Vous lisez actuellement la catégorieNon classé

Page 1 de 128

Georges Perros…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis des causes désespérées et des cailles aux raisins réunies, bonjour! Nous sommes le Samedi 08 décembperros Dre 2018, 18è jour de frimaire dédié au Lierre… Allez savoir pourquoi, hier soir j’ai ressorti de ma bibliothèque un vieux manuscrit de Georges PERROS. Nostalgie peut-être de nos rencontres douarnenistes. Ce sont quelques feuillets griffonnés sur des bristols, dont il fit cadeau à mon aïeule, celle-là même que j’évoque souvent ici, pour la remercier de ses soins attentionnés (la bougresse était infirmière). Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager cet inédit.

« On meurt de rire, on meurt de faim,  
On meurt pour blessure à la guerre,
On meurt au théâtre, à la fin
D’un drame où le ciel est par terre.
Il est cent façons de mourir.
Pour vivre on est beaucoup plus sage,
Il suffit de savoir moisir
Entre l’espoir et le fromage. »

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le roi est nu mais…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE, Non classé, PORTRAIT

Amis de la démondialisation et du Reinsdyrsteik réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 07 décembre 2018, 17è jour de frimaire dans le calendrier républicain, dédié au Cyprès. En ces temps où la préoccupation majeure de nos élites consiste à s’interroger sur la couleur du gilet qu’ils vont porter pour le réveillon, j’avais envie de souhaiter un bon anniversaire à Noam CHOMSKY (7 décembre 1928).

Intellectuel américain, linguiste et socialiste libertaire (il s’identifie comme anarchiste depuis l’âge de 12 ou 13 ans). Il est membre de l’International Working People’s Association, comme l’a été son père, William Chomsky, ukrainien d’origine. C’est un militant et un activiste qui rattache son travail à la tradition de l’anarchisme et duNOAM D socialisme libertaire, dont il est sans doute, à l’heure actuelle, le plus célèbre représentant. Il s’engage politiquement, notamment contre la guerre du Vietnam à partir de 1965. Il publie en 1967 le texte « Responsabilités des intellectuels ». Lors de la marche sur le Pentagone du 21 octobre 1967, il est, avec d’autres, arrêté par la police fédérale et passe une nuit en prison. Son engagement public, depuis maintenant quarante cinq ans, a été remarquable de constance et de générosité et il s’est toujours caractérisé par le souci de parler non pas aux intellectuels, aux puissants, ou à ceux qu’Adam Smith appelait déjà les « Maîtres », mais aux gens ordinaires. La «globalisation» de l’économie est un noam-chomsky-shirt-buy-online-uk-cool-graphic-t-shirtsujet qui occupe une place particulièrement prépondérante dans certains écrits de Chomsky. Dans les analyses qu’il consacre à ce phénomène, Chomsky montre en particulier que le développement moderne du capitalisme voit l’ensemble des systèmes politiques, économiques et idéologiques progressivement envahis et pris en charge par ce qu’il appelle «de vastes institutions de tyrannie privée» dont les entreprises, les corporations transnationales, les banques, les systèmes monétaires et financiers fournissent aujourd’hui les modèles les plus achevés et les plus inquiétants.

En découvrant pour la première fois les textes de Chomsky où sont développées ces idées, il n’est pas rare que son lecteur soit tour à tour incrédule, horrifié et bouleversé. Mais Chomsky étaye solidement son argumentaire — en multipliant les notes et références, en donnant avec précision ses sources. Il analyse chomsky Dégalement les raisons et les moyens employés pour imposer à la population mondiale un système économique et politique tyrannique échappant totalement à son contrôle: la propagande. « La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures » Lire La fabrication du consentement aux éditions Agone. mais aussi: Le Bouclier Américain (Serpent à Plumes, 2002) – Comprendre le pouvoir (Aden, 2005) – Instinct de liberté : anarchisme et socialisme (Agone, 2001) Idées cadeaux pour Noël…Voyez aussi ce blog qui lui est consacré. Une citation qui m’a inspiré le titre de ce billet: Le roi est nu mais il n’aime pas qu’on le lui dise

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.

L’ajonc sur le bout de la lande…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la parabole et du veau marengo réunis, bonjour! Nous sommes le Jeudi 06 décembre 2018, 16è jour de frimaire dédié à l’Ajonc, plante emblématique de notre chère Bretagne. A tel point que l’ajonc est venu prendre sa place au magasin des clichés d’une certaine poésie bretonne qu’Anatole Le Braz qualifiait de poésie passe-partout, invariablement calquée sur le même poncif, et qui n’a de breton que le nom. Ainsi écrivait-il avec un rien de moquerie: « Vous prenez quelques clochers Ajoncà jours, quelques calvaires, un air de biniou, trois notes de bombarde; vous ajoutez un brin de genêt, un bouquet d’ajonc-d’or, du vent, de la brume, de la pluie, de la mer; vous mêlez le tout, vous agitez fortement… et vous avez la Bretagne.» Il existe d’ailleurs une espèce nommée l’ajonc Le Gall qui doit son nom d’espèce à Nicolas Joseph Marie Le Gall de Kerlinou qui avait le premier différencié cet ajonc de l’ajonc de Provence, mais qui n’avait pu faire paraître l’ouvrage où il décrivait la nouvelle espèce avant que Planchon ne le fasse lui même en 1849. C’était un juge et néanmoins botaniste breton qui fut député du Morbihan entre 1834 et 1837. Sa maman n’était autre que Magdelaine Vincente Millon de Saint Goustan, très connue dans son canton. (j’emprunte le tire à Daniel Giraudon, professeur de celtique à l’UBO (Université Bretagne Occidentale) qui à produit une recherche exemplaire à ce sujet)…

Le calendrier des postes nous invite à fêter les Nicolas. Avant l’heure, c’est pas l’heure ! Avant Noël, c’est pas Noël ! Quoique, il n’y a encore pas si longtemps, dans le Nord, en Lorraine, en Belgique, la Saint Nicolas c’était Noël. Les rues s’animaient et le bon saint s’y promenait accompagné de son terrible acolyte, le père Fouettard, le premier complimentant les uns et l’autre châtiant les pêcheurs.

Ils étaient trois petits enfants
Qui s’en allaient glaner aux champsst_nick_and_butcher-277x300
Tant sont allés, tant sont venus
Que vers le soir se sont perdus.
S’en sont allés chez le boucher :
Boucher, voudrais-tu nous loger ?
Entrez, entrez, petits enfants,
Y’a de la place assurément.
Ils n’étaient pas sitot entrés
Que le boucher les a tués,
Les a coupés en p’tits morceaux
Mis au saloir comme pourceaux

Je vous la fais courte: Un méchant boucher un peu psychopathe trucidSt-Nicolase trois personnes (quelquefois, trois enfants). Plus tard, passe St Nicolas qui les ressuscite. Et depuis, il distribue des bonbons aux petits enfants sages. Je ne sais pas pour vous mais pour ce qui me concerne, mon aïeule, qui faisait de la prévention comme d’autres font du tricot, m’a appris à me méfier des vieux messieurs qui offrent des bonbons aux petits nenfants. Aujourd’hui, les représentants des ligues bien-pensantes s’offusquent de la violence à la télévision, responsable de tous nos maux. Je me marre doucettement en constatant le cannibalisme, l’infanticide, et autres joyeusetés des contes de l’époque.

 

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Comment j’ai rencontré Saint Tugdual…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la solidarité internationale et du Picon bière réunis, bonjour ! Et nous voici en décembre, kerzu en breton dans le texte, tout doucettement on se rapproche de l’hiver. Plus précisément, nous sommes le Samedi 01 Décembre 2018, onzième jour de frimaire dédié à la cire.  Selon certains calendriers, c’est la St Tugdual nom issu du breton « tud » (peuple) et « gwal » (valeur).

Il s’agirait de l’un des sept saints fondateurs de la Bretagne selon la police, beaucoup plus selon les pèlerins. Et puis tiens, maintenant qu’on se connaît un peu, je vais vous (re)raconter une anecdote personnelle. Dans les années soixante, un cousin (à la mode de Bretagne) s’était mis en tête de se convertir à JP-Danyella religion orthodoxe celte (si, si, ça existe). Apprenant que je devais effectuer un voyage dans ce qu’on appelait encore la Tchécoslovaquie, il me demanda de lui rapporter un ouvrage d’art ayant trait aux icônes. Quelques mois plus tard, m’étant acquitté de cette tâche, je retrouvais mon cousin pope en compagnie d’un anachorète qu’il me présentât comme son « évêque ». Celui-ci s’était semble t-il installé dans les années 50, dans le bois Juhel sur la commune de Saint Dolay (dans le Morbihan – près de La Roche-Bernard). De son vrai nom Jean-Pierre Danyel,il voulait restaurer la spiritualité du monachisme celtique et la tradition des évêques-abbés. C’est dans ce but qu’il fut sacré évêque de l’église orthodoxe celtique et prit le nom de Tugdual. Cette consécration fut célébrée par Mgr Irénée d’Eschevannes, évêque et futur csm_monastere_ste-presence_7721eccbcbpatriarche de l’Église Gallicane. Le brave homme devait décéder quelques semaines après notre rencontre en août 1968, à l’âge de 51 ans. Avant de mourir il prophétisa que dix ans après sa mort des moines viendraient relever son ermitage. Et en effet, une communauté de moines d’esprit celtique a reconstruit la chapelle qui est maintenant une superbe église en bois. Les adeptes de cette église, devant les bienfaits réalisés par le bonhomme, en on fait un saint. Je peux donc dire que j’ai rencontré Saint Tugdual… Étonnant non !

 

Allez le bonjour vous va, portez vous bien, ne vous prenez pas au sérieux et à bientôt peut-être.

Cor’ une p’tite goutte…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’oxymore* et du pudding aux carottes réunis, bonjour! Nous sommes le Jeudi 29 novembre 2018, 9è jour de frimaire dédié au genièvre. Cette boisson à base d’alcool de grain était très consommée au siècle genièvredernier notamment dans le Nord de la France. Voici ce qu’en disait François-Joseph Grille en 1825 après avoir visité cette région : « Ajoutons que dans les arrondissements formés de l’ancienne Flandre, on fait abus de liqueurs fortes ; de là, disent les docteurs, viennent des maux sans nombre que la sobriété seule peut réparer. Ainsi, dans ces contrées, le genièvre et l’humidité se disputent le triste honneur de moissonner plus cruellement une population imprévoyante.»
* mais si, vous savez: Cette obscure clarté qui tombe des étoiles (Corneille – Le Cid) En effet, si l’oxymore est une figure de style qui réunit deux mots en apparence contradictoires  c’est aussi, et c’est moins connu, une bière belge brassée à Limerlé  dans la commune de Gouvy.

A ne pas confondre avec le Lambig breton qui lui est une eau de vie de cidre pesant facilement 70° à la sortie de la bouillote (l’alambic). Les indications thérapeutiques du genévrier sont nombreuses, ce qui n’est pas étonnant, car son emploi remonte à l’Égypte antique, voire avant, et il a persisté à travers les siècles sans jamais défaillir. Les baies sont particulièrement bouilleur ambulantutiles pour soigner l’arthrite, la goutte et toutes les maladies rhumatismales. D’ailleurs, à cet égard, la cure de genièvre est à l’automne ce que la cure de pissenlit est au printemps. Il s’agit d’un traitement fort connu en Europe. Il semblerait qu’à la longue, cette double cure ait pour effet d’augmenter la mobilité des membres et d’atténuer leur raideur; alors que le Viagra lui, c’est le contraire… Tiens, j’en profite pour corriger une erreur fréquente: dans les textes, le bouilleur de cru est le récoltant, le bouilleur ambulant est le distillateur qui se met au service du premier.

Allez, cor’ une p’tit’ goutte, merci de cette visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

A en perdre la tête…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé, TRADITION

, ,

Amis de la vérité historique et du chouchen chaud réunis, bonjour! Nous voici le Mercredi 28 novembre 2018 qui correspond au 8è jour de frimaire habituellement dédié au miel. Au jour d’aujourd’hui en Bretagne armoricaine nous célébrons Eodez. Celle-là Haude-Tanguy-248x300même qui perdit la tête sous l’épée de son propre frère, Tangi, qui n’en finit pas moins saint lui même. Tous deux étaient enfants du seigneur de Trémazan. Comme disait mon aïeule qui maîtrisait le subjonctif: « Plût au ciel que ces choses là ne fussent point advenues.» Des légendes comme celle là, il y en a plein par chez nous. Elles sont toutes plus gore que n’importe quel film de Brian de Palma et font passer La nuit des morts vivants pour une aimable bluette. Je vous la fait courte.

Or vint à trépasser la mère de nos deux héros. Passé le temps du veuvage, leur père prit en tremazanseconde noce une femme qui haïssait plus que tout Eodez (mauvais choix). Voici la façon dont Albert le Grand nous présente la chose:  « Cette nouvelle dame ne fut gueres en son ménage, qu’elle commença à regarder de travers nos jeunes Saints & se montrer vraye marastre en leur endroit ; elle les rudoyoit & maltraitoit de parole & de fait & leur tint ces rigueurs huit ans durant ; lesquels expirez, Gurguy, déja grand, & à qui le sang commençoit à boilillonner dans les veines, ennuyé d’estre si mal-traité par cette femme, dans la maison de son pere, se résolut de quitter le pays pour quelque temps, & en obtint congé de son Eodez.jpegPere, lequel luy donna une bonne somme d’argent & train honorable. » Et notre Tangi fut envoyé à la cour du roi des francs Childebert. Revenant de France et face aux faux-propos qui lui avaient été rapportés, Tangi décapita sa sœur afin de laver l’affront fait à l’honneur de la famille (un coup à faire passer les Talibans pour d’agréables jouvenceaux…). Celle-ci prit ses jambes à son cou et sa tête sous le bras et s’en retourna à la maison familiale affronter la méchante belle-mère… Il existe encore dans le Léon une gwerz (complainte) qui raconte la légende. On me demande souvent ce qu’est une gwerz, en voici une: Gwerz Ar Vezhinerien, autrement dit, la complainte des goëmoniers, interprétée par Denez Prigent.

Vous voyez que la violence n’a pas attendu les films hollywoodiens pour déferler sur les écrans de l’histoire (tiens, c’est pas mal ça !). Tout au long de la vie des saints, on s’étripe et on se décapite joyeusement, on se démembre en famille, on s’assassine pieusement et tout cela était raconté aux petits n’enfants le soir à la veillée…Les évangélisateurs avaient compris, bien avant Paris-Match, l’importance du poids des mots et du choc des photos…

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Savez vous planter les choux?

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du positivisme et du lapin de garenne réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 27 novembre 2018 et en ce 7è jour de frimaire, nous saluons le chou-fleur qui est un peu le légume emblématique du Léon (Finistère nord). Choux Cabu, Chou-fleur, Chou de Milan , Chou à grosses côtes, petit Chou cœur de bœuf, etc. Cette crucifère comporte pas moins de deux cent variétés, certaines locales, toutes cependant étaient travaillées en cuisine, car ce légume a permis depuis la plus haute antiquité aux citoyens de ce monde de manger et FILLE-D-OUVIER-AGRICOLE-JAMES-GUTRIE-1859-1930-ÉCOSSAIS-253x300quelques fois survivre aux famines, facile à cultiver dans pratiquement tous les types de terres, et dans les climats les plus rudes , se conservant longtemps après la cueillette, il fut presque déifié par les Égyptiens et par les peuples de toutes les religions et origines du bassin méditerranéen. Chanté par Caton, couronné de toutes les vertus, il n’y a qu’ Apicius pour lui trouver des défauts. Oui, osons le dire, le chou-fleur est au Léon ce que la bêtise est à Cambrai, Tristan à Iseult, Castor à Pollux et la Dedion-Bouton à la bande à Bonnot. Mon aïeule, qui ne manquait jamais une occasion d’étaler sa culture, s’empressait de traiter de Pav kaol skornet ! (traduire par: pied de chou gelé) le gougnafier qui s’autorisait à manquer de savoir vivre devant elle. (joli tableau de James Guthrie – peintre écossais)

C’est aussi, le jour ou jamais de célébrer les Goustan, tous les Goustan, et pas seulement le gros des Goustan (humour). Le saint homme est né en Cornouailles britannique en 974. Sant Sten, en breton, tient son nom de l’étain et il a laissé son nom à Saint-Goustan, le très joli petit port d’Auray (56).  A 18 ans, Goustan ou Gulstan est enlevé par des pirates et au cours d’un de leurs voyages, se blesse au pied. Abandonné sur l’île d’Ossa ( peut-être Ouessant, enez Eussa, mais plus probablement l’île d’Hoëdic), il doit son salut, d’abord à la Providence qui lui fournit des poissons, ensuite à Saint Félix qui le soigne puis le convertit au ob_6ec2e1_goustan-diminue-200x300christianisme et le v’la radicalisé. Saint-Goustan est souvent représenté avec un poisson à la main; c’est l’illustration de la légende qui l’entoure. Blessé sur son île, il se serait contenté seulement d’une portion d’un gros poisson, en gardant pour le lendemain. Et chaque jour, le poisson se recomposait totalement. Mon aïeule, qui connaissait autant les cantiques que les chansons à boire, me récitait cette ronde chantée par les femmes des marins du Croisic : « Saint Goustan, notre ami, ramenez nos maris. Saint Goustan, notre amant, ramenez nos parents » étonnant, non ! Bien évidemment il est visible dans la vallée des saints (Carnoët) grâce aux burins de Kito.

Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à bientôt peut-être…

22 novembre 1936, Barcelone enterre Durruti…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la métempsychose et de la soupe aux choux réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 22 novembre 2018, deuxième jour de frimaire dénommé jour du Turnep, Oui, bon, par chez nous on dit navet, ça fait plus franchouillard dans le pot-au-feu…

Il y a 80 ans, Barcelone enterrait Buenaventura Durruti.

Le 20 novembre 1936, mort de Buenaventura Durruti Dumange, à Madrid. Militant et activiste anarchiste et anarcho-syndicaliste espagnol, combattant antifranquiste, figure emblématique de l’anarchisme  Durutti+Column+-+Buenaventura+Durrutiespagnol. A noter que c’est aussi un 20 novembre, en 1975, que s’éteignit (enfin) à 83 ans, Francisco Franco y Bahamonde après un mois d’agonie et quarante ans de dictature. Le 22 de ce mois de novembre, il y a 82 ans, les funérailles de Durruti à Barcelone furent le théâtre d’une immense émotion populaire. Plus de 500 000 personnes se pressèrent à l’enterrement de celui qui incarnait si bien la révolution libertaire espagnole, l’espérance d’un monde nouveau devenue possible. Ce fut l’une des manifestations ouvrière les plus importantes de l’histoire du prolétariat. Le spectacle de son enterrement fut inoublenterrement durrutiiable : sa mort « avait frappé Barcelone au cœur »; des milliers d’habitants et toutes les organisations politiques et syndicales, sans distinction, accompagnèrent Durruti jusqu’au cimetière. Aujourd’hui, la tentative d’exhumation du corps de franco fait polémique en Espagne.

Située à une cinquantaine de kilomètres de Madrid, au sein de l’imposant monument Valle de los Caídos, se dresse le mausolée dont Franco lui même avait Basilique_Francosupervisé les travaux de construction dans les années 1940 et 1950. Les ouvriers étaient des prisonniers politiques condamnés aux travaux forcés et des dizaines d’entre eux sont morts sur le chantier. « C’était intolérable qu’il soit enterré d’une façon pharaonique dans un mausolée. Aucun pays qui a eu des dictatures de ce genre ne garde un monument à toute cette philosophie », explique Nicolas Sanchez Albornoz, ancien prisonnier politique. L’affaire tourne au casse-tête : les héritiers de franco, soutenus par la fondation qui défend la mémoire du général, refusent l’exhumation et partisans de Francoprévoient d’enterrer Franco dans un caveau familial d’une cathédrale de Madrid en cas d’exhumation. Le tombeau de Franco sert encore de sanctuaire à ses partisans nostalgiques, qui y viennent souvent en nombre assister à des messes et déposer des couronnes sur sa tombe. Ci-dessus, des partisans venus auprès de sa tombe effectuent le salut fasciste. Je propose donc de raser ce machin et d’y édifier un monument dédié aux centaines de milliers de républicains morts sous les balles des fascistes.

Allez, merci pour votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Un monde de goinfres…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’ésotérisme et de la soupe de cresson réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 21 novembre 2018, 1er jour de frimaire dédié à la Raiponce, jolie fleur qui a la chance d’appartenir à la famille des campulacées, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas l’apanage de n’importe quelle jolie fleur même… Dans une peau de koulmanvache! Les bretons vont célébrer (ou pas) St Koulman. En fait il s’agit sans doute de St Colomban qui débarqua de son Zodiac du côté de St-Malo après avoir traversé le Channel. Grand voyageur, il évangélisa l’Europe et du coup, le Vatican a accepté d’en faire le Saint patron des motocyclistes !  Nous sommes au milieu du VIè siècle, Clovis réunifie la Gaule et en Bretagne Armoricaine règne Judicaël, Fils aîné de Judhaël, roi de Domnonée et de la reine Pritelle, fille aînée d’Ausoche, prince au Comté de Léon. Je vous fais grâce de la liste de ses quinze frères et sœurs dont la plupart refusèrent de faire l’ENA pour se consacrer à la carrière de saint.(Judoc,Winoc…) à gauche, la représentation de Colomban dans la vallée des saints et que l’on doit à Didier Hardellet, sculpteur de Huelgoat.

Comment va le monde madame michu ?

Carlos Ghosn, PDG de Renault et président non exécutif de Nissan et de Mitsubishi, a été arrêté, lundi 19 novembre à Tokyo, dans le cadre d’une enquête portant sur des soupçons de fraude fiscale et d’abus de biens sociaux. Le groupe Nissan a confirmé, lundi carlos ghosnmatin, que M. Ghosn, avait « pendant de nombreuses années déclaré des revenus inférieurs au montant réel ». Le groupe a, en outre, fait savoir que « de nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l’utilisation de biens de l’entreprise à des fins personnelles ». En 2017, Carlos Ghosn avait touché chez Renault :1,23 million d’euro de salaire fixe – 1,45 million d’euros de rémunération annuelle variable (0,362 million en numéraire et 1,09 million en actions perçues en différé) – 4,46 millions d’euros d’actions de performance au titre de la rémunération long terme (100 00 actions dont le versement sera fonction de la pinçon charlotprésence dans l’entreprise et de certains critères de performance) – 47 540 EUR de jetons de présence – 5 610 EUR d’avantages en nature – Globalement, la rémunération 2017 de Carlos Ghosn chez Renault représentait donc 7,376 millions d’euros, dont 1,636 million d’euros en numéraire (selon le cabinet Proxinvest). Mais, ce n’est pas un cas isolé: le salaire moyen des patrons du CAC40 et du SBF120 (les entreprises françaises les mieux cotées en bourse) est de 1.8 millions d’euros annuels. En France, le salaire médian est de 1700 euros nets (selon l’INSEE). Cela Salaires-patrons-france-2017correspond environ à 2200 euros bruts mensuels, soit 26 400 euros bruts annuels. Il faut donc environ 5 jours et demi à un grand patron pour gagner autant qu’un individu au salaire médian en une année. Depuis 2009, le salaire moyen des patrons du CAC40 et du SBF120 est passé de 1.4 millions d’euros annuels à 1.8. Cela représente une augmentation d’environ 33%. Mais, monsieur et madame Gilles et John (gilet jaune) je suis contraint de baisser un peu votre pouvoir d’achat pour assurer l’avenir de notre jeunesse dans un monde dépolluer.

Ainsi va la vie dans ce monde de goinfres. Allez portez vous bien et à bientôt peut-être.

La mala reputacion…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la poésie ibérique et de la cochonaille du même nom réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 20 novembre 2018, 30è jour de brumaire dédié au rouleau, sorte de herse rotative encore nommée « brise-motte ».

L’envie m’est venue de souhaiter un bon anniversaire à un chanteur que j’apprécie particulièrement, autant pour son talent que pour son engagement. Paco Ibáñez né à Valence le 20 novembre 1934. Son père, originaire de Valencia, était ébéniste et sympathisant anarchiste (bon sang ne saurait mentir comme disait mon aïeule qui l’avait assez vif). Paco passa sa petite enfance à Barcelone, puis la famille fut obligée de fuir vers la IbanezFrance à la fin de la Guerre d’Espagne, mais en 1940, son père est arrêté par la police de Vichy et incarcéré dans le camp de concentration d’Argelès-sur-Mer comme de nombreux républicains espagnols. En 1948, la famille passe clandestinement la frontière pour retrouver le père. En 1958, une amie de Paco et de Pierre Pascal fit écouter à Salvador Dalí une maquette du disque de Paco contenant quelques chansons de Lorca et de Góngora. Après l’écoute, Dalí demanda à voir le « muchacho » qui avait enregistré ces chansons. Lorsque les deux artistes firent connaissance, ils eurent l’idée d’illustrer la pochette avec un dessin réalisé par le peintre. Ce fut ainsi que Paco initia une étroite relation, non seulement avec le monde de la poésie et de la littérature en général, mais aussi avec les arts plastiques.

C’est en 1964 qu’il enregistra son premier disque mais le succès viendra un peu plus tard. À cette époque, la maison des Ibáñez à Paris était un lieu de passage et d’accueil de nombreux artistes, hommes politiques et intellectuels espagnols qui Paco Gpassaient par la capitale française, allaient et venaient d’exil ou faisaient de simples escapades pour respirer « un air frais ». Le voici interprétant la mauvaise réputation de Brassens. En mai 1968, dans une émission de la télévision française réalisée en direct par Raoul Sangla, il présenta son disque ainsi que le peintre Ortega qui avait réalisé les illustrations de la pochette. Dans cette émission, il chanta « La poésie est une arme chargée de futur », de Gabriel Celaya et « Ballade de celui qui ne connut jamais Grenade » de Rafael Alberti. Un an plus tard, pour fêter les événements il se produisit dans la cour de la Sorbonne et devint un des symboles de la lutte des étudiants.

Après la mort de Franco il retourna vivre en Espagne, où il vit à Barcelone depuis 1994. Paco Ibáñez a refusé, à deux reprises, la médaille des Arts et des Lettres proposée par le ministre de la culture à vie Jack Lang. Il n’a jamais écrit les textes de ses Gourong-Ibanezchansons mais a mis en musique des poèmes, des grands poètes espagnols ou latino-américains : Rafael Alberti, Pablo Neruda, Louis Cernuda, Antonio Machado… En décembre 2006, Paco Ibanez et Lucien Gourong, conteur et écrivain de Bretagne, qui se sont liés d’amitié en 1975, ont réalisé une grande soirée à l’Océanis de Ploemeur (Morbihan) en hommage aux républicains espagnols forcés de travailler sous les ordres des Allemands aux fortifications du mur de l’Atlantique et à l’édification des bases de sous-marins dont celle de Lorient. (merci WIKI)

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.