Vous lisez actuellement la catégorieHISTOIRE

Page 3 de 34

Les Indiens sont là…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du positivisme avancé et du canard aux olives réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 09 décembre 2019 qui correspond aujuniperussabina 19 frimaire du calendrier Républicain, jour que nos amis républicains avaient dédié à la Sabine. Non, il ne s’agit pas de celle à qui vous pensez. La Sabine est une plante genre Genévrier mais, il est préférable de ne pas la confondre avec le Genévrier commun car ses baies sont hautement toxiques. Les Celtes, eux, vont fêter les Kern, forme réduite de McCarron, signifiant personne petite et brune. Tout un programme !

Une fois n’est pas coutume, rendons hommage à un résistant du nouveau continent. Red Cloud, (en sioux : Makhpyia-luta en français: Nuage rouge) né en 1821, mort le 9 décembre 1909 est un chef sioux. Red cloudChef des indiens sioux Oglala, il n’est pas fils de chef mais le devient pour son courage et sa témérité. Il gagne de nombreuses batailles et incite de nombreux chefs sioux a faire de même pendant la « Guerre du Nuage Rouge » qu’il dirige de 1866 à 1868, guerre qui vise le retrait des forces armées de la piste Bozeman, la piste du Montana
qui traverse le territoire sioux. Par le traité de Fort Laramie en 1868, il obtient l’abandon des forts militaires le long de la piste Bozeman ainsi que des garanties territoriales sur une réserve de 240000 km² (comprenant la partie occidentale du Sud-Dakota, le Nord du Wyoming et l’Est du Montana). En 1876 et 1889, les Sioux furent cependant forcés de concéder la plus grande partie de ce territoire.

Red Cloud ne prendra part ni aux affrontements de 1876, ni à ceux de 1890-91. Il meurt à 88 ans dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Située dans le Sud-Ouest du Dakota du Sud, entre la frontière du entrée de la réserveNebraska et les Black Hills, la réserve de Pine Ridge est l’une des 9 réserves du Dakota du Sud, qui font partie de la Grande Nation Sioux. Créée en 1878 en tant que « Agence de Pine Ridge ». Elle devint une réserve en 1889. Pine Ridge est la seconde plus importante réserve des Etats-Unis, comprenant approximativement 2 millions d’acres de territoire (800 000 ha). Parmi ses 38 000 résidents se trouvent approximativement 17 800 membres inscrits de la tribu Oglala. Les résidents sont dispersés entre sept petites villes, leur rendant difficile le maintien de la communauté qui est si importante pour leur culture Lakota. La réserve de Pine Ridge est bien connue pour être l’un des endroits les plus pauvres économiquement sur l’ensemble de l’Amérique du Nord. L’alcoolisme y est souvent le seul moyen de résistance à laréserve indienne dépression. Cette région a un des taux de mortalité infantile les plus élevés de la zone occidentale, accompagné de la plus faible espérance de vie concernant l’homme et la femme. Le chômage approche le taux des 75 %. L’eau courante et le tout à l’égout y sont un luxe. Le confort y est une chose inconnue. Encore un bel exemple de ce qu’est capable de produire cette grande démocratie Etatsunienne qui veut imposer son modèle au reste du monde.

Allez, je vous laisse méditer là dessus, soyez remercié de votre visite, je vous mets un chocolat de côté, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Adios, Durruti…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, ,

Amis de la métempsychose et de la soupe aux choux réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 22 novembre 2019, deuxième jour de frimaire dénommé jour du Turnep, Oui, bon, par chez nous on dit navet, ça fait plus franchouillard dans le pot-au-feu…

Il y a 83 ans, Barcelone enterrait Durruti.

Le 20 novembre 1936, mort de Buenaventura Durruti Dumange, à Madrid. Militant et activiste anarchiste et anarcho-syndicaliste espagnol, combattant antifranquiste, figure emblématique de l’anarchisme  espagnol. A noter que c’est aussi un 20 novembre, en 1975, que s’éteignit (enfin) à 83 ans, Francisco Franco y Bahamonde après un mois d’agonie et quarante ans de dictature. Le 22 de ce Durutti-D-mois de novembre, il y a 83 ans, les funérailles de Durruti à Barcelone furent le théâtre d’une immense émotion populaire. Plus de 500 000 personnes se pressèrent à l’enterrement de celui qui incarnait si bien la révolution libertaire espagnole, l’espérance d’un monde nouveau devenue possible. Ce fut l’une des manifestations ouvrière les plus importantes de l’histoire du prolétariat. Le spectacle de son enterrement fut inoubliable : sa mort « avait frappé Barcelone au cœur »; une foule d’habitants et toutes les organisations politiques et syndicales, sans distinction, accompagnèrent Durruti jusqu’au cimetière.

Francisco Franco, le vainqueur de la sanglante guerre civile qui a dirigé l’Espagne d’une main de fer jusqu’à sa mort en 1975, a été exhumé, ce jeudi 24 octobre, de son mausolée monumental près de Madrid. Rassemblés près du cimetière, environ 200 nostalgiques du régime ont chanté l’hymne du parti fascisant de la Phalange, pilier du 3edefb_valley-fallen-monument-is-one-europe-largest-mass-graves-spain-exhume-franco-640x427régime du dictateur en faisant le salut fasciste, bras droit tendu en avant. Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez avait fait du transfert de la dépouille du « Caudillo » une priorité dès son arrivée au pouvoir en juin 2018, pour que ce mausolée ne puisse plus être un « lieu d’apologie » du franquisme. Ordonnée par Franco en 1940 pour célébrer sa « glorieuse Croisade » catholique contre les républicains « sans Dieu », la construction du « Valle de los Caidos » (« La vallée de ceux qui sont tombés ») a duré près de 20 ans et été réalisée par des milliers de prisonniers politiques. Ce complexe monumental est surplombé d’une croix de 150 mètres de haut, visible à des dizaines des kilomètres à la ronde.

En Espagne, les plaies sont loin d’être refermées. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

St Aubin du cormier, début de la fin…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la peinture à l’eau et de la sardine à l’huile réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 19 novembre 2019, 29è jour de brumaire dédié au cormier. Il s’agit d’un bel arbre reconnu pour la dureté de son bois. Il a longtemps été le plus prisé pour la confection des fûts d’outils de cormiercorroyage (rabots, riflards, varlopes, guillaumes…), le pommier massif ou en semelle rapportée étant moins apprécié. Il fut aussi utilisé pour réaliser des outils de traçage, règles, trusquins, et de toise. Dans les moulins, les dents rapportées sur couronne en fonte de l’engrenage multiplicateur étaient faites en cormier. Les fruits, cormes ou sorbes, comestibles après blettissement (comme la nèfle), servaient aussi à préparer une boisson faiblement alcoolisée (piquette de cormes). Ils existent quelques spécimens remarquables de cormier qui peuvent être plusieurs fois centenaire comme celui-ci dans le parc du château du Martreil non loin de Chemillé dans le Maine et loire.

C’est à Saint-Aubin-du-cormier (35) que se déroula la fameuse bataille qui opposa les troupes du roi de France à celles du Duc de Bretagne; nous sommes en 1488. Vous connaissez la suite: François II dut 1024px-Saint-Aubin-Du-Cormier-300x239accepter le traité du Verger, signé le 19 août 1488. Le duc s’engageait à éloigner du duché les princes et tous les étrangers qui s’étaient impliqués dans la guerre contre le roi de France ; il ne marierait pas ses filles sans consulter celui-ci ; Saint-Malo, Fougères, Dinan et Saint-Aubin seraient remises en garantie au roi dont les droits sur la succession ducale seraient réservés pour le cas où le duc décèderait sans enfant mâle.

Les mariages d’Anne de Bretagne avec Charles VIII, puis avec Louis XII résultent de ce traité. La bataille de Saint-Aubin-du-Cormier met un coup d’arrêt à la révolte des princes : Louis d’Orléans, futur Louis XII, et le prince d’Orange sont 220px-Rennes_Cesson_042a-203x300capturés. Alain d’Albret et le sire des Rieux réussirent à s’échapper et jouèrent par la suite un rôle important dans le conflit qui aura lieu en Bretagne. En effet, malgré cette victoire, et le traité du Verger, dès la fin 1488, la guerre reprend pour encore trois ans, jusqu’à ce qu’en décembre 1491, Charles VIII épouse Anne de Bretagne et signe ainsi le début de la fin pour un éventuel État breton.  Comme l’écrit Léon Le Meur, « La bataille de Saint-Aubin sonna le glas de l’indépendance bretonne ». Des nationalistes bretons, tel Célestin Lainé (né à Nantes  mais élevé à Ploudalmézeau, créateur du bezenn Perrot et collabo notoire durant la seconde guerre. C’est lui qui fit sauter le fameux monument de l’Union de la Bretagne à la France, sur la place de la mairie de Rennes en 1932. ), ont fait disperser leurs cendres sur le lieu de la bataille.

Voilà pourquoi votre sœur est muette allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Comment peut-on être breton ?

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , ,

Amis de la vérité historique et de la moussaka réunies, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 13 novembre 2019, 23è jour de brumaire dédié à la garance; plante aujourd’hui tombée en désuétude qui servait essentiellement à produire de la teinture pourpre. A tel point qu’on la Garancenommait « rouge des teinturiers ».  les racines et les tiges souterraines contiennent de l’alizarine, qui a la propriété de donner aux tissus une belle couleur rouge. Les uniformes de l’armée française l’employaient abondamment avant la première guerre mondiale. « Le tristement célèbre pantalon rouge garance faisait des soldats des cibles parfaites pour l’ennemi». Cette teinture naturelle a été remplacée par des colorants synthétiques. La culture de la garance, très ancienne (elle est attestée depuis plus de 3000 ans en Inde) n’est plus qu’un souvenir. Il paraît qu’au milieu du XIXè on comptait cinquante moulins à garance dans le Vaucluse.

Par ici, on fête les Brice, éponyme de St-Brice-en-Coglès, du latin Brictius et/ou du Breton Brizh, successeur et disciple de Saint Martin évêque de Tours en 397, mort en 444. Des jaloux dirigèrent contordali10re lui des calomnies qui trompèrent le bon peuple de Tours; il fut chassé de son siège, obligé de se retirer à Rome : accusé d’avoir eu un enfant avec une religieuse, non mais, vous imaginez ça, madame Michu? Il dut subir l’Ordalie en marchant sur des charbons ardents. Il réussit l’épreuve sans brûlures et put ainsi se disculper et fut rappelé quelques années plus tard.

Le 13 novembre 1002, le roi anglo-saxon Ethelred II (dit le malavisé) massacre en grand nombre des Danois qui s’étaient établis sur ses terres. Parmi ses victimes figurent la sœur et le beau-frère du roi de Danemark, Sven à la Barbe fourchue (grossière erreur). Ce dernier est un redoutable chef viking qui, en réplique au « massacre de la Saint-220px-Sweyn_ForkbeardBrice », entreprend derechef de conquérir l’Angleterre, autrement dit le pays des Anglo-Saxons. En effet, l’Angleterre doit son nom aux envahisseurs germaniques qui avaient pris la place des Romains. Venus de l’Allemagne actuelle, les Angles et leurs cousins Saxons débarquent sur l’île de Bretagne au Ve siècle après Jésus-Christ. Ils chassent peu à peu des plaines les premiers habitants, des Celtes dénommés Bretons. Les Bretons se réfugient dans les montagnes d’Écosse, du pays de Galles ou de Cornouaille. Quelques-uns traversent la Manche et s’établissent à la pointe de la Gaule, en des lieux austères, désertés par les Gallo-Romains, qui prennent le nom de « petite Bretagne ».

Et voila pourquoi, votre serviteur se gave de galettes saucisses en buvant du cidre de kermao et en dansant la gavotte. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Duos habet et bene pendentes…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la Zététique et du mignon de porc réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 28 octobre 2019, 7è jour de brumaire dédié à la figue… Savez vous que Platon était un grand amateur de figue à tel point qu’il fut surnommé philosicos, celui qui aime les figues. On dit que la figue est sans doute le plus vieux fruit cultivé par l’homme, après la 13076969ea_50144176_10378-figuierdécouverte en 2006, dans la vallée du Jourdain de neuf figues parthénocarpiques, c’est-à-dire ne produisant pas de graines et dont la culture nécessitait l’intervention de l’homme, en recourant à des boutures. Ces figues seraient vieilles de 11 400 ans. Aujourd’hui, c’est la St Jude (c’est Jude son prénom). « Apprenons de ce saint apôtre Jude à demeurer en repos, non sur l’évidence d’une réponse précise, mais sur l’impénétrable hauteur d’une vérité cachée ». dixit: Bossuet. C’est beau comme du Morano…  permettez moi ce petit message personnel à l’adresse de mon ainé qui se trouve tout là-bas, de l’autre côté de la Manche à se demander si le brexit c’est du lard ou du bacon…

Il existe à Vaison-la-romaine dans le Vaucluse une collection nationale de près de trois cents figuiers de toutes variétés. Mais le plus drôle c’est ceci : La couille du pape, est une confiture popularisée par le maître confitconfitureurier Francis Miot et réalisée avec une variété de figue de Provence. La couille du pape, dite aussi marseillaise, était offerte aux mendiants à la sortie de la messe de minuit le soir de Noël. On en fait maintenant des confitures. On prétend que son nom vient de l’époque où les papes séjournaient en Avignon et dont on vérifiait, lors de leur élection, la virilité vraie. Ceci en raison de la légende de la papesse Jeanne, qui aurait contraint depuis l’Église à procéder à une vérification rituelle de la virilité des papes nouvellement élus. Un ecclésiastique doit examiner manuellement les organes génitaux, au travers d’une chaise percée. L’inspection terminée, il peut InocencioXpruebas’exclamer « Duos habet et bene pendentes » (« il en a deux, et bien pendantes »), ce à quoi le chœur des cardinaux répond : « Deo gratias » (« rendons grâce à Dieu »). C’est Francis Miot, fondateur à Uzos, de « La maison Francis Miot – Féerie gourmande », qui a lancé cette production dont il a déposé la marque au même titre que deux autres de ses productions phares Cucu la praline et les fameuses Coucougnettes du Vert Galant. L’homme ne manque pas d’humour, outre ses marques déposées, il a créé aussi les tétons de la Reine Margot et les Galipettes. A mon avis, on ne doit pas s’ennuyer dans sa cuisine.

Allez, merci d’être passé entre les chrysanthèmes et les cucurbitacées, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Commandante Che Guevara…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’école émancipée et du veau jardinière réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 08 octobre 2019, 17è jour de vendémiaire dédié à la citrouille. Pour les pataphysiciens convaincus, le Mardi 3 Haha 147
St Gibus, franc-maçon fête suprême quarte
; tandis que par chez nous, on célèbre les Morgan; joli prénom issu du Gallois et formé de mor (en breton: meur), « grand », et gann adouci de kann, « brillant, pur » ; la traduction « né de la mer » est erronée si l’on en croit Albert Deshayes. Au pays de Galles, ce petit-fils de Meurig ap Twedrig a donné son nom au comté du Morgannwg ou Glamorgan, dont la capitale est Cardiff.

Tout à fait autre chose.

C’est un 08 octobre en 1967, en Bolivie, dans le ravin de Quebrada dele-Chel Yuro, après trois heures de combat, que le Che est capturé avec Simón Cuba Sarabia. En 1951, Ernesto Guevara, que l’on ne surnomme pas encore Le Che, accompagné de son ami Alberto Granado, vont entreprendre un long voyage en Amérique latine. Ils chevauchent une vieille moto, Norton 500cm3 (mon père en possédait une dans les années 5O) qu’ils ont nommé « la vigoureuse », poderosa en espagnol. C’est au Chili, dans les mines de Chuquicamata qu’ils vont découvrir les conditions de vie des mineurs. Cette expérience va renforcer chez lui l’idée que les inégalités ne peuvent être abolies que par la révolution.

Après avoir voyagé au Guatemala pour s’inspirer des réformes mises en œuvre par Arbenz Guzman, président renversé par un coup d’État soutenu par la CIA, il rejoint le mouvement du 26 juillet, groupe révolutionnaire dirigé par un certain Fidel Castro. Il va faire partie des 82 hommes partis avec Castro en novembre 56 pour Cuba à bord d’un che-mightyvoilier, le Granma. Ils sont attaqués dès leur débarquement par l’armée de Batista, le dictateur Cubain. Une vingtaine d’hommes seulement survivront. Le Che écrira plus tard que lors de cet affrontement, il choisit de se débarrasser de son sac médical pour ramasser une caisse de munitions, passant ainsi du statut de médecin à celui de combattant. Je vois à vos mines gourmandes que vous vous posez la question: Existe t-il un Mighty du Che ? Et bien oui, le voici, ici à gauche.

https://youtu.be/JcPm5Rn36Kw

La suite vous la connaissez, le Che est devenu une icône et sa photo réalisée par Alberto Corda est l’une des plus célèbres au monde.(ici à droite, une autre, moins connue avec Jean-Paul Sartre et Simone) Petite anecdote, « che » en argentin ça veut dire l’homme, un peu comme « hombre » ou comme disent les ricains « hey man » et notre ami Sartre-et-le-CheErnesto en Bolivie ponctuait toutes ses phrases par « Che ». De là lui est venu le surnom de « Che l’argentin », puis tout simplement « le Che ». Amusant, non! Bien entendu, vous en conviendrez, tout cela n’a strictement rien à voir avec les citrouilles, encore moins avec les crêpes dentelles, mais justement, ce blog n’a pas pour réputation de faire dans la dentelle.

En attendant nos prochaines aventures, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Dom Pablo Neruda…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’érotisme flamboyant et de la bouillie d’avoine réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 23 septembre 2019, deuxième jour de Vendémiaire généralement dédié st jacquesau safran. Ah, les coquilles saint-Jacques de la baie de Saint-Brieuc sur une fondue de poireaux safranée… Vous servez cela avec un Graves-de-Vayres qui, malgré l’analogie du nom est sans rapport avec la zone viticole des Graves. Même si la majorité des Graves-de-Vayres blancs secs est issue d’assemblage sauvignon, sémillon, muscadelle; j’ai une faiblesse pour le 100% sémillon élevé en barriques.

C’est le jour anniversaire de la disparition de Pablo Neruda:23 septembre 1973. «Je veux vivre dans un pays où il n’y ait pas d’excommuniés. Je veux vivre dans un monde où les êtres soient seulement humains, sans autres titres que celui-ci, sans être obsédés par une règle, par un 220px-Pablo_Nerudamot, par une étiquette. Je veux qu’on puisse entrer dans toutes les églises, dans toutes les imprimeries. Je veux qu’on n’attende plus jamais personne à la porte d’un hôtel de ville pour l’arrêter, pour l’expulser. Je veux que tous entrent et sortent en souriant de la mairie. Je ne veux plus que quiconque fuie en gondole, que quiconque soit poursuivi par des motos. Je veux que l’immense majorité, la seule majorité : tout le monde, puisse parler, lire, écouter, s’épanouir. » Il s’appelait en réalité: Ricardo Eliécer Neftalí Reyes Basoalto natif de Parral au Chili.

Allez, merci de passer par ici, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les révoltés de La Courtine…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’histoire de France et des cailles au raisin réunies, bonjour ! Ce 19 septembre fait partie des jours « complémentaires » rajoutés au calendrier républicain ; celui-ci était dédié au travail. Quelle drôle d’idée…
Je profite de cette date pour évoquer ici un épisode fort peu connu de la grande guerre 14/18. Cette boucherie m’a toujours révulsé d’autant plus qu’elle m’a privé de mes deux grands-pères qui grignotent les pissenlits par la racine du côté du chemin des dames…

Voici l’histoire des révoltés de La Courtine.

La Courtine est une commune française dans le département de la Creuse (Limousin). Pendant la première guerre mondiale, un camp 871416courtine1917-9bce4militaire y sert de base d’entraînement et d’instruction. En 1917, 8000 soldats russes installèrent dans ce camp une véritable république soviétique. Suite aux pertes énormes subies par les troupes françaises dès les premiers mois de la guerre, Joffre fait appel à son allié russe (le Tsar Nicolas II) pour qu’il dépêche en France un corps expéditionnaire. Ce sont ainsi 40 000 hommes constitués d’ouvriers moscovites et de paysans de la région de Samara qui vont débarquer en France dont la troisième brigade à Brest en août 1916. Elle sera dirigé vers le front dès le mois d’octobre.

C‘est ce boucher de Nivelle qui est nommé généralissime des armées et ses ordres vont provoquer la mort de centaines de milliers de soldats. Parmi ceux-ci de nombreux russes. Oui mais voilà, Les soldats russenivelles viennent d’apprendre, avec plusieurs mois de retard, que la révolution a fleuri dans leur pays et que le Tsar est tombé. Aussitôt, ils se constituent en soviet et décident de voter pour ou contre la poursuite de l’offensive. En attendant les résultats, leurs 1ere et 3ème brigade vont connaître de lourdes pertes dans le secteur de Reims ; en trois jours 4472 soldats et 70 officiers sont tués ou blessés. La propagande révolutionnaire s’intensifie et des tracts sont distribués, on vient d’inventer la triste et célèbre formule de « chair à canon ».

Devant la dégradation de la situation, le commandement français, par peur de la contagion, décide d’isoler les troupes russes. Les 16 000 soldats, 300 officiers et leurs 1700 chevaux sont envoyés loin du front au camp de La Courtine, nous sommes en juillet 1917. Rapidement, le refus d’obéir aux officiers ela courtinest définitif, ceux-ci n’ont plus de contact avec leurs hommes et logent en dehors du camp. Plusieurs sommations adressées aux mutins restent lettres mortes. Quelque peu effrayé par la tournure des évènements, l’état-major français décide d’acheminer neuf compagnies d’infanterie, quatre sections de mitrailleuses, trois d’artillerie et trois pelotons de cavalerie pour organiser le blocus du camp.

Le 16 septembre vers 10 heures, le premier coup de canon retentit. Les mutins répondent en jouant la marche funèbre de Chopin. Le 18 septembre 1917, soutenues par l’artillerie, les troupes russes loyalistes investissent le camp. Le bilan officiel est de plus d’une centaine de cimetière russemorts et, pendant longtemps les autorités françaises ont tenu secrète ce haut fait d’arme. Ceux qui furent jugé appartenir aux meneurs seront expédié sur l’ile d’Aix en détention au fort Liédot. Plus de mille seront envoyés aux travaux forcés en Algérie et 10 000 autres « s’engagent » et seront rapatriés vers Odessa en 1919. Ils restent 600 noms qui ont étrangement « disparus » de toutes les listes. Certaine tombes de soldats russes sont encore visibles au cimetière de Saint-Hilaire-le-Grand, département de la Marne.Photo de gauche. Voir le travail de Rémi Adam sur : Histoire des soldats russes en France – chez l’Harmattan.

A chacun ses anniversaires…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la marine à voiles et des légumes à la vapeur réunis, bonjour ! Nous voici le Mercredi 11 septembre 2019, 25è jour de Fructidor, que nos amis républicains, à court d’idées probablement, avaient dédié à l’écrevisse.

Oui je sais, le 11 septembre, les twin towers, Manhattan, Ground Zéro,etc… Mais pour moi, le 11 Septembre restera à jamais ce jour pinochet-247x300funeste où les sbires de Pinochet épaulés par les mens in black de la CIA et sous la houlette de Augustin Edwards Eastman, l’homme le plus riche du chili, ont mis un terme à l’expérience démocratique menée par Salvador Allende au Chili. C’était en 1973. La junte militaire proclame l’état de siège dans tout le pays et dissout les partis. Dans les jours qui suivent, 45.000 personnes suspectes de sympathies marxistes sont raflées et concentrées dans le sinistre stade de Santiago; aujourd’hui stade Victor Jara du nom d’un chanteur populaire qui fut torturé en public et, finalement, assassiné.

Trois mille de ces personnes disparaitront tragiquement dans les geôles militaires; beaucoup seront torturées avant d’être exécutées de diverses façons comme d’être lâchées du haut d’un avion dans l’océan ! 200.000 Chiliens se sentant menacés prennent les chemins de l’exiSilhouette_of_Salvador_Allende_speeches_04l. Ce déchaînement de violence sadique vaudra un quart de siècle plus tard une inculpation de crime contre l’humanité à Augusto Pinochet. Voila l’histoire pour les petits nenfants qui croient encore que les garçons naissent dans les choux, les filles dans les roses et les démocraties dans les urnes. Aujourd’hui, le président brésilien Jair Bolsonaro a ouvert une nouvelle polémique en faisant l’apologie du régime Pinochet pour rejeter les critiques de Michelle Bachelet, Haute Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU et ex-présidente du Chili personnellement marquée par la dictature (son père a péri dans les geôles de Pinochet). Ce Bolsonaro est vraiment un rustre; non content d’insulter la première dame française, il soutient sans ambage l’héritage d’une dictature fasciste.

Merci d’être passé; portez vous bien et à bientôt peut-être.

 

 

Au 31 du mois d’août…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la perfide Albion (y-en a) et de la panse de brebis farcie réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 31 Août 2019, quatorzième jour de Fructidor dédié à la noix.

Je ne pouvais pas laisser passer le 31 août sans entonner avec vous cette chanson qui a accompagné tant de nos soirées quelque peu agitées. Celle-ci est d’autant plus intéressante qu’elle relate un fait historique. Il s’agit de la prise du « HMS KENT », bâtiment appartenant à sa très Combat_navalgracieuse majesté et dont on voit ici une représentation, par un petit navire « la confiance » commandée par Surcouf, corsaire Malouin. Le 7 octobre 18OO (?), dans la baie du Bengal, le Kent, navire anglais de guerre face à La Confiance. A trois hommes contre un, deux canons pour deux, le Kent était sûr de vaincre. Surcouf, fin tacticien, réussit toutefois à donner à ses hommes le courage nécessaire à la prise du Kent. Soixante-dix anglais furent tués, dont le capitaine, et seuls (!) vingt hommes de Surcouf succombèrent.

La légende nous a légué ce fameux dialogue: « Officier anglais : Nous, Anglsurcoufais, nous nous battons pour l’honneur, et vous les Français, vous vous battez pour l’argent !
Robert Surcouf : Chacun se bat pour ce qui lui manque ! » Cela ne l’a pas empêché de finir baron et armateur et porteur de la légion d’honneur. Il faut reconnaître qu’il n’a pas le profil de Long John Silver ou de Barberousse et qu’il fait davantage penser à un gras bourgeois de l’époque… En tous cas, un malouin malin doublé d’un prospère propriétaire terrien de 800 hectares.

Bon, allez, c’est la fin des vacances, je vous parie deux paquets de lessive contre un paquet de mer à la pointe du raz que le soleil va revenir ! En attendant, portez vous bien et à bientôt peut-être.