Résultat de recherche pour “William GODWIN”

Page 1 de 1

Photo de l'artiste William GODWIN

William GODWIN


Philosophe et romancier, précurseur de l'anarchisme.
Voir la page wikipédia de l'artiste William GODWIN


Faisons le point sur Godwin…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la réforme fiscale et de la potée bretonne réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 03 Mars 2017 qui correspond au 13è jour de la-fumeterreventôse dans notre calendrier républicain. C’est le jour de la Fumeterre… Jolie plante sauvage que les apothicaires utilisaient pour soigner l’eczéma. Dépêchez vous de l’utiliser car avec un nom comme celui-la elle risque bientôt d’être interdite à la cueillette. Tiens, aujourd’hui, c’est la St Gwenolé: moine des environs de Paimpol, Gwenolé fonde l’abbaye de Landévennec, dans la rade de Brest, en 485, au temps de Clovis. Populaire parmi les Bretons, il était invoqué contre la stérilité des femmes et pour protéger les marins.

Tout à fait autre chose.

Le 3 mars 1756, naissance de William GODWIN à Wisbeach, comté de Cambridge. Penseur et théoricien anglais, précurseur de l’anarchisme. Pour éviter de se planter lors des diners en ville, sachez qu’il n’a rienWilliam à voir avec le fameux « point Godwin » qui doit son nom au chercheur Mike Godwin. Cette « loi » s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. L’exemple le plus courant consiste à comparer le thème de la discussion avec une opinion nazie ou à traiter son interlocuteur de nazi. Si le sujet de la discussion était très éloigné d’un quelconque débat idéologique, une comparaison de ce genre est considérée comme un signe d’échec de la discussion. On estime alors qu’il est temps de clore le débat, dont il ne sortira plus rien de pertinent : on dit que l’on a atteint le « point Godwin » de la discussion. 

Mais revenons à notre pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », œuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et mary-Séconomiques de l’idéal libertaire. Considérant que « Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire. Sa première femme, Mary WOLLSTONECRAFT publie quant à elle, en 1792, « Revendication des droits des femmes », mais meurt en donnant naissance à sa fille, Mary, qui deviendra la compagne du poète Percy Bysshe SHELLEY, à son tour conquis par les idées de Godwin (Mary SHELLEY est en outre l’auteur du célèbre « Frankenstein »). Quelle famille !

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

La belle et la bête…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

Amis du pain perdu et de la liberté retrouvée réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 16 juin 2016 soit le 28è jour de prairial et c’est le jour thym-biodu thymus que des paresseux ont pris l’habitude de nommer le thym. Cette plante de la famille des lamiacées est aussi nommée, serpolet et, dans le sud, les occitans  disent farigoule. Le thym est utilisé depuis fort longtemps et pas seulement sur les côtes de bœuf. Je m’en suis servi l’autre soir pour aromatiser des langoustines rôties flambées au whisky. Attention, des vraies langoustines du Guivilnec, élevées sous la mer, un vrai régal.

Dans la nuit du 16 juin 1816, les poètes Lord Byron et Percy Shelley devisent avec leurs compagnes respectives, Claire et Mary, ainsi qu’un ami, le docteur John Polidori, dans une grande villa des bords du lac Léman, en Suisse. En raison d’un été exceptionnellement pourri, consécutif à l’éruption d’un volcan en Indonésie, cela fait plusieurs jours qu’ils ne peuvent sortir… Pour passer le temps, les jeunes gens mary_shelley-241x300entament un concours d’histoires macabres sur une suggestion de Lord Byron : « We will each write a ghost story » (« Nous allons chacun écrire une histoire de fantôme »). C’est ainsi que la maîtresse de Shelley, Mary Godwin (19 ans), raconte l’histoire du docteur Victor Frankenstein, qui tenta de créer la vie à l’égal de Dieu. L’histoire lui est inspirée par la vie d’un alchimiste allemand du siècle précédent, Konrad Dippel. Elle prend forme dans les jours qui suivent, après que la jeune fille a passé quelques nuits cauchemardesques. Elle débouche sur la publication deux ans plus tard du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, l’un des grands mythes de l’Occident contemporain et une mine intarissable pour les scénaristes du septième Art.

Épilogue tragique La suite est obscurcie par des drames en série. Harriet, la femme légitime de Percy Shelley, se suicide, n’en pouvant plus des frasques de son génie de mari. Le poète se remarie avec Mary frankeinsteinGodwin le 30 novembre 1816. Il meurt en mer le 8 juillet 1822, à 30 ans, au large de La Spezia (Italie), et est incinéré sur la plage, d’une manière très romantique, en présence de son ami Lord Byron. Ses cendres seront inhumées à Rome. Lord Byron, quant à lui, mourra de maladie le 19 avril 1824, à 36 ans, en participant à la défense de Missolonghi, aux côtés des Grecs. Mary Shelley décédera beaucoup plus tard, le 1er février 1851, à 54 ans, à Londres, d’une tumeur au cerveau. Elle aura eu deux enfants de son tumultueux mariage avec Percy… en sus du monstre du docteur Frankenstein. Sources: Fabienne Manière sur le site Hérodote.net.

Son papa (à Mary Godwin) William Godwin, penseur et théoricien anglais, est considéré comme l’un des précurseurs de l’anarchisme. WilliamD’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », œuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire. Considérant que « Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire. On boit du p’tit lait…

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

Le point sur Godwin…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la réforme fiscale et de la potée bretonne réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 03 Mars 2016 qui correspond au 13è jour de ventôse dans notre calendrier républicain. C’est le jour de la Fumeterre… Jolie plante sauvage que les apothicaires utilisaient pour soigner l’eczéma. Dépêchez vous de l’utiliser car avec un nom comme celui-la elle risque bientôt d’être interdite à la cueillette. Les autorités médicales viennent de retirer du marché le Di-Antalvic, un des la fumeterreantalgiques les plus prescrits en France. Il paraît que la cause de cette mesure se trouve dans le fait que ce médicament est souvent utilisé par les dépressifs pour mettre fin à leurs jours. Le gouvernement ne devrait plus tarder à interdire la vente de cordes au motif qu’elle servent trop souvent à la pendaison; tout comme seront remblayées les rivières afin d’éviter les noyades suicidaires. Le prix du gaz n’étant pas suffisamment dissuasif, les fameuses bouteilles ne seront plus délivrées que sur ordonnance. Quand à tous ceux qui se tuent au travail ils sont invité à prolonger leur vie de labeur le plus longtemps possible sous peine de suppression de leurs retraites. Ah, on vit une drôle d’époque madame Michu…

L’homme du jour est: William Godwin.
Rien à voir avec le fameux « point Godwin » qui doit son nom au chercheur Mike Godwin. Cette « loi » s’appuie sur l’hypothèse selon Williamlaquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. L’exemple le plus courant consiste à comparer le thème de la discussion avec une opinion nazie ou à traiter son interlocuteur de nazi. Si le sujet de la discussion était très éloigné d’un quelconque débat idéologique, une comparaison de ce genre est considérée comme un signe d’échec de la discussion. On estime alors qu’il est temps de clore le débat, dont il ne sortira plus rien de pertinent : on dit que l’on a atteint le « point Godwin » de la discussion. Mais, revenons à notre bonhomme.

Le 3 mars 1756, naissance de William Godwin à Wisbeach, comté de Cambridge. Penseur et théoricien anglais, précurseur de l’anarchisme. D’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », œuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire. Considérant que « Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein mary-S-225x300dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire.
Sa première femme, Mary Wollstonecraft publie quant à elle, en 1792, « Revendication des droits des femmes », mais meurt en donnant naissance à sa fille, Mary, qui deviendra la compagne du poète Percy Bysshe Shelley, à son tour conquis par les idées de Godwin.(Mary Shelley est en outre l’auteur du célèbre « Frankenstein »). La seconde femme de Godwin donnera naissance à une autre fille, Claire Clermont, maîtresse de Byron. Godwin sera victime de la presse conservatrice et, réduit à la misère, il mourra à Londres le 7 avril 1836.
Sa pensée lui survivra et aura une influence considérable sur le mouvement socialiste et anarchiste, tant en Angleterre que sur le continent.

Quoi qu’il en soit, c’est sympa à vous d’être passé; portez vous bien et à demain peut-être.

Quand Godwin fait le point…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

, , ,

Amis du pain perdu et de la liberté retrouvée réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 16 juin 2015 soit le 28è jour de prairial et c’est le jour du thymus que des paresseux ont pris l’habitude de nommer le thym. Cette plante de la famille des lamiacées est aussi nommée, serpolet et, dans le sud, les occitans  disent farigoule. Le thym est utilisé depuis fort st mont 2longtemps et pas seulement sur les côtes de bœuf. Je m’en suis servi l’autre soir pour aromatiser des langoustines rôties flambées au whisky. Attention, des vraies langoustines du Guivilnec, élevées sous la mer, un vrai régal. Avec cela un Saint-Mont sec – vendange matinale – un vin du Sud-Ouest, issu de très vieux cépages comme l’Arrufiac, le Petit Courbu et le gros Manseng. (On dirait des personnages de BD !) il fait partie de ces vins qui bénéficient de l’appellation VDQS et qui offrent un rapport qualité/prix exceptionnel si on compare avec ceux des gougnafiers du Bordelais…

Tout à fait autre chose.

Dans la nuit du 16 juin 1816, les poètes Lord Byron et Percy Shelley devisent avec leurs compagnes respectives, Claire et Mary, ainsi qu’un ami, le docteur John Polidori, dans une grande villa des bords du lac Léman, en Suisse. En raison d’un été exceptionnellement pourri, consécutif à l’éruption d’un volcan en Indonésie, cela fait plusieurs jours qu’ils ne peuvent sortir… Pour passer le temps, les jeunes gens entament un mary_shelley concours d’histoires macabres sur une suggestion de Lord Byron : « We will each write a ghost story » (« Nous allons chacun écrire une histoire de fantôme »). C’est ainsi que la maîtresse de Shelley, Mary Godwin (19 ans), raconte l’histoire du docteur Victor Frankenstein, qui tenta de créer la vie à l’égal de Dieu. L’histoire lui est inspirée par la vie d’un alchimiste allemand du siècle précédent, Konrad Dippel. Elle prend forme dans les jours qui suivent, après que la jeune fille a passé quelques nuits cauchemardesques. Elle débouche sur la publication deux ans plus tard du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, l’un des grands mythes de l’Occident contemporain et une mine intarissable pour les scénaristes du septième Art.

Épilogue tragique La suite est obscurcie par des drames en série. Harriet, la femme légitime de Percy Shelley, se suicide, n’en pouvant plus des frasques de son génie de mari. Le poète mary-Sse remarie avec Mary Godwin le 30 novembre 1816. Il meurt en mer le 8 juillet 1822, à 30 ans, au large de La Spezia (Italie), et est incinéré sur la plage, d’une manière très romantique, en présence de son ami Lord Byron. Ses cendres seront inhumées à Rome. Lord Byron, quant à lui, mourra de maladie le 19 avril 1824, à 36 ans, en participant à la défense de Missolonghi, aux côtés des Grecs. Mary Shelley décédera beaucoup plus tard, le 1er février 1851, à 54 ans, à Londres, d’une tumeur au cerveau. Elle aura eu deux enfants de son tumultueux mariage avec Percy… en sus du monstre du docteur Frankestein. Sources: Fabienne Manière sur le site Hérodote.net.

Son papa (à Mary Godwin) William Godwin, penseur et théoricien anglais, est considéré comme l’un des précurseurs de l’anarchisme. D’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », oeuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire. Considérant que « Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire.On boit du p’tit lait… Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

Le point sur Godwin…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la réforme fiscale et de la potée bretonne réunies, bonjour ! Le 03 mars correspond au 13è jour de ventôse dans notre calendrier républicain. C’est le jour de la Fumeterre… Jolie plante sauvage que les apothicaires utilisaient pour soigner l’eczéma. Dépêchez vous de l’utiliser car avec un nom comme celui-la elle risque bientôt d’être interdite à la cueillette. Il y a quelques temps, les autorités médicales penduretireraient du marché le Di-Antalvic, un des antalgiques les plus prescrits en France. Il paraît que la cause de cette mesure se trouve dans le fait que ce médicament est souvent utilisé par les dépressifs pour mettre fin à leurs jours. A ce train là, le gouvernement ne devrait plus tarder à interdire la vente de cordes au motif qu’elle servent trop souvent à la pendaison; tout comme seront remblayées les rivières afin d’éviter les noyades suicidaires. Le prix du gaz n’étant pas suffisamment dissuasif, les fameuses bouteilles ne seront plus délivrées que sur ordonnance. Quand à tous ceux qui se tuent au travail, ils sont invité à prolonger leur vie de labeur le plus longtemps possible sous peine de suppression de leurs retraites. Ah, on vit une drôle d’époque madame Michu…

Le 3 mars 1756, naissance de William GODWIN à Wisbeach, comté de Cambridge. Penseur et théoricien anglais, précurseur de l’anarchisme. D’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », oeuvre philosophique qui contient les principales bases mary Spolitiques et économiques de l’idéal libertaire. Considérant que « Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire. Sa première femme, Mary WOLLSTONECRAFT publie quant à elle, en 1792, « Revendication des droits des femmes », mais meurt en donnant naissance à sa fille, Mary, qui deviendra la compagne du poète Percy Bysshe SHELLEY, à son tour conquis par les idées de Godwin (Mary SHELLEY est en outre l’auteur du célèbre « Frankenstein »). Quelle famille !

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Le point Godwin…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la réforme fiscale et de la potée bretonne réunies, bonjour !

Nous sommes le dimanche 03 mars 2013, treizième jour de ventôse dédié à la images-2Fumeterre. C’est une jolie plante sauvage que les apothicaires utilisaient pour soigner l’eczéma. Dépêchez vous de l’utiliser à votre tour car avec un nom comme celui là, elle risque bientôt d’être interdite à la cueillette…

Le 3 mars 1756, naissance de William GODWIN à Wisbeach, comté de Cambridge.

Penseur et théoricien anglais, précurseur de l’anarchisme. D’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la imagesjustice politique », oeuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire. Considérant que « Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire.

 

Sa première femme, Mary WOLLSTONECRAFT publie quant à elle, en 1792, « Revendication des droits des femmes », mais meurt en donnant naissance à sa fille, Mary, qui deviendra la compagne du poète Percy Bysshe SHELLEY, à son tour conquis par les idées de Godwin (Mary SHELLEY est en outre l’auteur du célèbre images-1« Frankenstein »). La seconde femme de Godwin donnera naissance à une autre fille, Claire Clermont, maîtresse de Byron. Godwin sera victime de la presse conservatrice et, réduit à la misère, il mourra à Londres le 7 avril 1836. Sa pensée lui survivra et aura une influence considérable sur le mouvement socialiste et anarchiste, tant en Angleterre que sur le continent.

Allez, cela suffira pour un dimanche. En attendant le prochain billet, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Vas-y Franckie…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la tradition et du chouchenn chaud réunis, bonjour !

Nous sommes le vendredi 01 février 2013, treizième jour de Pluviôse dédié au Laurier-sauce. Puisque nous sommes semble t-il condamnés à vivre dans la République des affreux, en voici un tout droit sorti de l’imagination d’une jeune femme bien plus avenante que sa créature.

Le 1er février 1851 voit la disparition de Mary GODWIN (Mary SHELLEY) à Londres. Ecrivaine, auteure en particulier du célèbre roman: Frankenstein.56474252_p

Fille du philosophe anarchiste William Godwin et de l’écrivaine féministe Mary Wollstonecraft (qui meurt quelques jours après l’avoir mise au monde). A 17 ans, Mary s’enfuit du domicile paternel (William Godwin pourtant partisan de la libération de la femme s’opposant à sa liaison avec un homme marié), pour vivre et voyager avec le poète Percy Bysshe Shelley. Ce dernier, devenu veuf, l’épousera en 1816. En 1818, le roman de Mary (écrit alors qu’elle n’avait que 19 ans) « Frankenstein, or the Modern Prometheus » est publié à Londres, d’abord sans nom d’auteur. Le succès est immédiat pour ce chef d’oeuvre de la littérature fantastique.

En 1822, après la mort tragique du poète Shelley en Italie lors d’un naufrage en mer, elle retourne en Angleterre où elle se consacre à l’éducation de son seul fils vivant, à 56474295_péditer les oeuvres de Shelley et à poursuivre sa propre oeuvre littéraire, écrivant six autres romans ainsi que des pièces de théâtre et des nouvelles.

Victime d’une attaque de paralysie, elle meurt à Londres le 1er février 1851, âgée de 54 ans.

Outre l’adaptation au cinéma de son « Frankenstein », une pièce inspirée par le célèbre mythe sera jouée à la Biennale de Venise, le 26 septembre 1965, par  le « Living Théâtre ».

Ah oui, j’oubliais, la figurine vient tout droit de la célèbre collection des Mightys de la non moins célèbre agence MagikStudio.

Et voilà, allez portez vous bien et à demain peut-être.

LE POINT SUR GODWIN…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

,

 

Amis de la pêche à pied et du crottin de Chavignol réunis, bonjour !

Nous sommes le samedi 03 mars et dans notre calendrier républicain, c’est le jour de la Fumeterre.

 

 

ET L’HOMME DU JOUR EST: WILLIAM GODWIN.

Le 3 mars 1756, naissance de William GODWIN à Wisbeach, comté de Cambridge.

Rien à voir avec le fameux « point Godwin » qui doit son nom au chercheur Mike Godwin. Cette « loi » s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. L’exemple le plus courant consiste à comparer le thème de la discussion avec une opinion nazie ou à traiter son interlocuteur de nazi. Si le sujet de la discussion était très éloigné d’un quelconque débat idéologique, une comparaison de ce genre est considérée comme un signe d’échec de la discussion. On estime alors qu’il est temps de clore le débat, dont il ne sortira plus rien de pertinent : on dit que l’on a atteint le « point Godwin » de la discussion.

Mais, revenons à notre Godwin à nous.
Penseur et théoricien anglais, précurseur de l’anarchisme.
D’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », oeuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire.
Considérant que
« Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire.
Sa première femme,
Mary WOLLSTONECRAFT publie quant à elle, en 1792, « Revendication des droits des femmes », mais meurt en donnant naissance à sa fille, Mary, qui deviendra la compagne du poète Percy Bysshe SHELLEY, à son tour conquis par les idées de Godwin.(Mary SHELLEY est en outre l’auteur du célèbre « Frankenstein »).
La seconde femme de Godwin donnera naissance à une autre fille, Claire Clermont, maîtresse de Byron. Godwin sera victime de la presse conservatrice et, réduit à la misère, il mourra à Londres le 7 avril 1836.
Sa pensée lui survivra et aura une influence considérable sur le mouvement socialiste et anarchiste, tant en Angleterre que sur le continent.

Voilà pour aujourd’hui, merci encore de vos visites, portez vous bien et à demain peut-être.

Le 30 août 1797, naissance de Mary GODWIN (Mary SHELLEY) à Londres.Ecrivaine, auteure en particulier du célèbre roman: Frankenstein.Fille du philosophe anarchiste William Godwin et de l’écrivaine féministe Mary Wollstonecraft (qui meurt quelques jours après l’avoir mise au monde). A 17 ans, Mary s’enfuit du domicile paternel (William Godwin pourtant partisan de la libération de la femme s’opposant à sa liaison avec un homme marié), pour vivre et voyager avec le poète Percy Bysshe Shelley. Ce dernier, devenu veuf, l’épousera en 1816. En 1818, le roman de Mary (écrit alors qu’elle n’avait que 19 ans) « Frankenstein, or the Modern Prometheus » est publié à Londres, d’abord sans nom d’auteur. Le succès est immédiat pour ce chef d’oeuvre de la littérature fantastique.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la littérature baroque et du poulet vinaigre réunis, bonjour !

Puisque nous sommes semble t-il condamnés à vivre dans la République des affreux, en voici un tout droit sorti de l’imagination d’une jeune femme bien plus avenante que sa créature. La figurine, vous l’aurez reconnue, fait partie de la collection des Mighty que vous pouvez retrouver ICI


Le 30 août 1797, naissance de Mary GODWIN (Mary SHELLEY) à Londres.
Ecrivaine, auteure en particulier du célèbre roman: Frankenstein.
Fille du philosophe anarchiste William Godwin et de l’écrivaine féministe Mary Wollstonecraft (qui meurt quelques jours après l’avoir mise au monde). A 17 ans, Mary s’enfuit du domicile paternel (William Godwin pourtant partisan de la libération de la femme s’opposant à sa liaison avec un homme marié), pour vivre et voyager avec le poète Percy Bysshe Shelley. Ce dernier, devenu veuf, l’épousera en 1816. En 1818, le roman de Mary (écrit alors qu’elle n’avait que 19 ans) « Frankenstein, or the Modern Prometheus » est publié à Londres, d’abord sans nom d’auteur. Le succès est immédiat pour ce chef d’oeuvre de la littérature fantastique.

En 1822, après la mort tragique du poète Shelley en Italie lors d’un naufrage en mer, elle retourne en Angleterre où elle se consacre à l’éducation de son seul fils vivant, à éditer les oeuvres de Shelley et à poursuivre sa propre oeuvre littéraire, écrivant six autres romans ainsi que des pièces de théâtre et des nouvelles.
Victime d’une attaque de paralysie, elle meurt à Londres le 1er février 1851, âgée de 54 ans.


Outre l’adaptation au cinéma de son « Frankenstein », une pièce inspirée par le célèbre mythe sera jouée à la Biennale de Venise, le 26 septembre 1965, par  le « Living Théâtre ».

Tout à fait autre chose.
Je sais que ça va faire des envieux, mais bon. Hier, bravant l’humidité qui sied tant à notre chère Bretagne, ma fiancée et moi nous sommes offert une longue ballade en forêt de…Secret défense ! Résultat, première cueillette de la saison et un joli panier de pied-de-mouton et girolles.
Le soir même ils accompagnaient à merveille un filet de boeuf « cuit-d’bleu-sur-une-allumette » avant de céder la place à une lichouserie de chez Traon (Morlaix) le meilleur patissier de la région.

Allez, bon appétit, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être. Ah oui, une dernière chose, mon secrétariat me charge de vous rappeler que vous pouvez voter pour ce blogue. Au bas de la colonne de droite.

Le 3 mars 1756, naissance de William GODWIN à Wisbeach, comté de Cambridge. Penseur et théoricien anglais, précurseur de l’anarchisme.D’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », oeuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire.Considérant que « Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire.Sa première femme, Mary WOLLSTONECRAFT publie quant à elle, en 1792, « Revendication des droits des femmes », mais meurt en donnant naissance à sa fille, Mary, qui deviendra la compagne du poète Percy Bysshe SHELLEY, à son tour conquis par les idées de Godwin.(Mary SHELLEY est en outre l’auteur du célèbre « Frankenstein »).La seconde femme de Godwin donnera naissance à une autre fille, Claire Clermont, maîtresse de Byron. Godwin sera victime de la presse conservatrice et, réduit à la misère, il mourra à Londres le 7 avril 1836.Sa pensée lui survivra et aura une influence considérable sur le mouvement socialiste et anarchiste, tant en Angleterre que sur le continent.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

TEMPETE SUR LE MARCHE DE L’HOSTIE…

J’ai trouvé cet article sur le site du journal « La Croix », avouez que j’ai de bonnes lectures. Je le dédie à l’ami Michel qui visite le site de temps à autre.

Si même Lourdes renonce aux hosties des moniales… L’hypothèse, évoquée en fin d’année dernière par les responsables du sanctuaire, d’acheter leurs stocks d’hosties à une entreprise proposant des prix bien inférieurs aux tarifs habituels a provoqué un vent de stupeur dans les 36 monastères français producteurs d’hosties
C’est que les moniales contemplatives, qui traditionnellement fabriquent en France les hosties, sont soumises, depuis quelques années, à rude concurrence. « Autrefois, il y avait un centre de production par diocèse. Maintenant, 35 monastères se partagent la production de 140 millions d’hosties par an, et 30 autres vivent aussi de leur commercialisation »

En cause, certes, la désaffection des Français pour la pratique religieuse, et notamment la messe du dimanche. Mais pas seulement. « Des producteurs étrangers, notamment polonais, ont cassé le marché », avance Sœur Marcelline, du Carmel de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines).
Les moniales se sont donc mobilisées, et ont lancé une campagne de communication en direction des acheteurs. Mais là encore, la tâche est peu aisée : « Autrefois, c’était plus simple, il suffisait de toucher le curé, témoigne Sœur Marcelline, mais aujourd’hui, avec les regroupements de paroisses, ce sont bien souvent des laïcs qui s’occupent des aspects matériels, et nous ne savons pas toujours comment les joindre. »

Ah, la crise, la crise !

ET L’HOMME DU JOUR EST: WILLIAM GODWIN.


Le 3 mars 1756, naissance de William GODWIN à Wisbeach, comté de Cambridge.
Penseur et théoricien anglais, précurseur de l’anarchisme.
D’abord pasteur dissident, il abandonne la religion et publie, en 1793, « Enquête sur la justice politique », oeuvre philosophique qui contient les principales bases politiques et économiques de l’idéal libertaire.
Considérant que
« Tout gouvernement est un mal » car il est une « abdication de notre propre jugement et de notre conscience », un frein dans la recherche de l’harmonie entre les hommes, celle-ci devant se réaliser par l’éducation libre ; seul moyen de se débarrasser des superstitions de la religion et de la tentation totalitaire.
Sa première femme, Mary WOLLSTONECRAFT publie quant à elle, en 1792, « Revendication des droits des femmes », mais meurt en donnant naissance à sa fille, Mary, qui deviendra la compagne du poète Percy Bysshe SHELLEY, à son tour conquis par les idées de Godwin.(Mary SHELLEY est en outre l’auteur du célèbre « Frankenstein »).
La seconde femme de Godwin donnera naissance à une autre fille, Claire Clermont, maîtresse de Byron. Godwin sera victime de la presse conservatrice et, réduit à la misère, il mourra à Londres le 7 avril 1836.
Sa pensée lui survivra et aura une influence considérable sur le mouvement socialiste et anarchiste, tant en Angleterre que sur le continent.

Maintenant, libre à vous de vous apitoyer sur le déclin du marché de l’hostie ou sur celui de l’anarchisme…C’est vous qui voyez…Quoi qu’il en soit, c’est sympa à vous d’être passé; portez vous bien et à demain peut-être.