Résultat de recherche pour “Lise LONDON”

Page 1 de 1

Photo de l'artiste Lise LONDON

Lise LONDON


Résistante, dernière "brigadiste"
Voir la page wikipédia de l'artiste Lise LONDON


La dernière brigadiste…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des froidures hivernales et du lait d’poule réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 12 février 2018 c’est à dire le 24 de pluviôse, oui bon, ben, faut suivre aussi. Or donc, dans le calendrier républicain, c’est le jour de la « traînasse » ; et n’allez pas imaginer renouéeque Fabre d’Églantine pensait à quelqu’une en particulier. IL s’agit d’une plante herbacée de la famille des polygonacéés dont les graines sont particulièrement appréciées des petits oiseaux et des merles moqueurs en particulier. On la connait aussi sous le nom de « renouée des oiseaux ». Si vous en avez dans votre jardin, il paraît que c’est très joli mais très envahissant ; d’où le nom peut-être. Mon aïeule, qui se piquait de quelques connaissances médicinales, affirmait qu’en décoction c’est très efficace contre la goutte…

La dernière brigadiste…

Lise London est née Ricol le 15 février 1916, à Montceau-les-Mines, en France. Elle a été mariée en première noce à Auguste Delaune, puis remariée avec Artur London dont elle est devenue veuve. Lise LondonMilitante communiste avant la Seconde Guerre mondiale, elle participa à ce titre à la constitution des Brigades Internationales dans l’Espagne républicaine et résista dès le début de l’Occupation. Capitaine dans la Résistance, elle est arrêtée en août 1942 par la police française, livrée aux allemands et déportée au camp de concentration de Ravensbrück. Elle a reçu le titre d’Officier de la Légion d’honneur.

Jean Ferrat parle d’elle dans une chanson intitulé « Le bilan ». Elle a eu un rôle dans l’Aveu, magnifique film de Costa-Gavras (1970) qui a l'aveuété tenu par Simone Signoret, Lise London a signé l’appel collectif de résistants de la première heure à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944. Ce texte enjoint notamment « les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. »

 

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

Anargyre toi même…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis des années bissextiles et de la pizza trois fromages réunies, bonjour ! Nous sommes le Mardi 26 septembre 2017, c’est pour vous dire si ça passe vite, et cela correspond au 5è jour de vendémiaire, dédié au cheval. Comme disait Pierre Dac: « Si vous avez perdu au PMU, vengez vous, mangez du cheval ! » On fête aussi la saint Côme, rien à voir avec le lac que ma belle et moi visitions voici quelques temps à pareille époque.

Côme et son frère Damien étaient des chirurgiens qui pratiquaient la médecine gratuitement d’où l’appellation d’anargyres (du grec an- et argyrios, qui refusent l’argent). Joli nom qui commence plutôt bien et qui me les rend sympathiques. Mon aïeule, qui avait un dicton pour pratiquement chaque jour de l’année, n’aurait pas manqué d’ajouter: Priez Saint-Côme et Saint-Damien, vous vous porterez toujours bien ! Côme-03C’est à Saint-Louis que l’on doit la création de la confrérie de Saint-Cosme, première « association professionnelle » des chirurgiens. Jean Pitard, premier chirurgien de saint-Louis en créant la confrérie de Saint-Côme et de Saint-Damien distingue les chirurgiens dits de robe longue qui doivent désormais passer un examen devant leurs pairs avant d’exercer, des chirurgiens dits de robe courte ou barbiers qui ne sont plus chargés que des interventions minimes. A Paris, rue de l’école de médecine on trouve encore trace de ce remarquable hôtel de la confrérie des chirurgiens. Etonnant, non !  En Bretagne armoricaine on célèbre les Oedmal, prénom très peu usité qui nous vient d’un des premiers évêques d’Aleth (St-Malo): ceci se déroulait sous le pontificat du pape Jean IV, et le règne du roi de Bretagne Alain II; l’eglise de Tours était gouvernée par Charegisilus et le royaume de France par Dagobert qui mit sa culotte à l’envers.

 
Tiens, c’est aussi la date anniversaire de la naissance de Julie London célèbre pour sa voix grave et sensuelle, première interprète de la chanson Cry Me a River (ci-dessus en vidéo) en 1955. Plus tard, elle interpréta le rôle de l’infirmière Dixie McCall dans l’ancêtre de la série Urgences, Emergency! dans les années 70.

Sur ce je m’en vais à la cueillette. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Bloody sunday…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , ,

Amis du cinématographe et du pop-corn réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 30 janvier 2016, onzième jour de Pluviôse dédié à l’ellébore (avec ou sans H). Les jardins de Keramoal s’enorgueillissent de posséder dans un recoin, l’helléborus niger, appelé aussi « rose de Noël » qui tient son appellation d’une jolie légende que je m’en vais 250px-Helleborus_foetidus_070406vous conter ici. Depuis le Moyen âge la fleur est placée dans certaines crèches. Elle symbolise la pureté et rappelle la légende à l’origine du nom de rose de Noël : la nuit de la naissance du petit Jésus, Madelon, une bergère gardant ses moutons, voit une caravane de Rois Mages traverser son champ enneigé pour aller offrir leurs cadeaux au nouveau-né. La pauvrette se dit in petto: Tiens, le Paris-Dakar est plus tôt cette année… N’ayant rien à offrir, elle se met à pleurer. Un ange qui passait dans le coin et qui appartenait au comité de course voit ses larmes sur la neige, les effleure et fait éclore son cadeau, une fleur blanche ombrée de rose : la rose de Noël. C’est pas beautiful ça !

Tout à fait autre chose.

le dimanche 30 janvier 1972, des paras britanniques tirent délibérément sur une manifestation pacifique de catholiques à Derry (Londonderry). 13 morts. L’Irlande220px-Murder_victims_of_Bloody_Sunday, était devenue indépendante en 1922 à l’exception des provinces du nord (Ulster), majoritairement peuplées par les descendants de colons protestants. La frontière «provisoire» entre les deux parties de l’île va se pérenniser et la scission entre l’Ulster et l’État libre d’Irlande devenir irrévocable, laissant en suspens le sort de la minorité catholique (et pauvre) d’Irlande du Nord, soumise à de constantes vexations et discriminations. Cette situation va engendrer une longue guerre civile dans les années 1960-1990, avec en point d’orgue le «Bloody Sunday», ce fameux 30 janvier 1972.

Allez, c’est pas tous les jours qu’on entend U2 sur ce blogue. Portez vous bien et à demain peut-être.

dieu n’est pas grand…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

, ,

Amis de la provocation et du p’tit salé aux lentilles réunis, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 27 décembre 2015 (c’est dire si cela ressemble à une fin d’année) septième jour de Nivôse dédié à l’humus. FN-F amourMais, Le 27 Décembre 2015 est en réalité le Vendredi 27 Sable 143
St Tic, conjoint dans le calendrier de Pataphysique. Il est encore temps d’offrir un cadeau intelligent. Les ed Belfond ont publié en 2009 un chouette bouquin qui m’avait échappé à l’époque: dieu n’est pas grand. Bon, c’est un coup à se faire Hacker par les fous furieux barbus et autres enturbannés mais tant pis. Comme le dit l’auteur du site ampélosophisme de bistro que je cite régulièrement: « Ne vous alarmez pas, Christopher Hitchens né en 1946, a été « rappelé à Dieu » en 2011, donc il ne risque plus d’écrire de nouveaux pamphlets contre les religions. »

À l’heure où la laïcité positive fait débat, où les thèses créationnistes tentent de s’imposer, où la question religieuse n’a jamais été aussi brûlante, Christopher Hitchens, chef de file des nouveaux athées, polémiste génial, « un des meilleurs journalistes de notre époque », selon le London Observer, lance un pavé dans la mare : la religion empoisonne tout. La religion se mêle de sexe, contrôle ce que nous mangeons et exacerbe notre propension à la culpabilité en multipliant les interdits les plus arbitraires. La religion diabolise la science, se fait complice de l’ignorance et de l’obscurantisme. Source de haine, de dieu n'est pas grandtyrannie et de guerres, la religion met notre monde en danger. Avec un mélange jubilatoire d’érudition et d’humour, s’appuyant sur une argumentation rigoureuse et une parfaite connaissance des textes sacrés et des classiques, Christopher Hitchens nous livre un pamphlet intelligent et incisif, un brûlant plaidoyer pour un nouvel humanisme des Lumières. Que l’on soit fidèle croyant, fervent athée ou indécis, cet ouvrage soulève le débat et fait souffler un vent de liberté de pensée et de paroles. Hitchens y affirme que la religion organisée est « violente, irrationnelle, intolérante, vecteur de racisme, de comportement tribal, d’ignorance, hostile à la liberté de pensée, méprisante à l’égard des femmes et coercitive vis-à-vis des enfants », et qu’elle favorise les comportements sectaires. Hitchens défend sa position avec plusieurs exemples dans sa vie privée, avec des documents historiques, ou en faisant l’analyse critique de textes religieux. Ses commentaires se portent essentiellement sur les religions abrahamiques, bien que des critiques soient aussi adressées à l’hindouisme et au bouddhisme.

Ah que cela fait du bien ! Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain, peut-être.

Un conteur sachant conter…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

, ,

Amis de la chiromancie et du camembert au lait cru réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 1er décembre 2015, 11è jour de frimaire dédié à la cire… C’est amusant car c’est un 1er décembre, en 1761, que vit le jour à Strasbourg, Marie Tussaud, à qui l’on doit le fameux musée de cire londonien. Etonnant, non ! Selon certains calendriers, c’est la St Eloi et, comme le disait qui vous savez: A la saint Eloi, le cénobite reste coi. Enfin, pas longtemps non plus; faut pas exagérer…

C’est aussi le jour anniversaire de la disparition d’un sacré bonhomme que j’ai eu le plaisir de côtoyer au début des années 70 et dont je garde un souvenir particulièrement marquant : Jean-Pierre CHABROL. Il est décédé il y a une dizaine d’années maintenant (2001) et repose dans chabrol droiteson village de Pont-de-Rastel. Né en 1925 dans un petit village des Cévennes, à Chamborigaud (Gard), au pied du mont Lozère et de la montagne du Bougès, de parents instituteurs, il est le descendant d’une longue lignée de chevriers. A l’heure où les chaussettes à clous occupent les pavés de la ville dans une ambiance de lois d’exception, je repense à ce paysan, résistant dans l’âme qui n’avait de cesse de vilipender la bêtise humaine. Il est vrai, disait-il que: « La bêtise a ceci de commun avec les maladies vénériennes, c’est qu’il est très agréable de l’attraper » c’est sans doute ce qui fait son succès.

Cet ancien maquisard était devenu conteur et romancier; lisez les colères des Cévennes chez Grasset je crois ou encore Le Crève Cévennes, il avait même tâté du cinéma (avec Costa GAVRAS si j’ai bonne mémoire) le visage buriné comme les monts de Lozère qu’il aimait tant, chabrol_01il vous entraînait dans ses récits et vous offrait un voyage dont on revient rarement indemne. Ecolo avant l’heure, éveilleur des consciences, gardien des milles et une nuits de la culture universelle, ce paysan Cévenol était à lui seul une leçon de vie. En scrutant les gesticulations des princes qui nous gouvernent, il aurait sorti de sa besace un dicton dont il avait le secret, un adage qu’il aurait attribué à quelque vieux berger de ses montagnes et aurait continuer de bourrer sa pipe comme si de rien n’était. Il m’a raconté avoir entendu un de ceux la dire à un touriste qui consultait sa montre dernier cri: « vous, vous avez l’heure et nous, on a le temps…»
Sources :Robert Caracchioli sur un site dédié à Chabrol – Wikipédia et mes propres souvenirs.

Voila pour aujourd’hui, en attendant le prochain billet, portez vous bien et à demain peut-être.

La dernière brigadiste…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des froidures hivernales et du lait de poule réunis, bonjour ! Nous sommes le jeudi 12 février 2015 c’est à dire le 24 de pluviôse, oui bon, ben, faut suivre aussi. Or donc, dans le calendrier républicain, c’est le jour de la « traînasse » ; et n’allez pas imaginer que Fabre d’Eglantine pensait à renouee_oiseaux_3quelqu’une en particulier. IL s’agit d’une plante herbacée de la famille des polygonacéés dont les graines sont particulièrement appréciées des petits oiseaux et des merles moqueurs en particulier. On la connait aussi sous le nom de « renouée des oiseaux ». Si vous en avez dans votre jardin, vous remarquerez que c’est très joli mais très envahissant; d’où le nom peut-être. Mon aïeule, qui se piquait de quelques connaissances médicinales, affirmait qu’en décoction c’est très efficace contre la goutte..

Tout à fait autre chose.

Connaissiez vous Lise London ? Lise London est née Ricol le 15 février 1916, à Montceau-les-Mines, en France. Elle a été mariée en première noce à Auguste Delaune, puis remariée avec Artur London dont elle est devenue veuve. Militante communiste avant la Seconde Guerre mondiale, elle participa à ce titre à la constitution des Brigades Internationales dans l’Espagne républicaine et résista dès le début de l’Occupation. lise LondonCapitaine dans la Résistance, elle est arrêtée en août 1942 par la police française, livrée aux allemands et déportée au camp de concentration de Ravensbrück. Elle a reçu le titre d’Officier de la Légion d’honneur. Jean Ferrat parle d’elle dans une chanson intitulé « Le bilan ». Le rôle de son personnage est tenu par Simone Signoret dans l’Aveu, magnifique film de Costa-Gavras (1970) à propos des purges staliniennes.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Lise London a signé l’appel collectif de résistants de la première heure à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944. Ce texte enjoint notamment « les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. ». Lise London est décédée le 31 mars 2012 à Paris.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

Batterie…De cuisine.

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

, , , ,

Amis du ragtime et du p’tit salé aux lentilles réunis, bonjour!

Nous somme le lundi 02 avril,13è jour de germinal dédié à la morille. Ah, le filet de bœuf et sa sauce aux morilles…Un vrai péché surtout si vous avez les moyens de l’accompagner d’un Margaux. Sinon, un Corbières fera parfaitement l’affaire. La cuisine et le jazz ont ceci de commun, la batterie…

Contrairement au Rock peut-être, on délaisse souvent les batteurs et les percussionnistes du Jazz au profit des joueurs de saxo et autres clarinettes. Chacun connait ou a entendu parler de Charlie Parker ou de Stan Getz mais peu peuvent citer le nom d’un batteur. Écoutez et observez « Buddy » dans ses œuvres…

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Bernard « Buddy » Rich est né à Brooklin, USA, et est décédé un 2 avril en 1987. C’était un batteur de jazz et, je prends le risque de dire que c’était le plus grand batteur qu’on ait jamais connu. Cet autodidacte était connu pour sa technique, sa puissance, sa vitesse et son habileté à improviser.

Il est né dans une famille juive de New York. Son père découvrit que Buddy était familier avec le rythme, car il était capable de battre de façon rythmée à l’âge d’un an. Sa plus grande qualité était son habileté et sa rapidité sur des doigtés frisés comme disent ceux qui connaissent la musique. (alternance : un coup main gauche, un coup main droite)

En 1937, il commence à jouer du jazz avec Joe Marsala, puis avec Bunny Berigan (1938), Artie Shaw, Tommy Dorsey, Benny Carter (1942), Harry James (1953-1956), Les Brown, Charlie Ventura, Jazz at the Philharmonic, tout comme dans son propre groupe, tout en accompagnant de célèbres groupes de musique.

Il assiste aux débuts de Frank Sinatra, avec qui il fait un temps partie du Tommy Dorsey Orchestra.

Il va aussi jouer avec Art Tatum, au début des années 1950.

À partir de 1966 jusqu’à sa mort, il menait un big band, alors que leur popularité était déclinante depuis les années 1930. Sa pièce la plus connue est l’arrangement de West Side Story.

Sur son lit de mort, une infirmière lui aurait demandé s’il était allergique à quoi que ce soit. Il aurait répondu : « Oui, à la musique country ! » Il est enterré au Westwood Village Memorial Park Cemetery à Los Angeles, Californie.

Avant sa mort Buddy Rich légua sa batterie à Armand Zildjian le directeur de la célébre marque de cymbales Zildjian. M.Zildjian vient rendre visite a Buddy sur son lit de mort et il lui dit : « j’ai ta batterie Buddy. » Buddy lui répondit : « Tu en prendras soins Zildj’. » Il mourut le lendemain. Amen!

Tout à fait autre chose. Le billet que j’ai consacré à Lise LONDON au mois de février ne lui a pas porté chance; elle vient de mourir samedi.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

LA DERNIERE BRIGADISTE…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des froidures hivernales et du lait d’poule réunis, bonjour !

 

Nous sommes le 12 février c’est à dire le 24 de pluviôse, oui bon, ben, faut suivre aussi. Or donc, dans le calendrier républicain, c’est le jour de la « traînasse » ; et n’allez pas imaginer que Fabre d’Eglantine pensait à quelqu’une en particulier. IL s’agit d’une plante herbacée de la famille des polygonacéés dont les graines sont particulièrement appréciées des petits oiseaux et des merles moqueurs en particulier. On la connait aussi sous le nom de « renouée des oiseaux ». Si vous en avez dans votre jardin, il paraît que c’est très joli mais très envahissant ; d’où le nom peut-être. Mon aïeule, qui se piquait de quelques connaissances médicinales, affirmait qu’en décoction c’est très efficace contre la goutte…

Tout à fait autre chose.

La dernière brigadiste…

Lise London est née Ricol le 15 février 1916, à Montceau-les-Mines, en France. Elle a été mariée en première noce à Auguste Delaune, puis remariée avec Artur London dont elle est devenue veuve.

Militante communiste avant la Seconde Guerre mondiale, elle participa à ce titre à la constitution des Brigades Internationales dans l’Espagne républicaine et résista dès le début de l’Occupation. Capitaine dans la Résistance, elle est arrêtée en août 1942 par la police française, livrée aux allemands et déportée au camp de concentration de Ravensbrück. Elle a reçu le titre d’Officier de la Légion d’honneur.

Jean Ferrat parle d’elle dans une chanson intitulé « Le bilan » Elle a eu un rôle dans l’Aveu, magnifique film de Costa-Gavras (1970) qui a été tenu par Simone Signoret,

Lise London a signé l’appel collectif de résistants de la première heure à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944. Ce texte enjoint notamment « les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. »

 

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.