Vous lisez actuellement la catégorieNon classé

Page 2 de 138

Jehan Jonas…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la libération sexuelle et du clafoutis aux cerises réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 12 Août 2020, 25è jour de Thermidor dédié à la loutre.

Que celui (ou celle) qui a connu Jehan Jonas lève le doigt. Cet auteur-compositeur-interprète était né le 12 août 1944Jonas-D- et est décédé, beaucoup trop tôt, en 1980. Après son certif’, il entre à la SNCF et chante en terrasse puis fait les cabarets où il côtoie Brassens, Chelon, Jean-Marie Vivier qui reprendra ses textes, Gribouille et tant d’autres. Pour ma part, mon premier souvenir « live » remonte à 1970, c’était au bateau-lavoir à Nantes. Un regard sans concession, une plume acérée, des chansons qui veulent dire quelque chose bref, un chanteur qui n’aurait aucune chance à la « star’ac ».

https://youtu.be/B-9WPRxiEbo

Je me souviens aussi d’un petit cabaret à Rennes, cela s’appelait « Chez Françoise » et Jean-Marie Vivier chantait alors des textes de Jonas.

Ah quelle époque madame Michu ! Allez, en attendant la fin du Monde, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le sax de Willem…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé, PORTRAIT

, ,

Amis du métissage absolu et de l’andouille de Guéméné réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 07 Aout 2020, qui correspond au vingtième jour de Thermidor dédié à l’écluse. Avec votre permission, j’ose une contrepèterie belge: Il fait beau & chaud…

In memoriam Willem Breuker.

«Il était le Duke Ellington de la free music», si l’on en croit Armand Meignan, directeur de l’Europa Jazz du Mans, dontbreuker-D- il fut l’un des invités les plus fréquents. Né le 04 novembre (c’est une excellente date) 1944, le saxophoniste hollandais, un des pères de la free music, a bien connu le festival Manceau voué, dans sa genèse, au jazz européen de façon assez radicale. Il y fut l’invité en 1982 de l’indétrônable Régional Tour, qui lui fit sillonner les Pays de la Loire pour douze concerts. Breuker était de ces personnages à part dans l’histoire de la musique. Hors modes, tout sauf show-business.

Son parcours, marqué par son engagement social, avait commencé dans la rue et les usines. Une dimension willem-Breuker-D-politique qui a dominé son œuvre, tout à fait originale, qui se situe entre la tradition jazz américaine, le nouvel élan européen survenu au milieu des années 60, et des influences Kurt Weill. Sa musique, ouverte à tous les horizons, à toutes les influences laissait une grande part à l’improvisation et le Willem Breuker Kollektief qu’il avait crée, offrait de véritables spectacles qui relevaient autant du théâtre que de la musique. Pour des raisons qui me restent obscures il fut dédaigné des médias français. Il méritait bien un petit coup de chapeau. Salut l’artiste !

Allez, le bonjour vous va, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le père Lapurge…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’idéal olympique et du caramel au beurre salé réunis, bonjour ! Nous voici donc le Mercredi 05 août 2020 et vous êtes encore devant votre ordinateur. C’est aujourd’hui le 18è jour de thermidor dédié à l’amande. Si coucougnettesje vous dis que l’amande est incontournable dans la fabrication des coucougnettes, je vois déjà votre sourire en demi teinte, et pourtant. Une coucougnette est une confiserie faite avec des amandes, de la pâte d’amande et du chocolat. La coucougnette est fabriquée à base d’amandes fraîches broyées au sucre de canne, mélangée à des amandes grillées caramélisées avec quelques gouttes d’eau-de-vie de gingembre et une rasade d’armagnac. Le cœur de la coucougnette est une amande douce entière grillée et enrobée de chocolat noir grand cru. Elle est roulée à la main et trempée dans du jus de framboise pour lui donner cette couleur rosée. Les plus célèbres sont sans doute « les coucougnettes du vert galant » que les mauvais esprits se sont empressé de traduire par « les roubignoles d’Henri IV ».

Le 5 août 1910, il y a un siècle quoi,  mort de Constant Marie alias « Le Père Lapurge ». Communard, militant et chansonnier anarchiste. Il était né le 27 août 1838, à Sainte-Houvrince (Calvados). Ouvrier maçon, il participe à la Commune de Paris et sera blessé durant les combats au 280px-Constant_Marie fort de Vanves; blessure qui l’aurait contraint par la suite à se faire cordonnier   (profession semble-t-il propice au développement des idées libertaires, allez savoir pourquoi). Auteur-compositeur de chansons révolutionnaires dont les plus connues sont « Dame Dynamite », « le Père Lapurge » (à laquelle il devra son surnom) et « La Muse Rouge »; ce chant de révolte donnera son nom à   partir de 1901 à un célèbre groupe de poètes et chansonniers révolutionnaires à qui l’on doit nombre de chansons faisant partie de notre patrimoine.

Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à bientôt peut-être.

De Charlotte à Billie…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du développement durable et des sauveteurs en mer réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 17 juillet 2020, 29è jour de Messidor dédié au Blé. C’est aussi la fête aux Charlotte ce qui m’aurait autorisé à poster une vidéo de la plaisir-des-dieuxcélèbre chanson qui fit les beaux jours de la série de chansons paillardes le plaisir des dieux en 33t. Il en existe une vingtaine de galettes depuis le curé de Camaret jusqu’à La femme du vidangeur. Ces disques furent enregistrés par des internes des hôpitaux de Paris. Sur le pourtour central du disque est inscrit : Collection privée et hors commerce éditée par souscription pour l’usage exclusif du corps médical. Ici  je veux parler de « La p’tite Charlotte » dont voici le premier couplet. Éloignez les enfants.
Dans son boudoir la petite Charlotte
chaude du con
faute d’avoir un vit
se masturbait avec une carotte
et jouissait sur le bord de son lit…    

Mais bon, j’entends déjà les commentaires des pisse-vinaigres, des peine-à-jouir, des tue l’amour et les admonestations des ligues de vertu. J’ai donc opté pour Billie plutôt que pour Charlotte. En effet, le 17 juillet 1959 c’est la disparition de Billie Holiday, la plus grande d’entre les grandes dames du jazz. Plutôt que de longs discours, écoutons la.

Sublime, non ! Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être si la Covid nous prête vie.

Phares & balises…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du temps des cerises et du clafoutis réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 07 juillet 2020 et certains vous ferons croire que nous sommes le 19 de messidor, journée consacrée à la cerise. Ah, vienne le temps des cerises !

En Bretagne, certains célèbrent Saint Teï, bon ben, c’est pas une obligation non plus. On sait peu de choses de son histoire si ce n’est qu’il vécut au VI ème siècle et qu’il fût disciple de Guénolé fondateur de l’abbaye de Landevennec.  Francisé sous la forme de They, il est connu dans le Cornwall, sous le nom de St Day. Il a donné son nom à Lothey, chapelle-st-They-300x224près de Chateaulin (29). Entre la baie des Trépassés et la pointe du Van, la chapelle de Saint-They, la plus vaste des chapelles de Cléden, surplombe le raz de Sein au bord de la falaise. Peut-être connaissez vous ce recoin de côte entre la pointe du Van et celle du Raz, c’est la baie des trépassés, bae an anaon. Mon aïeule, admiratrice d’Anatole le Braz, m’a souvent conté l’histoire du Treizour (le passeur) chargé de mener les âmes vers l’autre monde et qui accostait la nuit venue sur ses rivages. De là vient dit-on, le fait que les marins portaient souvent un anneau d’or à l’oreille. Il s’agissait d’être en mesure de payer le passeur le cas échéant. La légende veut que la cloche de la chapelle St-They sonne d’elle-même pour avertir les barques et bateaux en danger, de se mettre sous la protection du saint et de la SNSM réunis (magnifique photo de Nicolas Buisson).

« Nul n’a jamais passé le Raz qu’il n’encourut crainte ou trépas. »

Au large, on aperçoit le phare de la Vieille situé dans le raz de Sein et bâti sur le rocher de la Gorlebella. Le raz de Sein est la route maritime la plus courte et la plus sûre pour les navires circulant entre l’Atlantique et la Manche; en effet, plus à l’ouest, des hauts-fonds, l’île de Sein puis la phare-et-tour-213x300chaussée de Sein barrent la route sur plus de 30 milles. C’est cependant un passage très dangereux du fait du courant très violent généré par les marées (jusqu’à six nœuds en vives eaux), de la mer souvent déferlante, et de nombreux rochers. Le courant lève, même par brise modérée, une mer très forte, gênante y compris pour des navires d’un certain tonnage. C’est dans cet enfer que les petits ligneurs du Cap vont pêcher le bar. Les feux de la Vieille (ne pas confondre avec les vieux de la vieille) seront allumés le 15 septembre 1887, date de fin des travaux. Cette date est gravée dans la roche; sur cette photo, on voit encore la tour Temperley qui fut détruite par la tempête en 2008.

Voila, si vous passé dans le coin, n’oubliez pas le ciré Cotten. En attendant, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Embraceable you…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la propédeutique et des œufs mollets réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 26 juin 2020, huitième jour de Messidor dédié à l’échalote. Parce que c’est après avoir enlevé Jérusalem aux musulmans; que le chef des croisés Godefroy de Bouillon complète son succès en écrasant l’armée égyptienne à Ashkelon (ou Ascalon). De cette ville, les croisés ramèneront en Occident… l’échalote (du latin ascolonia cepa, qui signifie oignon d’Ascalon). Ascalon, au pays des Phillistins, aujourd’hui Israël. Autant vous dire qu’ici, dans le Léon (Nord-Finistère, 60% de la les-johnniesproduction française) où réside votre serviteur, on en connait un rayon sur l’échalote… Je me souviens des fameux Johnnies qui s’en allaient vendre leur production outre-Manche. J’ai retrouvé, pour illustré ce billet, cette jolie expression: War pont Landerne e vezer ar penn e Leon hag ar revr e Kerne. Sur le pont de Landerneau, on a la tête en Léon et le cul en Cornouaille. Or donc, nous fêtons les Gwenvred; ce prénom féminin breton nous vient tout droit… du pays gallois. Gwenvred était une jeune fille vierge vivant au Pays de Galles et qui comme bon nombre de ses consœurs féminines et martyres, s’était refusée à un homme, un prince nommé Karadog qui lui fit alors trancher la tête. Encore couramment employé au 15ème siècle, ce prénom porte en lui une valeur toute particulière car il fut le prénom de la dernière reine de Bretagne, épouse du Roi Salaun qui régna sur la région, de l’an de Grâce 857 à  874. Issu des mots bretons Gwenn, qui signifie blanc et Bred qui pourrait être traduit par esprit.

Tiens, c’est l’anniversaire de la disparition de Brownie: Clifford Benjamin Brown est un trompettiste de jazz et compositeur américain né à Wilmington dans l’ État de Delaware le 30 octobre 1930 et mort lors d’un accident de la route le 26 juin 1956. Clifford Brown était apprécié clifford-brown-300x300pour son jeu lyrique, fait de longues phrases mélodieuses et d’une virtuosité extrême. On peut rapprocher son jeu de celui de Fats Navarro. Il jouait à l’oreille, comme le lui avait appris son mentor Robert Lowery. Il a inspiré de nombreux disciples, lets Freddie Hubbard, Lee Morgan ou Wynton Marsalis. Il ne reste malheureusement que peu de traces de ses nombreuses représentations (concerts, jams, studios…), Clifford Brown étant tellement modeste qu’il a cherché tout au long de sa courte carrière à se faire oublier. Dans la vidéo, il interprète embraceable you mis à l’honneur aussi bien par Sinatra que par Ella Fitzgerald. Il est évoqué dans le 187e des 480 souvenirs cités par Georges Perec, dans son texte Je me souviens.

Bon, c’est pas tout, je dois encore faire les courses et trouver un bel onglet de bœuf pour accompagner mes échalotes. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Serpolet & farigoule…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du pain perdu et de la liberté retrouvée, bonjour ! Nous sommes le Mardi 16 juin 2020 soit le 28è jour de prairial dédié au thymus que des paresseux ont pris l’habitude de nommer le thym. Cette plante de la famille des lamiacées esle-thymt aussi appelée, serpolet et, dans le sud, les occitans  disent farigoule. Le thym est utilisé depuis fort longtemps et pas seulement pour aromatiser les côtes de bœuf. La preuve, je m’en suis servi l’autre soir pour aromatiser des langoustines rôties flambées au whisky. Attention, des vraies langoustines du Guivilnec, élevées sous la mer. Avec cela un Saint-Mont sec – vendange matinale – un vin du Sud-Ouest, le Piémont Pyrénéen, issu de très vieux cépages comme l’Arrufiac, le Petit Courbu et le gros Manseng. (On dirait des personnages de BD !) il fait partie de ces vins qui bénéficient de langoustinesl’appellation VDQS et qui offrent un rapport qualité/prix exceptionnel si on compare avec ceux des gougnafiers du Bordelais… Mais, revenons à notre thym: Les Égyptiens et les Étrusques l’utilisaient  mélangé aux onguents pour embaumer leurs morts. Les Grecs en brûlaient devant l’autel de leurs dieux, les places publiques et les riches demeures, pensant que cette plante était source de courage; ils en mettaient aussi dans leurs plats; le thym était encore utilisé à profusion comme parfum stimulant qu’ils versaient dans leur bain. La légende veut que Pâris enleva la belle Hélène et que la princesse était fort triste: à chaque larme qui tombait de ses yeux sur le sol, naissait une touffe de thym. C’est beau, non !

Tout à fait autre chose.

Dans la nuit du 16 juin 1816, les poètes Lord Byron et Percy Shelley devisent avec leurs compagnes respectives, Claire et Mary, sur les bords du lac Léman, en Suisse. En raison d’un été exceptionnellement pourri, consécutif à l’éruption d’un volcan en Indonésie, cela fait plusieurs jours qu’ils ne peuvent sortir… Pour passer le temps, ils entament un frankeinsteinconcours d’histoires macabres sur une suggestion de Lord Byron. C’est ainsi que la maîtresse de Shelley, Mary Godwin (19 ans), raconte l’histoire du docteur Victor Frankenstein, qui tenta de créer la vie à l’égal de Dieu. L’histoire lui est inspirée par la vie d’un alchimiste allemand du siècle précédent, Konrad Dippel. Elle prend forme dans les jours qui suivent, après que la jeune fille a passé quelques nuits cauchemardesques. Elle débouche sur la publication deux ans plus tard du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, l’un des grands mythes de l’Occident contemporain et une mine intarissable pour les scénaristes du septième Art. Pour ma part, j’ai un faible pour le papa de Mary, William Godwin, penseur et théoricien anglais, considéré comme l’un des précurseurs de l’anarchisme. D’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », œuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Leçon de choses…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la pédagogie active et du gros-lait réunis, bonjour ! Nous sommes donc le Vendredi 12 juin 2020, 24è jour de prairial dédié au gaillet, encore surnommé le caille-lait. On dit que cette plante possède une enzyme qui permet au lait de cailler. Mais d’une manière générale, sphynx-caille-laiton la considère comme de la mauvaise herbe. Le gaillet gratteron est assez connu car il a la particularité de s’accrocher à tout ce qui passe à sa portée. Mon aïeule, qui se targuait d’en connaître un rayon en plante médicinale, en faisait une sorte de pommade qui était censée lutter contre les irritations. 100G de cette plante, 50g d’écorce d’orme, 500g de saindoux et vous faites chauffer en tournant sans cesse. Regardez cette jolie photo, il s’agit d’un papillon que l’on nomme le sphynx du caille-lait. Étonnant, non ! On dirait une leçon de choses.

Enfant, je fréquentais l’école communale de garçons, rue Victor Hugo à Douarnenez. C’est d’ailleurs la seule école que j’ai réussi à fréquenter vraiment. Le maître d’école faisait tous les mercredis après-midi « leçon de choses ». Car à cette époque là, le mercredi c’était le jeudi, vous suivez… Le jeudi, lorsque le temps était mauvais (ce qui est évidemmentdevant la TSF extrêmement rare en Bretagne) on se retrouvait autour de la TSF pour écouter « Les beaux jeudis » émission animée par Alain Saint Ogan (l’inventeur de Zig et Puce) et Arlette Peters; il devait y avoir aussi Jean Nohain. Donc, lorsque le temps le permettait, la leçon de choses se déroulait en extérieur et, avec trois bouts de ficelle le maître nous faisait découvrir les lois de la nature. c’était une double leçon tendant à faire apprendre à la fois une chose et un mot, un fait et son expression, un phénomène et le terme qui le désigne, et par extension toute une classe de phénomènes et toute une classe de mots qui les expriment.

Petits veinards que vous êtes, je vous glisse un dessin de Flavien, intitulé « leçon de choses », paleçon-de-chosesru dans le regretté Siné-Hebdo du 19 Août 2009 (Etienne, encore en train de rêver ?). Revenons à nos leçons, tout cela c’était longtemps, longtemps, avant la télé, l’internet, l‘Ipod, l’Ipad, la tablette, la console… Mais, tous ceux qui ont connu dans leur vie d’écolier l’expérimentation des vases communicants, l’examen attentif des nervures d’une feuille de chêne ou l’observation de la flamme qui s’éteint lorsqu’elle est privée d’oxygène s’en souviennent sans doute avec une certaine nostalgie. Ce sont ces « leçons de choses », emblématiques de l’école primaire républicaine, qui manquent peut-être aujourd’hui aux programmes de  l’éducation nationale.

C‘était, mes très chers frères, la leçon de choses de ce vendredi. Bon, c’est pas tout ça, je dois aller faire un sort aux Caille-lait qui envahissent mes hortensias et aux mulots qui font rien qu’à m’embêter. Allez, portez vous bien et n’oubliez pas: vive le p’tit commerce.

Fay ce que vouldras…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la botanique pour les nuls et du foie de veau aux cerises réunis, bonjour ! Nous sommes, bon an mal an, arrivés ensemble serpoletjusqu’à ce Jeudi 28 mai 2020, 9è jour de prairial, que nos amis républicains avaient dédié au serpolet. Vous ne pouvez pas vous tromper, le serpolet c’est bon pour tout. En infusion, en compresse, en bain, dans la cuisine, notamment avec les viandes blanches, ce proche cousin du thym est une vraie panacée. C’est le genre de truc qui devrait être remboursé par la sécurité sociale si cela ne risquait d’aggraver le déficit…

Vous, je ne sais pas mais moi, le monde comme il va m’est de plus en plus insupportable; la pensée unique qui s’est imposée ces dernières décennies à refoulé loin, très loin, nos rêves humanistes; la gauche progressiste s’est autodissoute, éparpillée façon puzzle pendant qu’au grand bazar du village global, tout se vend, tout s’achète. Depuis des siècles , des humanistes, des rêveurs, des utopistes, prêchent dans le thomas-more-D--216x300désert, pissent dans des violons et se mouchent dans les étoiles aurait ajouté Jacques Brel. Thomas More étaient de ceux là à tel point qu’il en perdit la tête… En effet, Le 6 juillet 1535, Thomas More où Morus, va perdre la tête. Non pas qu’il soit devenu fada mais sous l’effet d’une décapitation voulu par Henry VIII. Homme politique anglais, philosophe et écrivain, précurseur du communisme libertaire et père des utopistes, est né à Londres (février 1478). Fils d’un magistrat, il entame une carrière politique qui le mènera au poste d’ambassadeur extraordinaire, puis à celle de chancelier du royaume en 1529. Mais Thomas Morus est surtout connu pour son livre « L’Ile d’Utopie ou la Meilleure des Républiques » publié en 1516, il décrit une société idéale ayant aboli la propriété et où la tolérance est une règle. La fameuse devise « Fay ce que vouldras » est d’ailleurs emprunté à Morus, par Rabelais, pour son Abbaye de Thélème.

Trois siècles plus tard, d’autres utopistes seront à leur tour envoyés ad patres non plus par la folie d’un roi mais par les sbires de la bourgeoisie. Ce fut le cas d’Eugène Varlin; membre de la Commune de cri du peupleParis, Il participe aux derniers combats de la semaine sanglante. Arrêté le 28 mai 1871, il est roué de coups, puis fusillé par les Versaillais, après avoir crié « Vive la République vive la Commune ». C’est la fin du vieux monde gouvernemental et clérical, du militarisme, du fonctionnarisme, de l’exploitation, de l’agiotage, des monopoles, des privilèges, auxquels le prolétariat doit son servage, la Patrie, ses malheurs et ses désastres. Eugène Varlin. Relisez le cri du peuple cette magnifique bande dessinée de Tardi d’après le roman de Vautrin. Aujourd’hui, un vilain virus nous appelle à rêver d’un autre monde. Qu’en sera t-il demain ?

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Coffee shop…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la trompinette et du ris de veau réunis, bonjour ! Faut-il vous le rappeler, nous sommes le Samedi 16 Mai 2020, 27è jour de Floréal et bureau-de-tabac-plus-vieux-de-Paris-201x300c’est le jour de la civette; petit mammifère plus proche du blaireau que du chat d’après Buffon mais qui sent comme un putois. Les secrétions des glandes anales de la civette étaient utilisées en pharmacie et dans la fabrication des cigares ou de parfums d’où le nom de nombreux débit de tabac en manque d’imagination (celui-ci en photo est le plus ancien de Paris, il se trouve rue St-Honoré et existe toujours depuis 1716). Leur usage remonte à plus de 2 000 ans ; elles avaient la réputation d’être très appréciées de Cléopâtre; il est vrai qu’elle avait du nez… Il existe par ailleurs un café, que les connaisseurs jugent « le meilleur du monde » et qui est récolté dans les excréments d’une civette; le kopi luwak..

La civette consomme en effet les cerises du caféier, digérant leur pulpe mais pas leur noyau, qui se retrouve dans ses excréments. Dans le tube digestif du Luwak, les sucs gastriques font subir une Gourmet-Kopi-Luwak-or-Civet-Coffee-300x239transformation bénéfique aux arômes des grains de café. Il est produit essentiellement dans l’archipel indonésien, à Sumatra, Java, Bali, Sulawesi, aux Philippines et dans le Timor oriental. Au début du XVIIIe siècle, les Néerlandais créèrent dans leurs colonies des Indes orientales de Java et Sumatra des plantations de café, notamment d’arabica du Yémen et ils interdirent aux fermiers indigènes et à leurs employés de cueillir le café pour leur usage personnel.

Désireux de goûter néanmoins le fameux breuvage, ceux-ci découvrirent que certaines espèces de musang ou luwak (civette palmiste commune) consommaient les fruits des caféiers et rejetaient les graines dans leurs excréments. Ils consommèrent celles-ci nettoyées, grillées et moulues. La réputation de ce café de civette atteignit bientôt les propriétaires des plantations, qui en firent leur Kopi-luwak-cluwak5-300x218favori. Le kopi luwak est le café le plus cher du monde, vendu entre 100 et 600 dollars américains la livre. En avril 2008, la brasserie du grand magasin Peter Jones de Sloane Square (à Londres) a commencé à vendre un mélange de kopi luwak et de Jamaica Blue Mountain sous le nom de Caffe Raro pour 50 livres la tasse. Vive le Brexit ! Le kopi luwak est le café adulé par Edward Cole, interprété par Jack Nicholson, dans le film Sans plus attendre (2007), avant que Carter Chambers, joué par Morgan Freeman, lui révèle sa nature spécifique.

Allez, à déguster sans modération si votre budget vous le permet. Merci d’être passé, portez vous bien, à bientôt peut-être et vive le p’tit commerce.