Vous lisez actuellement la catégorieHUMEUR

Page 1 de 35

Vladimir, Georges, Erwann et les autres…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la chirurgie ambulatoire et du pouce-pied mayonnaise réunis, bonjour ! Ce Mardi 21 janvier 2020 correspond au deuxième jour de sant-erwann-680x680-300x300pluviôse dans notre calendrier républicain. C’était le jour dédié à la mousse, ce qui, en temps ordinaire, m’aurait conduit à m’en faire couler une petite. Pourquoi pas une Sant Erwann tiens; c’est une bière de haute fermentation produite par la Brasserie de Bretagne à Tregunc (29). C’est une bière de caractère, assez alcoolisée, composée de sept céréales : orge, blé, avoine, blé noir, épeautre, millet et seigle (cela est souligné par le slogan sur l’étiquette : 7 siècles, 7 céréales, 7 degrés). Pour les connaisseurs, L’IPA ( India Pale Ale ) est un style de bière d’origine anglaise de fermentation haute. Elle a pour caractéristique de contenir plus d’alcool et de houblon qu’une ale classique. De fait, c’est donc un style qui amène des bières possédant une amertume prononcée.

La vie s’emploie chaque jour à nous proposer des coïncidences parfois drôles, quelquefois dramatiques et toujours surprenantes. Tenez, à priori, quoi de commun entre ces deux hommes: Vladimir Ilitch OulianLenine-haranguant-189x300ov qui fut relégué par la police du Tsar en Sibérie, au bord de la Léna (d’où le surnom Lénine par lequel il se fera dès lors appeler). Et, Eric Arthur Blair qui se fera appeler George Orwell, né d’un père fonctionnaire en charge du commerce de l’opium aux Indes. Et bien, tous deux sont décédés un 21 Janvier et, plus le premier raffermissait le communisme à la mode soviétique, plus le second s’en éloignait. La « Révolution d’Octobre » débouche sur le pouvoir sans partage des bolcheviques (le nom venant de большинство, bolchinstvo, qui signifie « majorité », par opposition aux mencheviks du russe : меньшинство, menchinstvo, « minorité »). Le Bolchevisme deviendra le soviétisme et celui-ci cédera la place au Stalinisme, vous connaissez la suite.

De son côté, le jeune Blair découvre très tôt la nécessité de s’engager. Après des études au collège d’Eton, où il découvre le militantisme, il s’engage comme sergent en Birmanie puis vit de petits boulots à Paris et Londres. Il va se battre en Espagne dès 1936 aux côtés des communistes dissidents du POUM, il prend conscience de la nature CVT_Orwell-anarchiste-Tory_4612-187x300totalitaire du communisme à la mode soviet à une époque où les intellectuels de son espèce préféraient en chanter les louanges (j’ai les noms…). À la veille de la seconde guerre mondiale, il est réformé suite à une blessure à la gorge et devient reporter. C’est ainsi qu’il publie en 1945 un petit roman parodique: la Ferme des Animaux. Il s’agit d’une allégorie satirique du communisme qui raconte la prise de pouvoir des animaux dans une ferme, à l’instigation des cochons, et la manière dont ces derniers s’arrogent un pouvoir dictatorial au nom des grands principes : « Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres…» En 1949, son dernier roman, 1984, décrit une société totalitaire sous le regard d’un chef omniprésent, « Big Brother » et chacun de reconnaître le petit père du peuple dans le grand frère du roman – Staline. L’autorité s’exerce par le contrôle de la langue officielle, la novlangue.

Etonnant, non ! Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être

Faites vous des amis…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités, HUMEUR

, ,

 

Amis de la liberté de s’exprimer et des tortellini alla pana réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 05 décembre 2019, quinzième jour de frimaire dédié au chevreuil. Dans la série: la bêtise humaine est décidément incommensurable, en Alsace, des bas du front ont à nouveau profané un cimetière juif. Du coup, les opportunistes d’En Marche s’engouffrent dans la brèche et l’Assemblée Nationale adopte une résolution assimilant antisionisme et antisémitisme.

Les députés étaient invité à adopter, ce Mardi 03 Décembre, la résolution Maillard (soutenue par le gouvernement) assimilant antisémitisme et antisionisme. On nage en pleine confusion, à moins, diront les mauvaises langues, qu’il ne s’agisse d’un soutien déguisé à la libertalia-vidal_antisionisme-couv_web_rvbpolitique de l’État israélien. En effet, l’antisémitisme est un délit, puni comme tous les racismes par les lois françaises; l’antisionisme est une opinion que chacun est libre d’approuver ou non. « L’antisionisme est le fait de critiquer la pensée de Theodor Herzl, le fondateur du mouvement sioniste, pour qui d’une part les juifs ne pouvaient pas s’assimiler, s’intégrer dans les sociétés dans lesquelles ils vivent et donc, secondement, il fallait un État pour que tous puissent s’y rassembler ». Cette pensée est ancienne : elle date de la fin du XIXe siècle, donc avant la Shoah; explique l’historien Dominique Vidal. Pour ma part, je revendique le droit de pouvoir critiquer la politique de M. Netanyahu [le premier ministre israélien], comme on doit pouvoir critiquer une politique de théocratie islamiste sans passer pour un antimusulman ou sans passer pour un antisémite. La résolution reprend la définition de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), déjà validée par le Parlement européen et 20 pays dont 16 de l’UE, et appuyée par Emmanuel Macron en février devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Le président avait alors affirmé vouloir élargir la définition de l’antisémitisme à l’antisionisme. Dans un même temps, un collectif de 127 intellectuels juifs avait en revanche jugé « hautement problématique » le texte car il « assimile (…) l’antisionisme à l’antisémitisme ». « De nombreuses victimes de l’Holocauste étaient antisionistes », rappelle-t-il dans une tribune au Monde.

Or donc, l’antisionisme relève du débat d’idées et, la véritable question relative à la cohabitation israélo-palestinienne, source de nos préoccupations, est que deux populations vivent de facto dans un seul État, sous une même autorité, mais l’une a tous les droits, l’autre n’en a aucun. Je pense que c’est le démantèlement de ce système de600-boycott-israeld’apartheid qui est à l’ordre du jour. Effectivement, comme le précise l’universitaire israélien Shlomo Sand sur son blog : « Je n’ai aucun doute sur le fait que l’un des facteurs qui empêchent la judéophobie de régresser est précisément la politique pratiquée par Israël à l’encontre des Palestiniens : ceux qui vivent, comme citoyens de deuxième catégorie, à l’intérieur de « l’État juif », et ceux qui, depuis des décennies, subissent une occupation militaire et une colonisation brutales. » Par ailleurs, si une loi interdisait l’antisionisme, cela signifierait qu’on autorise les sionistes à interdire leurs adversaires. Rappelons que dans notre justice, le délit d’opinion n’existe pas (pas encore).

Et voila, je vais encore me faire des amis. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

 

Allez, cor’une p’tit’ goutte…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du Peket et du pudding aux carottes réunis, bonjour! Nous sommes le Vendredi 29 novembre 2019, 09è jour de frimaire dédié au genièvre. Cette boisson à base d’alcool genièvrede grain était très consommée au siècle dernier notamment dans le Nord de la France. Voici ce qu’en disait François-Joseph Grille en 1825 après avoir visité cette région : « Ajoutons que dans les arrondissements formés de l’ancienne Flandre, on fait abus de liqueurs fortes ; de là, disent les docteurs, viennent des maux sans nombre que la sobriété seule peut réparer. Ainsi, dans ces contrées, le genièvre et l’humidité se disputent le triste honneur de moissonner plus cruellement une population imprévoyante.» Ah, c’est pas en Bretagne qu’on verrait des choses comme cela ! Chez nous on fait dans le Lambig qui lui est une eau de vie de cidre pesant facilement 70° à la sortie de la bouillote (l’alambic). A l’instar du gin, du whisky et de la vodka, le genièvre est20150727-570541-Liste_des_pekets_fruites_maison-_Maison_du_Peket-Karl_Delandsheere-1024x768 une eau-de-vie de grains. Nos amis belges eux, disent Peket: Le mot peket signifie « piquant » en vieux wallon. Il provient sans doute du mot wallon « pèke » qui, dans certaines régions de Wallonie, désigne les baies de genévrier. Il existe d’ailleurs à Liège, une maison du Peket crée en 1993 par Djuro Šorgić, ex-footballeur. Aujourd’hui ce restaurant, bar, boite de nuit est devenu une véritable institution.

Les baies de genévrier ne sont utilisées qu’en fin de fabrication au cours de la dernière distillation pour aromatiser le genièvre et lui donner son nom. Très longtemps, la consommation du genièvre fut liée à la bistouille, ou « bistoulle » en patois du Nord. Le café du matin était agrémenté de genièvre chez les cafetiers où l’on se retrouvait avant d’aller au travail. Les indications bouilleur-ambulant-300x200thérapeutiques du genévrier sont nombreuses, ce qui n’est pas étonnant, car son emploi remonte à l’Égypte antique, voire avant, et il a persisté à travers les siècles sans jamais défaillir. Les baies sont particulièrement utiles pour soigner l’arthrite, la goutte et toutes les maladies rhumatismales. D’ailleurs, à cet égard, on dit que la cure de genièvre est à l’automne ce que la cure de pissenlit est au printemps. Il s’agit d’un traitement fort connu en Europe. Il semblerait qu’à la longue, cette double cure ait pour effet d’augmenter la mobilité des membres et d’atténuer leur raideur; alors que le Viagra lui, c’est le contraire…

Allez, cor’ une p’tit’ goutte, merci de cette visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Un temps de chien…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la mécanique quantique  et du caramel au beurre salé réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 16 produit-pistache-californie-300x222novembre 2019, 26è jour de brumaire dédié à la pistache. Notons au passage que ce fruit, riche en nutriments mais pauvre en calories n’offre que des avantages. Il contient des bons acides qui permettent de réduire le mauvais cholestérol; ses antioxydants font merveille contre le stress, et j’en connais qui vont en avoir besoin…

Désormais, j’en suis convaincu (le premier qui dit: « poil au c.. »  est privé de blog pendant une semaine) il existe juste au dessus de mon ermitage un micro-climat qui nous permet, aux lapins, pigeons, piverts, et à moi même, Tom Waits-2-d’échapper au réchauffement généralisé de la planète. Enfin, quand je dis aux lapins, je devrai dire aux taupes car, les premiers ont quasiment disparu au bénéfice des secondes. Il pleut, il vente, il fait froid, bref, un temps à ne pas mettre un chien dehors. Drôle d’expression que celle-ci ! Pourquoi le chien n’aimerait-il pas aboyer sous la pluie ? Il y a quelques années est paru un livre qui retraçait le parcours de Tom WAITS, vous savez l’homme à la voix éraillée comme un bourbon frelaté de la Pennsylvanie profonde, mais comment la Pennsylvanie pourrait-elle ne pas être profonde ?

https://youtu.be/KV2pfthVGsA

Et bien cet essai s’intitulait: « Complainte d’un chien sous la pluie » c’est aux éd. du Camion blanc, des gens qui font dans le rock. M’étonnerait pas qu’ils soient Belges. Le Belge est beaucoup plus iconoclaste qu’on ne le suppose généralement. Pour avoir donné vie à Hergé et à J.C. Van Damme tout en inventant la Gueuse et la Jenlain, il faut faire preuve d’une admirable et incommensurable capacité d’imagination.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les dindons de la farce…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la tradition et de la fraise de veau réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 05 Novembre 2019,15è jour de brumaire que nos amis républicains avaient dédié au dindon. Au Moyen Âge, les farces étaient des intermèdes comiques dans des spectacles. Mais, depassements-honoraires_756823l’explication viendrait d’un spectacle forain ‘Le ballet des dindons’ qui a existé à Paris entre 1739 et 1844.
Dans ce spectacle, des dindons étaient posés sur une plaque métallique progressivement chauffée par dessous au point que les pauvres volatiles finissaient par ‘danser’ pour tenter d’éviter de se brûler les pattes. Bien entendu cette ‘farce’ faisait beaucoup rire les spectateurs de l’époque qui appréciaient les cruautés animalières comme les combats d’animaux, par exemple, mais qui aimaient aussi d’autres spectacles divertissants comme les pendaisons ou les passages à la guillotine. Aujourd’hui, l’association L214 aurait déjà mis en route et les rézosocios réclameraient la tête des coupables.

Et puis tiens, fêtons un bon anniversaire à Léni Escudero pour ceux qui s’en souviennent. Il est né un 5 novembre leny & Leoen1932 en Espagne d’une famille républicaine. Il n’a pas chanté que la ballade à Sylvie ou Pour une amourette. On lui doit quelques magnifiques textes qui dénoncent l’injustice, le fascisme, les dictatures, l’intolérance…Il a été récompensé par le grand prix de l’académie Charles Cros. ici avec Ferré lors de « la fête à Léo » en 1992.

Hier encore, j’avais vingt ans…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis des commémorations et du goulash de bœuf réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 04 novembre 2019, 14è jour de brumaire dédié à l’endive… Il y a maintenant fort longtemps de cela, un petit bonhomme vit le jour dans la port-rhu-avant-300x199maison familiale sur les bords du Port-Rhu à Douarnenez (29). C’était avant que d’ingénieux ingénieurs décident d’en faire une marina pour touristes égarés. Très tôt il montra tous les signes du révolté  chronique, vilipendant la famille, l’école, l’armée, les patrons, les curés, les flics et tutti quanti. Comme Jean kemener, de Recouvrance, il grandit puis il devint grand… Et le voici en 1968 cherchant la plage sous les pavés; autant dire que l’air du temps lui convenait parfaitement. Le stalinisme et les atermoiements de la sociale-démocratie achevèrent sa conversion et il se rangea définitivement dans le camp des non-alignés.

Aujourd’hui, après une carrière, somme toute bien remplie, il coule des jours heureux dans son ermitage d’où il vous abreuve quasi quotidiennement de ses modestes billets sous le pseudonyme du cénobite. Résultat lescenobitestranquilles carte postaledes courses; ensemble nous venons de franchir la barre des 4 500 billets. Et, cerise sur le gâteau, le jour de mon anniversaire. Traditionnellement, ce jour là je déguste un St Honoré de chez Traon à Morlaix, la meilleure pâtisserie à l’Ouest du Couesnon. Même ses kouign amann valent ceux de Douarnenez. Un grand merci donc à vous fidèles parmi les fidèles et, bienvenue, welcome, degemer mat aux nouveaux visiteurs. J’ai bien conscience que de « durs et difficiles travaux nous attendent » (comprenne qui pourra) pour conserver à ce blog la haute teneur rédactionnelle qui fait sa renommée. Remarquez que je vous associe volontiers car, pour bloguer en toute sérénitude, il faut être plusieurs. Un blog sans commentaire, c’est Castor sans Pollux, Laurel sans Hardy, Jules sans Jim, Chevalier sans Laspallès…

Merci pour la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le Monde comme il va…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du « beau parler» et de la figue de barbarie réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 30 octobre 2019, neuvième jour de Brumaire qui était dédié à l’alisier dans notre calendrier républicain. C’est bien connu, tous les cochons vous le diront, en Bretagne, l’alisier se métro-300x167ramasse à la tonne !!! C’est aussi la fête à Bienvenue qui était une dominicaine de Cividale dans le Frioul en Italie et donc qui n’a rien à voir avec notre Bienvenüe à nous qu’on à en Bretagne. Fulgence, né à Uzel (22) en 1852, réussit à 18 ans son entrée à Polytechnique et devint ingénieur des Ponts et Chaussées. Il entrera au service de la ville de Paris et mettra en œuvre le chantier du métropolitain. Son nom est désormais accouplé à celui de la station Montparnasse, mais pas pour souhaiter (bien des voyageurs le croient) à nos gens de l’Ouest qui descendent du train… « La bienvenue à Paris ».

A part cela, dans le monde on continue à s’entretuer allègrement, SP20180819_ExtremeDroite-1200le réchauffement s’accélère, le brexit s’enlise, le Chili s’excite, Trump a ajouté un barbu à sa collection, Barcelone n’est plus ce qu’elle était, en Thuringe (allemagne) la résistible ascension de l’AFD (extrême droite) se  confirme, en Argentine, c’est le retour des Péronistes, en Ombrie, c’est la droite de Salvini qui triomphe. La Californie est en feu, le Groenland est en train de fondre, Greta s’en mord les couettes et on voudrait que j’ai le moral.
Heureusement il y a la trompette de Miles, le talent de Duke, le génie du « Bird » , le tempo de Cab’Calloway, la maestria de Bill Evans, les fulgurances de Dizzy Gillespie, les envolées du Big Fats, le spleen de Billie Holiday, pour nous rassurer sur les capacités de l’humanité à produire autre chose que du Régent et du Gaucho, des pesticides, des insecticides, des herbicides, des fongicides, des féminicides…Mais à quand un prix Nobel pour celui qui inventera la connerieticide ? En attendant, la zénitude étant la force principale désarmée…(Je ne suis pas mécontent de celle-là) je vais reprendre le train-train (malgré les grèves) du retraité pépère et retrouver une activité normale comme disaient les guignols de l’info. Portez vous bien et, à bientôt Peut-être.         

ça branle dans le manche…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la numérologie et de la crêpe dentelle réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 24 octobre 2019, troisième jour de brumaire dédié à la poire.

En ce temps là, Josué conduisit son armée autour de l’enceinte de la ville pendant sept jours, accompagné par sept prêtres, portant sept quand tout sera privé...trompettes. Le septième jour, il a encerclé Jéricho à sept reprises et a crié, puis les murailles tombèrent. Je crains, hélas, qu’il faille plus de 777 manifs pour faire tomber les murailles de la finance internationale et mettre à mal ce Moloch des temps modernes. Aujourd’hui, ce dieu féroce  réclame aux peuples de nouveaux sacrifices et exige que les bijoux de familles soient cédés au plus offrant. Les hôpitaux, les aéroports, les chemins de fer, les grands barrages, l’éducation, la santé, tout doit passer au privé.

Au lendemain de la première guerre punique, dans laquelle s’étaient affrontés Carthage et Rome, les mercenaires engagés par CarthageMoloch, lassés d’attendre une solde cent fois promise et jamais payée, firent le siège de Carthage. Plutôt que de payer enfin ses dettes, le Conseil des Anciens décida alors de réitérer le Moloch. Chaque famille de Carthage, dut livrer un enfant pour le sacrifice. La foule commença à défiler, jetant au feu, à travers l’énorme bouche incandescente, bijoux et richesses. Des membres du clergé, les Dévoués, s’appliquèrent mille supplices, se perçant la poitrine de pointes de fer, se fendant les joues, sa lacérant tout le corps. Puis l’on poussa le premier enfant. Un prêtre étendit sa main sur lui, et le chargea de tous les péchés du peuple pour satisfaire la colère de Baal.

Oui, la crise est là, politique, économique, financière, sanitaire, environnementale, morale, sociale… Au Liban, au Chili, en Espagne, à Honkong, au Yemen, en Bolivie, au Kurdistan, à Haïti… Partout la colère gronde et s’habille de jaune. Mais de quelle crise, parle t-on , sinon celle du système capitaliste, acculé dans ses derniers retranchements, il fait ce qu’il a toujours violencesfait; il use et abuse de la force, de la répression, de la violence. Les tentatives de rebellion, de résistance, de protestation prennent différentes formes mais, au final, ce sont les peuples, les citoyens, qui sont sacrifiés et subissent de plein fouet les effets des politiques totalement contraires à leurs intérêts, supprimant toujours plus leurs ultimes protections, en particulier sociales, et les livrant pieds et poings liés au Grand Capital qui se servira d’eux pour s’enrichir toujours plus quel que soit le coût social, humain, environnemental…

L’histoire nous apprend que ce système la ne connait qu’une manière de s’en sortir: le Krach financier (1929), la guerre (1939) ou les deux (1990). Allez, restons optimistes, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le Grevisse de la fin…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la mémoire en chantant et de la cotriade réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendre300px-StJudicaeldi 11 octobre 2019, 20è jour de Vendémiaire dédié au pressoir. En Bretagne, on fête (ou pas) les Gwinien qui n’était autre que le frère du roi de Bretagne Judikael, septième siècle. Il était le fils aîné de Judael et régna à la suite de son frère Haeloc; puis il devint moine après avoir renoncé à la couronne.

Mon secrétariat me fait remarquer que de nos jours, le point-virgule n’est plus (ou presque) employé en français. Et pourtant: C’est pour « disséquer les phrases » que le point-virgule devient le roi de la ponctuation moyenne. On en use et on en abuse au XIXe siècle; particulièrement dans les textes officiels. Le point-virgule marque une pause de moyenne durée. Il se place, en principe, entre des propositions indépendantes mais reliées par une même action et faisant partie d’une même idée. Ceci dit, l’emploi du point-virgule se rapproche souvent de celui d’une grevissesimple virgule. Tout est affaire de sensibilité, certains auteurs pensent même que c’est un signe superflu. Que nenni ! Pour ma part, peut-être à cause de mon amour immodéré pour le jazz, j’entends continuer à utiliser ce signe qui apporte du rythme à la phrase. La virgule, outre son emploi scatophile dans les édicules publics, est trop sage; Grabrielle Marquet disait: «la virgule m’est très familière; je l’aime; elle est aux mots; au cœur d’une phrase, comme un écrin…» Le point quand à lui se fait brutal; imaginez un point dans la figure de style! Comme le dit Danielle Sallenave (de l’Académie française) le point donne au récit un ton d’énumération laconique et brutale qui ne convient pas à un propos fait de distance et d’ironie légère; et elle poursuit en disant: «Le point-virgule non seulement convient, mais il est indispensable. Il laisse à la phrase le temps de s’épanouir, il évite de rompre l’unité de la pensée par la multiplication des phrases courtes.» Le point-virgule lui, est plein de créativité, de souplesse, il ouvre une porte sur l’imagination. Jamais Proust n’aurait pu écrire des phrases longues comme des jours sans pain sans l’utilisation du point-virgule. Dans son Traité de la ponctuation française, Jacques Drillon écrit : « Le point-virgule atteste un plaisir de penser. » Epatant, non !

Allez, voila pour l’humeur du jour. Le bonjour vous va, portez vous bien et à bientôt peut-être.

C’est un méchant métier que celui de médire…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la physique quantique et du Picon-bière réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 27 Septembre 2019, sixième jour de Vendémiaire dédié à la Balsamine. Cette espèce (comme d’autres espèces voisines) doit son nom d’impatiente à la forte réactivité de son fruit au toucher : la capsule mûre explose quand on veut la saisir et peut projeter lesbalsamine1 graines à quelques mètres. La Balsamine dite de l’Himalaya elle, a adpté un caractère invasif sur le bord de nos rivières (le Dourduff et le Lapic). Le Syndicat mixte du Trégor mène une campagne de lutte contre la Balsamine et les plants présents au bord des cours d’eau seront arrachés ou fauchés. Cette opération, menée pendant trois années successives, doit permettre d’éradiquer la plante. Bref, une peau de vache déguisée en fleur comme le chantait ce vieux Georges.

https://youtu.be/lUIdj4FqRjs

Tout à fait autre chose et qui n’a rien à voir.

Connaissant votre passion pour l’observation de la chose politique, je sais que vous n’avez pas manqué de remorale et politiquemarquer l’inflation de propositions pour revenir à l’école de Jules Ferry. La blouse grise, l’éducation civique, l’apprentissage dès 14 ans, l’internat, l’uniforme, j’en passe et pas des meilleures… A propos de ce serpent de mer qu’est le thème, mille fois rabâché, de la morale à l’école, je me souviens de ce texte de Boileau qui sied parfaitement à nombre de blogueurs:

Muse, changeons de style, et quittons la satire : 
C’est un méchant métier que celui de médire
A l’auteur qui l’embrasse il est toujours fatal
Le mal qu’on dit d’autrui ne produit que du mal.
Maint poète, aveuglé d’une telle manie,
En courant à l’honneur trouve l’ignominie ;
Et tel mot, pour avoir réjoui le lecteur,
A coûté bien souvent des larmes à l’auteur.

Médite cette pensée petit scarabée et continue néanmoins de visiter Les cénobites tranquilles. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.