Vous lisez actuellement la catégorieHISTOIRE

Page 1 de 31

A chacun ses anniversaires…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la marine à voiles et des légumes à la vapeur réunis, bonjour ! Nous voici le Mercredi 11 septembre 2019, 25è jour de Fructidor, que nos amis républicains, à court d’idées probablement, avaient dédié à l’écrevisse.

Oui je sais, le 11 septembre, les twin towers, Manhattan, Ground Zéro,etc… Mais pour moi, le 11 Septembre restera à jamais ce jour pinochet-247x300funeste où les sbires de Pinochet épaulés par les mens in black de la CIA et sous la houlette de Augustin Edwards Eastman, l’homme le plus riche du chili, ont mis un terme à l’expérience démocratique menée par Salvador Allende au Chili. C’était en 1973. La junte militaire proclame l’état de siège dans tout le pays et dissout les partis. Dans les jours qui suivent, 45.000 personnes suspectes de sympathies marxistes sont raflées et concentrées dans le sinistre stade de Santiago; aujourd’hui stade Victor Jara du nom d’un chanteur populaire qui fut torturé en public et, finalement, assassiné.

Trois mille de ces personnes disparaitront tragiquement dans les geôles militaires; beaucoup seront torturées avant d’être exécutées de diverses façons comme d’être lâchées du haut d’un avion dans l’océan ! 200.000 Chiliens se sentant menacés prennent les chemins de l’exiSilhouette_of_Salvador_Allende_speeches_04l. Ce déchaînement de violence sadique vaudra un quart de siècle plus tard une inculpation de crime contre l’humanité à Augusto Pinochet. Voila l’histoire pour les petits nenfants qui croient encore que les garçons naissent dans les choux, les filles dans les roses et les démocraties dans les urnes. Aujourd’hui, le président brésilien Jair Bolsonaro a ouvert une nouvelle polémique en faisant l’apologie du régime Pinochet pour rejeter les critiques de Michelle Bachelet, Haute Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU et ex-présidente du Chili personnellement marquée par la dictature (son père a péri dans les geôles de Pinochet). Ce Bolsonaro est vraiment un rustre; non content d’insulter la première dame française, il soutient sans ambage l’héritage d’une dictature fasciste.

Merci d’être passé; portez vous bien et à bientôt peut-être.

 

 

Au 31 du mois d’août…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la perfide Albion (y-en a) et de la panse de brebis farcie réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 31 Août 2019, quatorzième jour de Fructidor dédié à la noix.

Je ne pouvais pas laisser passer le 31 août sans entonner avec vous cette chanson qui a accompagné tant de nos soirées quelque peu agitées. Celle-ci est d’autant plus intéressante qu’elle relate un fait historique. Il s’agit de la prise du « HMS KENT », bâtiment appartenant à sa très Combat_navalgracieuse majesté et dont on voit ici une représentation, par un petit navire « la confiance » commandée par Surcouf, corsaire Malouin. Le 7 octobre 18OO (?), dans la baie du Bengal, le Kent, navire anglais de guerre face à La Confiance. A trois hommes contre un, deux canons pour deux, le Kent était sûr de vaincre. Surcouf, fin tacticien, réussit toutefois à donner à ses hommes le courage nécessaire à la prise du Kent. Soixante-dix anglais furent tués, dont le capitaine, et seuls (!) vingt hommes de Surcouf succombèrent.

La légende nous a légué ce fameux dialogue: « Officier anglais : Nous, Anglsurcoufais, nous nous battons pour l’honneur, et vous les Français, vous vous battez pour l’argent !
Robert Surcouf : Chacun se bat pour ce qui lui manque ! » Cela ne l’a pas empêché de finir baron et armateur et porteur de la légion d’honneur. Il faut reconnaître qu’il n’a pas le profil de Long John Silver ou de Barberousse et qu’il fait davantage penser à un gras bourgeois de l’époque… En tous cas, un malouin malin doublé d’un prospère propriétaire terrien de 800 hectares.

Bon, allez, c’est la fin des vacances, je vous parie deux paquets de lessive contre un paquet de mer à la pointe du raz que le soleil va revenir ! En attendant, portez vous bien et à bientôt peut-être.

I have a dream…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

,

Amis de l’internationalisme et de la soupe aux choux réunis, bonjour! Je profite de ce Mercredi 28 août 2019, onzième jour de fructidor dédié à la pastèque, pour me nicola-bart-300x219souvenir de cet autre 28 Août, en 1927, jour où eurent lieu les funérailles et l’incinération de Nicola Sacco et Bartoloméo Vanzetti au cimetière Forest-Hill de Charleston USA. Écoutons Joan Baez pendant quelques secondes et souvenons nous que les pouvoirs, tous les pouvoirs, n’ont jamais mis plus de force et de rage qu’à vouloir éradiquer l’anarchisme. Il doit y avoir une bonne raison ! Réfléchit petit scarabée…

https://youtu.be/gL5jgZLTBj0

C’est encore un 28 août, en 1963, devant le Memorial Lincoln, à Washington, que le pasteur Martin Luther King s’adresse aux 250.000 personnes, dont 80% de Noirs, mobilisées à travers tout le pays pour une Marche versdream Washington organisée par le Mouvement des droits civiques. De son mémorable discours, on a surtout retenu les mots improvisés à la fin : « I have a dream that one day little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers… » (Je fais un rêve qu’un jour, les petits enfants noirs et les petits enfants blancs joindront leurs mains comme frères et soeurs…)

Aujourd’hui, 28 Août, on regarde brûler l’Amazonie, fondre le Groenland et vitupérer les Trump et autres Bolsonaro en continuant de rigoler avant que le ciel nous tombe sur la tête. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les espoirs de ton île…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la navigation de plaisance et du haut-Médoc réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 14 août 2019, il pleut sur Brest Barbara, et chou gelépour corser le tout, c’est le 27 de thermidor, jour du colza… Drôle de plante à la vérité qui doit son existence au croisement d’un chou et d’une navette et dont le nom provient du néerlandais koolzaad (graine de chou), en breton on dit kaol. Mon aïeule que rien n’arrêtait lorsqu’il s’agissait de qualifier un malfaisant, le traitait de pav kaol skornet; ce qui pourrait se traduire par: pied de chou gelé…

Saviez vous que c’est dans la nuit du 14 août 1791 qu’à Bois-Caïman, qui est un lieu reculé de l’habitation Lenormand de Mézy sur l’île Saint-Domingue, Dutty Boukman organisa une cérémonie vaudoue pour un grand nombre d’esclaves. La prêtresse Mambo, Cécile Fatiman, plonge Bois-caïmanun couteau dans un cochon noir créole sacrifié, et les assistants boivent son sang afin de devenir invulnérables. Boukman ordonne alors le soulèvement général. En rassemblant les différentes tribus africaines dans leur quête de liberté, le vaudou est ainsi un catalyseur dans la révolte des esclaves de Saint-Domingue. Ce soulèvement a lieu la nuit du 21 au 22 août où les esclaves de cinq habitations brûlent celles-ci et massacrent les Blancs, femmes et enfants compris. Pendant une dizaine de jours, la plaine du Nord est en flammes. On décompte près de 1 000 Blancs assassinés, 161 sucreries et 1 200 caféières brûlées. Boukman s’avance jusqu’au Cap-Français.

Les autorités ripostent et Boukman périt au combat à la tête de sesbaron samedi troupes. On expose la sienne, de tête, au Cap car il passe pour invulnérable auprès des esclaves. Malgré la riposte, la révolte n’est pas vaincue. D’autres chefs succèdent à Boukman : ses lieutenants Jean-François et Biassou, ainsi que Toussaint qui ne se nomme pas encore Louverture. Vous pouvez retrouver cette cérémonie dans la bande dessinée La Petite Fille Bois-Caïman de François Bourgeon (Les passagers du vent).

Allez, le temps est à la lecture, portez vous bien et à bientôt peut-être.

On est pas dans la myrte…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la française des jeux et de Freddy Krueger réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 13 Août 2019 c’est à dire le 26ème jour de Thermidor généralement consacré au Myrte. Jolie plante du bassin Méditerranéen et que, dansmyrte l’antiquité, portaient les prêtresses du temple de Démeter lors des mystères d’Eleusis. Le Myrte est surtout utilisée en Corse, en Sardaigne et en Sicile pour aromatiser le gibier et les viandes grasses. Le goût de ses baies rappelle celui du Genièvre et elles sont utilisées pour entrer dans la composition de liqueur. On dit que les infusions de Myrte sont très efficaces contre la diarrhée enfantine. D’où une expression devenue célèbre: « Et bien, on est pas dans la myrte ».

Tout à fait autre chose.

C’est le 13 août 1532 que fut signé le fameux traité qui mit fin définitivement à la soi-disant indépendance du Duché de Bretagne. Ce traité d’Union de la Bretagne à la France est voté par les bretagne_libre_caricature_Gen-_de_Gaulle-d72dfÉtats de Bretagne, après plusieurs unions matrimoniales entre les duchesses de Bretagne et
les rois de France. Les héritiers de la famille de Brosse sont gouverneurs de la Bretagne, et il a pu être considéré que le frère de François III, Henri II est le dernier duc de Bretagne lorsqu’il monte sur le trône de France en 1547, la Bretagne se trouve alors réunie à la Couronne de France comme faisant partie du domaine royal.

Le petit drapeau sur la DS du Général fut inventé quatre siècle plus tard, en 1925… Et voila pourquoi nous ne sommes pas aujourd’hui résidents du grand Duché de Bretagne comme nos cousins du Luxembourg ou du Liechtenstein. Je voyais bien le Trégor où le pays Bigouden transformés en paradis fiscaux.

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Pourquoi ont-ils tué jaurès ?

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la blanche hermine et du Breizh-Cola réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 31 juillet 2019, autant dire que c’est la fin du mois… A ne pas confondre avec la fin du moi, comme disait ce vieux Lacan. C’est aussi le treizième jour de Thermidor dédié à l’abricot et c’est encore le triste anniversaire de l’assassinat de Jaurès. Mais, que les dieux me tripotent, pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

L’assassinat de Jean Jaurès a lieu le vendredi 31 juillet 1914 à 21 h 40, alors qu’il dîne au café du Croissant, rue Montmartre, dans le 2e arrondissement de Paris, à deux pas du siège de son journal, L’Humanité. Il est atteint par deux coups de feu. L’auteur est un certain café-du-croissant-300x202Raoul Villain jeune admirateur de Maurras et fan de l’Action Française. Raoul Villain est incarcéré en attente de son procès durant toute la Première guerre mondiale. Après cinquante-six mois de détention préventive, la guerre achevée, son procès est organisé devant la cour d’assises de la Seine. Villain a la chance de n’être jugé qu’en 1919, à sa demande, dans un climat d’ardent patriotisme. Lors des audiences qui se déroulent du 24 au 29 mars, ses avocats, dont le grand pénaliste Henri Géraud, mettent en avant sa démence. Ils argumentent aussi sur l’acte d’un homme isolé, c’est ce qui résultait de son interrogatoire par Célestin Hennion, le préfet de police de Paris (c’est lui qui créa Les brigades du Tigre), dans la nuit du 31 juillet 1914. Plus étonnant, parmi les témoins en sa faveur figure Marc Sangnier, venu défendre la « valeur morale » d’un ancien disciple.

Raoul Villain est acquitté le 29 mars 1919 par onze voix sur douze, un juré ayant même estimé qu’il avait rendu service à sa patrie : « Si l’adversaire de la guerre, Jaurès, s’était imposé, la France n’aurait pas pu gagner la guerre. » La veuve de Jaurès est condamnée aux dépens (paiement des frais du procès). Le 14 mars 1919, soit quinze jours plus Jaurès-discourstôt, le 3e conseil de guerre de Paris, juridiction militaire, condamnait à la peine de mort Émile Cottin, l’anarchiste qui avait blessé de plusieurs balles Clemenceau le 19 février précédent. Raoul Villain s’exile alors sur l’île d’Ibiza. Peu après le début de la guerre d’Espagne en juillet 1936, l’ile tombe aux mains des franquistes, puis est reconquise par les républicains, qui la quittent rapidement. Celle-ci est alors reprise par des groupes anarchistes, mais l’île est bombardée par l’aviation franquiste et dans le chaos, le 13 septembre 1936, les anarchistes l’exécutent pour espionnage au profit de l’armée franquiste, sans que l’on sache s’ils savaient qui il était. Étonnant non !

Allez, merci d’être passé par ici en plein été. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Saint Aubin du cormier:début de la fin…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la cuisse de grenouille et de celle de Jupiter réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 26 juillet 2019, 8ème jour de thermidor consacré au carthame. Le carthame des teinturiers ou Safran des teinturiers, safranparfois appelé Safran bâtard, est une plante originaire d’Égypte, dont le nom dériverait d’un mot arabe qurtum. Elle produit un fruit, un akène oléagineux, dont les graines sont utilisées pour produire des huiles alimentaires ou de massage (la fameuse huile de carthame) qui sont parfois intégrées à des produits cosmétiques pour les cheveux. Cette huile au parfum prononcé est surtout utilisée à froid. Non raffinée, elle a une légère saveur de noisette et sa couleur se rapproche du jaune ambré foncé, tandis que raffinée, elle ne présente aucune saveur et sa couleur est plutôt jaune pâle.

Un peu d’histoire.

Le 26 juillet 1488 marque le début de la bataille de Saint Aubin du Cormier considérée par les nationalistes bretons comme le début de la fin. Après avoir été défait par les troupes royales, François II, Duc de Bretagne, doit accepter le traité du verger signé le 19 août 1488. Le duc s’engageait à éloigner du duché les princes et tous les étrangers Malivelqui s’étaient mêlés de la guerre contre le roi de France ; il ne marierait pas ses filles sans consulter le roi de France ; St Malo, Fougères, Dinan et Saint-Aubin sont remises en garantie au roi dont les droits sur la succession ducale sont réservés pour le cas où le duc décèderait sans enfant mâle. Les mariages d’Anne de Bretagne avec Charles VIII puis avec Louis XII résultent de ce traité. A droite un dessin de Jeanne Malivel -1922-

Malgré cette victoire, et le traité du Verger, dès la fin 1488, la guerre reprend pour encorbezenn perrote trois ans, jusqu’à ce qu’en décembre 1491, Charles VIII épouse Anne de Bretagne. Cette bataille est considérée par les historiens comme le moment où la Bretagne perd définitivement son indépendance. Comme l’écrit Léon Le Meur, « La bataille de Saint-Aubin sonna le glas des espérances bretonnes ». Des nationalistes bretons, tel Célestin Lainé (triste sire peu fréquentable, créateur du Bezenn Perrot, milice bretonne de collaboration) ont fait disperser leurs cendres sur le lieu de la bataille. La peste soit de tous les nationalismes!

Bon, et bien voilà pour aujourd’hui, un mélange des genres en quelque sorte. Mais vous l’avez sûrement deviné, je suis assez pour le mélange. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Vingt dieux, la belle église…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, HUMEUR

, ,

Amis de la conscience éclairée et du maréchage réunis, bonjour ! Tiens, histoire de déroger un peu à la haute tenue traditionnelle qui sied à ce blogue, commençons par une histoire de gourgane-4-300x198vesces. Eh oui, nous sommes le Mardi 16 juillet 2019, 28è jour de Messidor que Fabre d’Églantine avait imaginé consacrer à la vesce, plante herbacée appartenant à la famille des Fabacées  dont certaines sont cultivées comme plantes fourragères ou comme légumineuses. Par exemple, la fève que nos cousins Québecois appellent « Gourgane » et que les anciens glissaient à l’intérieur des galettes des rois. Étonnant, non !

Un peu d’histoire.

Le concordat de 1801 est signé le 26 messidor an IX à minuit entre Joseph Bonaparte, frère du Premier consul Napoléon Bonaparte et le cardinal Consalvi, secrétaire d’État et représentant du pape Pie VII. Ce Concordat, en créant des relations officielles entre l’État français et la papauté, nécessite une réorganisation de la hiérarchie catholique en France. En Alsace et en Moselle le régime concordataire est toujours en vigueur : un avis du Conseil d’État du 24 janvier 1925 déclare que la loi du 18 germinal an X est toujours en vigueur. En effet, la loi de  66796_concordat-alsace-eglise-napoleonséparation des Églises et de l’État de 1905, mettant fin au concordat de 1801, a été votée alors que ces régions étaient rattachées à l’Allemagne (à la suite du Traité de Francfort de mai 1871). Concrètement, la loi de séparation de 1905 n’est pas appliquée en Alsace-Moselle et les quatre cultes catholique, luthérien, réformé et juif y bénéficient d’un statut officiel. Prêtres et laïcs en mission, pasteurs et rabbins y sont rémunérés par l’État. Les évêques de Strasbourg et Metz sont nommés par le chef de l’État. De fait, l’Élysée suit désormais le souhait du Saint-Siège. Le président de l’Église protestante de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine (EPCAAL), dont le nom est proposé par un vote du consistoire supérieur de cette Église, est lui aussi nommé par l’État. Les membres laïcs élus des consistoires israélites des trois départements doivent avoir l’agrément du Premier ministre.

Le régime concordataire français a été contesté à plusieurs reprises. Cela a été le cas notamment en 1924 par le Cartel des gauches, mais les Alsaciens et Mosellans se sont alors mobilisés pour le conserver. Les partis de gauche avaient inscrit l’abolition du régime particulier de l’Alsace-Lorraine dans leur programme jusque dans les années 1970, mais y ont renoncé ensuite. En 2006, le député de Moselle François concordat -2-Grosdidier soumet une proposition de loi qui vise à le maintenir tout en y intégrant le culte musulman (ben alors !). La demande de son abolition refait surface en 2011, quand une sénatrice du Parti de gauche, revient sur le sujet en marge du débat sur la laïcité mis en place par l’UMP. En attendant: En Alsace-Moselle, le régime concordataire reconnaît et organise les cultes catholique, luthérien, réformé et israélite. Seules ces religions, reconnues par l’État, peuvent bénéficier du régime concordataire. Les dispositions prévues concernent notamment : L’enseignement religieux du primaire au lycée. La rémunération des ministres des quatre cultes reconnus est prise en charge par l’État.

A part cela, nous vivons dans une république laïque sous le régime de la séparation des églises et de l’État. Allez, oubliez cela, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les feux de la Vieille…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis de la tiédeur estivale et du crabe mayo réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 08 juillet 2019, 20è jour de Messidor, dédié au parc…En Bretagne, certains célèbrent Saint TEI, bon ben, c’est pas une obligation non plus. On sait peu de choses de son histoire si ce n’est qu’il vécut au VI ème siècle et qu’il fût disciple de Guénolé fondateur de chapelle st Theyl’abbaye de Landevennec.  Francisé sous la forme de They, il est connu dans le Cornwall, sous le nom de St Day. Il a donné son nom à Lothey, près de Chateaulin (29). Entre la baie des Trépassés et la pointe du Van, la chapelle de Saint-They, la plus vaste des chapelles de Cléden, surplombe le raz de Sein au bord de la falaise. Cette chapelle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1914. Elle fut construite au XVIIe siècle à l’emplacement d’une chapelle plus ancienne qui tombait en ruine. La légende veut que la cloche de la chapelle St-They sonne d’elle-même pour avertir les barques et bateaux en danger, de se mettre sous la protection du saint et de la SNSM réunis (magnifique photo de Nicolas Buisson).

« Nul n’a jamais passé le Raz qu’il n’encourut crainte ou trépas. »

Au large, on aperçoit le phare de la Vieille situé dans le raz de Sein et bâti sur le rocher de la Gorlebella. Le raz de Sein est la route maritime la plus courte et la plus sûre pour les navires circulant entre l’Atlantique et la Manche; en effet, plus à l’ouest, des hauts-fonds, l’île de Sein puis la chaussée de Sein barrent la route sur plus de 30 milles. C’est phare et tourcependant un passage très dangereux du fait du courant très violent généré par les marées (jusqu’à six nœuds en vives eaux), de la mer souvent déferlante, et de nombreux rochers. Le courant lève, même par brise modérée, une mer très forte, gênante y compris pour des navires d’un certain tonnage. C’est dans cet enfer que les petits ligneurs du Cap vont pêcher le bar. Les feux de la Vieille (ne pas confondre avec les vieux de la vieille) seront allumés le 15 septembre 1887, date de fin des travaux. Cette date est gravée dans la roche; sur cette photo, on voit encore la tour Temperley qui fut détruite par la tempête en 2008.

Voila, si vous passé dans le coin, n’oubliez pas le ciré Cotten. En attendant, portez vous bien et à bientôt peut-être.

De Goulven à Benjamin…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la libre pensée et du clafoutis aux cerises réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 1er juillet 2019 c’est à dire le 13 de Messidor, jour habituellement consacré à la giroflée et non pas au clou de girofle comme voudraient nous le faire croire quelques arracheurs de dent. En ce jour nous fêtons Goulven qui a laissé son nom à une charmante petite commune non loin d’ici. Oyez son histoire.

La légende qui l’entoure mérite réflexion. Voici comment Albert Le Grand présente la chose:«Du Temps du Pape Vigilius & de l’Empereur Justinian I, l’an de salut 540, regnant en la Bretagne Armorique le Roy Hoël, dit le Faineant, II du nom, un certain personnage, nommé Glaudan, passa la Mer, 200px-063_Plougastel_Chapelle_Saint-Guénolé_Tryptique_Panneau_de_saint_Goulven-144x300&, quittant la grande Bretagne (qu’à present on appelle Angleterre), vint, avec sa femme Gologuenn, aborder la coste de Leon, en la Bretagne Armorique : étans sortis du vaisseau, ils prirent leur chemin le long du rivage, & arriverent en la Paroisse de Ploüider, distant de deux lieuës de la ville de Lesneven, &, voulant passer outre, la nuit les surprit en la greve qui est entre ledit Ploüider & Plou-neour-trez, de façon qu’ils furent contraints de chercher à loger, cette nuit, en un Village situé és paluds de Brengorut, mais le Païsan à qui ils s’adresserent, voyant que c’estoient des étrangers pauvres & necessiteux, les refusa, de sorte qu’ils furent contraints de loger en un lieu, nommé alors Odena, où Gologuenn accoucha dun Fils.» Vous constatez comme moi que le refus de l’autre, la xénophobie, la peur du migrant, tout cela n’a rien de nouveau et Goulven et sa petite famille en firent les frais comme aujourd’hui Mohamed ou Mamadou.

Bon, je vous fait grâce de la suite car, c’est long, très long, très très long… Le bon père Albert le Grand aurait fait fortune dans l’écriture de scénarios pour les séries télévisées. Personnages, suspense, rebondissements, tout y est. Dès qu’un paroissien lui parlait de bataille navalel’existence d’une source sacrée, d’un menhir ou d’un arbre liés à la très vieille et très ancienne tradition celtique et peut-être même plus ancienne encore; il sortait son petit calepin et inventait illico une histoire de saint garanti grand teint, fervent chrétien et si possible catholique. Voilà pourquoi il y a davantage de saints en Bretagne que de jours dans les calendriers. Néanmoins, si vos pas vous conduisent dans le secteur, prenez le temps de visiter l’anse de Goulven. C’est dans cette baie qu’eut lieu en Juin 1778, la fameuse bataille navale entre la frégate française La belle poule  (qui ramenait Benjamin franklin aux Amériques) et la frégate anglaise l’Arethuse.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.