Vous lisez actuellement la catégorieHUMEUR

Page 1 de 37

Les trompettes de Jéricho…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du paradoxe de Fermi et de la potée bretonne réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 24 octobre 2020, troisième jour de brumaire dédié à la poire, et vous lisez le 4844è billet des « cénobites tranquilles ».

En ce temps là, Josué conduisit son armée autour de l’enceinte de la ville pendant sept jours, accompagné par sept prêtres, portant sept trompettes. Le septième jour, il a encerclé Jéricho à sept reprises et a crié, puis les moloch-1murailles tombèrent. Je crains, hélas, qu’il faille plus de 777 manifs pour faire tomber les murailles de la finance internationale et mettre à mal ce Moloch des temps modernes. Aujourd’hui, ce dieu féroce  réclame aux peuples de nouveaux sacrifices et exige que les bijoux de familles soient cédés au plus offrant. Les hôpitaux, les aéroports, les chemins de fer, les grands barrages, l’éducation, la santé, tout doit passer au privé. Oui, la crise est là, politique, économique, financière, sanitaire, environnementale, morale, sociale… Au Liban, au Chili, en Biélorussie, à Honkong, au Yemen, en Bolivie, au Kurdistan, à Haïti… Partout la colère gronde et s’habille de la rebellion. Mais de quelle crise, parle t-on, sinon celle du système capitaliste, acculé dans ses derniers violences-300x226retranchements, il fait ce qu’il a toujours fait; il use et abuse de la force, de la répression, de la violence. Les tentatives de révolte, de résistance, de protestation prennent différentes formes mais, au final, ce sont les peuples, les citoyens, qui sont sacrifiés et subissent de plein fouet les effets des politiques totalement contraires à leurs intérêts, supprimant toujours plus leurs ultimes protections, en particulier sociales, et les livrant pieds et poings liés au Grand Capital qui se servira d’eux pour s’enrichir toujours plus quel que soit le coût social, humain, environnemental…

L’histoire nous apprend que ce système la ne connait qu’une manière de s’en sortir: le Krach financier (1929), la guerre (1939) ou les deux (1990). Allez, restons optimistes avant le reconfinement, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Dieu merci, je suis athée…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’arlésienne et du canotier réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 05 du mois d’octobre 2020, date qui correspond au quatorzième jour de vendémiaire dédié au réséda. C’est d’ailleurs le 14 de 450px-Abbaye_de_Saint-Maurice_-_Clohars-Carnoët-225x300vendémiaire de l’an II que fut crée par décret le calendrier républicain. Le nom de réséda vient du latin resedare qui signifie calmer en raison de ses propriétés médicinales. Certains feraient bien d’en consommer quelque peu… Par ici, on s’apprête à fêter les Moris qui fut, chacun le sait, abbé de Langonnet et fondateur de l’abbaye de Clohars-Carnoët au 12e siècle (à gauche, quelques ruines de l’abbaye). Il était écolâtre, ce qui n’est pas un gros mot, mais nous apprend qu’il était chargé de l’éducation des oblats, les Grecs disaient scholarques. Ainsi, au Lycée, chez les Aristotéliciens, ce fut Théophraste le premier scholarque (322 avant J.C.). Étonnant, non!

Les éditions Allia ont eu la bonne idée de rééditer une perle de la littérature qui, me semble t-il, trouve aujourd’hui tout son sel. Il s’agit de: «  Essai sur l’art de ramper à l’usage des courtisans » que l’on doit au baron d’Holbach, ami de Diderot. Philosophe français d’origine allemande, érudit et fortuné, Paul Henri Dietrich, baron d’Holbach est, grâce au salon qu’il anime, l’une des grandes personnalités de la vie Baron-dHolbachparisienne. Sa formation aux sciences naturelles lui permet de collaborer à l’Encyclopédie pour des articles de chimie et de minéralogie. Matérialiste et fataliste athée, Holbach s’oppose à toutes les doctrines religieuses, instruments du despotisme. Sans être vraiment novateur par les concepts qu’il développe, il emprunte ses idées aux sources les plus variées. Il les combine et les développe avec une grande hardiesse qui l’oblige à publier ses ouvrages sous un pseudonyme. Sa philosophie est exposée dans « Le christianisme dévoilé » et « Système de la nature », véritable code de l’athéisme. Il y décrit un univers entièrement déterminé par le principe de la causalité qui s’applique à toute la matière, excluant donc toute intervention divine. Ce sont la peur et l’ignorance qui conduisent les hommes à croire en Dieu et les poussent vers les religions.« L’homme n’est superstitieux que parce qu’il est craintif, il ne craint que parce qu’il est ignorant. » Un petit livre donc, à méditer en ces temps où il est à nouveau de bon ton de se  montrer à la cour.

Bonne lecture, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les mots oubliés ont de la mémoire…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

,

Amis des printemps libérateurs et des moules marinières réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 25 Août 2020, apocynum_cannabinum_41huitième jour de Fructidor dédié à l’Apocyn… Les savants l’appellent l’asclépiade de Syrie et le petit peuple la nomme l’herbe aux perruches. C’est une plante toxique, consommée par la chenille du papillon Monarque qui devient lui-même toxique grâce à elle (chenille et adulte), ce qui lui permet d’échapper à de nombreux prédateurs. Les peuples d’Europe devraient s’en inspirer car, pour l’heure, ce sont les prédateurs qui sont en train de gagner la partie…

Au café-bar-tabac-PMU-dépôt de pain, ce matin c’est la victoire des allemands du Bayern qui faisait le buzz. C’est vous dire si les préoccupations de la France profonde sont assez éloignées de celles du cénobite qui se torture les méninges pour écrire son billet quotidien sur des thèmes aussi réjouissants que la crise, la Syrie, l’Iran, le prix du carburant, l’université d’été de Mélenchon, heu, non, là je galège… J’adore ce petit mot qui fait partie pour moi des mystères de la langue française. Ainsi on écrit je galège mots oubliésmais on parle de galéjade. Et pourquoi pas de hâblerie ou de rodomontade ? J’arrête là avant d’être accusé de ratiociner à plaisir et d’abuser de coquecigrues depuis fort longtemps prescrites par l’académie et dont l’usage intempestif pourrait me valoir un séjour dans les ergastules des ayattollahs de la grammaire pour avoir délinqué derechef;  tout est possible, avec des happe-lopins de cette espèce. Mais, trêve de falibourdes, si je continue à m’acagnarder de la sorte en m’amusant de la désuétude des mots je ne risque pas d’emboiser un lectorat tout acquis à la modernité et je crains de me faire chanter pouilles par les gardiens du temple… Mais bon, j’affectionne cet exercice qui consiste à laisser mon esprit courir la prétentaine et ma plume baguenauder entre les mots d’avant autrefois; comme qui dirait: jadis, en breton se dit gwechall.

Bon allez, je ne sais plus ce que voulais écrire mais bon, comme disait mon aïeule, qui aurait vendu la sienne pour un bon mot: à l’Apocyn nul n’est tenu… Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Saint-Rivoal, dix minutes d’arrêt…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis de la pataphysique et du riz créole réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 15 juillet 2020 qui correspond au 27è jour de messidor dédié à l’ail. Plante pour le moins miraculeuse qui faisait dire à mon aïeule: Qui a de l’ail dans son jardiSaintRivoaln, n’a point besoin de médecin !
Par ici, nous fêtons les Riwal, prénom masculin qui remonte au 5ème siècle et l’arrivée des tous premiers émigrants de Bretagne insulaire. Considéré comme étant roi de Domnonée, parent de Brieg et deTudal, on dit de Riwal qu’il mit en déroute les danois près de Carantec et demeure à ce jour le saint patron de Saint-Rivoal dans le Finistère (29). Voici ce qu’en disait Frédéric le Guyader en 1901 dans  « Le Pater de Saint-Rivoal », chapitre de la « Chanson du cidre»:

« Saint-Rivoal et Botmeur, perdus dans la montagne,
sont bien les bourgs les plus tristes de Bretagne
Quelques taudis épars, autour d’un clocher gris.
Point d’arbres. Si ce n’est trois vieux ifs rabougris,
Qui se meurent, le long des murs du cimetière.
Çà et là, de grands blocs, couchés dans la bruyère.
Des blés noirs tout petits. Des seigles avortons.
Un sol pierreux, où des centaines de moutons
Broutent dans le silence, et dans la solitude.
Un pays tout entier, plongé dans l’hébétude,
Figé, mort, loin du bruit, loin de toute rumeur. »

Cela ne donne pas franchement envie d’y passer ses vacances quand bien même les ingénieurs zèlés essaient d’en finir avec le démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis, située à deux pas  Lankou-210x300et débuté en 1985. (cela donne une vision pour Fessenheim…). Et plus le chantier dure, plus il coûte cher. Le premier devis de 2001 était de 254 millions d’euros, il est passé à 377 millions en 2007, selon la Cour des comptes. Le coût total du démantèlement est désormais estimé à 482 millions d’euros ! Quand à la fin des travaux, «on» avance la date de 2040, peut-être. Il est vrai que nous sommes à proximité du Yeun-Ellez, les portes des ténèbres. Mon aïeule nous contait l’histoire des crieurs de nuits (hoper noz) que sont les enfants morts sans baptême et qui doivent rester errer ainsi jusqu’au jugement dernier dans les marais du Yeun.

Allez, gardez le sourire sous le masque et à bientôt peut-être.

Remaniement…poils aux dents !

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’Alsace-lorraine et du munster au cumin réunis, bonjour ! munsterNous sommes le Vendredi 10 juillet 2020, 22è jour de messidor dédié au cumin; alors, sortez le munster et le Gewurtz la matinée va être longue! 10 juillet, 10 juillet, ça me dit quelque chose, ah oui, c’est l’anniversaire de mon cadet. Y’en a un du 10 et l’autre du 20 et tous les ans c’est la même histoire pour se souvenir de l’ordre. Vous vous souvenez du prénom d’Alzheimer vous ? De toutes façons, le 10 Juillet 2020 est en réalité le Jeudi 26 Gidouille 147 Ste Goulache,odalisque fête suprême quarte.

Or donc, nous avons un nouveau gouvernement. Aurons nous une nouvelle gouvernance… Je ne crois pas. Car, sur le fond ce remaniement est la continuation du macronisme en plus droitier tout en puisant essentiellement dans le vivier de la société médiatique et gesticulatrice. Tout est dans la forme, l’apparence, car sur le fond, point de révolution. Comme disait l’un de mes anciens patrons: on change tout mais on touche à rien ! Qui plus est, on prend ses distances avec la cinquième République en resserrant le pouvoir autour du président. Par ailleurs 3-juillet-2020-jean-castex-premier-ministre(comme le souligne Jancyves dans son dernier commentaire: Bientôt ce sera « les grosses têtes » de Laurent Ruquier à Matignon) nous entrons dans l’ère de la politique spectacle, la recherche de l’événement, la société du buzz, qui se substitue à la volonté d’une politique nouvelle. Ainsi se dessine l’avenir : les ministres ne se recruteront plus parmi les leaders politiques, mais parmi de grandes figures médiatiques. Quand aux changements espérés par les soignants; faut-il le rappeler, le nouveau Premier ministre a été directeur de la « Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins » au ministère de la Santé et des Solidarités de 2004 à 2006. À ce titre, il a mené la réforme du financement de l’hôpital via le passage à la « tarification à l’activité », la T2A, tant décriée aujourd’hui. Je vous laisse tirer les conclusions qui ne manqueront pas de s’imposer.

Mais bon, je rage, je peste, je m’égosille et c’est pas bon pour ma santé si j’en crois Boileau.

Muse, changeons de style, et quittons la satire :
C’est un méchant métier que celui de médire
A l’auteur qui l’embrasse il est toujours fatal
Le mal qu’on dit d’autrui ne produit que du mal.
Maint poète, aveuglé d’une telle manie,
En courant à l’honneur trouve l’ignominie ;
Et tel mot, pour avoir réjoui le lecteur,
A coûté bien souvent des larmes à l’auteur.

Allez, vite, ma solution hydro-alcoolique ( un volume de pastis, cinq volumes d’eau). Portez vous bien et à bientôt peut-être.

D’un coté ou de l’autre…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la démocratie participative et de la galette saucisse réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 03 Juillet 2020 qui correspond au quinzième jour de Messidor dans le calendrier républicain, jour dédié au diboan-276x300chamois (comme c’est izard). Et nous fêtons les Diboan, célèbre également sous le nom de Tu pe du  (littéralement : d’un côté ou de l’autre). Diboan ( sans douleur ) est souvent invoqué pour les maux et les cas désespérés; c’est vous dire si il a de l’ouvrage. Pourquoi d’un côté ou de l’autre ? Peut-être parce que ceux qui l’invoquaient lui demandaient la fin de leurs maux par guérison ou par décès, ce qui est la manière la plus définitive de faire cesser la douleur… Ce saint des dernières extrémités peut être consulté dans l’église de Gouézec (29) ou se tient une de ses statues; certes moins imposante que celle-ci érigée dans la vallée des saints à Carnoët.

En regardant de ma fenêtre l’affligeant spectacle du monde tel qu’il va, je ne puis m’interdire de méditer sur la devise maçonnique ORDO AB CHAOS. Devise, il est vrai, héritée des alchimistes et des illuminés de la Rose-Croix et réservée aux 33è degré du rite Ecossais. Actuellement,illuminatiDolar cette devise fait florès auprès de tous les tenants de la théorie du complot et du nouvel ordre mondial. Le Net bruisse de façon assourdissante de mille rumeurs et tous les zozos de la blogosphère y vont de leur couplet. Le désordre qui caractérise ce début de siècle, climatique, économique, sanitaire, social serait la face visible d’un dessein orchestré par des puissances occultes à seule fin d’instaurer un gouvernement mondial. L’ordre issu du chaos ! Et mon quai, c’est du port-rhu ! aurait ajouté mon aïeule qui maitrisait le contrepet comme d’autres la clarinette.

Tiens, justement, c’est le jour anniversaire de la naissance de Pierre Dewey LaFontaine, Jr., dit Pete Fountain, clarinettiste de jazz. Pete 2009+New+Orleans+Jazz+Heritage+Festival+Presented+gN4v73uA-JmlFountain commence à jouer en 1942 et obtient son premier engagement important en 1948. Il travaille ensuite au sein de plusieurs formations, et avec Al Hirt entre autres. Il connaît une popularité nationale lorsqu’il participe à une émission de télévision entre 1957 et 1959. Il ouvre alors un club dans le quartier français de La Nouvelle-Orléans et se produit à Hollywood, Las Vegas, Los Angeles, Nashville et dans sa ville natale. Auprès du grand public américain, il semble, à l’instar de Papa Celestin, être devenu une institution locale. Il est décédé au mois d’août 2016 à la Nouvelle-Orléans.

Et voilà, jouez hautbois, résonnez musettes. Et surtout, portez vous bien et à bientôt peut-être.  

Il est libre, Max…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

,

Amis de la libre pensée et du corned-beef réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 1er juillet 2020 c’est à dire le 13 de Messidor, jour habituellement consacré à la giroflée et non pas au clou de girofle comme voudrait nous le faire croire quelques arracheurs de dent.

Le 1er juillet 1766,   à Abbeville (dép.de la Somme). Jean-François Lefebvre, Chevalier de la Barre, est supplicié   (langue coupée, puis décapité) à   l’âge de 19 ans, pour exécution de la barreavoir refusé de saluer une   procession religieuse. C’est le bourreau Sanson qui lui coupera la tête. Il deviendra un symbole de la « Libre  Pensée ». Enfin, il est condamné à être brulé avec « le dictionnaire philosophique » de Voltaire accroché à sa poitrine. Voltaire qui écrira à ce sujet « le cri d’un sang innocent ». C‘est en 1897 qu’un collectif de libres penseurs obtiendra l’érection d’une statue à Montmartre. Une autre à Abbeville rappelle son   martyre. Financé sou par sou par une souscription de 100 000 billets de tombola à 25 Rue_du_Chevalier-de-La-Barre_(Paris)_-_plaquecentimes, le monument fut inauguré le 7 juillet 1907, par15 000 manifestants, venus à Abbeville par trains entiers. A noter que la première statue parisienne ayant   été fondue par les nazis durant la guerre 39-45, une nouvelle statue, différente de la première, a  été inaugurée récemment. Si vous vous promenez à Paris vous découvrirez une petite rue Chevalier de La Barre qui jouxte le Sacré-Cœur à Montmartre. Amusant non !

 

Le chevalier de La Barre reste un symbole pour tous les libres penseurs, athées, anticléricaux et autres mécréants amoureux de la liberté de penser dont votre serviteur se Chevalier_Jean-Francois_de_la_Barreréclame. En souvenir de Giordano Bruno et du chevalier de la Barre, je revendique le droit à railler, moquer, éreinter, critiquer, vilipender, toutes les religions. Je suis libre penseur, athée, anticlérical, libertaire, voire libertin, et revendique ce droit comme inaliénable et constitutif de mon état de citoyen libre. Que tous ces bigots peine-à-jouir retournent dans leurs églises, mosquées, synagogues et autres temples et arrêtent de me les briser menu avec leurs fatwas, leurs excommunications, et leur terrorisme anti-républicain.

Voilà, portez vous bien et à bientôt peut-être.

A l’aise Blaise…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de l’antanaclase* et de la confiture de mirabelles réunies, bonjour ! A force de l’attendre, c’est enfin arrivé, nous sommes le Vendredi 19 Juin 2020, premier jour de messidor dédié au seigle. *Pour les amoureux de la langue française je rappelle que l’antanaclase est la répétition d’un mot ou d’une expression avec un sens différent, en exploitant sa polysémie.Elle est proche de la paranomase et de la messidor1syllepse de sens. Ex : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » (Blaise Pascal, Pensées) C’est pas littéraire ça mes body boys ?
Vous remarquerez au passage que nos amis républicains avaient l’âme autrement plus poétique que les technocrates Onusiens d’aujourd’hui qui nous concoctent la journée de la femme, du braille, des zones humides, de la trisomie, du sommeil, de l’eau, de la tuberculose, j’en passe et des moins drôles. Messidor, tirait son nom « de l’aspect des épis ondoyants & des moissons dorées qui couvrent les champs de juin en juillet », selon les termes du rapport présenté à la Convention nationale le 3 brumaire an II par Fabre d’Eglantine, au nom de la « commission chargée de la confection du calendrier ». Son poème en l’honneur de messidor par contre est d’une nullité rarement égalée :

Quel repos plein d’attraits goûte la Moissonneuse
Quand aux travaux du Jour succède un doux Sommeil
Cérès par tes présens tu rends la vie heureuse
Jamais on ne les voit s’évanouir au réveil…

Voila, je vous avais prévenu. Si j’évoque Blaise Pascal c’est que notre Blaise était né un 19 juin en 1623 du côté de Clermont; aujourd’hui on dit Clermont-Ferrand; mais il est vrai que Ferrand a acquis pas mal de notoriété ces temps ci. Blaise Pascal, fut, comme vous le savez, pascalinel’inventeur de la calculette, la fameuse Pascaline (à gauche en photo) et ses travaux sur le calcul des probabilités ont passionné de nombreux joueurs. Il développera en 1654 une méthode de résolution du « problème des partis » qui, donnant naissance au cours du XVIIIe siècle au calcul des probabilités, influencera fortement les théories économiques modernes et les sciences sociales. C’est encore lui qui, dans Pensées, introduit la notion d’ordre comme « un ensemble homogène et autonome, régi par des lois, se rangeant à un certain modèle, d’où dérive son indépendance par rapport à un ou plusieurs autres ordres ». Aujourd’hui, on s’interroge beaucoup sur l’indépendance des forces de l’ordre… Mais bon, je ne vous invite pas à parier sur l’existence ou non de Dieu car, disait Bakounine: si vraiment Dieu existait; il faudrait s’en débarrasser…

Pour ma part, il y a longtemps que c’est fait. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La procidence de l’anus…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la félicité et des nuits de Chine réunies, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 17 juin 2020 et malgré mes recommandations, vous êtes encore devant votre ordinateur. C’est le 29è jour de prairial dédié à la pivoine, plante magique s’il en est (comme celle-ci à droite, réalisée par Yun Xhouping – XVIIè). Son nom vient du grec Paiôn qui était un dieu guérisseur et que l’on retrouve sous le patronyme de pivoine-Chine1-300x151Péan. On lui doit le prompt rétablissement de Hadès et Arès de leurs blessures de guerre. Hippocrate la prescrivait comme remède pour bon nombre de maux de femmes « Remède qui attire les règles et qui les fixe. Ayez trois ou quatre graines de pivoine, noires ou rouges : pilez-les dans du vin et faites boire. »  Et Théophraste d’ajouter:  « Cette plante, doit être arrachée la nuit car si on l’arrache de jour, et que l’on est vu par un pivert en train de cueillir le fruit, on risque de perdre les yeux, et si on coupe la racine, on risque la procidence de l’anus ». Une procidence de l’anus ! Non mais, vous imaginez cela, madame Michu ? C’est le genre de truc qu’il ne faut souhaiter à personne même à son pire ennemi. Quoique…

Si la Grèce avait ses dieux guérisseurs, la Bretagne avait ses Saints à l’instar de Hervé, Houarneau en breton, que l’on fête aujourd’hui. Il est le patron des bardes bretons (espèce en voie de disparition) et à laissé Houarneauson nom à la commune de Lanhouarneau dans le Finistère. Il est invoqué pour les maladies des yeux, la guérison des peurs, des angoisses et de la dépression nerveuse, pour repousser les démons et protéger les chevaux (avouez qu’il a du boulot !). Ici à gauche sa statue par Jacques Dumas dans la vallée des saints à Carnoët (22) Photo de Bruno Le Lay. En Bretagne, saint Hervé a aussi la réputation de faire cesser les coassements des grenouilles. Sauf celles dites de bénitier qui vont le pas pressé porter l’andouille à leur curé comme chantait Glenmor, barde s’il en fut.  En revanche, je n’ai rien trouvé concernant la procidence de l’anus…

https://youtu.be/oNz1-gsS66w

Allez, je vais m’arrêter là, vous pouvez éteindre votre ordinateur et vous consacrer à une activité normale. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Bourrage de crânes…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , , ,

Amis de la vérité toute nue et du poulet basquaise réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 15 Juin 2020, jour de la verveine dans le calendrier républicain.

Le billet du jour m’est inspiré par une réflexion du style « quand on voit c’qu’on voit et qu’on entend c’qu’on entend, faut pas s’étonner que les gens y pensent c’qui pensent ». Le bourrage de crâne est d’autant plus fréquent de nos jours que entre les réseaux sociaux, la télé, la presse écrite, il devient de plus en plus difficile de séparer le vrai du faux, le bon grain de l’ivraie, l’info de l’intox. Tout cela se mélange dans unevictor -D- sorte de brouet lacédémonien que l’on pourrait nommer l’infox. Déjà en 1937, Victor Serge, nous alertait sur ce phénomène. Né à Bruxelles dans une famille d’exilés anti-tsaristes, rédacteur à l’anarchie, Victor Serge (1890–1947) rejoint la Russie à l’annonce de la révolution. Membre de l’opposition de gauche du parti bolchevique, il connaît la prison puis la relégation en Oural. Expulsé d’URSS après des années d’interventions de militants et d’écrivains, il arrive à Bruxelles en avril 1936. Boycotté en France par la presse du Front populaire, il est invité par La Wallonie, un journal socialiste de Liège, à publier une chronique hebdomadaire. Écrivain sensible et témoin lucide, Victor Serge se fait, sans renoncer à ses idéaux d’émancipation, le chroniqueur des contre-révolutions à l’œuvre dans une Europe qui se dirige vers un second conflit mondial.

« Il y a encore une forme du mensonge particulièrement riche parce qu’elle combine toutes les autres en y ajoutant l’information (ne souriez pas…), l’imagination et le grand tirage. Elle s’appelle lemanif bourrage de crâne et dépasse de loin en capacité de nuire tous les autres procédés de truquages et d’escroqueries psychologiques. La chose est vieille comme la presse, le mot, un mot magnifique par sa précision, est né pendant la guerre, à une époque où la presse s’attachait, avec un zèle sans bornes, à « bourrer » de sornettes les crânes des hommes qu’il fallait amener à tuer et se faire tuer pour que les oligarchies capitalistes rivales pussent refaire la carte du monde (de manière à recommencer plus tard…). »

Le bourrage de crâne donc, expression inventée par les soldats en 1914 a été popularisée par le journaliste Albert Londres qui dénonça dans ses reportages la propagande pendant la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui, les manifs de policiers dont la médiatisation esl'enragét inversement proportionnelle à leur caractère de masse (70 sur la photo ci -dessus et rassemblement massif selon BFM) en est un bel exemple. Par ailleurs, il permet à la droite extrême et à l’extrême droite de déplacer, avec l’aide de certains médias, la discussion ouverte d’une dénonciation du racisme à de la lamentation policière. Nos pandores et autres « bacqueux » s’offusquent d’une présomption de culpabilité (soupçon avéré dixit Castaner) qui ne les dérange guère lorsqu’ils diligentent leurs contrôles au faciès systématiques et quotidiens dans les quartiers populaires. « ON »  utilise donc cette bonne vieille méthode du bourrage de crânes. Déjà en 68, SINE s’en amusait dans le N° 10 de L’enragé que j’ai retrouvé au fond d’un carton. (pas Siné, le magazine.)

Allez, merci pour la visite, portez vous bien, restez vigilants et, à bientôt peut-être.