Vous lisez actuellement la catégorieHISTOIRE

Page 1 de 33

La Commune n’est pas morte…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du stoïcisme et de la médecine par les plantes réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi vingt-deux Janvier 2020 c’est à dire le 3è jour de Pluviôse, cinquième mois du calendrier républicain français. Pour les puristes, Fragonje précise que Le décret du 4 frimaire an II orthographiait le nom du mois « pluviose », sans accent circonflexe. Ce jour était dédié au fragon, bien connu dans nos campagnes sous le nom de Petit-houx. Certains l’appellent la fragonnette et on l’utilisait autrefois pour fabriquer des balais. Pluviôse évoque toujours pour moi ce proverbe qu’utilisait mon aïeule: Glav da Sul, glav da Lun, Ha glav e-pad ar sizhun ( Pluie le dimanche, pluie le lundi, et pluie toute la semaine.) Cela ne devait pas s’appliquer à la Bretagne…

Tiens, à propos de Bretagne; dans l’histoire, la date du 22 janvier 1871, nous renvoie à un épisode peu glorieux pour les bretons. C’est le jour d’un soulèvement populaireTrochu-200x300 parisien ( prémisses de la Commune) pour empêcher le gouvernement de défense nationale de signer la capitulation devant les prussiens. une délégation des manifestants est reçue par Gustave Chaudey, adjoint du maire (Jules Ferry). Soudain, un coup de feu est tiré par un provocateur. Les Gardes mobiles bretons, commandés par le Bouëdec et dont fait partie le lieutenant James Marie Antoine Monjaret de Kerjégu,(du célèbre château de Trévarez) installés dans l’hôtel de ville tirent sur la foule qui s’éparpille tandis que des gardes nationaux ripostent.

C’est ce jour où Louise Michel prendra pour la première fois les armes. Et c’est encore un 22 Janvier, en 1905, qu’eurent lieu enterrement ses funérailles (ici à gauche, une eau- forte de Albert Peters-Desteract) elle vient de découvrir que ces gens là ne se défendent pas contre les prussiens mais contre les travailleurs parisiens. Le pouvoir était alors entre les mains du trop centerrement-de-Louise-300x237élèbre général breton Trochu.  Il fut vite remplacé par Thiers qui deviendra le massacreur des communards. Victor Hugo l’a marqué d’une définition cinglante : « Trochu, participe passé du verbe Trop Choir. » . Pour Trochu : « la fin, c’est l’ordre, l’ordre seul, qui se résume en trois mots: Famille, Propriété, Religion. Deux mois plus tard démarrait la Commune de Paris.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Mourir pour des idées…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la vérité historique et du vin de paille réunis, bonjour ! Nous le cenobite face à son claviersommes le Jeudi 16 janvier 2020, 27è jour de Nivôse, dédié au Plomb et vous me faites l’amitié de jeter un œil sur le billet quotidien des « cénobites tranquilles ». C’est le 4605è de la série et, comme vous, 554 875 autres visiteurs ont bien voulu s’y attarder un moment. Je ne dirais jamais assez l’indicible bonheur que cela me procure fusse au péril de ma modestie légendaire. Infime goutte d’eau dans l’océan chimérique d’internet, minuscule bloguinet tentant d’apporter sa pierre à l’édification d’une conscience universelle qui donnerait aux peuples la force de se débarrasser de tous ces malfaisants qui se sont accaparé  notre droit imprescriptible à disposer de nous mêmes…

Un demi siècle s’est écoulé depuis ce 16 janvier 1969, lorsque, en haut de la place Venceslas, à Prague, l’étudiant en histoire de la faculté de Lettres, Jan Palach, âgé alors de 21 ans, s’est immolé par le feu en signe de protestation contre l’invasion de lJan-Palacha Tchécoslovaquie par l’armée soviétique.Trois jours plus tard il succombait à ses brûlures. Ses obsèques, le 25 janvier, se transformèrent en une manifestation pour la liberté. Les chars soviétiques avaient envahi Prague pour mettre un terme à la politique de réforme menée par Alexander Dubcëk. Il aura fallu attendre encore vingt ans pour voir s’effondrer un système qui aura trahi ses propres valeurs pour se transformer en dictature bureaucratique.

Les hasards de la vie, ont voulu que je me trouve à Prague à cette époque et que, un an plus tôt je rencontre ce jeune étudiant. Il s’était évertué à m’éclairer sur la vraie figure du stalinisme et sur la signification de l’expression: socialisme à visage humain. En janvier 1989, le 20e anniversaire de la mort de Jan Palach provoqua une semaine chute-mur-berlind’importantes manifestations contre le régime communiste, appelée « Semaine de Palach ». Le 16 février, l’auteur dramatique Václav Havel, un des dirigeants du mouvement de la Charte 77, est arrêté par la police pour avoir voulu déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de Jan Palach. Le 20 février suivant il est condamné pour ce geste à neuf mois de prison ferme. Il deviendra président de la République Tchèque en 1993.  Le 9 novembre 1989, le gouvernement de la RDA déclare que le passage vers l’ouest est autorisé. Le même jour, des milliers de personnes se rassemblent aux points de contrôle pour pouvoir passer de l’autre côté et personne ne pourra les arrêter; le mur vient de tomber !

Allez, merci pour la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Mujeres libres…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

, ,

Amis de l’apophtegme et du Coco boer réunis, bonjour ! Nous sommesChat-pitre le Mardi 14 janvier 2020, 25è jour de Nivôse dédié au Chat comme ceux de Siné que je collectionne avidement. Profitant du jour anniversaire de sa disparition, voici le portrait rapide d’une militante que nous allons accrocher aux cimaises de notre galerie. Le 14 janvier 1994, mort de Federica Montseny, à Toulouse. C’est une des grandes figures de l’anarchisme et de l’anarcho-syndicalisme espagnol (elle fut l’amie de Durruti), et qui fut un temps ministre de la Santé pendant la guerre civile.

Elle est née le 12 février 1905 à Madrid. Fille des anarchistes Catalans Joan Montseny (Federico Urales)  et Teresa Mané (Soledad Gustavo) , fondateurs de la « Revista Blanca » (en 1898), Federica milite très jeune montseny-227x300à la C.N.T. . Avec son père, elle fait reparaître à partir de 1923 « La Revista Blanca », puis une nouvelle publication qui deviendra mensuelle « La Novela Ideal » (Le roman idéal) : romans de propagande libertaire, parlant d’antimilitarisme, d’entraide, d’amour libre, etc.). En 1930, elle se lie au compagnon Germinal Esgleas (ça ne s’invente pas). En 1936, elle est au comité régional de la C.N.T., et au comité péninsulaire de la F.A.I.. Elle participera au nouveau gouvernement républicain avec trois autres membres de la C.N.T (cette participation d’anarchistes au gouvernement sera largement controversée). En tant que Ministre de la santé, elle fera voter une loi légalisant l’avortement.

Federica Montseny est donc la première femme ministre d’Europe Occidentale. La militante anarchiste est à l’origine de lieux pour enfants et personnes âgées, de centres de formation pour femmes, notamment pour aider les prostituées à se libérer de leur milieu. A la fin de la guerre, elle est contrainte à l’exil en France, et connaîtra les prisons novela_libre-221x300françaises avec son compagnon Germinal. En effet, comme des milliers d’autres espagnol(e)s, elle doit fuir en France à la fin de la guerre, où elle est persécutée par la police nazie et franquiste qui réclament son extradition, refusée par les autorités françaises. Elle vit en liberté surveillée jusqu’à la libération. Installée à Toulouse, elle continue de travailler pour ses idées, publiant et dirigeant des périodiques anarchistes comme CNT et Espoir, ainsi que des livres (plus de 15 livres politiques et 50 non-politiques) et voyageant en Suisse, au Mexique, au Canada, en Angleterre et en Italie. On ne dira jamais assez le rôle joué par les anarchistes dans la lutte contre la dictature Franquiste et, il ne faut pas compter sur Pernaud ou Pujadas pour nous rappeler ce genre d’anniversaire.

Allez, merci à vous d’être passé par ici, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La complainte de la Butte…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la géologie et du rougail saucisse réunis, bonjour! Nous sommes le Vendredi 10 janvier 2020, 21è jour de carrièresnivôse dédié à la pierre à plâtre, autrement dit le Gypse. On l’a extrait pendant fort longtemps des fameuses carrières de Montmartre, dont le gypse fut exploité depuis l’époque gallo-romaine et transformé par les nombreux fours à chaux de la butte Montmartre. Ils ont longtemps servi à confectionner le plâtre le plus fin et le plus réputé, tant pour la construction que pour les moulages : le « plâtre de Paris » ou « blanc parisien ».

À la fin du XIXe siècle, les carrières s’étendaient sur plus de 300 km de galeries. Le plâtre fut utilisé à grande échelle dans la capitale, d’où le dicton Montmartrois : « Il y a bien plus de Montmartre dans Paris que de Paris dans18squarelouisemichel02-210x300 Montmartre ! » Hélas, lors de la Commune de Paris, les carrières de Montmartre furent transformées en lieu d’exécution et en fosses communes. D’ailleurs, lors de votre prochaine visite, cheminez donc jusqu’au bout de la rue Ronsard, vous y trouverez le square Louise Michel que j’évoquais hier; c’était l’entrée des carrières. C’est au gypse que l’on doit ces merveilleuses concrétions sédimentaires que sont les roses des sables. Et puisque l’on parle de Montmartre, prenez deux minutes pour écouter « la complainte… »

Et voila, maintenant vous l’avez dans la tête pour toute la journée…  Chez vous, je ne sais pas, mais ici la nature est en avance de plusieurs semaines: Tout bourgeonne, les narcisses pointent déjà le bout de leur queue et mes hortensias sont repartis pour un tour… Le réchauffement madame Michu! Allez, portez vous bien, faites du feu dans la cheminée, je reviens bientôt, peut-être.

In memoriam Louise Michel…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la chanson réaliste et du far aux pruneaux réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 09 janvier 2020, 20è jour de nivôse, consacré au van, mais si, vous savez, ce panier d’osier qui permettait de séparer le bon grain de sa balle.

Le 9 janvier 1905, mort de Louise Michel. Je ne pouvais pas ne pas évoquer cette grande figure emblématique des anarchistes français, enseignante, communarde, écrivaine, poète, militante et propagandiste infatigable. Elle deviendra institutrice. Mais, déjà rebelle, elle refuse de Louise-Michelprêter serment à l’Empire et préfère ouvrir une école libre à Audeloncourt puis à Millières. Elle arrive ensuite à Paris où elle y rencontrera Jules Vallès, Eugène Varlin et surtout Théophile Ferré avec qui elle se lie. Elle collabore aux journaux d’opposition et écrit de la poésie. Le 12 janvier 1870, habillée en homme et armée d’un poignard, elle est parmi la foule qui assiste aux funérailles du journaliste Victor Noir, assassiné. Le 22 janvier 1871, en habit de garde national, elle participe à la fusillade de l’Hôtel de Ville contre le gouvernement accusé de lâcheté. Dès le 18 mars, elle prend une part active à la Commune de Paris où elle collabore au journal « Le Cri du Peuple » de Jules Vallès. Durant la Semaine sanglante, elle tire ses dernières cartouches sur la barricade de la Chaussée Clignancourt. Petite réflexion en rapport avec l’actualité.

Le 16 décembre 1871, elle est condamnée à la déportation dans une enceinte fortifiée. Le 29 aout 1873 après 20 mois de prison elle est embarquée sur « La Virginie » en direction de la Nouvelle Calédonie où elle accoste quatre mois plus tard. Elle s’intéresse alors aux Canaques àLouise-tag qui elle va dispenser des cours, et prendra ensuite la défense des tribus lors de leurs révoltes contre le colonialisme. Amnistiée en juillet 1880 avec les autres communards, elle arrive le 9 novembre 1880 à Paris où elle est accueillie triomphalement par les ouvriers parisiens. Le 8 janvier 1882, elle est inculpée d’outrage à agent et condamnée à quinze jours de prison, suite à la manifestation marquant le 1er anniversaire de la mort de Blanqui. Libérée en  janvier 1886 elle devient rapidement la figure de proue des anarchistes. Exilée en Angleterre, elle y retrouve les communards Rochefort et Kropotkine. Enenterrement-Louise-1-300x2021 1895, elle se rend à Paris puis accompagne Sébastien Faure dont j’ai déjà parlé ici, et fonde avec lui « Le libertaire ».  le 13 septembre 1903, Louise Michel fut initiée au sein de la loge « la philosophie sociale » de la Grande Loge Symbolique Ecossaise maintenue et mixte. De retour, très affaiblie, elle meurt dans un hôtel de Marseille le 9 janvier 1905, à l’issue d’un meeting. Le 22 janvier 1905, ses funérailles entre Paris et le cimetière de Levallois-Perret seront suivies par une foule immense.

Et ben dis donc, quelle envolée pour un jeudi ! Allez, portez vous bien et, kenavo ar c’hentañ comme on dit par ici.

C’est reparti pour un tour…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la neige en hiver et du Picon-bière réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 04 Janvier 2020 qui correspond au quinzième jour de Nivôse dédié au lapin. Votre blogue préféré à bien failli rater le 800px-René_Madec-235x300passage vers l’an nouveau. Blocage, piquet de crêve, batterie à plat, rien à faire pour redémarrer. Mais comme disait ce vieux Jean: patience et longueur de temps… Et tout rentra dans l’ordre ! J’en connais qui vont fêter les Madeg. Madeg était un compagnon de Gwenneg. On suppose qu’il était l’un des nombreux frères du roi Judikael (roi des bretons qui fut soumis à l’allégeance par le bon roi Dagobert), et qu’il fit partie de ceux qui suivirent leur aîné Josse dans son voyage dans le Nord, qui se termina par la fondation d’une abbaye à Wormhoudt (59), non loin de Dunkerque.

C‘est justement un 04 Janvier en 629 qui vit l’avènement de Dagobert 1er à la mort de son père Clothaire II. Or donc, Dagobert qui, jusque-là, régnait sur l’Austrasie, se fait reconnaître roi de Neustrie par les évêques et les leudes (les hommes qui entourent le souverain). Son frère cadet Charibert (ou Caribert) obtient en compensation le gouvernement de l’Aquitaine. Deux ans plus tard, sa mort permet à Dagobert de reconstituer temporairement l’unité du Regnum Francorum de son ancêtre Clovis. Le roi, à Paris, s’entoure d’une cour relativement fastueuse et de conseillers émérites, comme le « bon saint Éloi » de la chanson, son argentier, qui ne manque pas de lui reprocher sadagobert-1st-king-of-france-from-628-to-638-history-of-france-by-jhenry-dc60yn débauche. Il soumet les Gascons et le chef breton Judicaël, signe même un traité d’amitié avec l’empereur byzantin Héraclius. Mais en 634, cédant à la pression des nobles d’Austrasie, il a la faiblesse de leur donner un roi en la personne de son fils de 10 ans, Sigebert III… C’est le début de la fin pour les Mérovingiens, inexorablement, ses souverains perdent le pouvoir effectif au profit de leur maire du palais (conseillers du Prince). Cela leur vaudra la réputation de « rois fainéants ». Oui, bon, d’accord mais, quel rapport avec Madec ? Aucun ! Ce prénom est encore porté; mais est aussi devenu un patronyme, illustré par le nabab René Madec, de Quimper, qui créa une armée privée qu’il mit au service du grand Moghol, Shah Alam II, qui le fit Nabab de première classe. Plus tard il deviendra roi des Indes; il faudra que je vous conte ses aventures un de ces jours. En attendant, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les Indiens sont là…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du positivisme avancé et du canard aux olives réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 09 décembre 2019 qui correspond aujuniperussabina 19 frimaire du calendrier Républicain, jour que nos amis républicains avaient dédié à la Sabine. Non, il ne s’agit pas de celle à qui vous pensez. La Sabine est une plante genre Genévrier mais, il est préférable de ne pas la confondre avec le Genévrier commun car ses baies sont hautement toxiques. Les Celtes, eux, vont fêter les Kern, forme réduite de McCarron, signifiant personne petite et brune. Tout un programme !

Une fois n’est pas coutume, rendons hommage à un résistant du nouveau continent. Red Cloud, (en sioux : Makhpyia-luta en français: Nuage rouge) né en 1821, mort le 9 décembre 1909 est un chef sioux. Red cloudChef des indiens sioux Oglala, il n’est pas fils de chef mais le devient pour son courage et sa témérité. Il gagne de nombreuses batailles et incite de nombreux chefs sioux a faire de même pendant la « Guerre du Nuage Rouge » qu’il dirige de 1866 à 1868, guerre qui vise le retrait des forces armées de la piste Bozeman, la piste du Montana
qui traverse le territoire sioux. Par le traité de Fort Laramie en 1868, il obtient l’abandon des forts militaires le long de la piste Bozeman ainsi que des garanties territoriales sur une réserve de 240000 km² (comprenant la partie occidentale du Sud-Dakota, le Nord du Wyoming et l’Est du Montana). En 1876 et 1889, les Sioux furent cependant forcés de concéder la plus grande partie de ce territoire.

Red Cloud ne prendra part ni aux affrontements de 1876, ni à ceux de 1890-91. Il meurt à 88 ans dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Située dans le Sud-Ouest du Dakota du Sud, entre la frontière du entrée de la réserveNebraska et les Black Hills, la réserve de Pine Ridge est l’une des 9 réserves du Dakota du Sud, qui font partie de la Grande Nation Sioux. Créée en 1878 en tant que « Agence de Pine Ridge ». Elle devint une réserve en 1889. Pine Ridge est la seconde plus importante réserve des Etats-Unis, comprenant approximativement 2 millions d’acres de territoire (800 000 ha). Parmi ses 38 000 résidents se trouvent approximativement 17 800 membres inscrits de la tribu Oglala. Les résidents sont dispersés entre sept petites villes, leur rendant difficile le maintien de la communauté qui est si importante pour leur culture Lakota. La réserve de Pine Ridge est bien connue pour être l’un des endroits les plus pauvres économiquement sur l’ensemble de l’Amérique du Nord. L’alcoolisme y est souvent le seul moyen de résistance à laréserve indienne dépression. Cette région a un des taux de mortalité infantile les plus élevés de la zone occidentale, accompagné de la plus faible espérance de vie concernant l’homme et la femme. Le chômage approche le taux des 75 %. L’eau courante et le tout à l’égout y sont un luxe. Le confort y est une chose inconnue. Encore un bel exemple de ce qu’est capable de produire cette grande démocratie Etatsunienne qui veut imposer son modèle au reste du monde.

Allez, je vous laisse méditer là dessus, soyez remercié de votre visite, je vous mets un chocolat de côté, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Adios, Durruti…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, ,

Amis de la métempsychose et de la soupe aux choux réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 22 novembre 2019, deuxième jour de frimaire dénommé jour du Turnep, Oui, bon, par chez nous on dit navet, ça fait plus franchouillard dans le pot-au-feu…

Il y a 83 ans, Barcelone enterrait Durruti.

Le 20 novembre 1936, mort de Buenaventura Durruti Dumange, à Madrid. Militant et activiste anarchiste et anarcho-syndicaliste espagnol, combattant antifranquiste, figure emblématique de l’anarchisme  espagnol. A noter que c’est aussi un 20 novembre, en 1975, que s’éteignit (enfin) à 83 ans, Francisco Franco y Bahamonde après un mois d’agonie et quarante ans de dictature. Le 22 de ce Durutti-D-mois de novembre, il y a 83 ans, les funérailles de Durruti à Barcelone furent le théâtre d’une immense émotion populaire. Plus de 500 000 personnes se pressèrent à l’enterrement de celui qui incarnait si bien la révolution libertaire espagnole, l’espérance d’un monde nouveau devenue possible. Ce fut l’une des manifestations ouvrière les plus importantes de l’histoire du prolétariat. Le spectacle de son enterrement fut inoubliable : sa mort « avait frappé Barcelone au cœur »; une foule d’habitants et toutes les organisations politiques et syndicales, sans distinction, accompagnèrent Durruti jusqu’au cimetière.

Francisco Franco, le vainqueur de la sanglante guerre civile qui a dirigé l’Espagne d’une main de fer jusqu’à sa mort en 1975, a été exhumé, ce jeudi 24 octobre, de son mausolée monumental près de Madrid. Rassemblés près du cimetière, environ 200 nostalgiques du régime ont chanté l’hymne du parti fascisant de la Phalange, pilier du 3edefb_valley-fallen-monument-is-one-europe-largest-mass-graves-spain-exhume-franco-640x427régime du dictateur en faisant le salut fasciste, bras droit tendu en avant. Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez avait fait du transfert de la dépouille du « Caudillo » une priorité dès son arrivée au pouvoir en juin 2018, pour que ce mausolée ne puisse plus être un « lieu d’apologie » du franquisme. Ordonnée par Franco en 1940 pour célébrer sa « glorieuse Croisade » catholique contre les républicains « sans Dieu », la construction du « Valle de los Caidos » (« La vallée de ceux qui sont tombés ») a duré près de 20 ans et été réalisée par des milliers de prisonniers politiques. Ce complexe monumental est surplombé d’une croix de 150 mètres de haut, visible à des dizaines des kilomètres à la ronde.

En Espagne, les plaies sont loin d’être refermées. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

St Aubin du cormier, début de la fin…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la peinture à l’eau et de la sardine à l’huile réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 19 novembre 2019, 29è jour de brumaire dédié au cormier. Il s’agit d’un bel arbre reconnu pour la dureté de son bois. Il a longtemps été le plus prisé pour la confection des fûts d’outils de cormiercorroyage (rabots, riflards, varlopes, guillaumes…), le pommier massif ou en semelle rapportée étant moins apprécié. Il fut aussi utilisé pour réaliser des outils de traçage, règles, trusquins, et de toise. Dans les moulins, les dents rapportées sur couronne en fonte de l’engrenage multiplicateur étaient faites en cormier. Les fruits, cormes ou sorbes, comestibles après blettissement (comme la nèfle), servaient aussi à préparer une boisson faiblement alcoolisée (piquette de cormes). Ils existent quelques spécimens remarquables de cormier qui peuvent être plusieurs fois centenaire comme celui-ci dans le parc du château du Martreil non loin de Chemillé dans le Maine et loire.

C’est à Saint-Aubin-du-cormier (35) que se déroula la fameuse bataille qui opposa les troupes du roi de France à celles du Duc de Bretagne; nous sommes en 1488. Vous connaissez la suite: François II dut 1024px-Saint-Aubin-Du-Cormier-300x239accepter le traité du Verger, signé le 19 août 1488. Le duc s’engageait à éloigner du duché les princes et tous les étrangers qui s’étaient impliqués dans la guerre contre le roi de France ; il ne marierait pas ses filles sans consulter celui-ci ; Saint-Malo, Fougères, Dinan et Saint-Aubin seraient remises en garantie au roi dont les droits sur la succession ducale seraient réservés pour le cas où le duc décèderait sans enfant mâle.

Les mariages d’Anne de Bretagne avec Charles VIII, puis avec Louis XII résultent de ce traité. La bataille de Saint-Aubin-du-Cormier met un coup d’arrêt à la révolte des princes : Louis d’Orléans, futur Louis XII, et le prince d’Orange sont 220px-Rennes_Cesson_042a-203x300capturés. Alain d’Albret et le sire des Rieux réussirent à s’échapper et jouèrent par la suite un rôle important dans le conflit qui aura lieu en Bretagne. En effet, malgré cette victoire, et le traité du Verger, dès la fin 1488, la guerre reprend pour encore trois ans, jusqu’à ce qu’en décembre 1491, Charles VIII épouse Anne de Bretagne et signe ainsi le début de la fin pour un éventuel État breton.  Comme l’écrit Léon Le Meur, « La bataille de Saint-Aubin sonna le glas de l’indépendance bretonne ». Des nationalistes bretons, tel Célestin Lainé (né à Nantes  mais élevé à Ploudalmézeau, créateur du bezenn Perrot et collabo notoire durant la seconde guerre. C’est lui qui fit sauter le fameux monument de l’Union de la Bretagne à la France, sur la place de la mairie de Rennes en 1932. ), ont fait disperser leurs cendres sur le lieu de la bataille.

Voilà pourquoi votre sœur est muette allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Comment peut-on être breton ?

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , ,

Amis de la vérité historique et de la moussaka réunies, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 13 novembre 2019, 23è jour de brumaire dédié à la garance; plante aujourd’hui tombée en désuétude qui servait essentiellement à produire de la teinture pourpre. A tel point qu’on la Garancenommait « rouge des teinturiers ».  les racines et les tiges souterraines contiennent de l’alizarine, qui a la propriété de donner aux tissus une belle couleur rouge. Les uniformes de l’armée française l’employaient abondamment avant la première guerre mondiale. « Le tristement célèbre pantalon rouge garance faisait des soldats des cibles parfaites pour l’ennemi». Cette teinture naturelle a été remplacée par des colorants synthétiques. La culture de la garance, très ancienne (elle est attestée depuis plus de 3000 ans en Inde) n’est plus qu’un souvenir. Il paraît qu’au milieu du XIXè on comptait cinquante moulins à garance dans le Vaucluse.

Par ici, on fête les Brice, éponyme de St-Brice-en-Coglès, du latin Brictius et/ou du Breton Brizh, successeur et disciple de Saint Martin évêque de Tours en 397, mort en 444. Des jaloux dirigèrent contordali10re lui des calomnies qui trompèrent le bon peuple de Tours; il fut chassé de son siège, obligé de se retirer à Rome : accusé d’avoir eu un enfant avec une religieuse, non mais, vous imaginez ça, madame Michu? Il dut subir l’Ordalie en marchant sur des charbons ardents. Il réussit l’épreuve sans brûlures et put ainsi se disculper et fut rappelé quelques années plus tard.

Le 13 novembre 1002, le roi anglo-saxon Ethelred II (dit le malavisé) massacre en grand nombre des Danois qui s’étaient établis sur ses terres. Parmi ses victimes figurent la sœur et le beau-frère du roi de Danemark, Sven à la Barbe fourchue (grossière erreur). Ce dernier est un redoutable chef viking qui, en réplique au « massacre de la Saint-220px-Sweyn_ForkbeardBrice », entreprend derechef de conquérir l’Angleterre, autrement dit le pays des Anglo-Saxons. En effet, l’Angleterre doit son nom aux envahisseurs germaniques qui avaient pris la place des Romains. Venus de l’Allemagne actuelle, les Angles et leurs cousins Saxons débarquent sur l’île de Bretagne au Ve siècle après Jésus-Christ. Ils chassent peu à peu des plaines les premiers habitants, des Celtes dénommés Bretons. Les Bretons se réfugient dans les montagnes d’Écosse, du pays de Galles ou de Cornouaille. Quelques-uns traversent la Manche et s’établissent à la pointe de la Gaule, en des lieux austères, désertés par les Gallo-Romains, qui prennent le nom de « petite Bretagne ».

Et voila pourquoi, votre serviteur se gave de galettes saucisses en buvant du cidre de kermao et en dansant la gavotte. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.