Vous lisez actuellement la catégorieActualités

Page 1 de 16

A l’origine du Gwenn-ha-du…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la métaphore et de la crêpe Suzette réunies, bonjour ! Nous sommes donc le Mercredi 15 janvier 2020, 26è jour de nivôse dédié à l’Etain.

Depuis quelques temps, les couloirs des réseaux sociaux bruissent d’une rumeur qui fait causer dans le Landerneau internetique: Un emoji drapeau breton sera bientôt gwen ha dudisponible! L’occasion est trop belle pour se priver d’une piqure de rappel. D’où vient ce drapeau breton  incontournable quelque soit l’évènement télévisé auquel on assiste: foot, cyclisme, festival, manifs… Le premier Gwenn-ha-Du est créé entre 1923 et 1925 par Morvan Marchal, architecte et militant nationaliste breton, premier directeur du journal Breiz Atao (Bretagne toujours) d’inspiration pan-germaniste. Ce drapeau a donc été dessiné au début du XXe siècle seulement. On pourrait penser qu’il s’est inspiré du drapeau américain et, c’est bien le cas. Mais pas que! Il s’est inspiré également du blasdrapeau bretonon de Rennes. Les bretons l’ont appelé le Gwenn-Ha-Du : littéralement « Blanc et Noir ». C’est la bannière herminée ! Les bandes du drapeau américain représentaient les 13 états unis à l’origine. Pour le drapeau breton, les 9 bandes du drapeau breton représentent les 9 anciens évêchés : les quatre bandes blanches pour la Bretagne bretonnante ou Breiz – les cinq bandes noires pour la Bretagne gallaise ou Bertaèyn.

 

Les hermines constituent l’héritage du duché de Bretagne. L’hermine était aux ducs de Bretagne ce que la fleur de lys était aux rois de France. Il en va de même pour le soi-disant hymne national crée par le barde Jaffrenou dit Taldir, à partir d’un chant gallois. Le « Bro Goz ma zadou » fut proclamé chant national par les maurrassiens dePavillon_de_Nantes_(20è_siècle).svg l’Union Régionaliste Bretonne à leur congrès de 1904. On peut donc affirmer, sans pour autant vouloir polémiquer, que, le gwenn-ha-du est un drapeau créé par une organisation raciste qui opérait une jonction avec les pangermanistes et les nazis; raison pour laquelle il fut interdit à la libération. Historiquement le drapeau breton c’est la croix noire sur fond blanc. Cet emblème fut adopté  en 1236-1237 quand Pierre Mauclerc fut pressenti par le pape Grégoire IX comme chef de la future croisade. Croix noire que l’on retrouve d’ailleurs sur le blason de la ville de Nantes.

Et voila pourquoi votre sœur est muette… Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

La bourse ou la vie…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de l’anacoluthe et de l’endive braisée réunies, bonjour! Nous sommes déjà le Samedi 11 janvier 2020, 22è jour de nivôse dédié au sel… Aujourd’hui donc, le calendrier des postes voudrait nous faire croire que c’est la saint Paulin; en vérité, en Bretagne armoricaine, c’est la saint Hernin.

Et pendant que les gueux battent le pavé en rêvant d’une retraite qui ne soit pas une Bérézina, les gougnafiers de la Phynance continuent de se goinfrer. Comme le rapporte le journal Les Echos ce jeudi 9 janvier, les détenteurs d’actions de la cote parisienne ont été mieux servis que jamais en 2019, avec pas moins de 60 milliards d’euros de dividendes, selon la dernière étude annuelle réalisée par la lettre Vernimmen.net, dont 49,2 milliards d’euros en espèces sonnantes et trébuchantes, battant le la bourseprécédent record (43 milliards) atteint juste avant le déclenchement de la crise financière. 2019 restera donc comme un grand millésime pour les boursicoteurs, puisque le montant du Jackpot restitué aux actionnaires a bondi de 12 % par rapport à 2018. Et la fête n’est pas finie, à en croire les auteurs de la lettre Vernimmen.net : « Il est probable que l’an prochain, les chiffres que nous publierons seront encore meilleurs compte tenu de la progression des résultats 2019 que l’on entrevoit », se félicitent-ils auprès des Echos. Et c’est ainsi partout (ou presque) dans le monde: Après un record l’an dernier, les dividendes mondiaux n’en finissent pas de grimper, atteignant, au deuxième trimestre, 513,8 milliards de dollars (462,93 milliards d’euros), selon une étude menée par le fonds de gestion Janus Henderson Investors.

1 027 milliards d’euros ont été distribués en 2017 aux actionnaires, l’équivalent du PIB de la Russie ou de l’Espagne. Si l’on en croit Dominique Plihon. « On n’a pas retrouvé les niveaux d’activité d’avant la crise et, pourtant, les marchés financiers s’envolent et les distributions de dividendes battent des records. Cette euphorie est inquiétante, alors que l’économie reste particulièrement fragile. Il me semble important les gros billetsdit-il de mettre en relation ces distributions spectaculaires de dividendes en 2017 avec la croissance des inégalités dans le monde. L’universitaire, membre du collectif des économistes atterrés, dénonce ainsi le court-termisme dangereux des entreprises, qui gavent leurs actionnaires plutôt que d’investir dans leur outil productif ou dans la transition énergétique. Il rejoint ainsi les études d’Oxfam: l’année dernière, il y a eu un net creusement des inégalités. Et une augmentation du nombre de milliardaires la plus importante de l’histoire contemporaine grâce aux revenus financiers, alors que 90 % de la population n’en bénéficient pas. ». Quant on vous dit que ça va pas être facile de financer votre retraite…

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Bethléem: Noel au pied du mur…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

,

Amis de la mistoufle et des restos du cœur réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 28 décembre 2019, 8è jour de nivôse que les républicains avaient dédié au fumier, allez savoir pourquoi, justement le jour où l’on célèbre les saints innocents mis à mort par Hérode d’Ascalon…

D’autres innocents mis à mal par leurs voisins sont les palestiniens. A bien des égards, Bethléem est devenue la ville emblématique sous occupation: sa population est confrontée à des violences quotidiennes, sa géographie historique et son paysage sont abîmés par l’expansion rois magesdes colonies illégales, le mur israélien de séparation enfonce profondément ses méandres dans son cœur et la coupe de ses liens ancestraux, politiques, sociaux, économiques et religieux avec Jérusalem et le reste de la Cisjordanie. Pour les Palestiniens qui vivent à Bethléem et dans ses environs, chaque Noël devient moins une raison de se réjouir qu’une raison de réfléchir sur l’immense tragédie qui s’est abattue sur la ville sainte où vit l’une des plus anciennes communautés chrétiennes de la Terre. l’occupation israélienne a radicalement limité la liberté de culte des Palestiniens et leur accès aux églises en Terre sainte. Depuis que le mur d’Israël est terminé dans la partie nord de la cité, Bethléem et Jérusalem sont désormais complètement coupées l’une de l’autre.

Ni le gouvernorat de Bethléem ni la cité n’ont échappé aux conséquences dévastatrices de l’occupation et de la colonisation implacables de la terre palestinienne par Israël. Créant « des réalités sur le terrain » qui rendent une solution à deux États impossible, Israël continue de mettre en œuvre une série de politiques qui combinent les éléments de l’occupation, de la colonisation et de l’apartheid pour, délibérément, étouffer et morceler Bethléem et ses environs. Ceci comprend notamment la confiscation continue de la terre derniere-oeuvre-artiste-britannique-Banksy-petite-creche-Noel-emmuree-exposee-20-decembre-2019-Bethleem-Cisjordanie-occupee_0_729_499palestinienne pour la construction des colonies et du mur israéliens en violation du droit international, de même que l’application forcée de restrictions physiques et administratives à la liberté de mouvements pour les Palestiniens, tant par un réseau toujours plus important de check-points et de barrages routiers que par un régime d’autorisations extrêmement sévère qui limite les lieux où les Palestiniens peuvent vivre, circuler et travailler. L’artiste de rue Bansky en a fait une œuvre exposée dans l’entrée de l’hôtel «Walled-Off»: Une petite crèche disposée devant des pans de mur transpercés par un obus.Vous qui me suivez depuis un moment, vous savez que je n’ai avec toutes ces religions et leurs églises respectives, aucune sorte d’affinités. Mais ce qui se passe à deux heures d’avion de chez nous, sous le regard complice et le silence assourdissant de la communauté internationale me révolte profondément. Celle-là même qui se mobilise et se dit prête à utiliser la force pour ramener dans le droit chemin quelques djihadistes égarés, détourne ostensiblement les yeux dès qu’il s’agit d’Israël.

Allez, c’est assez pour aujourd’hui, à l’allure où ça va, c’est pas demain que les Gazaouis connaîtront la joie et la gaieté. Nedeleg laouenn, bloavez mat ha yec’hed mat d’an holl, bonne année, bonne santé, salut et fraternité, vive la sociale et à bas la calotte…  Portez vous bien et à bientôt peut-être. je me répète mais, comme le dit Lewis Carrol: What I tell you three times is true.

Votre argent m’intéresse…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis du crétacé supérieur et de la lutte des glaces réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 19 décembre 2019, 29è jour de frimaire dédié à l’olive et c’est la saint Urbain.

Les plus âgés s’en souviennent peut-être. Au début des années 70, la BNP lançait une campagne publicitaire pour le moins iconoclaste: « pour parler franchement, votre argent m’intéresse.» Aujourd’hui, d’autres requins de la phynance glisseraient bien leurs petits petons dans nos bas de laine… Depuis plusieurs jours, des médias curieux, des responsables politiques envieux (de droite comme de gauche) et des internautes sourcilleux, soulignent une proximité entre Emmanuel Macron et BlackRock, plus gros gestionnaire d’actifs au monde, qui rêve votre argent m'intéressede voir instaurer en France un système de retraite par capitalisation. Il semblerait en effet que peu après la prise de ses fonctions, Macron a invité Larry Fink, le Pdg du fonds spéculatif américain BlackRock. Officiellement il s’agissait de parler «climat» la réunion a eu lieu le 10 juillet 2019 en présence des plus grands fonds souverains de la planète, BlackRock, Goldman Sachs, BNP Paribas, HSBC, Natixis, Amundi, State Street et Northern Trust. Et aussitôt, les mauvaises langues d’imaginer que Emmanuel Macron veuille favoriser les privatisations en France. Il est vrai qu’à cet effet, le Président de la République a crée une commission dont l’un des membres n’est autre que le patron de BlackRock France, Jean-François Cirelli. Cet ancien conseiller du président Chirac ne cesse de réclamer un recours accru aux fonds spéculatifs pour l’assurance vieillesse. BlackRock, c’est le mastodonte des fonds de pensions américains, près de 7 000 milliards de dollars d’actifs, soit plus de deux fois le PIB de la France. Voilà ce qu’est BlackRock.

Sauf que BlackRock n’est pas n’importe quel mastodonte. En effet, il s’agit ni plus ni moins que l’une des principales, si ce n’est la plus importante, entreprises de fond de pension américain, qui lorgne de longue date sur le pécule que représente le marché français. BlackRock possède aujourd’hui des participations significatives BlackRockdans 18 des 40 sociétés du CAC40, l’indice des valeurs phares de la Bourse de Paris comme AXA, Sanofi, Safran, la Société Générale, BNP Paribas, Schneider Electric, Michelin, Vivendi, Accor Hotels ou Lafarge Holcim. Il ne s’agit pas d’un groupe de death metal mais du plus gros gestionnaire d’actifs mondial, une firme new-yorkaise qui investit à tout va et à long terme pour pouvoir faire fructifier au mieux l’épargne des retraités américains. Une nouvelle qui ne manque pas d’embarrasser le gouvernement, qui tente par tous les moyens de rassurer l’opinion publique au sujet de la réforme des retraites, balayant tout argument allant dans le sens qu’il s’agirait d’une réforme ouvrant la porte à des complémentaires retraites par capitalisation… Entre l’affaire Delevoye et cette rencontre Macron/BlackRock, cette ligne de défense vient de prendre deux uppercuts consécutifs, et permet aux complotistes de tous poils d’y déceler les réels desseins du gouvernement.

Allez, merci pour la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Faites vous des amis…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités, HUMEUR

, ,

 

Amis de la liberté de s’exprimer et des tortellini alla pana réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 05 décembre 2019, quinzième jour de frimaire dédié au chevreuil. Dans la série: la bêtise humaine est décidément incommensurable, en Alsace, des bas du front ont à nouveau profané un cimetière juif. Du coup, les opportunistes d’En Marche s’engouffrent dans la brèche et l’Assemblée Nationale adopte une résolution assimilant antisionisme et antisémitisme.

Les députés étaient invité à adopter, ce Mardi 03 Décembre, la résolution Maillard (soutenue par le gouvernement) assimilant antisémitisme et antisionisme. On nage en pleine confusion, à moins, diront les mauvaises langues, qu’il ne s’agisse d’un soutien déguisé à la libertalia-vidal_antisionisme-couv_web_rvbpolitique de l’État israélien. En effet, l’antisémitisme est un délit, puni comme tous les racismes par les lois françaises; l’antisionisme est une opinion que chacun est libre d’approuver ou non. « L’antisionisme est le fait de critiquer la pensée de Theodor Herzl, le fondateur du mouvement sioniste, pour qui d’une part les juifs ne pouvaient pas s’assimiler, s’intégrer dans les sociétés dans lesquelles ils vivent et donc, secondement, il fallait un État pour que tous puissent s’y rassembler ». Cette pensée est ancienne : elle date de la fin du XIXe siècle, donc avant la Shoah; explique l’historien Dominique Vidal. Pour ma part, je revendique le droit de pouvoir critiquer la politique de M. Netanyahu [le premier ministre israélien], comme on doit pouvoir critiquer une politique de théocratie islamiste sans passer pour un antimusulman ou sans passer pour un antisémite. La résolution reprend la définition de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), déjà validée par le Parlement européen et 20 pays dont 16 de l’UE, et appuyée par Emmanuel Macron en février devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Le président avait alors affirmé vouloir élargir la définition de l’antisémitisme à l’antisionisme. Dans un même temps, un collectif de 127 intellectuels juifs avait en revanche jugé « hautement problématique » le texte car il « assimile (…) l’antisionisme à l’antisémitisme ». « De nombreuses victimes de l’Holocauste étaient antisionistes », rappelle-t-il dans une tribune au Monde.

Or donc, l’antisionisme relève du débat d’idées et, la véritable question relative à la cohabitation israélo-palestinienne, source de nos préoccupations, est que deux populations vivent de facto dans un seul État, sous une même autorité, mais l’une a tous les droits, l’autre n’en a aucun. Je pense que c’est le démantèlement de ce système de600-boycott-israeld’apartheid qui est à l’ordre du jour. Effectivement, comme le précise l’universitaire israélien Shlomo Sand sur son blog : « Je n’ai aucun doute sur le fait que l’un des facteurs qui empêchent la judéophobie de régresser est précisément la politique pratiquée par Israël à l’encontre des Palestiniens : ceux qui vivent, comme citoyens de deuxième catégorie, à l’intérieur de « l’État juif », et ceux qui, depuis des décennies, subissent une occupation militaire et une colonisation brutales. » Par ailleurs, si une loi interdisait l’antisionisme, cela signifierait qu’on autorise les sionistes à interdire leurs adversaires. Rappelons que dans notre justice, le délit d’opinion n’existe pas (pas encore).

Et voila, je vais encore me faire des amis. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

 

C’est toujours occupé…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la poésie ibérique et de la cochonaille du même nom réunies, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 20 novembre 2019, 30è jour de brumaire dédié au rouleau, sorte de herse rotative encore nommée « brise-motte ».

En Palestine, pendant les travaux, la colonisation continue. J’avais décidé de ne plus traiter ce sujet tant le sort injustifiable réservé aux palestiniens, comme aux kurdcoloniees d’ailleurs, me noue les tripes mais, l’actualité nous rattrape. Les États-Unis ne considèrent plus contraires au droit international les colonies israéliennes en Cisjordanie, a annoncé, lundi 18 novembre, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. Et pourtant,ces occupations de territoires palestiniens sont jugées illégales par l’Organisation des Nations unies (ONU) et une grande partie de la communauté internationale, qui voit en elles un obstacle majeur à la paix. Au moment où les partis israéliens mènent de difficiles tractations pour former un nouveau gouvernement, cette 19722501lpw-19722508-article-cisjordanie-israel-colonies-jpg_6686464_660x281décision peut être interprétée comme un coup de pouce au premier ministre israélien sortant, Benyamin Nétanyahou. Ce dernier a proposé, pendant la dernière campagne électorale, d’annexer une partie des colonies de Cisjordanie occupée. L’Union européenne a, pour sa part, réaffirmé sa condamnation de la politique de colonisation israélienne, en rappelant sa position. « Toute activité de colonisation est illégale au regard du droit international et compromet la viabilité de la solution à deux États et les perspectives d’une paix durable, comme le réaffirme la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Pendant ce temps,  la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a statué en faveur d’une législation controversée concernant l’étiquetage « des denrées alimentaires originaires de territoires occupés par l’État produits-territoiresd’Israël ». Au nom de « l’information des consommateurs », celles-ci doivent « porter la mention de leur territoire d’origine » et indiquer si, à l’intérieur de ce territoire, elles proviennent d’une colonie israélienne. L’État hébreu a aussitôt dénoncé une décision qui pourrait nuire à son image et à ses exportations. Et pendant que les diplomates s’égosillent, la  population en Cisjordanie, à l’exclusion de Jérusalem-Est, est passée de 16 200 autour des années 80 à 427 800 en 2018, selon l’organisation israélienne Peace Now. Cette croissance  rend de plus en plus difficile, voire impossible, la création d’un État palestinien à côté d’Israël.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Avec les pompon, avec les pompiers…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis des chinoiseries et du thé noir réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 17 octobre 2019, 26è jour de vendémiaire dédié à l’aubergine. Tiens, commençons cette semaine par un peu d’humour: celui-ci est glané dans les colonnes du Canard enchainé: « Ten years ago we have Steve Jobs, Bob Hope and Johnny Cash, now we have no jobs, no hope and no cash. » Amusant non!

Triste anniversaire que ce 17 Octobre mais la montée nauséabonde du sentiment raciste et les percées électorales des divers populismes nous obligent à y revenir. 17 Octobre 1961 : à l’Appel de la Fédération FLN de France des milliers d’algériens ont convergé vers le Centre de Paris pour réclamer l’indépendance de leur pays. Selon Réné Rémond, notre siècle manif-FLN-G1918-1968, Paris, Fayard, « la soirée est tragique : des dizaines, peut-être des centaines d’algériens sont tués, jetés dans la Seine, où l’on repêche leurs corps. Le bilan officiel fait état de 11538 arrestations, mais reste discret sur les atrocités de cette soirée. » le sinistre Maurice Papon, alors préfet de police de paris a déclaré à la télévision française en 1993, selon libération n’avoir « aucun remords, aucun signe d’angoisse. il a regretté son incapacité à n’avoir pu, en quelque sorte, maintenir l’ordre ». son directeur de cabinet avait pourtant confirmé à l’historien Michel Winock que « la seine charriait de plus en plus de cadavres … noyés par balle ». le responsable de cette bévue monumentale, qui relève du terrorisme d’état, sera récompensé par un portefeuille ministériel sous la présidence  de Giscard d’Estaing.

Aujourd’hui, les sbires de Castaner cognent sur tout ce qui bouge. Les derniers à avoir tâté de la matraque se sont les pompiers. Résultats, les bonnes âmes s’émeuvent. En France, cher pays de mon enfance, on est comme cela; vous pouvez gazer des gilets jaunes, molester des écolos, zemmouréborgner des zadistes mais jamais, ô grand jamais, bousculer des pompiers. Non, à l’approche des échéances électorales, la hargne doit se focaliser sur le grand Satan musulman qui menace nos filles et nos compagnes; sur ces mamans qui accompagnent les petits en sortie scolaire sans même ôter leur fichu de dessus la tête. Voila qui fait recette, d’ailleurs CNews ne s’est pas trompé et la nouvelle émission de Eric Zemmour vient de tripler son audience. En vérité, madame Michu, il se fait dans ce pays un bruit de bottes et de casque à pointe nimbé de gaz lacrymogène; une certaine émanation d’un fascisme rampant qui ne dit pas son nom mais qui me fout la gerbe.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien (néanmoins) et à bientôt peut-être.

 

Joao Gilberto nous a quitté…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de l’émancipation féminine et de la potée bretonne réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 09 juillet de l’an de grâce 2019 et vous êtes encore devant votre ordinateur. Ce jour est le 21è de messidor dédié à la menthe.

Comme chaque année, je répond à l’appel des ondes et de Lolobobo réunis en participant à :La radio de l’été des blogueurs; mais à la vérité, je ne sais pas si cette excellente initiative de Laurent est toujours d’actualité.. Voici une radio de l'étéchanson qui pour moi représente le mieux, l’été, le soleil, la plage. C’est une version de « The girl from Ipanema » que l’on doit au célèbrissime Vinicius da Moraès et que vous allez reconnaître dès les premières notes. La chanteuse c’est Astrud João, la propre femme de Gilberto João le roi de la Bossa qui vient de nous quitter ce samedi à 88 ans.

Dans un appartement de Copacabana, la nouvelle vague, « bossa nova » en argot carioca – poètes, musiciens – se réunit chez Nara Leao, une petite chanteuse de 14 ans. Il y a là Vinicius de Moraes, Newton Mendonça, Carlos Jobim et un jeune homme timide, João Gilberto. Les deux premiers composAstrud & Joaoent, le troisième écrit et le dernier chante de sa voix timide. C’est un chuchotement, un souffle, « la dernière étape avant le silence », disent les critiques. Seul sur son tabouret, avec sa guitare, il invente « la batida », un rythme sensuel et impose le « canto falado », le chant parlé. Avec Vinicius de Moraes et Carlos Jobim, il formait ce qu’un critique à nommé «la sainte trinité de la Bossa nova».

Sur cette vidéo, le sax c’est celui de Stan GETZ. En 1962,il découvre le Brésil et la bossa nova. Il enregistre à New Getz_GilbertoYork en 1963 le fameux album Getz/Gilberto avec le « père » de la bossa nova, João Gilberto et aussi la participation de son épouse Astrud notamment dans une version du standard de Tom Jobim et Vinícius de Moraes : A Garota de Ipanema qui deviendra en anglais The Girl from Ipanema et sera la version de ce morceau la plus connue et la plus jouée sur les radios.

Allez, la tristesse est infinie disait João Gilberto; portez vous bien et à bientôt peut-être.

Passe ton bac d’abord…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de l’allégorie et du véritable bretzel réunis, bonjour ! A force de l’attendre, c’est enfin arrivé, nous sommes le Mercredi 19 Juin 2019, premier jour de messidor dédié au seigle. Vous remarquerez au passage que nos amis républicains avaient l’âme autrement plus poétique que les messidortechnocrates Onusiens d’aujourd’hui qui nous concoctent la journée de la femme, du braille, des zones humides, de la trisomie, du sommeil, de l’eau, de la tuberculose, j’en passe et des moins drôles. Messidor, tirait son nom « de l’aspect des épis ondoyants & des moissons dorées qui couvrent les champs de juin en juillet », selon les termes du rapport présenté à la Convention nationale le 3 brumaire an II par Fabre d’Eglantine, au nom de la « commission chargée de la confection du calendrier ». Son poème en l’honneur de messidor par contre est d’une nullité rarement égalée :
Quel repos plein d’attraits goûte la Moissonneuse
Quand aux travaux du Jour succède un doux Sommeil
Cérès par tes présens tu rends la vie heureuse
Jamais on ne les voit s’évanouir au réveil

Tiens, sujet de dissertation pour le bac: la ferveur révolutionnaire est-elle soluble dans la poésie ? Vous pouvez aussi, inverser les termes de la problématique. Vous avez quatre heures. Ah, le bac ! Le bachot comme disait mon aïeule; expression aujourd’hui totalement désuète pour nos chères têtes blondes pour qui les trois lettres BAC évoquent baccalaureat-bac-la-reunion-resultat-2016-2015surtout les gentils policiers qui se sont illustré par leur empathie musclée envers les méchants gilets jaunes. Le mot baccalauréat est issu de l’altération de l’ancien français bacheler et du latin médiéval baccalarius, « jeune homme qui aspirait à devenir chevalier », sous l’influence de laureare « couronner de lauriers », les docteurs parant le front des nouveaux bacheliers de baies de laurier.

Ce qui suit n’a rien à voir mais, par ici, on célèbre les Riwanon qui, comme chacun le sait était la sœur de Urfol et de Rivoaré. Elle rencontra le barde Houarvian dont j’ai dressé le portrait dernièrement, l’épousa, et donna naissance à Hervé, aveugle, puis se sépara de Houarvian pour vivre en ermite et confia Hervé à saint Urfol. ma Doue benniget ! Pour ma part, je vous confie les clés de ce blogue et je retourne me coucher. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le charme discret de Bilderberg…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

,

Amis de la philosophie et de la soupe à l’oignon réunies, bonjour ! Nous voici le Vendredi 14 juin 2019, 26è jour de prairial dédié au jasmin-300x218jasmin. Avant de donner son nom à une révolution méditerranéenne (le jasmin est la fleur emblématique de Tunisie) cette plante avait conquis les parfumeurs. L’un d’entre-eux, Jean Patou, disait à propos du jasmin, qu’il fallait 10 600 fleurs pour produire une once de parfum. On dit que Cléopâtre serait allé à la rencontre de Marc-Antoine sur un bateau dont les voiles étaient enduites d’essence de jasmin… Il est vrai qu’elle avait du nez !

Tiens, c’est dans la discrétion que le groupe Bilderberg s’est réunit du 30 Mai au 02 Juin à Montreux, sur les rives du lac Léman, pour sa 67e édition; plus précisément dans l’enceinte du Fairmont Le Montreux Palace, un hôtel de luxe de la cité helvétique. Discrétion illustrée par ce rideau de plantes vertes afin d’occulter l’entrée du palace. Comme de coutume, cette réunion suscite de nombreux commentaires. Quelques français y participaient:  Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire tout comme Clément Beaune, conseiller Europe et G20 palace suissed’Emmanuel Macron. Les PDG de Total (Patrick Pouyanné), Thales (Patrice Caine) et Axa (Thomas Buberl) ont aussi été invités. L’historien François Godement, spécialiste de la Chine et de l’Asie de l’Est – par ailleurs conseiller pour l’Asie à l’Institut Montaigne et consultant externe au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères française. A noter que le groupe Bilderberg est présidé, depuis 2012, par celui qui assure la direction de l’Institut Montaigne, l’ancien PDG d’Axa: Henri de Castries. Le groupe Bilderberg, constitué en 1954, formellement par l’initiative «d’éminents citoyens» étasuniens et européens, fut en réalité créé par la Cia et par le service secret britannique MI6 pour soutenir l’OTAN face à l’URSS. Après la guerre froide, il a gardé ce même rôle en soutien de la stratégie USA/OTAN.

La préparation d’événements politiques inattendus est une caractéristique du Groupe de Bilderberg. Ainsi, invita-t-il en 2014 Emmanuel Macron, qui y prononça sa rupture d’avec François Hollande. Ou en 2016 le maire du Havre, Édouard Philippe, qui y prononça son ralliement à Emmanuel Macron. Les deux hommes devinrent président de la République et Premier ministre (lbilderberga vie est faite de coïncidences madame Michu). je vous invite donc à scruter la composition des prochains gouvernements; si vous y voyez apparaître le nom de Clément Beaune ou François Godement… Tirez-en les conclusions que vous voudrez avant d’être taxé de complotiste. La principale question discutée cette année était “Un ordre stratégique stable”, une entreprise noble qui peut être interprétée soit comme la création d’un nouvel ordre mondial, soit comme un effort légitime des généreuses élites pour guider l’humanité sur le chemin de la concorde universelle.

Allez, vous pouvez reprendre une activité normale, portez vous bien et à bientôt peut-être.