêter de jouer avant la fin du jeu et souhaitent partager les gains de manière équitable en s’appuyant sur les chances que chacun avait de gagner une fois à ce point. Le calcul des probabilités venait de voir le jour. C’est encore lui qui, dans Pensées, introduit la notion d’ordre comme « un ensemble homogène et autonome, régi par des lois, se rangeant à un certain modèle, d’où dérive son indépendance par rapport à un ou plusieurs autres ordres ». Les trois ordres identifiés par Pascal sont l’ordre du corps, l’ordre de l’esprit ou de la raison, et l’ordre du cœur ou de la charité. Cette notion d’ordre a été reprise par le philosophe André Comte-Sponville.

Aujourd’hui, les partis se préoccupent plutôt des forces de l’ordre… Allez ça  suffit pour un jeudi; portez vous bien et à bientôt peut-être.

Frères humains qui après nous vivez…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des bars-à-vins et du coquelet en sauce réunis, bonjour! Nous sommes le Mardi 12 janvier 2021, 23è jour de nivôse dédié au fer. VillonComme n’aurait pas manqué de le faire remarquer Bourvil: il faut le faire ! Quand bien même, pour la pataphysique, ce 12 Janvier 2021 est en réalité le Dimanche 15 Décervelage 148 Conscience d’UBU. Alors que je poursuis ma paisible retraite dans mon modeste ermitage et que les bruits du monde me parviennent assourdis par l’étrange lucarne, me laissant quelques temps libres, il m’est venu à l’esprit de relire Villon. Façon personnelle d’échapper au bruit et à la fureur des temps modernes;  Je vous ai mis de côté cette strophe qui ne saurait vous déplaire:

Sur mol duvet assis, ung gras chanoine,
Lez ung erasier, en chambre bien nattée,
A son costé gysant dame Sidoine,
Blanche, tendre, polie et attintée,
Boire ypocras, à jour et à nuytée,
Rire, jouer, mignonner et baiser,
Et nu à nu, pour mieux des corps s’aiser

François Villon.

https://youtu.be/uXOXLxVu_q8

Voila bien la philosophie qui sied à un cénobite. D’ailleurs, je vais de ce gibet.jpepas m’en resservir un petit en guise de solution hydro-alcoolique ce qui devrait avoir un effet immédiat sur les hordes de microbes et autres virus qui se sont mis en tête de nous pourrir la vie. Juste pour vous faire baver, il s’agit d’un Single Malt en provenance de Isle of Jura, un Signatory vintage millésimé 1997, bouteille N° 311… Quand je pense qu’à une lettre près notre poète porte le même nom qu’un ancien premier sinistre qui rêva de devenir calife à la place du calife… C’est un coup à vous éloigner de la poésie ou de la politique! PS: désolé pour les liens vidéo. Malgré tous mes efforts, je n’y arrive pas.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La chasse à l’enfant…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la chanson réaliste et du far aux pruneaux réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 09 janvier 2021, 20è jour de nivôse, consacré au van, mais si, vous savez, ce panier d’osier qui permettait de séparer le bon grain de sa balle et j’ai justement choisi de vous parler d’une enfant de la balle qui deviendra une grande dame aujourd’hui disparue et qui méritait mieux que l’oubli dans lequel l’ont relégué les médias. Marianne Oswald.

Elle est née en 1901 en Moselle de parents juifs émigrés de Pologne. Marianne Oswald entame sa carrière de chanteuse dans les années 20, dans les cabarets de Berlin. En 1931, du fait de la montée du parti Nazi et de la menace qu’il faisait peser, elle s’exile à Paris, où elle introduitOswald-D- dans la chanson française des techniques propres à l’expressionnisme allemand. Elle va interpréter tout à tour Brecht, Kurt Weill mais aussi Cocteau et Prévert. Celui-ci lui écrira une chanson que je vous donne à écouter ici (si la technique est de mon côté). En effet, pendant l’été 1934, un fait-divers scandalise Jacques Prévert : une trentaine d’enfants s’étant évadés du bagne de Belle-Île-en-Mer en réponse aux violences des surveillants du réfectoire, l’administration propose une prime de vingt francs pour chaque enfant capturé.

 https://youtu.be/upyoX-MRsNk

Les badauds et les touristes se joignent donc au personnel du bagne pour leur donner la chasse. Prévert réagit en écrivant d’une traite le poème Chasse à l’enfant, mis en musique par Joseph Kosma et enregistré par Marianne Oswald le 20 octobre 1936. Prévert avait aussi l’intention de tirer de l’anecdote un film, mais celui-ci ne verra jamais le prévertjour. Marianne Oswald s’est ensuite beaucoup investie à la radio et même à la télé. Les moins jeunes se souviendront de l’émission « Ah, les beaux jeudis ! ». Enfants, Lorsque la météo était maussade (ce qui est rare en Bretagne) avec les copains du quartier, nous nous retrouvions agglutinés autour du poste de TSF pour écouter Jean Nohain et Marianne Oswald… Elle nous a quitté en 1985, voici ce qu’en disait Jean Cocteau:« Je suppose que c’est cette puissance rouge d’incendie, de mégot, de torche, de phare, de fanal, qui l’habite, cet acharnement de braise, cette haleur de gaz d’acétylène, de magnésium et de lampe à souder, qui forment l’efficacité de cette chanteuse, de cette mime que bien des esprits repoussent, mais qui s’impose malgré tout. »

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

C’était Machin, de Belleville…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la chanson libertaire et du kougloff réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 07 janvier 2021, 18è jour chassin01de Nivôse dédié à la pierre à chaux. N’oubliez pas que c’est un 07 Janvier (2015) que des malades enturbannés massacrèrent l’équipe de Charlie-Hebdo. Oyez chers lecteurs la belle histoire d’un gars pas ordinaire. A la demande générale, j’m’en va vous kaoser d’un p’tit gars de la Butte. Le 07 janvier 1887 (ceci explique cela), naissance d’Henri Chassin à Belleville (Paris). Poète, chansonnier anarchiste et antimilitariste. Décédé le 20 Juillet 1964, il repose au colombarium du Père-Lachaise, case 728.

Cet antimilitariste qui se présentait comme le petit-fils d’un Communard, savait de quoi il parlait. Après sept années passées sous l’uniforme militaire chez les Zouaves, il est envoyé au front en 1914. Refusant de tuer, il déserte,Machin de Belleville mais est repris et envoyé pour cinq ans dans les bataillons disciplinaires d’Afrique à Sidi-Bel-Abbès. Il s’en évade à trois reprises, sans succès, il sera même un temps interné en hôpital psychiatrique. Il était auteur de  poésies et de chansons engagées qu’il chantait dans les cabarets Montmartrois, il interprétait aussi les textes de Gaston Couté et d’Aristide Bruant. Il rejoindra le groupe de « La Vache Enragée » et prendra part aux activités de « La Muse Rouge ». Conseiller municipal de la Commune libre de Montmartre il était le créateur avec Bernard Salmon, avec qui il avait reformé le groupe des Hydropathes, des taste-fessesmatinées du « Tire Bouchon ». Il était également le président des Sauvagistes et des amis de Gaston Couté. On retrouve son nom dans l’annuaire de la confrérie des chevaliers du taste-fesses: Membre fondateur, doyen d’âge, triumvir du club des hydropathes et de l’aquadémie de Montmartre. Il est vrai qu’il est en bonne compagnie puisque on y trouve aussi, Boris Vian, Léo Campion, Jean Rigaux, et tant d’autres joyeux drilles. En 1927, il publiera un recueil de ses poésies « Machin de Belleville » et en 1933 il sera initié à la franc-maçonnerie à la loge Agni du Grand Orient de France à Paris.

Sacré bonhomme, on va lui faire une place dans notre galerie de portraits. Allez, merci de la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Comment peux t-on se nommer Artie Shaw…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis de la protohistoire et du bœuf bourguignon réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 30 Décembre 2020, qui correspond au 10e jour du mois de nivôse, dans le calendrier républicain, officiellement dénommé jour du fléau. Ce qui n’a rien à voir avec ce qui suit..

Comment peut-on se nommer: ARTIE SHAW ?

Je me suis souvent posé cette question. Sauf à avoir des attaches à St-Pol-de-Léon, avouez que c’est assez improbable. Sauf encore, à pratiquer l’humour juif de Brooklyn… Point commun avec Woody Allen,artie-D- autre clarinettiste de talent. Né à New York, Arthur Arshawsky y apprend la clarinette et le saxophone et en 1926, il adopte le pseudonyme d’Artie Shaw. En 1929, on le retrouve à New York où il mène une intense activité de musicien de studio. On peut l’entendre un temps dans l’orchestre de Paul Whiteman. De 1934 à 1935, il délaisse la musique et se retire à la campagne pour se consacrer à la littérature (pas terrible d’après les experts). En 1938, il enregistre son premier hit: « Begin the beguine » de Cole Porter.

https://youtu.be/cCYGyg1H56s

En 1938 il accompagne Billie Holiday , ce qui, à une époque où la tension générée par la ségrégation raciale devient inquiétante, ne va pas sans créer d’incidents . Sa popularité atteint alors son apogée et il  devient le principal rival du roi du swing: Benny Goodman. Pourtant Artie_ShawArtie Shaw, se retire du monde musical pour s’installer à Mexico. En 1940, année où il épouse l’actrice Lana Turner, il reconstitue un orchestre qui lui aussi enchaîne les succès. En 1942, il s’engage dans la Marine. Il dirige un orchestre destiné à entretenir le moral des troupes du Pacifique. De retour à la vie civile en 1944, il met sur pied un orchestre, pour une fois exclusivement de jazz. A la fin des années 60, il se retire à Lakeville (Connecticut). Il meurt le 30 décembre de la même année. Artie Shaw apparaissait aussi comme un homme de convictions qui a toujours milité contre la ségrégation raciale aux États-Unis. A écouter sans modération.

Allez, l’année bientôt finira sa carrière, en attendant la prochaine, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Ca vient de là, ça vient du blues…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

,

Amis de la mistoufle et des restos du cœur réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 28 décembre 2020, 8è jour de Nivôse que les républicains avaient dédié au fumier, allez savoir pourquoi justement le jour de la « saints innocents »… Peut-être parce que Nobody’ innocent ! C’est aussi la date anniversaire de la disparition d’un bluesman attachant.

Freddie KING, qui s’est vite appelé Freddy, est né et a grandi à Gilmer (Texas) en 1934, où il a appris à jouer de la guitare grâce à sa mère et à son oncle. King jouait au départ du blues rural acoustique dans la veine de Lightning Hopkins. En 1950, à 16 ans, sa famille déménage pour Chicago, où il fréquente les clubs de blues. Il y entend des musiciens freddy-king-1tels que Muddy Waters, Jimmy Rogers, Eddy Taylor et bien d’autres. Bientôt le jeune guitariste forme son propre groupe The Every Hour Blues Boys. « C’était un colosse débonnaire, carrure de taureau, écrasant sa guitare entre les doigts noueux qui en tiraient malgré tout des sons d’une extrême pureté.» Gérard Herzhaft La grande encyclopédie du blues. King enregistre son premier 45t en 58. Syd Nathan et Sonny Thompson font signer KING et enregistre son premier simple pour ce label ‘You’ve Got to Love Her with a Feeling’, en Aout 1960. Ce titre devient un petit succès en 1961. Allez, trois minutes trente cinq de bonheur comme chantait Sylvie Vartan.

https://youtu.be/WtpCAhbAJdc

Le premier album de King ‘Freddy King Sings’ sort en 1961 et est suivi l’année suivante de ‘Let’s Hide Away’ et un album instrumental ‘Dance freddy-2Away with Freddy King: Strictly Instrumental’. En 1961, il réalise une série d’instrumentaux (dont ‘San-Ho-Zay’, ‘The Stumble’ , et ‘I’m Tore Down’) qui deviennent des classiques du blues.(observez les deux orthographes du prénom sur les pochettes de disques) King trouve un nouveau contrat avec Shelter Records de Leon freddy-3Russell au cours de l’année 1970. Il enregistre trois albums au début des années 70 qui se vendent tous très bien. Ses concerts marchent bien aussi. En 1976, il tourne aux Etats-Unis, en dépit d’une santé qui commence à décliner. Le 29 décembre 1976, à seulement 45 ans, King meurt d’un problème cardiaque.

Du blues pour terminer l’année, on peut pas trouver mieux (si j’arrive à résoudre mon problème de vidéo). Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les yeux d’Elsa et de Ristat…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE, PORTRAIT

Amis de la beauté poétique et du canard à l’orange réunis, bonjour! Nous sommes le Jeudi 24 décembre 2020, quatrième jour de Nivôse dédié au soufre, et on me dit que ce soir c’est la nuit de Noël. Bon, j’ai sabots-dans-la-chemineeposé mes boutou-coat (sabots de bois) devant la cheminée, on ne sait jamais… Écrire c’est une façon de parler sans être interrompu disait Jules Renard, du coup le blogueur s’en donne à cœur joie. Je poursuis donc ma galerie de portraits à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Louis Aragon qui, au delà de ses engagements politiques et de sa trop longue cécité vis à vis du stalinisme, nous lègue des textes d’une telle beauté, surtout quand ils sont portés par des interprètes comme Ferré ou Ogeret qu’il mérite bien ce petit hommage. P’tin, on se croirait sur France-culture…

Fils illégitime d’une liaison entre Marguerite Toucas et un homme politique célèbre (Louis Andrieux, procureur de la République, Préfet de police, député puis ambassadeur), Louis Aragon naît le 3 octobre 1897, à Paris. Son enfance toute entière se trouve du coup marquée par le mensonge et la dissimulation: pour sauver les apparences, sa mère se Aragon-G-fait en effet passer pour sa sœur et sa grand-mère, pour sa mère adoptive, tandis que ses tantes deviennent ses sœurs et que son père devient un vague parrain, qui ne lui apprendra la vérité de sa naissance qu’avant son départ pour la guerre. Il est incorporé en 1917 et part pour le front où il rencontrera par hasard André Breton. Trois fois enseveli sous les bombes, Aragon survit cependant au conflit et se consacre avec une énergie décuplée à l’écriture, sous toutes ses formes. Et, quand cette écriture est mise en musique par Hélène Martin, ça donne ce joyau…

https://youtu.be/7t4zeBU_f18

Il rencontre en 1928 une jeune écrivain(e) russe, Elsa Triolet (belle-sœur de Maïakovski), dont il ne se séparera plus. C’est à elle que l’on doit cette superbe citation: « J’ai appris que pour être prophète, il aragon-et-ristat-300x225suffisait d’être pessimiste. » (c’est tiré de: Mille regrets). Aragon devient simple journaliste à L’Humanité et entame une nouvelle carrière de romancier avec Les Cloches de Bâle (1934). Après la mort d’Elsa Triolet (1970), il poursuit comme il le peut ses activités politiques auprès de l’union de la gauche (il sera décoré par F. Mitterrand) et survit en changeant radicalement de style de vie et en affichant dans les médias ses relations homosexuelles, notamment avec Jean Ristat, lui-même écrivain et poète qui lui fermera les yeux le 24 décembre 1982. Sa mort sera suivie d’un concert étonnant de louanges et de cris de haine qui ne s’est guère estompé depuis.

Allez, bonnes fêtes à tous, portez vous bien et à bientôt peut-être.

My funny Valentine…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis du grand soir et des petits matins réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 23 décembre 2020, troisième jour de Nivôse consacré au bitume… Sans commentaires.

Tiens, c’est l’anniversaire de Chet Baker.

Chesney Henry, « Chet » Baker Jr, le jazzman blanc le plus dépressif de l’histoire est né le 23 décembre 1929 à Yale, Oklahoma. A 10 ans, Chet et sa famille déménagèrent vers la Californie du Sud, pendant l’âge d’or du bebop. Pour les 12 ans de Chet, son père lui offrit un trombone . Le Chet-D-garçon trouvant l’instrument trop difficile l’échange pour une trompette. Il en jouera tout le long de sa scolarité. En 1946, il part à l’Armée, mais n’abandonne pas son instrument pour autant, il jouera d’ailleurs avec l’Army Band dans le Berlin conquis. Il passe avec succès une audition pour Charlie Parker et trouve le succès en 1952 au sein du Gerry Mulligan’s pianoless quartet, qui joue régulièrement à Hollywood. Chet s’illustre par la force de son solo sur le morceau « My Funny Valentine » , un morceau qu’il gardera comme fétiche tout au long de sa vie. A gauche superbe photo extraite du film Let’s get lost de Bruce Weber.

https://youtu.be/27398omqBGM

Après un séjour en Europe, il retourne aux Etats-Unis en 1956 et devient accro à l’héroïne et à la cocaïne. Après un concert à San Francisco en 1966, il se fait agresser par des dealers. Sa mâchoire est fracturée et beaucoup de ses dents (très fragilisées par des années de drogue) sont cassées. En 1973 Il recommence aussi à enregistrer,Chet-D--300x168 redevient toxicomane et repart en Europe, où il tourne et enregistre de plus en plus régulièrement, principalement à cause de ses besoins d’argent pour acheter sa drogue. Le vendredi 13 mai (pas d’bol) 1988 à Amsterdam, Chet Baker tombe de la fenêtre ouverte de sa chambre d’hôtel. Sa carrière prend fin brutalement, alors que ses qualités musicales sont au plus haut. Une autopsie révèle qu’il n’était ni saoul ni drogué au moment des faits. Son corps sera enterré au Cimetière du Parc d’Inglewood, en Californie.

Allez, je ne suis pas sûr que cela vous redonne le moral mais bon… Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Chicago blues…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis du crétacé supérieur et de la lutte des glaces réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 19 décembre 2020, 29è jour de frimaire dédié à l’olive. Le 19 décembre 1915 à vu mourir Aloïs Alzheimer; il est très Rogers-2-300x300connu mais je ne me souviens plus pourquoi, j’ai la mémoire qui flanche… Je cherchais depuis un moment déjà l’occasion d’évoquer la carrière de Jimmy Rogers et je m’aperçois qu’il est décédé un 19 décembre à Chicago dans l’Illinois en 1997. C’est sans doute un des principaux concepteurs du Chicago blues de l’après-guerre. Encore enfant, il aide un ses oncles épiciers qui vend des disques au milieu des victuailles. En attendant le chaland,le jeune Jimmy apprend la guitare et l’harmonica à partir des disques de Memphis Minnie et John Lee «Sonny Boy»Williamson. Attention de ne pas le confondre avec Jimmie Rodgers, chanteur de country, célèbre pour son yodel…

https://youtu.be/Td7236JoTAk

Il rejoint Chicago en 1939 via Saint-Louis et se produit sur le marché aux puces de Maxwell Street. C’est là qu’il va rencontrer Leroy Foster et surtout Muddy Waters. Ensemble il vont former un groupe qui deviendra le premier «Muddy Waters blues band». Dans les années cinquante, Jimmy Rogers enregistre une trentaine de titres dont pas Rogers-300x300mal de chefs-d’oeuvre en compagnie du pianiste Eddie Ware. Lorsqu’il sera remplacé par Pat Hare chez Muddy en 1960, Rogers abandonne la musique et redevient épicier et chauffeur de taxi pour subvenir aux besoins de sa grande famille. Ce n’est qu’en 1970, pressé par le pianiste blanc Bob Riedy qu’il reprend sa guitare et son blues. Il va se produire dans les clubs de Chicago, sur les campus et participe à quelques tournées en Europe. Voici ce qu’en dit Gérard Herzaft dans sa grande encyclopédie du blues (Fayard): «…Discret, modeste, Jimmy Rogers n’a jamais connu l’engouement du public international du blues mais, peu à peu, son authenticité et le rôle historique qu’il a joué à Chicago, l’ont fait reconnaître et apprécier.»

Allez, c’est sympa à vous d’être passé par ici, portez vous bien et à bientôt peut-être.