Résultat de recherche pour “Big BOPPER”

Page 1 de 1

Trompettes de la renommée…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis des « cénobites tranquilles » et des PTT réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 24 septembre 2018 et pour nos amis républicains c’était le troisième jour de vendémiaire, jour de la châtaigne, ce qui n’est pas une raison suffisante pour s’échanger des marrons. Et tiens, à propos d’échange… Voici en guise de piqure de rappel, la carte postale des « cénobites », disponible sur simple demande. Laissez votre adresse, on vous écrira !

lescenobitestranquilles carte postale

Nul doute que cette carte là est appelée à devenir collector. Je rigole déjà en pensant à la tronche du préposé surtout si elle tombe par hasard entre les mains de Besancenot. Il faut que je pense à me procurer une adresse qui se situe sur sa tournée. Un petit salut en passant à Fats Navarro, grand trompettiste de jazz, né un 24 septembre à Key West en Floride. Certainement un des rois du Be-Bop qui a joué avec les seigneurs du genre de Charlie Parker à Kenny Clarke’s ou Lionel Hampton.

Fats Navarro est un des trompettistes les plus représentatifs du style bebop. Il apprend le piano et le saxophone ténor avant d’opter pour la trompette. Il fait ses débuts professionnels à l’âge de 17 ans. De 1943 à 1944, il fait partie de l’orchestre d’Andy Kirk. De 1945 à 1946, il est membre du big band de Billy Eckstine. De 1946 à 1950, il devient un musicien très demandé. On peut l’entendre avec les «  Kenny Clarke’s Be Bop Boys  », «  Eddie Davis And His Reboppers  », dans les fats navarroformations de musiciens comme Coleman Hawkins, Dexter Gordon ou Illinois Jacquet et, brièvement, dans le big band de Lionel Hampton (printemps 1948) et le sextet de Benny Goodman (septembre 1948). Par trois fois, il est plébiscité par les lecteurs de la revue «  Metronome  » et amené à enregistrer avec le «  Metronome All Stars » (aux côtés de Charlie Parker et des autres « stars » du bebop). Il se produit aussi avec Parker à d’autres occasions (lors de concerts du JATP en 1949, au « Birdland » en 1950,…). On peut aussi l’entendre, en 1949, dans la formation du pianiste Bud Powell (avec Sonny Rollins au ténor). Les plages les plus significatives de Fats Navarro sont probablement celles enregistrées avec Tadd Dameron, parfois sous le nom du trompettiste, mais le plus souvent sous celui du pianiste. Souffrant depuis des années de tuberculose, il meurt, en 1950, à l’âge de 26 ans. Quelques mois de plus et il rejoignait le fameux club des 27: Jimi Hendrix, Jim Morrison, Kurt Cobain ou encore Amy Winehouse. Mais aussi Brian Jones, Janis Joplin, Robert Johnson…

https://youtu.be/7z1ma6adzxw

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Ellingtonia…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis de la prosopopée et de la polenta réunies, bonjour ! Nous sommes le Dimanche 4 juin correspond au 16è jour de prairial, dédié à l’œillet. L’œillet rouge est un des symboles du mouvement ouvrier.femme à l'oeillet La tradition viendrait du 1er mai 1890, où pour répondre à l’appel de la deuxième Internationale, malgré l’interdiction de manifester, les militants décident de se retrouver dans des parcs en portant un œillet rouge en signe de reconnaissance. Plutôt délaissé en République fédérale d’Allemagne, ce symbole était très utilisé en RDA, entre autres par les organisations de jeunesse. Regardez ce tableau de Mary Cassat « femme à l’œillet rouge », elle est considérée comme la première peintre impressionniste de l’histoire.

Au Portugal, l’œillet était également le signe de ralliement des militaires opposés à la dictature de Salazar, terminée par la révolution steve lacydes œillets en 1974. Mais le 4 juin marque aussi l’anniversaire de la mort d’un maître du saxophone que j’ai eu le bonheur d’entendre jouer en live au caveau de la huchette dans le quartier St Michel à Paris. Steve Lacy est un saxophoniste et un compositeur de jazz. De son vrai nom Steven Norman Lackritz, il est né à New York le 23 juillet 1934 et il est mort à Boston le 4 juin 2004. Steve Lacy est, de mon point de vue, parmi les plus grands joueurs de saxophone soprano avec Bechet et Coltrane. Il a débuté par le jazz traditionnel qu’on nommait le Dixieland, avant de s’engager dans le free jazz avec Cecil Taylor. C’est avec lui qu’il découvre une grande source d’inspiration : Thelonious Monk.

 

Il a longtemps vécu en Europe et en particulier à Paris. Depuis Sidney Bechet, aucun musicien n’a mieux développé l’art du saxophone soprano que lui. Reconnu comme l’héritier prodigue et inventif de Thelonious Monk, Steve Lacy tient son savoir et son inspiration d’Anton Webern, de Duke Ellington, des peintres et des écrivains qu’il a aimés, lus et côtoyés. Il raconte lui même comment tout cela a commencé : « Depuis tout petit, j’étais branché par le jazz. Cette musique était populaire à l’époque. Dans les années 40, le jazz était diffusé partout, il était dans l’air en Amérique. C’était en quelque sorte la musique pop. caveauOn entendait partout des big bands de swing à la radio. Mais j’ai vraiment découvert le jazz quand j’ai acheté Ellingtonia, quatre disques de Duke Ellington datant de 1929. J’avais douze ans. Je les ai achetés sans savoir ce que c’était, intuitivement. A partir de là, j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire du jazz, Armstrong et tutti quanti. Finalement quand j’ai entendu Sidney Bechet, cela a déterminé le choix de mon instrument. Surtout parce qu’il jouait un morceau d’Ellington. » Steve Lacy faisait partie de cette génération pour qui la rupture entre jazz traditionnel et jazz d’avant-garde n’a jamais réellement existé : pour eux, le premier ne représentait pas l’histoire mais leur jeunesse, et le second n’était ni un choix de départ, ni une répudiation, mais une évolution naturelle. Steve Lacy, c’était la solution de continuité entre le New Orleans et Monk – un bopper qui jouait du free, un avant-gardiste dont le jeu de soprano renvoyait directement au blues par son phrasé empreint de swing, son timbre riche et varié, son ironie et son lyrisme sardonique.

Allez, à bientôt peut-être.

Chantilly lace…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du Rock around-the-clock et de l’onglet à l’échalote réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 03 février 2016, 15è jour de Pluviôse et c’est le jour dédié à la vache dans le calendrier républicain… En tous cas cela doit faire quarante jour qu’il pleut comme vache qui pisse. Coïncidence ? Je ne crois pas…

L‘homme du jour va ravir tous les nostalgiques, il s’agit de Jiles Perry Richardson alias Big Bopper qui est un chanteur américain né le 24 octobre 1930 à Sabine Passage au Texas et décédé le 03 février 1959 à Clear Lake dans l’Iowa au cours d’un accident d’avion. A droite: Monument installé à l’endroit du crash. La famille Richardson s’installe à tombe bopperBeaumont. Se passionnant pour le monde du divertissement, il obtiendra un diplôme de technicien en Radiodiffusion et Télévision. De retour à la vie civile, il sera disc-jockey sur la radio locale KTRM. C’est à cette époque qu’il prendra le surnom de Big Bopper : son émission « La grande exposition de Bopper » deviendra célèbre et il sera nommé directeur des programmes. En 1957, il aura à son actif un record du monde, le Discathon : le programme le plus long en diffusant 1821 titres sur six jours.

Ça déchire non ? Mais non content de diffuser les disques des autres, celui-ci auteur et chanteur à ses heures décide de franchir le pas et obtient un succès d’estime, tout en composant aussi pour les autres. Big Bopper est surtout connu pour un titre qui le rendra célèbre : Bopper 2Chantilly Lace avec son introduction célèbre « Hello Baby !! ». Ce titre sera classé en 1958 dans le top 10 et Big Bopper signera avec la maison de disques Mercury Records. Il partira en tournée à travers les États-Unis avec notamment Buddy Holly, dont je vous ai déjà parlé, au début de l’année 1959. Le 02 février refusant de continuer la tournée en bus, il décide, avec Buddy Holly et Ritchie Valens, de louer un avion (Beechraft Bonanza) avec pilote. Mais surpris dans une tempête de neige, le petit avion s’écrase le 03 février à Clear Lake.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

T’es Rock coco…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis du Rock around-the-clock et de l’onglet à l’échalote réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 03 février 2014, 15è jour de Pluviôse et c’est le jour dédié à la vache dans le calendrier républicain… En tous cas cela doit faire quarante jour qu’il pleut comme vache qui pisse. Coïncidence… Je ne crois pas. Ajoutez à cela les grandes marées et les côtes finistériennes nous offrent un spectacle à couper le souffle.

L‘homme du jour va ravir tous les nostalgiques, il s’agit de Jiles Perry Richardson alias Big Bopper qui est un chanteur américain né le 24 octobre 1930 à Sabine Passage au Texas et décédé le 03 février 1959 à Clear Lake dans l’Iowa au cours d’un accident 72460684_pd’avion. A droite: Monument installé à l’endroit du crash. La famille Richardson s’installe à Beaumont. Se passionnant pour le monde du divertissement, il obtiendra un diplôme de technicien en Radiodiffusion et Télévision. De retour à la vie civile, il sera disc-jockey sur la radio locale KTRM. C’est à cette époque qu’il prendra le surnom de Big Bopper : son émission « La grande exposition de Bopper » deviendra célèbre et il sera nommé directeur des programmes. En 1957, il aura à son actif un record du monde, le Discathon : le programme le plus long en diffusant 1821 titres sur six jours.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Ça déchire non ? Mais non content de diffuser les disques des autres, celui-ci auteur et chanteur à ses heures décide de franchir le pas et obtient un succès d’estime, tout en composant aussi pour les 72460833_pautres. Big Bopper est surtout connu pour un titre qui le rendra célèbre : Chantilly Lace avec son introduction célèbre « Hello Baby !! ». Ce titre sera classé en 1958 dans le top 10 et Big Bopper signera avec la maison de disques Mercury Records. Il partira en tournée à travers les États-Unis avec notamment Buddy Holly dont je vous ai déjà parlé au début de l’année 1959. Le 02 février refusant de continuer la tournée en bus, il décide, avec Buddy Holly et Ritchie Valens, de louer un petit avion (Beechraft Bonanza) avec pilote. Mais surpris dans une tempête de neige, le petit avion s’écrase le 03 février à Clear Lake.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

C’EST ROCK COCO…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

,

Amis du Rock around-the-clock et de l’onglet à l’échalote réunis, bonjour !

Nous sommes le 03 février, il gèle à pierre fendre et c’est le jour dédié à la vache dans le calendrier républicain…

Voici pour les nostalgiques un portrait qui va rejoindre notre galerie, bientôt mise en valeur sur le nouveau site des « cénobites ».

Jiles Perry Richardson alias Big Bopper est un chanteur américain né le 24 octobre 1930 à Sabine Passage au Texas et décédé le 03 février 1959 à Clear Lake dans l’Iowa au cours d’un accident d’avion.

Monument installé à l’endroit du crash.

La famille Richardson s’installe à Beaumont. Se passionnant pour le monde du divertissement, il obtiendra un diplôme de technicien en Radiodiffusion et Télévision.

De retour à la vie civile, il sera disc-jockey sur la radio locale KTRM. C’est à cette époque qu’il prendra le surnom de Big Bopper : son émission « La grande exposition de Bopper » deviendra célèbre et il sera nommé directeur des programmes. En 1957, il aura à son actif un record du monde, le Discathon : le programme le plus long en diffusant 1821 titres sur six jours.

Mais non content de diffuser les disques des autres, celui-ci auteur et chanteur à ses heures décide de franchir le pas et obtient un succès d’estime, tout en composant aussi pour les autres.

 

Big Bopper est surtout connu pour un titre qui le rendra célèbre : Chantilly Lace avec son introduction célèbre « Hello Baby !! ». Ce titre sera classé en 1958 dans le top 10 et Big Bopper signera avec la maison de disques Mercury Records.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

 

Il partira en tournée à travers les États-Unis avec notamment Buddy Holly dont je vous ai déjà parlé au début de l’année 1959. Le 02 février refusant de continuer la tournée en bus, il décide, avec Buddy Holly et Ritchie Valens, de louer un petit avion (Beechraft Bonanza) avec pilote. Mais surpris dans une tempête de neige, le petit avion s’écrase le 03 février à Clear Lake.

 

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.