Vous lisez actuellement la catégorieHUMEUR

Page 1 de 33

Un pognon de dingues…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités, HUMEUR

, ,

Amis de la rubrique à brac et du fourre-tout réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 19 avril 2019, trentième et dernier jour de Germinal dédié au greffoir. C’est sans vergogne que je pique à Gérard Alle le début de son récent billet: « Ne comptez pas sur moi pour joindre la moindre larmichette aux fleuves lacrymaux infestés de crocodiles qui déferlent depuis l’incendie. Décidément, je dois être un bien mauvais Français, tant je trouve obscène cette émotion qui a l’air de tout submerger, avec ses déballages de fric, sa curaille pleurnicharde et ses vibrants appels à la nation… » Vous pouvez (devez) lire la suite en suivant le lien.

Edouard Philippe, notre premier Ministre à nous qu’on a, veut une nouvelle flèche sur Notre-Dame, qui réponde aux enjeux de notre époque. Et là, je ne vous cache pas que je m’interroge un tantinet : quels peuvent bien être les enjeux de notre époque en matière de flèche de cathédrale ? Autant j’ai une petite idée de ce que pourraient être ces enjeux en matière de réchauffement climatique, de démocratie participative, de pouvoir d’achat, de justice fiscale, de répartition des richesses… Autant j’avoue que je reste coi face à l’immensité sidérale de la problématique concernant les enjeux de notre époque en matière de flèche de cathédrale…(photo de l’AFP) cathédrale en flamme

Ceci étant et, toute chose égale par ailleurs, pendant les travaux, la quête continue. Une souscription nationale, des cagnottes à la pelle, des dons de grosses fortunes et peut-être bientôt une conférence de donateurs. D’Apple à la Banque centrale européenne en passant par des milliers d’anonymes, les promesses de dons affluent pour rebâtir le monument, atteignant au moins 800 millions d’euros de promesses de dons. La barre du milliard devrait être facilement franchie. Plusieurs grandes fortunes françaises ont sorti leur carnet de chèques dans la nuit de lundi à mardi: la famille Pinault a promis 100 millions d’euros, suivie par le groupe LVMH et la famille Arnault, première fortune de France, qui a annoncé un don de 200 millions, puis la famille Bettencourt-Meyers et le groupe L’Oréal (200 millions). Parmi les donateurs, figurent de nombreuses associations, fondations et entreprises. Total a annoncé un « don spécial » de 100 millions d’euros, l’assureur Axa a promis 10 millions tout comme le groupe bancaire BPCE et la Société Générale. Le Crédit Agricole, via sa fondation, a annoncé un don de 5 millions d’euros.

Les mauvaises langues soulignent que cet élan de générosité intervient à un moment où les associations de lutte contre la pauvreté font face à une baisse des dons. Voici donc, par exemple, une opération très intéressante pour Total, note Libération. Avec son don de 100 millioob_4699ca_assiette-au-beurre-015ns d’euros, le groupe peut prétendre à une réduction d’impôts de 60 millions d’euros, alors qu’il n’a payé que 30 millions d’euros d’impôts sur les sociétés en 2016. La loi lui permet même de reporter l’excédent sur les 5 années suivantes. En clair, si le montant de son impôt sur les sociétés est toujours de 30 millions d’euros, Total pourrait ne payer aucun impôt sur les sociétés pendant deux ans. Oui madame Michu, Paris vaut bien une messe ! Et si la construction d’un consensus national passe par l’organisation d’un téléthon des milliardaires animé par les cosaques du don, Why not ?

Allez, merci pour la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Ite, missa est…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du piano (sans bretelles) et de la ceinture (sans chasteté) réunis, bonjour ! Nous voici déjà (pourquoi déjà ?) le Lundi 18 mars 2019, c’est à dire le 28ème jour de Ventôse qui est comme vous le savez, consacré au capillaire dans le fameux et désormais célèbre calendrier capillaire-300x225républicain. Moi qui ait en commun avec Fabrice Lucchini, d’avoir tenté de débuter dans la vie active à travers la coiffure pour dames (la comparaison s’arrête là) je ne pouvais pas ne pas en parler. Mon aïeule, à qui je fais souvent référence ici, avait l’habitude de nous répéter: « On ne dit pas: Je vais au coiffeur mais, je vais… au capilliculteur. » Oui, mon aïeule était une dame très distinguée. En fait, il s’agit d’une fougère (pas mon aïeule, la plante) que l’on nomme aussi: Cheveux de Vénus et que vous avez souventes fois rencontrée.

Oh, je sais bien ce que vous pensez, lecteurs assidus et néanmoins sans complaisance. La critique est aisée mais l’art est difficile ! A force de vilipender sans vergogne les curés, les patrons, les flics, le CAC 40, les militaires, la critique risque fort de se transformer en criticature. Il faut savoir jusqu’où ne pas aller trop loin. Comme le disait LAO TSEU dans son infinie sagesse: « Si tu marches trop loin à l’Est… C’est l’Ouest ! ». Rien que sur cette dernière citation, le philosophe du dimanche pourrait en faire dix pages. A l’instar des Bouvard et Pécuchet se targuant de savoir un peu de tout sur pas grand chose, je suis de bouvard-pécuchet-300x198ceux qui ne savent rien sur le grand tout… Aussi, chaque petit billet que je me plais à vous poster, réclame une longue et douloureuse préparation, d’infinies recherches dans les méandres d’internet au risque de se perdre tel Icare sans son fil d’Ariane dans le labyrinthe que ce psychopathe de Dédale avait si brillamment conçu. Vous me voyez ci, errer de page en page, de site en site, à la recherche du diamant vert qui viendra le lendemain orner les colonnes des « Cénobites tranquilles ». Pour votre bon plaisir, oui monsieur, oui madame, je poursuis inlassablement ma quête du Graal. Lancelot de l’entrelacs, Perceval sans retour, Gauvin nouveau, chaque jour me voit à la tache pour alimenter la chronique. Las, la retraite n’est plus ce qu’elle était, levé à matines, couché à complies, l’ermitage de Keramoal ressemble de plus en plus à celui des trappistes, sans la bière éponyme (j’avais envie de le placer celui la).

Allez, poursuivez en paix votre visite de ce blog quotidien et néanmoins journalier, Ite, missa est (expression signifiant Allez, c’est la mission et non pas allez, la messe est dite). Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les pisseurs de glyphosate…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR, Non classé

, ,

Amis de la divine comédie et de la poule-au-pot réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 05 mars 2019, 15è jour de ventôse dédié à la chèvre.

Dans un communiqué publié vendredi, les autorités sanitaires recommandent de ne pas trop consommer de pain aux graines de pavot, susceptibles de contenir des taux élevés de morphine. Les personnes à risque comme les femmes enceintes ou les enfants sont particulièrement concernées. Les autorités sanitaires ont été informées par le Centre Antipoison de Paris que des personnes ayant consommé des pains aux graines e101468f2355063d98d1d8353911074c-attention-aux-graines-de-pavot-dans-le-pain-qui-peuvent-contenir-trop-de-morphine-previent-la-dgccrfde pavot présentaient « des taux anormalement élevés d’alcaloïdes (morphine et codéine) dans leurs urines ».
A coté de cela, 2,52 nanogrammes de glyphosate par millilitre, c’est ce que contiennent les urines de Youn Ar Guen, membre des Faucheurs volontaires, habitant à Riec-sur-Belon, dans le Finistère; sans que cela n’émeuve outre mesure les mêmes autorités. En Bretagne, le collectif chargé de la campagne glyphosate se dénomme les Pisseurs involontaires de glyphosate, les PIG, acronyme évocateur dans une région à la forte production porcine. Et pourtant, l’Assemblée Nationale s’est prononcée contre l’interdiction du glyphosate lors de l’examen du projet de loi sur l’agriculture et glyphosate biol’alimentation. Les amendements visant à interdire l’herbicide pour 2021 ont été retoqués par les députés de la droite et du centre. Etonnant, non ! l’ancienne ministre Delphine Batho avait déclaré à la tribune de l’Assemblée que l’Uipp (Monsanto, Bayer, etc) avait eu accès ces dernières semaines à son amendement d’interdiction du glyphosate « plus de 90 heures » avant les députés, dans le cadre du projet de loi sur l’agriculture. Vous y croyez vous ? Une fuite confirmée par l’ancien président de la chambre basse en personne, François de Rugy. Toutefois, ce dernier a fait savoir que l’enquête interne destinée à découvrir l’origine de cette fuite « n’avait pas permis de déterminer » d’où elle provenait. Re-étonnant, non !

Bon, ben voila, je pose ça là. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le délit d’opinion…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la butte Montmartre et de la grève générale, illimitée gargouille-150x150et insurrectionnelle réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 23 février 2019 correspondant au 5è jour de ventôse qui, dans le calendrier républicain, était généralement dédié au bouc, ce qui bien évidemment n’a rien à voir avec ce qui suit. En Celtie on fête les Finian, fondateur au 5-6e siècle du monastère irlandais de Clonard.

Dans la rubrique «faites vous de nouveaux amis», et puisque personne ne me demande mon avis, voici mon opinion sur le délit d’opinion. Les extrémistes et autres totalitaires en ont longtemps rêvé et bien la bande à Macron s’apprête à le faire: police-pensée-2-214x300En France en 2019 on va réhabiliter le délit d’opinion. La proposition de la majorité consiste à associer, pour ne pas dire confondre, antisémitisme et antisionisme. Doit-on emboiter le pas au Parlement européen qui a voté, à une très large majorité, une nouvelle résolution sur l’antisémitisme qui criminalise le délit d’opinion en reprenant la définition proposée par l’Alliance Internationale pour la mémoire de la Shoah ? C’est en tous cas ce qu’a déclaré notre Président lors du diner du CRIF ce 20 Février. « La France, qui l’a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l’antisémitisme adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah » [qui intègre l’antisionisme], a dit le chef de l’État, en martelant que « l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme ». Du coup  Benjamin Netanyahou se félicite et son cabinet communique: « Le président MacDélit d'opinionron a informé le Premier ministre qu’il allait adopter la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), qui a fixé que l’antisionisme est une forme d’antisémitisme », Celui-ci a exprimé son « estime » pour cette décision, selon le communiqué. Et voila, emballez, c’est pesé !

L‘antisionisme est le fait de critiquer la pensée de Theodor Herzl, le fondateur du mouvement sioniste, pour qui d’une part les juifs ne pouvaient pas s’assimiler, s’intégrer dans les sociétés dans lesquelles ils vivent et donc, secondement, il fallait un État pour que tous puissent s’y rassembler. De toute évidence, l’histoire a montré que ce n’était pas ainsi. Cette dérive sémantique est tout à fait symbolique de l’utilisation qui ob_443bb8_blog-non-au-delit-d-opinionest faite du sens des mots par ceux qui sont au pouvoir ici et ailleurs et qui tentent là de transformer systématiquement une opinion (critiquer la politique d’Israël) en un délit (l’antisémitisme). Ainsi, si l’on n’y prend garde, le « délit d’opinion », propre des régimes totalitaires, s’insinuera peu à peu dans les interstices de notre  République. Dans les années 1990 naît un concept inédit, celui d’un nouvel antisémitisme qui se serait développé aussi bien dans des partis de gauche que de droite, ainsi que dans l’islam radical. Pour les promoteurs de cette idée (B.H.L., Philippe Val,  Finkielkraut, Antoine Spire, Bernard lewis, Manuel Valls… ces « nouveaux antisémites » se cacheraient désormais derrière l’antisionisme. Ainsi donc, la messe est dite.

C’était ma modeste contribution au grand débat en sachant combien le sujet est chaud brûlant. Sans nouvelles de moi dans les prochains jours, c’est que le lobby dont il ne faut pas citer le nom aura fait son boulot. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les damnés de la terre…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la vérité historique et du vin de paille réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 16 janvier 2019, 27è jour de Nivôse, dédié au Plomb et vous me faites l’amitié de jetele cenobite face à son clavierr un œil sur le billet quotidien des « cénobites tranquilles ». C’est le 4311è de la série et, comme vous, 480 000 autres visiteurs ont bien voulu s’y attarder un moment. Je ne dirais jamais assez l’indicible bonheur que cela me procure fusse au péril de ma modestie légendaire. Infime goutte d’eau dans l’océan chimérique d’internet, minuscule bloguinet tentant d’apporter sa pierre à l’édification d’une conscience universelle qui donnerait aux peuples la force de se débarrasser de tous ces malfaisants qui se sont accaparé  notre droit imprescriptible à disposer de nous mêmes…

Combien de temps encore les damnés de la terre supporteront-ils ce système qui, non content d’engraisser quelques uns avec la sueur des autres, s’ingénie à détruire notre planète ? Ce sont les mêmes qui font monter la menace du terrorisme pour justifier la guerre. Ce sont les mêmes qui exagèrent les risques de pandémie pour vendre leurs vaccins. Ce sont les mêmes qui louent les mérites des OGM pour forcer le commerce de leurs semences. Ce sont les mêmes qui polluent, qui déforestent, qui délocalisent, qui font travailler jemmerde...-279x300les mômes en Inde et au Pakistan pour un salaire de misère. Ce sont les mêmes qui laissent crever les habitants de Gaza et qui s’apprêtent à foutre sur la gueule de l’Iran parce que là bas il y a du pétrole qu’on ne peut tout de même pas laisser entre les mains des mollahs. Ils tiennent popote à Bilderberg ou aux diners du Siècle, ils pantouflent dans les agences de notation, ils sinécurent dans les conseils d’administration, ils font du gras dans les salons dorés de l’Europe ou de la République, notre République. La leur, celle des copains et des coquins s’est couchée depuis longtemps, comme une vielle catin à la resquille devant sa majesté Le Marché. Marché de dupes bien entendu. Fort heureusement, le grand débat national va nous permettre d’exorciser tous ces vieux démons, enfin, peut-être car, comme disait Talleyrand « En politique, ce qui est cru est plus important que ce qui est vrai « .

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Quand ça veut pas…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’histoire bretonne et des moules marinières réunies, bonjour !Konwoion Nous sommes le Samedi 05 du mois de janvier 2019, 16è jour de nivôse du calendrier républicain, dédié au silex. De ce côté ci du Couesnon, en Bretagne armoricaine donc, on célèbre (ou pas) KONWOÏON qui fut, chacun le sait, le premier higoumène (abbé) du monastère de St Sauveur près de Redon. Il est resté célèbre dans notre petite histoire pour avoir fricoté autant avec Nominoé (Duc de Bretagne) qu’avec le roi de France (Louis le débonnaire) pour obtenir sa charge. Il serait né vers 800 à Comblessac (en Ille-et-Vilaine) d’une famille gallo-romaine ayant eu des sénateurs romains dans son ascendance.

Bon, et à part ça, comment kssé ? Aie, aie, aie, ma doué beniged, ça va pas fort madame Michu. Résumé des épisodes précédents: Or donc, au mois  d’Août, un AVC. Vous savez, c’est ce truc étrange où votre cerveau décide unilatéralement de ne plus vous associer aux décisions vous concernant et c’est parti pour un parcours du combattant. Il faut réapprendre à marcher, informaticien-fauxà parler, chaque petit geste de la vie quotidienne prend une dimension himalayesque et je ne vous parle pas de la conduite automobile. A peine les toubibs eurent fini de m’ausculter sous toutes les coutures qu’ils décidèrent à l’issue d’un symposium qu’il convenait de m’opérér de la hanche dans les meilleurs délais. Et v’la t-y pas que, cerise sur le gâteux (avouez qu’elle est excellente. On ne sais pas si cela relève de la coquille ou du génie littéraire.) je suis rattrapé par une gastro force 9 qui me voit claudicant tenter de rejoindre les lieux d’aisance avant de retapisser les murs de la chambre-bureau où je me terre depuis lors. Bref, quand ça veut pas, ça veut pas !

Allez, je vois que vous êtes encore là; portez vous bien et à bientôt peut-être.

Je hais le nouvel an…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis des années bissextiles et de la pizza trois fromages réunies, bonjour ! Nous nous retrouvons donc en ce Mardi 1er janvier 2019 dans les vapeurs à peine dissipées de cette nuit d’ivresse pour un nouveau parcours. Après moult hésitations, le cénobite a décidé de poursuivre cette aventure à laquelle vous êtes forcément associés. Pas de lecteur, pas de blogueur, aurait dit mon aïeule qui ne voulait jamais s’en laisser compter… Nous sommes le 12è jour du mois de nivôse dédié à l’argile. Plutôt que de vous enquiquiner avec mes états d’âme, je cède la parole à Antonio gramsci.

Chaque matin, à me réveiller encore sous la voûte céleste, je sens que c’est pour moi la nouvelle année. C’est pourquoi je hais ces nouvel an à échéance fixe qui font de la vie et de l’esprit humain une entreprise commerciale avec ses entrées et sorties en bonne et due forme, son bilan et son budget pour l’exercice à venir. Ils font perdre le sens de la continuité de la vie et de l’esprit. On finit par croire sérieusement que gramsci-533x421d’une année à l’autre existe une solution de continuité et que commence une nouvelle histoire, on fait des résolutions et l’on regrette ses erreurs etc. etc. C’est un travers des dates en général. On dit que la chronologie est l’ossature de l’Histoire; on peut l’admettre. Mais il faut admettre aussi qu’il y a quatre ou cinq dates fondamentales que toute personne bien élevée conserve fichée dans un coin de son cerveau et qui ont joué de vilains tours à l’Histoire. Elles aussi sont des nouvel an. Le nouvel an de l’Histoire romaine, ou du Moyen Âge, ou de l’Époque moderne. Et elles sont devenues tellement envahissantes et fossilisantes que nous nous surprenons nous-mêmes à penser quelquefois que la vie en Italie a commencé en 752, et que 1490 ou 1492 sont comme des montagnes que l’humanité a franchies d’un seul coup en se retrouvant dans un nouveau monde, en entrant dans une nouvelle vie. Ainsi la  date devient un obstacle, un parapet qui empêche de voir que l’histoire continue de se dérouler avec la même ligne fondamentale et inchangée, sans arrêts brusques, comme lorsque au cinéma la pellicule se déchire et laisse place à un intervalle de lumière éblouissante. Voilà Gramsci_tombepourquoi je déteste le nouvel an. Je veux que chaque matin soit pour moi une année nouvelle. Chaque jour je veux faire les comptes avec moi-même, et me renouveler chaque jour. Aucun jour prévu pour le repos. Les pauses je les choisis moi-même, quand je me sens ivre de vie intense et que je veux faire un plongeon dans l’animalité pour en retirer une vigueur nouvelle. Pas de ronds-de-cuir spirituels. Chaque heure de ma vie je la voudrais neuve, fût-ce en la rattachant à celles déjà parcourues. Pas de jour de jubilation aux rimes obligées collectives, à partager avec des étrangers qui ne m’intéressent pas. Parce qu’ont jubilé les grands-parents de nos grands parents etc., nous devrions nous aussi ressentir le besoin de la jubilation. Tout cela est écœurant.
(Antonio Gramsci, 1er janvier 1916 sur l’Avanti!, édition de Turin, rubrique « Sotto la Mole ») Traduit par Olivier Favier.

Allez, c’est reparti pour un tour, pour une nouvelle année, dix ans après le début de l’aventure. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Vanitas, omnia vanitas…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la laïcité et du baeckoffe réunis, bonjour ! le-grillon-du-foyerNous sommes le Samedi 15 décembre 2018, il vous reste 15 jours pour préparer le réveillon, et c’est le 25è jour de frimaire dédié au grillon… Vous vous souvenez de ce conte de Dickens le grillon du foyer ? J’ai en mémoire un maître d’école, oui, c’est comme cela que l’on disait à l’époque, qui ne jurait que par cet auteur. Je crois bien avoir fait des dictées de tous les contes de Noël que Dickens écrivait chaque année pour ses enfants. Vous remarquerez que cela n’empêche pas les phautes d’ortografes…

 

Ah, qui dira l’incommensurabilité de l’égo du blogueur ordinaire ? Il est là, guettant son compteur comme l’épicier son tiroir-caisse. Voici la 470.000ème visite, flatteuse et flagorneuse qui lui ouvre des horizons littéraires aussi lointains qu’inaccessibles. C’est son Goncourt, son Renaudot et son Molière à la fois. Ah, César, souviens toi que tu es mortel disait le prêtrepaon-4-083221 à l’impérator. Et rappelons nous les premiers mots de l’Ecclésiaste: Vanitas, vanitatum, omnia vanitas… Souviens toi, petit scarabée, que la blogosphère est immense, quasi infinie, et l’infime particule que représente ton apport est quantité négligeable au regard des milliards de données qui transitent chaque minute sur la toile. Garde toi de croire que c’est arrivé. Remercie ces visiteurs qui te font l’honneur de jeter un regard sur tes élucubrations quotidiennes. Ta prose approximative, tes fautes d’orthographe, tes accords désaccordés, tes jugements à l’emporte pièce, tes raccourcis saisissants, ta galerie de portraits qui doit davantage à l’archéologie sociale qu’à l’analyse concrète d’une situation concrète. Laisse tes mots enfourcher les vents de l’Ouest qui balayent le Finistère au rythme des dépressions et qui secouent le vanitéponant depuis de longues semaines. Le calme revenu, ils iront se déposer comme autant de feuilles mortes sur les écrans de ces anonymes visiteurs qui, au hasard d’un moteur de recherche auront échouer sur ton site. Ce sont des bois flottés qui ornent la laisse de basse mer des ordinateurs, leurs écrans depuis longtemps sont devenus leurs estrans, rivages modernes de rêveurs impénitents et les dédales informatiques leurs tiennent lieu de chemin des douaniers. Puisse ce petit journal rester sans prétentions autres que celles qui consistent à taquiner la muse, raviver les mémoires, jouer avec les mots et rassurer mes proches sur mon état de santé (poil au nez).

Merci à vous d’être encore là, fidèle au poste. N’oubliez pas le thermolactyl, portez vous bien et, à bientôt peut-être.

Philomène & philocrate sont dans un bateau…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la vérité historique et de la moussaka réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 13 novembre 2018, 23è jour de brumaire dédié à la garance; plante aujourd’hui tombée en désuétude qui servait essentiellement à produire de la teinture pourpre. A tel point qu’on la nommait « rouge des teinturiers ».  les Garanceracines et les tiges souterraines contiennent de l’alizarine, qui a la propriété de donner aux tissus une belle couleur rouge. Les uniformes de l’armée française l’employaient abondamment avant la première guerre mondiale. « Le tristement célèbre pantalon rouge garance faisait des soldats des cibles parfaites pour l’ennemi». Cette teinture naturelle a été remplacée par des colorants synthétiques. La culture de la garance, très ancienne (elle est attestée depuis plus de 3000 ans en Inde) n’est plus qu’un souvenir. Il paraît qu’au milieu du XIXè on comptait cinquante moulins à garance dans le Vaucluse.

Or donc, qu’est-ce que la philocratie ? C’est un mot forgé par Voltaire et que l’on retrouve dans Histoire du docteur Akakia: « Le natif de Saint-Malo ayant été attaqué longtemps d’une maladie chronique appelée en grec philotimie et par d’aucun philocratie, elle lui porta si violemment au cerveau, et il eut de tels accès qu’il écrivit contre les médecins et contre les preuves de l’existence de Dieu. » En effet, la philocratie n’est rien de moins que l’amour immodéré pour le pouvoir. Nos peuple-pouvoir-300x259dirigeants et les prétendants à leur remplacement qui se bousculent sur les plateaux télé feraient bien de s’inspirer de Voltaire et se souvenir que c’est le peuple qui les a placé là où ils sont et qu’à trop aimer le pouvoir on mal étreint ceux qui vous l’ont (rétro)cédé. Mais, de toute évidence, même le grand Voltaire n’imaginait pas à quel point les peuples sont versatiles. Hier, les angliches votaient pour le Brexit, aujourd’hui ils manifestent pour qu’on ne l’applique pas. Les ricains eux, ont porté au pouvoir un gugusse mais aujourd’hui, ils affirment que c’était pour rire; c’est vrai ça, qu’est-ce qu’on se marre !

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Plates-bandes d’amarantes…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du Bakouninisme éclairé et du filet mignon réunis, bonjour !

En ce huitième jour de vendémiaire, nous célébrons l’amarante (non, c’est pas  celle à qui vous pensez.) belle plante dont le nom vient du Grec « a maranthos », qui ne fane pas. Pendant longtemps cette plante a été cultivée pour l’alimentation notamment en Amérique Latine. Les graines étaient grillées et les feuilles consommées comme légumes verts. Après la conquête espagnole la culture fut interdite car la plante étaitamaranthe utilisée par les Aztèques lors de cérémonies rituelles. Du fait de cette interdiction et de la violente répression qui sévissait durant plusieurs siècles à l’encontre des jardiniers qui continuaient à cultiver cette plante, l’Amarante a, depuis le XXe siècle, presque totalement disparu de l’alimentation mexicaine, alors même qu’elle entrait dans la constitution de très nombreux plats aztèques (tamale, sauce, tortillas et boissons). Tiens, on me prie de signaler aux cuistots du dimanche que les feuilles d’amarantes se cuisinent comme les épinards. Il y a aussi ce poème de Rimbaud qui commence comme ceci: Plates-bandes d’amarantes jusqu’à l’agréable palais de Jupiter

Ceci étant et, toutes choses égales par ailleurs comme disait mon aïeule, ma poésie n’a pas l’heur de plaire à tout le monde. Cf les derniers commentaires postés sur ce blog et dont je vous épargne la lecture. Je ne sais plus qui a dit: « Pas de liberté pour les ennemis de moinela liberté » mais, ça mérite réflexion… Allez, trêve de polémiques et retrouvons l’atmosphère bucolique, dont les synonymes se passent de commentaires, eux: Agreste, pastoral, champêtre, rural, campagnard, et qui caractérisent l’ambiance que veut adopter ce blog. Tel un joyeux cénobite, depuis ma retraite de Keramoal, je me plais à vilipender les travers de notre société que les marchands du temple ont décidé de brader à l’encan. Quand bien même, ils trouvent dans la blogosphère quelques hérauts pour les défendre à tous crins, l’heure viendra où il leur faudra rendre compte devant le peuple souverain.

Bon, après une tirade comme celle là je peux aller aux champignons. En attendant la suite, portez vous bien et à bientôt peut-être.