Danse, danse, Katell Golet…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Nous sommes le Mercredi 25 novembre 2020, cinquième jour de brumaire, et dans le calendrier républicain, c’est le jour du cochon… Dans celui des postes, c’est la Sainte Catherine là où tout bois prend katell Goletracine. Et comme le disait mon aïeule qui n’en ratait pas une: pour la Ste Catherine, le porc couine! J’en profite donc pour souhaiter une bonne fête à ma filleule Katel. Oui, à l’Ouest du Couesnon, on dit Katell (aujourd’hui on met deux L, ça fait plus riche) plutôt que Catherine. Il sont comme cela les bretons, il faut toujours qu’ils se singularisent; non contents de porter des chapeaux ronds, ils ne peuvent pas appeler un chat un chat et une Catherine une Catherine… Ma doue benniget!

Tout à fait autre chose.

Connaissez vous Jules Gustave Durand ? C‘est comme cela, il y a des gens qui s’appellent Jules Durand comme d’autres Jacques Martin. Des vieux noms bien franchouillards qui sentent le calendos et le beaujolpif. Des noms à vous réconcilier avec l’identité nationale, des julesnoms qui sentent bon le terroir, la baguette et le béret, des noms capables de procurer une érection à Zemmour et consorts. Mais, ainsi que j’essaie de le montrer dans cette galerie de portraits, derrière ces noms, des hommes et des femmes, méconnus, oubliés, Ils pourraient se nommer Jean ou Peter ou Ivan ou Paolo, il y a des hommes et des femmes qui ont depuis longtemps aboli les frontières, et qui appartiennent à la grande communauté des gens de « bien » qui ont lutté contre les gens de « biens ».
Le 20 février 1926, mort de Jules Gustave DURAND, né le 6 septembre 1880 au Havre. Anarchiste, syndicaliste révolutionnaire, secrétaire du syndicat des charbonniers du Havre.

Initiateur de la grève illimitée d’août 1910, il sera victime d’une machination politico-judiciaire suite à la mort d’un « jaune » lors d’une Pour-Durandrixe. On essayera de prouver que Durand avait fait voter la mort de ce dernier dans son syndicat. La corruption de plusieurs témoins et une campagne ignominieuse de la presse locale entraînèrent, le 25 novembre 1910, sa condamnation à mort. Mais le 28 novembre, par solidarité et pour lutter contre cette injustice, la grève est générale au Havre et s’étend au secteur international des docks anglais et américain. Puis une protestation générale, initiée par la Ligue des Droits de l’homme, aboutit à sa libération, le 15 février 1911. Malheureusement, Jules Durand, maintenu 40 jours en camisole de force, était devenu fou, et finit sa vie à l’asile. La révision de son procès, le 15 juin 1918, l’innocenta totalement.

Allez, merci pour la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

5 commentaires

  1. Le Briquir

    Bonjour, Jules Durand a droit à un boulevard dans la zone industrielle du Havre tandis que des généraux sans gloire ont leurs rues en centre-ville.

    • erwandekeramoal

      Diantre ! y’a pas de justice… Merci d’être passé par ici.

  2. Jean TIENHAIN

    Il est vrai que Durand, Dupont ou Martin, c’est pas ça qui peut vous caractériser…

    Encore que Dupond avec un « d »…

  3. lediazec

    Le bonjour Erwan.. La mémoire se doit d’avoir des langueurs océanes. Je me souviens avoir touché un mot sur ce Jules en visitant la pièce de théâtre qu’Armand Salacrou lui avait consacrée. Fou, d’accord, mais pas bête.
    Cela étant, avec un ou deux L, Katell a mes faveurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).