Vous lisez actuellement la catégorieHUMEUR

Page 2 de 37

Bourrache & paturache…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la météorologie et du far aux pruneaux réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 12 Mai 2020, et, allez savoir pourquoi, cette période que de joviaux jardiniers achilleavaient baptisé Les saintes glaces, est, subito, devenue; les saints de glace… Mamert, Pancrace et Gervais qui sont censés annoncer l’ultime retour du froid avant les beaux jours. Ils donnent lieu à tous les dictons que vous connaissez, mais, en Bretagne, c’est saint Yves qui est considéré comme le dernier saint de glace. Cela donnait l’occasion à mon aïeule, qui ne pouvait jamais faire comme tout un chacun, de nous en servir un, de dicton, des plus croquignolets: craignez le petit Yvonnet, c’est le pire de tous quand il s’y met ! Vous voilà prévenus…

Quand je vous aurai dit que ce Mardi est le 23è jour de Floréal dédié à la bourrache, vous saurez presque tout. Sauf à rajouter qu’au Moyen-âge, la bourrache, était considérée comme une plante magique et aphrodisiaque etbourrache qu’elle donnait de l’assurance et de la hardiesse dans les entreprises amoureuses. Un rameau de bourrache fleurie, permet au séducteur de remporter le succès auprès d’une femme. Ceci permettait à mon aïeule, jamais en manque d’un mauvais calembour, de rajouter: Bourrache et paturache sont les deux mamelles de la Franche. Étonnant, non ? Elle n’avait pourtant rien d’auvergnat étant bretonne élevée au leurre salé (non, y’a pas de coquille) et maîtrisait l’art de la bourrée autant que celui du jabadao. La bourrée et le fest-nozjabadao étant, comme vous le savez, deux danses populaires et néanmoins régionales qui se pratiquent encore dans les veillées des uns et les festou-noz des autres. A tel point que devant une telle richesse, l’UNESCO, canal historique de la culture Onusienne, a décidé d’inscrire le fest-noz au patrimoine immatériel de l’humanité. Je n’ai rien contre l’accordéon mais, c’est pas demain qu’on verra la bourrée auvergnate faire l’objet de tant d’attentions de la part de l’UNESCO. J’ai bien connu une auvergnate chez qui la bourrée était devenue une seconde nature; surtout en fin de semaine, mais ça, c’était avant.

Allez, cela suffira pour un mardi matin. En attendant la suite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

L’essaim de glace…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la grande Catherine et de la p’tite Fadette réunies, bonjour ! Nous sommes le Lundi 11 Mai 2020, 22è jour de Floréal dédié à la fritillaire et, sans me vanter, c’est 290px-Fritillaria_Meleagris_Kungsangen_2006-150x150vrai que j’avais la frite hier, alors qu’aujourd’hui, c’est moins flagrant. Les fritillaires (genre Fritillaria), couramment appelées goganes dans l’Ouest de la France, sont des plantes herbacées vivaces appartenant à la famille des Liliaceae. Le genre comprend quelque 120 espèces d’Europe, d’Asie et de l’Ouest américain. On rencontre beaucoup d’espèces endémiques, notamment en Grèce, dans les Balkans et en Asie Mineure. La plupart poussent dans les rocailles, les pentes rocheuses, les prairies sèches et les broussailles.

En Bretagne certains vont célébrer les Tudi alors que nous entrons dans la période des saints de glace, traditionnellement fêtés les 11, 12 et 13 mai de chaque année. D’après les croyances populaires d’Europe du Nord et de la mer Méditerranée, Mamert, Pancrace et Servais sont ainsi implorés par les agriculteurs et mis à contribution pour éviter l’effet sur les cultures d’une baisse saints-de-glace-263x300de la température qui s’observe à cette période et qui peut amener une période de gel (phénomène de la lune rousse). Une fois cette période passée, le gel ne serait plus à craindre. La plupart des calendriers mentionnent actuellement d’autres saints à souhaiter ces jours-là : Estelle, Achille et Rolande. Le changement date de 1960. L’Église catholique romaine a décidé alors, de « remplacer » les saints associés aux inquiétudes agricoles (réminiscence de paganisme au regard du Vatican) par d’autres saints et saintes qui n’auraient aucun lien avec ces croyances populaires. Mais à quels saints se vouer… Ma doue beniged !

Comme disait Maïa l’abeille à son cousin qui avait le bourdon: « tout cela laisse l’essaim de glace » , allez, déconfinez gaiement, soyez indulgent envers les humoristes à quatre sous, et à bientôt peut-être.

le tout de mon cru…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la phylogénétique et du rougail saucisses réunis, bonjour ! Vous voudrez bien noter, chers lecteurs, que nous sommes le Jeudi 23 avril 2020, autrement dit le 4è jour de floréal dédiéaubc3a9pine-de-bouquetot-carte-postale-ancienne-1907-300x192 à l’aubépine; comme celle-ci à Bouquetot dans l’Eure, et que l’on dit la plus vieille de France, puisque plantée en 1355 au début du règne de Charles V pour célébrer le rattachement de la Normandie à la France….

Ah l’aubépine, celle la même qui vient souvent au secours des mauvaises contrepèteries; vous savez, cet art qui consiste à décaler les sons que débite notre bouche. Qui se souvient  de la sélection hebdomadaire de contrepèteries dans la rubrique intitulée Sur l’Album de la Comtesse dans le Canard enchainé; rubrique créée par Yvan Audouard en petits_rats_apero_le_chat_contrepeterie1951. Quant au terme contrepet, il fut forgé par Luc Étienne (autre rédacteur de l’Album de la Comtesse) pour désigner l’art de résoudre et d’inventer des contrepèteries, ainsi le contrepet est à la contrepèterie ce que la littérature est au livre. On retrouve notamment ce mot en 1957 dans le titre de l’ouvrage de référence en la matière : L’art du contrepet ; il est entré depuis dans le dictionnaire. Par abus de langage, le mot contrepet est parfois synonyme de contrepèterie. Ceci est un clin d’œil à Glenn, maitre es contrepets.

Tiens, le saviez-tu ?  William Shakespeare est mort il y a quatre siècles, le 23 avril 1616 (ou peut-être le 22, les chroniques étant imprécises à ce propos) et, on trouve redoutetraces de contrepèteries dans son œuvre. Les anglophones utilisent le terme « spoonerism » qui vient du Révérend William Archibald Spooner qui, nous dit-on, en commettait souvent, volontairement ou non, dans ses sermons. Le dernier exemple en date de  «spoonerism» est: Happy rotter pour le héros de J. K. Rowling. On doit à Louis Perceau, dont le militantisme socialiste révolutionnaire lui valut six mois de prison,  La Redoute des Contrepèteries ( 1934-Éditions Briffaut), ce qui lui fit dire: « Avez-vous lu Perceau ? Avez-vous l’air puceau ? » Quand à Jacques Antel, il est régent de la chaire de contrepet du Collège de ‘Pataphysique depuis le 20 avril 2000. Il est l’auteur du classique Le tout de mon cru présentant plus de 500 contrepèteries inédites.

Voila de quoi rigoler pendant que le circus virule tout en feuilletant le catalogue de la Déroute. Allez, confinez gaiement et à bientôt peut-être.

Si le nez de Cléopatre…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

,

Amis de l’Uchronie et des regrets affectés réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 08 avril 2020, 19è jour de Germinal dédié au radis dans notre calendrier républicain, mais en réalité, en pataphysique, ce jour est le Mardi 17 Clinamen 147 St Hiéronymus Bosch, démonarque.

Si j’évoque l’uchronie, quoique ce mot, cher au philosophe Charles Renouvier, soit tombé en désuétude et même disparu des dictionnaires, c’est sous l’inspiration de ce qu’il est convenu d’appeler « la crise». Car en effet, si le nez de Cléopâtre… Et vous connaissez la suite, c’est un résumé de l’Uchronie. Il s’agit d’une forme littéraire permettant de présenter l’histoire telle qu’elle n’a pas été mais telle qu’elle aurait pu être. C‘est ainsi que me suis imaginé qCléopatreue les français, au mois de mai 2012, avaient voté à gauche et non pas socialistes. Ce jour là ils auraient choisi l’humanisme, la justice sociale, l’équité, la solidarité, la fin de la république des copains, des coquins, des potes de la promo Voltaire à l’ENA, des prébendes, des passe-droits, des cumulards. Ce jour là, le peuple souverain délègue ses pouvoirs à des représentants qui sont tenus d’en faire bon usage sous peine d’être débarqués séance tenante. Ils se sont en effet engagés à privilégier le mieux être des citoyens au détriment des marchés, des banksters, des actionnaires et des oligarchies régnantes.

Ce jour là, des hommes et des femmes conscients de leur responsabilité et soucieux du mandat impérieux que leur avait donné le peuple, décidèrent que l’alternative existait et, appliquant rigoureusement le Talion républicain, ils ont tranché la main invisible du marché qui poursuivait sa sinistre besogne dans la culotte des zouaves. Tous les millionardaires qui s’étaient déguisés en socialistes et réfugiés à Solférino pour échapper à la vindicte populaire furent conduit au camp de rééducation de Kergrist-Moëlou où ils devaient compter, à la main, les milliards récupérés dans les paradis fiscaux pour financer la politique de rénovation hospitalière décrétée par l’assemblée. Le congrès réuni à Uchronies-223x300Versailles adopta le changement de constitution et la sixième République proclama que: l’éducation, l’eau, la santé, l’énergie étaient des biens inaliénables qui à aucun moment ne pourraient se retrouver dans le domaine marchand. Quelques mois plus tard, devant le succès rencontré, les grecs, les espagnols, les portugais et les italiens suivirent le même chemin. Au début de l’année 2013, presque tous les États avaient rejoint la fédération des peuples européens et adoptés une législation unique en matière sociale et économique. Au mois de Juin, de Brest à Athènes, de Lisbonne à Hambourg, l’ancienne fête de la musique fut transformée en Fiesta Utopia. Une amnistie générale fut déclarée, le camp de Kergrist-Moëlou transformé en colonie de vacances, Jules-Edouard Moustic fut nommé gouverneur général de l’Europe et Siné-Mensuel devint le journal officiel de la sixième République.

Ah, le nez de Cléopâtre, s’il eut été plus court…, Valls, s’il eut été socialiste… François le normal s’il eut été un homme de gauche… Et ma tante, si… Allez, confinez vous bien et à bientôt peut-être.

Le jour d’après…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du confucianisme et de l’onglet aux échalotes réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 07 avril 2020, c’est le 18è jour de Germinal dédié cigüeà la cigüe  et ce qui suit n’a rien à voir… Quoique. Socrate, grand parmi les grands philosophes mourut lui même par la cigüe et les sorcières de MacBeth en font bel usage:  « … oreille d’un singe noir et de la ciguë arrachée un soir. Remplissez la chaudière et bouillez l’ensemble afin qu’opère ce mélange infernal, ce charme sans égal. » Vous remarquerez qu’avant la réforme de l’orthographe, on mettait le tréma sur le ë et les points sur les i; mais ceci est un autre histoire.

Tiens, à propos d’avant et d’après. Vous n’avez pas été sans noter, perspicaces lecteurs, que par ces temps de confinement, les rézosocios bruissent d’une rumeur qui confine au mirage: Quand viendra le jour d’après, rien ne sera plus comme avant ! La mondialisation, le le jour d'aprèslibéralisme à tous crins, l’austérité, la chasse aux déficits publics, le gel des salaires, les dividendes éhontés, les privatisations de la santé, de l’éducation, des transports, de l’énergie… Tout cela sera oublié, relégué au rang de mauvais souvenirs et, s’ouvrira sous vos yeux ébahis, l’ère de la renaissance, l’âge d’or de la chose publique. C’est juré, on rasera gratis, où presque, on va réévaluer les salaires de ceux qui ont sauvé la Nation, infirmiers, aides- soignants, chauffeurs livreurs, plombiers zingueurs et gardiens de phares (si,si, il en reste). Les économistes libéraux attitrés seront chassé des plateaux télé et remplacés par les économistes atterrés. Les éditocrates endimanchés qui nous serinent depuis des décennies qu’il n’y a pas d’alternatives seront commis aux chiens écrasés et/ou renvoyés à leurs chères (très chères) études.

Bien sur, il ne vous aura pas échappé que ceux qui, aujourd’hui, annoncent la venue du temps des cerises sont les mêmes qui, hier encore, s’acharnaient à détruire l’hôpital, pour peu qu’il soit public, l’école gratuite et universelle; le logement pour tous; l’accès aux soins pour chacun; un revenu minimum et tout ce qui, de près ou de loin pouvait s’apparenter à une politique sociale digne de ce nom. « Il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, miroirinterroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour, interroger les faiblesses de nos démocraties.» Emmanuel Macron, jeudi 12 mars 2020. Et de poursuivre: « Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché… » C’est à n’y pas croire. Décidément, ces gens là sont sans vergogne. Malheureux les pauvres d’esprit qui accorderaient une once de crédibilité à ces propos; le réveil serait douloureux et la pilule aussi amère que la cigüe de Socrate. Alors, virage vers la sociale-démocratie ou miroir aux alouettes ? Comment transformer une tragédie imposée en occasion favorable ? L’expérience actuelle nous montre que le/la politique peut et doit reprendre le pouvoir sur une économie qu’il faut à tout prix remettre au service de la société, du vivre ensemble, des solidarités…

Allez, en attendant, confinez vous bien comme il faut et à bientôt peut-être.

L’antimoine et le philosophe…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la guitare sèche et de la potée léonarde réunies, bonjour ! Nous sommes le jeudi 19 Mars 2020 29è jour de Ventôse dédié au frêne. Je mets à profit ce confinement forcé pour effectuer une retraite spirituelle dans la solitude et la méditation. Je ressors de ma bibliothèque les ouvrages de mes deux auteurs favoris, Lao-Tseu et méditationSaint Augustin, sans délaisser pour autant Saint Emilion, qui conserve toute ma vénération. Je vous livre quelques uns des sujets qui ont mobilisés ma réflexion au cours des heures passées: Le prix du gel hydroalcoolique a été multiplié par quatre. A qui profite le crime ? Lucie de Lammermoor est décédée alors que Lucien, de l’Aber vrac’h est toujours vivant ! Coincidence ; je ne crois pas. L’an 01 est en retard. Je répète, l’an 01 est en retard. La mère Michel cherche toujours son chat; kig-ha-farz gratuit à qui le lui rendra. Comme vous pouvez le constater, il s’agit là de thèmes dont la teneur philosophique atteint des hauteurs rarement égalées et qui nécessitent une mobilisation totale et permanente de mes faibles capacités neuronales. Seuls, le calme serein et la tranquille atmosphère de mon modeste ermitage sont propices à ce genre d’exercice.

Ainsi va la vie du blogueur confiné. Une fois que l’on a dit tout le bien que l’on pensait de ceux qui nous gouvernent; pesté contre les augmentations; vitupéré contre les brigands qui sont causes des guerres; accablé les mollahs, les rabbins, les curés, les pasteurs; asticoté les banquiers; étrillé les philosophes Germanopratins; asticoté les pseudo-socialistes; vilipendé les pollueurs; asticoté les patrons du CAC 40; blasphémé envers Allah, Jésus,Vishnu, leurs prophètes et tous les saints; dénoncé les républiques bananières; pleuré sur la retraite des vieux; récriminé la-justice-de-mon-pays; tergiversé sur le bien blasphemefondé de l’état d’urgence; regretté le bon vieux temps d’avant que c’était mieux… Que reste t-il pour alimenter un blogue qui se veut quotidien sinon l’humour ? Face au péril du coronavirus, peut-être convient-il de réhabiliter l’angélique ? L’angélique, dite encore “herbe aux anges”, doit son nom à ses prétendues vertus magiques. Les médecins de la Renaissance la surnommaient “racine du Saint-Esprit”, à cause de ses “grandes et diverses propriétés contre de très-graves maladies”. Ainsi Paracelse (1490-1541) rapporte-t-il que, lors des grandes épidémies de peste de 1510, de nombreux Milanais furent sauvés grâce à ses prescriptions : de l’angélique en poudre dissoute dans du vin. Selon Olivier de Serres (1539-1619), la précieuse plante “sert à tenir la personne joyeusement”. Je connais d’autres plantes qui remplissent aussi cet office mais on me dit qu’elles ne sont pas en vente libre…

Allez, merci d’être passé, com – portez vous bien et à bientôt peut-être

Tout le monde ment…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du piano (sans bretelles) et de la ceinture (sans chasteté) réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 17 mars anémone2020 qui correspond au 27è jour de ventôse dédié à la Sylvie. J’ai connu une Sylvie qui… Oui, bon, une autre fois. Et bien non, il ne s’agit pas du tout de celle à qui vous pensez mais de cette jolie fleur encore appelée anémone des bois. L’anémone Sylvie est considérée comme toxique alors évitez les décoctions. Par contre, mon aïeule qui, vous le savez maintenant, se piquait de quelques connaissances en herboristerie, l’utilisait en friction contre les rhumatismes.

On me dit que c’est la St Patrick ! Le patron de tous les Irlandais est né en fait au pays de Galles, à la fin de l’époque romaine, dans les années 380. Au Rock de Cashel, lors d’un sermon demeuré célèbre, cet Tara Innévangélisateur montra une feuille de trèfle : Voilà la figure de la Trinité sainte qu’il dit aux ouailles réunies en sachant fort bien que les figures de triades étaient familières à la tradition celtique : Le trèfle deviendra ainsi le symbole de l’Irlande, grâce à Maewyn Succat, dit saint Patrick. En langue gaélique, Patrick s’écrit : Pãdraig et en breton Padrig. Bon allez, je vais me j’ter une pinte de Moling’s chez Chris au Tara Inn sur le port de co, à Brest même. Ah oui, mais non, c’est fermé sur ordre du premier sinistre. Tout ce qui n’est pas essentiel qu’il a dit. C’est pourquoi les lieux de cultes resteront ouverts madame Michu… Les voies du gouvernement sont impénétrables !

Allez, gardez le sourire, lavez vous régulièrement les pieds, faites l’amour par procuration et, à bientôt peut-être si le Covid 19 nous en laisse le temps.

La crise ! Quelle crise ?

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la fraternelle union et du chutney réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 16 Mars 2020 et, ce 26è jour de ventôse nous rappelle que nous abordons la deuxième quinzaine de mars, il était généralement dédié au pissenlit.

Ah, le pissenlit ! Quelle plante merveilleuse et pleine de ressources; particulièrement excellente en salade. J’en ai dégusté du côté de Nancy où elle porte le nom de salade à la meurotte. Découpez les feuilles en fines lamelles, saladefaites revenir des lardons dans une poële (moi je les préfère fumés) et déglacez ensuite avec du vinaigre; arrosez les pissenlits avec le jus restant. Mon aïeule, dont je vous ai déjà vanté les mérites éducatifs, se plaisait à nous faire confectionner du miel de pissenlit. J’ai longtemps cru qu’il s’agissait d’une pratique strictement familiale et quelque peu surprenante, que nenni. Les sujets de la très gracieuse appellent cela: Miel de dents de lion, dandelion étant l’autre nom du pissenlit,  (c’hwervizon en breton). Le nom de pissenlit vient quand à lui des vertus diurétiques que l’on accordait à cette plante.

Le 16 mars 1978, l’Amoco Cadiz, un pétrolier de 234 000 tonnes de port en lourd construit en 1974,  affrété par la 5 par jourcompagnie américaine Amoco Transport, filiale de la Standard Oil, s’échouait au large des côtes bretonnes, en face du village de Portsall. Je me souviens m’être rendu sur place avec un groupe de jeunes armés de pelles et de seaux. Dérisoire ! Aujourd’hui, le péril est autrement plus sournois. Le père de la Nation en appelle à la mobilisation générale. On ferme les crèches, les écoles, on s’asperge de gel hydroalcoolique, on dévalise les grandes surfaces; on s’évite, on se fuie, on s’éloigne les uns des autres et keskidi notre cénobite ? Il nous parle de pissenlits ! Ma doue beniged madame Michu quelle époque épique…

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les mots pour l’écrire…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la chose publique et de la raie au beurre noir réunies, bonjour ! Nous sommes le Lundi 09 mars 2020, 19è jour de ventôse dédié au cerfeuil. C’était hier le jour du Mouron, mais… Il y a des jours comme ça. Des jours où cela ne sourit pas, des jours tristes comme un discours de Macron, des jours où le pont de Recouvrance vous tend les bras… Il y a des jours comme ça où l’inspiration vous fait défaut, où la muse ne s’amuse plus. L’angoisse de la page blanche, de l’écran noir, le trou, le vide absolu, le néant abyssal, le rien ultime, l’apocalypse du blogueur, le stress de l’écrivaillon, le spleen du rimailleur…

Bien sûr, il reste encore à jouer avec les mots, folâtrer avec les maux, faire rimer les syllabes, s’entrechoquer les terminaisons, se rire du dérisoire, pour, en définitive, écrire pour ne rien dire. Il reste encore cette merveilleuse langue, quoique, écornée, diminuée, Internetisée, SMSisée, Iphonée, Tweetisée, en un mot, malmenée. Mais est-ce bien si important ? Voyez l’illustration ci-après; elle remplace de longs discours.

les-mots
Mais c’est tellement plus beau lorsque les mots sont ordonnés par la plume du poète. Allez, petit cadeau à propos de spleen.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Ne vous mariez pas les filles !

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la lutte finale et du corned-beef réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 18 février 2020 qui est le trentième et dernier jour de pluviôse, dédié au traîneau. Chez nous aujourd’hui, dans certains calendriers, on fête les Kireg qui oratoirelaissa son nom à la station de Perros-Guirec (22). Sur la côte de granit rose, à Ploumanac’h,( ce nom de commune vient du breton Poul-Manach, le marais du moine; peut-être un cénobite) on y trouve l’oratoire de Saint Kireg; petit édifice du XIIème siècle, bien connu des filles à marier. Celles-ci venaient y planter une épingle dans la statue, lorsque leur épingle restait fichée, cela signifiait qu’elles se marieraient dans l’année. Je dis venaient car aujourd’hui, la vieille statue de bois a été remplacée par du granit… Et, de toutes façons, les filles, si vous voulez un conseil: Ne vous mariez pas.

Bon allez, je vous laisse, je dois ramasser les branches après le passage de Dennis (la tempête) portez vous bien et à bientôt peut-être.