Vous lisez actuellement la catégorieHISTOIRE

Page 1 de 35

Jean Zay & l’école publique…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

Amis de la République républicaine et de l’Appenzeller réunis, bonjour ! plantes-vivaces-gentiane-basOui nous sommes le jeudi 06 août 2020 et donc, le 19 de thermidor qui est généralement dédié à la gentiane. Selon Pline l’Ancien, la gentiane tire son nom de Gentius, dernier roi d’Illyrie, qui en aurait découvert les vertus curatives. Magnifique fleur d’un bleu inégalable et dont les racines servent à plusieurs préparations dont le fameux Picon qui lui même entre dans l’alchimie du non moins fameux PBC, Picon-Bière-Citron. Je vous conseille, par ces rudes chaleurs estivales l’Antidote, une bière ambrée à base de châtaignes et de gentiane.

Je profite donc de cette date anniversaire pour vous parler d’un grand monsieur qui a toute sa place dans notre galerie de portraits: Jean Zay. Né le 6 août 1904 à Orléans où il fut un brillant élève au lycée Pothier (du nom de Robert-Joseph Pothier, un grand juriste orléanais du XVIIIè siècle; rien à voir avec Eugène Pottier), puis il devient journaliste au Progrès du Loiret, le quotidien radical que dirige son père, avant d’entamer en 1928 une carrière d’avocat au barreau d’Orléans. Situé à l’aile gauche de son parti, favorable à l’alliance avec les socialistes, sesob_015ba3_zay-jean amis se nomment Pierre Cot ou Pierre Mendès-France. En 1932, Jean Zay, est élu député du Loiret. Juif, franc-maçon initié à la loge Etienne Dolet, partisan de l’union des gauches et du soutien à l’Espagne républicaine, anti-munichois, Jean Zay est à peine entré en politique qu’il est déjà, pour une certaine droite, l’homme à abattre. Nommé ministre de l’Éducation Nationale et des Beaux-Arts de juin 36 à septembre 39, il est le plus jeune membre du gouvernement de Léon Blum. Partisan de l’école unique et de l’égalité des chances pour tous, il instaure la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans, l’harmonisation des programmes et le rapprochement des filières. L’orientation se fait selon les goûts des élèves, les effectifs sont réduits, l’éducation physique devient obligatoire et l’après-midi de plein air voit le jour.

Par deux circulaires, Jean Zay s’inscrit contre les propagandes politiques et religieuses à l’école. Son action dans le domaine culturel et scientifique est tout aussi novatrice : aide à la création du CNRS, démocratisation des musées, politique de la lecture et défense d’un droit d’auteur, projet de statut du cinéma et d’un festival de Cannes…
ecole-publique-le-hezo-300x255Quand il démissionne de son poste de ministre pour rejoindre l’armée et s’embarquer le 20 juin 1940 avec 27 autres parlementaires pour continuer à servir la France depuis le Maroc, le régime de Vichy s’empare de l’événement pour faire de Jean Zay et de ses amis des fuyards et des déserteurs. Le 20 juin 44, Jean Zay est assassiné par des miliciens lors d’un transfert de prison. Il faudra pourtant attendre jusqu’en 1994 pour que la vérité historique soit clairement établie. Son assassin lui, sera condamné au bagne à perpétuité. Jean Zay était le type même du bouc émissaire que la vieille droite revancharde voulait accrocher à son tableau de chasse après avoir « raté » Dreyfus.

 

Allez, passez une bonne fin de semaine, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le Couesnon en sa folie…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, TRADITION

, ,

Amis de le Bretagne éternelle et du lait Ribot réunis, bonjour !  Nous sommes le Samedi 1er août 2020, quatorzième jour de Thermidor dédié au basilic dans le calendrier républicain.

Le 1er août, les nostalgiques peuvent commémorer la bataille de Trans-la-forêt qui mit fin à l’occupation Normande. En effet, la Bretagne était occupée par les Normands depuis la mort d’Alain le Grand en 908. Venant d’Angleterre, Alain Barbetorte, comte du Poher et petit fils d’Alain le Grand débarque près de Dol en 936. Il remporte plusieurs plaque-plourivovictoires dont celle de Kastell Auffret à Plourivo (près de Paimpol) une plaque commémorative y est visible. Photo de droite. Continuant sur sa lancée, il prend Nantes en 937 et chasse les Normands de l’estuaire de la Loire tandis que le comte Even débarrasse le Léon de ses pirates (Vikings). Des groupes de Normands retranchés dans la forêt de Villecartier dévastent encore le pays de Dol et le pays Rennais. Le comte de Rennes, Juhel Béranger réclame l’aide de Barbetorte, pourtant son rival, nous sommes en 939. La cavalerie de Barbetorte, environ 1000 hommes écrase les Normands qui doivent repasser le Couesnon. Si cette bataille met fin à l’occupation, elle n’arrête pas les incursions normandes.

Le combat se serait déroulé un 1er août, jour qui correspond à peu près à la grande fête de Lug (dans   l’Irlande d’autrefois, Lugnasad était le temps des rassemblements   et des mariages. C’était aussi une fête agraire, un divertissement  collectif avec des jeux et des compétitions (foire, audition de poètes   et de musiciens, jeux, courses de chevaux,…). Elle était placée   sous le signe des échanges et de l’amitié: on y venait   sans arme. On lançait sur les pentes une roue enflammée qui   illustrait la descente vers l’hiver; et qui terminait sa course dans  Lugnasadune rivière, unissant ainsi le symbolisme du Feu à celui de   l’Eau.). Elle comportait trois obligations :Y venir fidèlement et sans hâte… Ne pas regarder par dessus son épaule gauche en la quittant… Ne pas y arriver après le coucher du soleil… « Au jour des calendes du mois d’août, jour que les bretons décrétèrent être solennisé par la gent de Bretagne, par toutes les générations, parce que de là et après, commença derechef la Bretagne à être habitée par ses natifs et Bretons user des lois de leurs ayeux. » (Pierre Le Baud cité par La Borderie) Il faut ajouter, pour être honnête, que d’autres historiens comme André Chedeville, conteste cette version guerrière et pense que ce retour de souveraineté est davantage le fruit d’une action diplomatique d’Athelstan, roi d’Angleterre auprès de Guillaume Longue-épée. En tout état de cause, la Bretagne allait naviguer ainsi, bon an mal an jusqu’à son « annexion » en 1532. Allez savoir, c’est peut-être pour cela que l’on est plus galettes saucisses que camembert… Et qu’en revanche, par pure vilénie, le Couesnon en sa folie a mis le mont en Normandie !

Allez, après ce petit rappel historique, soyez prudents et à bientôt peut-être.

Les escaliers d’Odessa…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, ,

Amis du septième art et de la sole meunière réunis, bonjour ! Nous voicPicasso-bleue-blue-period-buveuse-dabsinthe-150x150i le Samedi 27 juin 2020, hé oui, que le temps passe vite. C’est le 9è jour de messidor dédié à l’absinthe; la fée verte dont le consommateur a souvent été représenté; ici à droite par Picasso lui même durant sa période bleue. et c’est le moment ou jamais de souhaiter un bon anniversaire à Stéphanie, éminente collègue de la blogosphère qui atteint l’âge canonique de…Naan, j’déconne! Sinon, vous pouvez toujours célébrer les Fernand ou encore Maelvon qui fut évêque d’Aleth (Saint-Malo) mais, bon, il y a prescription.

Le 27 juin 1905, une mutinerie éclate à bord du Potemkine, le principal cuirassé de la flotte de guerre russe. Il devait son nom à un dignitaire potemkinetrès proche de la grande Catherine qui finit sa carrière comme généralissime des armées russes. C’est lui qui inventa les villages en carton, pour satisfaire la Tsarine au cours de son fameux voyage dans le midi de l’Empire (1787). Tout le long du Dniepr, pays aride et inhabité, des villas et des jardins furent installés afin de charmer les yeux de l’auguste visiteuse. Des masses populaires furent amenées des coins les plus éloignés de l’empire, des troupes furent échelonnées le long de la route avec mission d’acclamer la souveraine et d’exprimer l’enthousiasme des peuples nouvellement conquis.

Mais revenons à notre cuirassé. Le drame survient à Odessa, sur la mer Noire. Un marin est tué par un officier pour s’être plaint de la viande avariée. Aussitôt, l’équipage se soulève à l’instigation d’un meneur révolutionnaire, Afanasy Matiouchenko. Tandis que huit officiers rejoignent les mutins, le commandant et plusieurs autres officiers sont tués et jetés la mer. C’est que, depuis la défaite de Tsushima, un mois plus tôt, face à la flotte japonaise, les officiers de la marine tsariste ont le plus grand mal à se faire respecter par leurs hommes. Les marins du Potemkinles-escalierse s’emparent du navire et hissent les drapeaux rouge et noir de la révolution. Deux autres navires se joignent à la sédition. Le surlendemain, l’insurrection s’étend au port d’Odessa et à d’autres ports de l’Empire. L’état de siège est déclaré et la répression fera plusieurs centaines de morts. Après une longue errance dans la mer Noire, la plupart des mutins finiront par obtenir l’asile politique en Roumanie, dans le port de Constantza. La mutinerie s’inscrit dans la série de troubles sociaux, politiques et militaires, qui empoisonnent le régime tsariste en cette année 1905. Sa célébrité vient surtout du film qu’en tirera le réalisateur soviétique Serge Eisenstein en 1925 : «Le cuirassé Potemkine». Chacun se souvient de la scène du landau qui dévale les marches du fameux escalier d’Odessa, un travelling de six minutes. Cette scène mythique a été reprise aussi bien par Brian de Palma dans les incorruptibles que par Terry Gilliam dans Brazil.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Si mort à mors Duchesse, noble Dame…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du calembour et de la potée auvergnate réunis, bonjour ! Ce Vendredi 05 juin 2020, dix- septième jour de Prairial est dédié au sureau dans le calendrier républicain. Le sureau est fort utile comme appeauchacun le sait puisque même Harry Potter s’en sert pour fabriquer sa baguette magique…  Le nom original de la baguette, « The elder wand » joue sur le double sens du mot « Elder » en anglais qui signifie à la fois « sureau » et « ancien », « aîné », mais ce sens s’est perdu à la traduction. Enfant, un de nos jeux favoris consistait à élaborer toutes sortes d’appeaux à l’aide de branches de sureau. En effet, le cœur tendre des branches de sureau peut facilement être évidé, ce qui rend cette plante idéale pour la confection d’instruments à vent simples tels que le mirliton.

Aujourd’hui, en Bretagne armoricaine, on fête les Pereg: Originaire du pays de Galles, il a laissé son nom à Lopérec (29). moine gallois qui vécut en cornwall, il serait venu en Bretagne et eut des rapports avec Samson et Guezennec mais… Cela ne nous regarde pas ! L’église chemin-creux-300x200paroissiale de Lopérec possède ses reliques, et il est le patron de la région. Jadis on l’appelait même la paroisse Saint-Pérec. C’est à Lopérec que vécut Jean de Penguern, fidèle compagnon de la Duchesse Anne. Jean de Penguern, surnommé Divarsoëz en langue bretonne (“gaillard”, littéralement “sans rhumatismes”), fils aîné de Christophe de Penguern et de Marie de Kermodiern, naquit dans les dernières années du XVe siècle au manoir de Loperzec (Lopérec).

Il entra fort jeune au service de la reine Anne, par ordre de laquelle il composa la « Généalogie de très haute, très puissante, très excellente et très reliquairechrestienne princesse et nostre sovvereine dame Anne, très illustre Royne de France et duchesse de Bretaigne, et les noms des Roys et Princes ses prédécesseurs, en droite ligne depuis la création jusqu’à présent, composée et extraite de plusieurs livres et chroniques par Divarsoëz Penguern, natif de Cornouailles, en l’honneur et louange de ladite dame ». Cette chronique contient 1 920 vers, divisés en strophes de huit vers de dix syllabes. Elle s’arrête à l’an 1510. Le 21 mars 1551, il épousa Annie de Kersauzon dont il eut trois enfants et mourut à un âge très avancé en 1579 et fut inhumé dans l’église paroissiale de Lopérec. (à droite: chemin creux à Loperec sur le site Lumières d’Iroise)

Et voila, vous savez tout. En Mai fais ce qu’il te plait, et en Juin, t’as l’air malin aurait dit mon aïeule avec son sens de l’à propos que vous lui connaissez maintenant. Portez-vous bien et à bientôt peut-être.

De Viviani à Garibaldi…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis du matérialisme dialectique et de la crêpe suzette réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 02 Juin 2020 et, ce 14è jour de prairial, les républicains avaient décidé d’en faire le jour de l’acacia sur leur square René Vivianicalendrier. Plante, ô combien symbolique, qui illustre la légende d’Hiram, base de toute initiation aux différentes maçonneries. Vous pouvez en admirer un émouvant spécimen si vos pas vous conduisent à Paris dans le 5è jusqu’au square René Viviani, du nom d’un avocat et homme politique français, député socialiste cofondateur en 1904 du journal l’Humanité avec Jean Jaurès. La star incontestée du lieu est cet étrange arbre penché recensé comme le plus vieil arbre connu et identifié de la Capitale. Ce robinier ou faux-acacia aurait été planté en 1601 par Jean Robin arboriste du roi Henri IV.

Tiens, c’est amusant car c’est un 2 juin, en 1743, que vint au monde celui qui allait devenir célèbre sous le pseudonyme de Comte de Cagliostro mais qui s’appelait en vérité Joseph Balsamo. C’était un aventurier qui se prétendait descendant du Comte de St-Germain. Sa carrière fut brisée lors de l’affaire dite du collier de la reine où il se balsamotrouva engagé par le cardinal de Rohan. Il mourut en 1795, incarcéré depuis de longues années par les bons soins de la Sainte Inquisition. C’est lui qui importa en France la Franc-Maçonnerie dite égyptienne, connue aujourd’hui sous le nom de rite de Memphis-Misraïm. C’est sous la Grande Maîtrise de Garibaldi, en 1881, après bien des discussions, que les Rites de Memphis et de Misraïm, qui avaient dans la plupart des pays les mêmes Hauts Dignitaires, fusionnèrent. Cette fusion fut officialisée à Naples en 1899 et prit le nom de « Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm ». Garibaldi fut souvent désigné comme « véritable citoyen du Monde » et défini comme « Chevalier de l’Humanité”. Il était avant tout un « rassembleur » estimé pour sa sincère abnégation, son intégrité et son courage. Il eut un grand rêve : « Les Etats-Unis d’Europe ». Il prônait l’unité entre les hommes et était convaincu de la nécessité de lutter « pour l’Humanité et la Liberté en général ». C’est au cours de la défense de Montévidéo que les troupes italiennes qu’il commande vont endosser les fameuses chemises rouges qui vont tant contribuer à asseoir son mythe.

Adversaire irréductible de l’Église romaine, il réclamait la séparation de l’Église et de l’État. Il voulait introduire l’instruction obligatoire, gratuite et laïque en supprimant les congrégations religieuses ; cependant, garibaldiil refusait l’athéisme, l’indifférence et le « misérable matérialisme »; Victor Hugo écrivit de lui : « Garibaldi, qu’est-ce que Garibaldi ? C’est un homme, rien de plus. Mais un homme dans toute l’acception sublime du mot. Un homme de la liberté, un homme de l’humanité ». Son testament est aussi bref qu’éloquent: » Je lègue : mon amour pour la Liberté et la Vérité; ma haine du mensonge et de la tyrannie « . Bon ben dites moi, c’est une jolie promenade ça, on traine, on s’attarde, on musarde quelque peu. On parlait de l’acacia et on arrive à la création de l’Italie moderne… J’aurai du faire maitre d’école moi.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Oui mais, ça branle dans le manche…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du bas de laine et de l’armoire normande réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 21 Mai 2020 et, mon p’tit calendrier républicain Hémérocallem’indique que le 21 mai, deuxième jour de prairial, est généralement dédié à l’hémérocalle… Avouez que c’est une chance, Fabre d’Eglantine, l’un des inspirateurs, aurait pu choisir le pissenlit ou le coquelicot et bien non; le choix s’est porté sur l’hémérocalle mais je serai bien ennuyé s’il fallait vous dire pourquoi. Bon, on ne va pas non plus en faire une salade. Quoique ! Outre le fait qu’il s’agisse d’une très jolie fleur, certains cuisiniers téméraires n’hésitent pas; elle peut être farcie avec de la crème fouettée et servie pour décorer un dessert par exemple.

Le 21 mai 1871 à Paris débute ce que l’histoire retiendra sous le nom de semaine sanglante. Les Versaillais, après s’être emparé des forts, entrent dans Paris par la porte de Saint-Cloud. Une répression terrible commence. Les massacres et exécutions sommaires feront entre 20 000 et 35 000 morts. Le 28 mai 1871, au terme d’une semaine luce_commune-300x198sanglante, la Commune de Paris n’existe plus. Dix semaines plus tôt, le 18 mars, des Parisiens humiliés par la défaite de leur pays face aux Prussiens, s’en étaient pris aux troupes gouvernementales. Le chef du pouvoir exécutif, Adolphe Thiers, avait déserté sur le champ Paris pour Versailles. Un mouvement insurrectionnel improvisé avait alors assumé le pouvoir dans la capitale sous le nom de «Commune de Paris». Mais dès la signature du traité de paix avec l’Allemagne, le 10 Mai, Adolphe Thiers obtient de l’occupant prussien la libération anticipée de 60.000 soldats. Il lance aussitôt contre la capitale 130.000 hommes, dont les anciens prisonniers et beaucoup des campagnards recrutés et formés à la hâte.

L’assaut commence le 21 mai, dans le quartier du Point du Jour, à Boulogne. Les Versaillais ont en face d’eux une dizaine de milliers de fédérés déterminés. Ils doivent conquérir les barricades l’une après l’autre.( à gauche émouvante gravure de Félix Valloton évoquant le mur des fédérés au père Lachaise) Les combats de rue feront au total 4.000 tués (877 du côté des troupes versaillaises). S’ajoutent à ce bilan les felix-vallotton-le-mur-300x164victimes de la répression car, à l’arrière, des liquidateurs tuent méthodiquement les suspects. Une vingtaine de «cours prévôtales» jugent hâtivement les hommes et les femmes pris les armes à la main et les font fusiller sur place. Le bilan total de la Semaine sanglante est d’environ 20.000 victimes, sans compter 38.000 arrestations. Combien aujourd’hui ont en tête le fait que les massacreurs d’alors, Thiers, « le sinistre vieillard », Trochu, « ce crétin militaire », Favre «le faussaire», Vinoy «le coupe-jarret bonapartiste», Galliffet, « les loups, les cochons et les chiens de la vieille société » sont toujours là, sous d’autres noms. (les citations entre guillemets sont de Karl Marx). Aujourd’hui, les banksters ont mis les Nations au pain sec et à l’eau ; ils se dissimulent derrière des noms qui sentent bon les dorures de Bilderberg, les salons de Davos, la soupe du diner du siècle, les comptoirs de Goldman-sachs ; mais qu’on ne s’y trompe pas, ce sont les mêmes. Alors,  pouvons nous imaginer un instant que la Commune n’est pas morte ?

En attendant le temps de cerises, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Par tous les Dieux…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’apocope* et des sardines grillées réunies, bonjour ! Nous sommes donc le Mardi 19 mai 2020, sant Erwan (St Yves) evel just, mais c’est aussi, je sais que vous l’attendez, le 30 de Floréal, jour habituellement consacré à la houlette (Le premier qui dit houlette russe est à l’amende). * L’apocope est une figure de style qui consiste à supprimer des phonèmes ou des syllabes en fin d’un mot. C’est très utile si vous Twittez…

La houlette donc est ce fameux bâton de berger (pas le saucisson) appelé aussi crosse. D’ailleurs il est symbolisé par la crosse que porte les évêques pour rappeler qu’ils sont pâtres au milieu de leur troupeau. Ce qui a donné naissance au fameux cri de rassemblement des anti houlettemariage pour tous: « des pâtres, des pâtres, oui mais des… ». Dans les films Etatsuniens, lors des obsèques du héros, on entend souvent: « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi, ta houlette et ton bâton me rassurent. » (Livre 19. Psaume 23:4). Etonnant non ! C’est encore, et depuis plus longtemps, le Heq que porte Osiris accompagné du fouet. Expliquez moi pourquoi les républicains ont jugé bon de le mettre dans leur calendrier… Toujours est-il que l’expression est restée dans le langage populaire: Telle activité se déroule sous la houlette de… Mais, n’en profitez pas pour confondre l’égide et la houlette. Par exemple: La lutte contre le virus Machin se déroule sous l’égide de l’ARS mais sous la houlette de Castaner.

Ainsi vont les choses de la vie: on entretient le flou, l’ambiguïté, on confond aisément le vrai et le faux. Tenez, longtemps le petit peuple a cru que les socialistes étaient de gauche et que la transition énergétique consistait à remplacer la vieille gazinière par un four à micro ondes. Mais Sous_légide_de_Mars-300x117revenons à notre égide. Ceux qui ont fait un peu de Grec ancien dans leurs tendres années se rappellent peut-être que le mot est tiré de aigís qui signifie peau de chèvre. Nous voilà bien avancé… En quoi être placé sous une peau de chèvre pourrait-il bien nous être d’un quelconque secours? C’est la mythologie qui nous donne l’explication tant attendue. Quand il était petit, Zeus se nourrissait du lait d’une chèvre portant le doux nom d’Amalthée. Quand l’animal mourut, Zeus récupéra sa peau et l’ajouta au puissant bouclier qu’Héphaïstos lui avait forgé. Notez bien que son égide, Zeus ne s’en sert pas uniquement pour se protéger… Il lui suffit de le secouer un peu pour déchaîner les éléments et semer la terreur chez les pauvres Humains.
« Un jour viendra où périront et la sainte Ilion
 Et Priam et le peuple de Priam, le bon lancier,
 Et où Zeus, le Cronide, ce grand prince de l’éther,
 Outré de cette félonie, agitera sur tous
 Sa sombre égide. »

Hopala Chapalain! comme disait mon aïeule, c’est pas parce que c’est la saint Erwan qu’il faut se croire autoriser à pérorer comme Pécuchet dans un diner en ville. Allez, merci de votre indulgence, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Comme à la parade…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , ,

Amis de l’Eutonologie* et du boudin aux pommes réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 18 Mai 2020 et, ce 29è jour de floréal, dans le I-Grande-16731-engrais-vert-moutarde-blanche.net_-150x150calendrier républicain, était généralement dédié à la Sénevé. Cette plante que l’on voit de plus en plus souvent en bordure de champ et que l’on nomme aussi la moutarde blanche sert aussi de fourrage. Ce sont ses graines qui sont utilisées pour confectionner le condiment qui est à la saucisse de Molène ce que le ketchup est au hamburger…*(science de l’agression, du stress, de l’inhibition. Voir les expériences de Milgram sur l’autorité et de Laborit sur l’inhibition de l’action)

Le 18 mai 1917, au plus fort de la Grande Guerre, le théâtre du Châtelet, à Paris, crée le ballet Parade. Cette création singulière, qui raconte les tourments d’une troupe de comédiens, a été suggérée à Diaghilev, fondateur des Ballets russes, par Jean Cocteau qui va en cirque43_picasso_paradeécrire le scénario. Le rideau de scène et les costumes vont porter la signature déjà prestigieuse de Picasso ! La musique est l’œuvre d’Éric Satie. Parade va révolutionner les arts, pas seulement la chorégraphie mais aussi la peinture, la musique, la poésie et la littérature. Il va engendrer aussi le surréalisme. Le mot lui-même apparaît pour la première fois dans le texte que le poète Guillaume Apollinaire consacre à Parade. Il voit dans les décors et les costumes conçus par Picasso comme dans la chorégraphie de Messine une « sorte de surréalisme ».

Le mot reviendra quelques semaines plus tard, le 24 juin 1917, à l’occasion de la première représentation des Mamelles de Tirésias, une pièce écrite par le même Apollinaire et sous-titrée « drame surréaliste en deux actes et un prologue ». Le poète, de nationalité russe, s’était Guillaumeengagé dans la Légion étrangère dès le 5 décembre 1914. Il avait été gravement blessé à la tête par un éclat de shrapnel dans une tranchée, le 17 mars 1916, alors qu’il lisait le Mercure de France ! Réformé, il avait eu le loisir de reprendre ses travaux d’écriture et c’est ainsi qu’il avait inventé le surréalisme… Ce 18 Mai 1917, sur scène, le danseur Massine mime des gestes de la vie quotidienne suivi par un cow-boy, une fillette américaine à bicyclette sur fond de crépitement d’une machine à écrire et de crécelles, seuls bruits que Cocteau ait réussi à préserver. On voit un chinois, des acrobates. Cette parade hétéroclite surprend et surtout agace le public qui manifeste bruyamment. Le spectacle s’achève dans la confusion. Le surréalisme venait de voir le jour.

Petite piqure de rappel puisque ils nous ont confiné la culture et tous les cultureux. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Te souviens tu du lac de Côme…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis des séries télé et des salades bio réunies, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 06 mai 2020, autrefois désigné comme 17 de floréal et c’est le jour de la pimprenelle. Très jolie fleur qui ne se dissimule pas dans une peau de vache pimprenelleet qui, outre son aspect décoratif se déguste en salade. Avec des navets et du fromage de brebis, on me dit que c’est un délice; surtout si vous l’accompagnez d’un petit rosé bien frais. On me murmure à l’oreille (mais où d’autre qu’à l’oreille peut-on murmurer ?) que c’est la fête aux Prudence qui, c’est bien connu, était la maman de Sureté. Non, en vérité, Prudence était issue d’une famille noble de Milan, et devint abbesse de San Marco, à Côme, au XVe siècle. Elle eut, paraît-il, fort à faire pour maintenir la paix et la sérénité dans son établissement. Chérie, tu te souviens du lac de Côme…

A propos de Pimprenelle, oyez cette petite histoire:  » Csaba, roi des Huns, fils d’Attila et petit-fils, par sa mère, de l’empereur Honorius, était en lutte avec ses frères, Ellacus et Divicion, qui lui disputaient le trône paternel : Orderic, roi des Gépides, profita d’une occasion si propice attila-2-300x200pour jouer le rôle du quatrième larron : s’étant assuré le concours des Ostrogoths, il attaqua les trois frères et les écrasa à la suite d’une sanglante bataille : Csaba échappa seul au massacre avec 15 000 hommes plus ou moins blessés, mais tous guérirent grâce à l’application opportune d’une plante qui, depuis cette cure merveilleuse, reçut le surnom d’emplâtre de Csaba (emplastrum Chaboe). Cette plante était, nous apprend Panchovius, la pimprenelle « . H.Leclerc, les Epices, 1929. Étonnant non !

Allez, le confinement touche à sa fin (peut-être). Portez vous bien et vive le p’tit commerce.

I have a dream…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, ,

Amis de l’Alsace-lorraine et du munster au cumin réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi  04 avril 2020, jour qui correspondant au 15 de germinal habituellement dédié à l’abeille.

C’est un 04 Avril, en 1968, que Martin Luther King (39 ans) est assassiné dans un motel de Memphis par un repris de justice. La mort du pasteur noir soulève une immense émotion dans le monde entier… cependant que des émeutes secouent les ghettos des grandes villes dreamaméricaines. En 1963, devant le Memorial Lincoln, à Washington, le pasteur Martin Luther King s’adresse aux 250.000 personnes, dont 80% de Noirs, mobilisées à travers tout le pays pour une Marche vers Washington organisée par le Mouvement des droits civiques. De son mémorable discours, on a surtout retenu les mots improvisés à la fin : « I have a dream that one day little black boys and black girls will be able to join hand as sisters and brothers… » (Je fais un rêve qu’un jour, les petits enfants noirs et les petits enfants blancs joindront leurs mains comme frères et sœurs…). Le 14 octobre 1964, le jeune pasteur reçoit le Prix Nobel de la paix. Mais son Mouvement est de plus en plus contesté et concurrencé par des groupes violents comme les Black poings gantésMuslims (Musulmans noirs). Aux Jeux Olympiques de Mexico, qui suivent de quelques semaines la mort de Martin Luther King, des champions noirs américains lèvent le poing sur le podium et tournent le dos à la bannière étoilée. Un demi siècle et un Président noir plus tard, les choses ont-elles évoluées ? On est en droit de s’interroger au vu des affrontements entre la communauté noire (de plus en plus précarisée) et les forces de l’ordre (de plus en plus militarisée). «Le passé n’est pas mort et enterré, il n’est même pas passé», déclarait Barak Obama dans son discours de Philadelphie, citant William Faulkner.

Aujourd’hui, on se confine au fond de sa cuisine en regardant brûler l’Amazonie, fondre le Groenland et s’esclaffer le pangolin. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.