Rappelle-toi Barbara…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis de la navigation de plaisance et du haut-Médoc réunis, bonjour ! chou-geléNous sommes le Vendredi 14 août 2020, il ne pleut pas sur Brest Barbara, et pour corser le tout, c’est le 27 de thermidor, jour du colza… Drôle de plante à la vérité qui doit son existence au croisement d’un chou et d’une navette et dont le nom provient du néerlandais koolzaad (graine de chou), en breton on dit kaol. Mon aïeule que rien n’arrêtait lorsqu’il s’agissait de qualifier un malfaisant, le traitait de pav kaol skornet; ce qui pourrait se traduire par: pied de chou gelé…

Vous, je ne sais pas, mais moi je suis accroc au miel. Il me faut ma dose quotidienne sans quoi je m’étiole, je désespère, je languis. Voilà pourquoi je suis attentif au sort que nous réservons à nos amies lesbienen-pestizide-schilder.8b7be74116aa1358aca75826c54ddec7 abeilles. Or, le saviez-tu, le ministère de l’agriculture a autorisé la mise sur le marché du pesticide Cruiser OSR, destiné au traitement du colza, controversé pour ses effets potentiels sur la santé des abeilles. commercialisé par le groupe suisse Syngenta Agro, le Cruiser OSR contient deux fongicides et un insecticide, le thiaméthoxam, qui inquiète les apiculteurs car, selon eux, il se retrouve dans la sève et jusque dans les fleurs des plantes, et reste dans la terre pendant trois ans, contaminant les cultures suivantes.

https://youtu.be/jQikURURrfQ

Et, kilucru, la dame Pompili, celle là même qui jurait que non, et bien, si ! J’explique: En septembre 2018 entrait en vigueur l’interdiction des néonicotinoïdes, des substances dangereuses pour les pollinisateurs; une loi portée dès 2016 par Barbara Pompili, nouvelle ministre de la Transition écologique, dont les plaidoyers à l’Assemblée nationale ressortent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Dans un les vertsextrait vidéo, datant du 17 mars 2016, Barbara Pompili assurait  que « les néonicotinoïdes sont dangereux, pour les abeilles, mais bien au-delà des abeilles: Ils sont dangereux pour notre santé, pour notre environnement, ils contaminent les cours d’eau, la flore, y compris la flore sauvage. Ils restent dans les sols très longtemps. [...] Nous avons une responsabilité vis-à-vis de nos enfants, nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. » Et voila que la même Barbara vient d’annoncer que son gouvernement, vise une modification législative à l’automne pour autoriser les agriculteurs à utiliser dès 2021 et jusqu’en 2023 maximum, sous « conditions strictes », des semences de betteraves enrobées de pesticides utilisant ces molécules. Ma doue benniget ! Combien de reniements pour s’asseoir à la table des puissants. Placé, de Rugy, Pompili, décidément, les verts sont dans le fruit, à moins que…

Allez, le bonjour vous va. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

Un commentaire

  1. Jean TIENHAIN

    Le discours vert dévoile sa duplicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).