Pierr-Jules Ruff…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

Amis de l’humour noir et du lieu jaune réunis, bonjour ! Et bien voilà, ça n’a pas manqué, nous sommes le Mercredi MilletStock-1024x683-150x15019 Août 2020. Dois-je préciser que c’est le deuxième jour de fructidor et que c’est le jour du millet… Pas une raison pour donner l’angélus (humour). Bien évidemment il se trouvera toujours un adepte de la pataphysique pour vous affirmer qu’en réalité le 19 Août 2020 correspond au Lundi 9 Phalle 147 – St Godemiché, économe – fête suprême quarte – dans leur propre calendrier.

Le 19 août 1877, naissance de Pierre Jules Ruff, à Alger.

Militant anarchiste et antimilitariste. Issu d’une famille bourgeoise juive, il obtient une licence de mathématique, mais il rompt avec son milieu pour militer au sein du mouvement anarchiste. Antimilitariste convaincu, il subit de nombreuses condamnations. Le 14 septembre 1907, il est jugé par la cour d’Assises de la Seine et écope de trois ans de prison pour « provocation à la désobéissance et au meurtre adressée à des militaires ».  En 1911, il est signalé comme membre de la Fédération Communiste ruff02Anarchiste et gérant de la revue « le mouvement anarchiste ». Arrêté avec Louis Lecoin, il est condamné en novembre 1912 à cinq ans de réclusion pour « provocation au meurtre, à l’incendie et au pillage ». Il est libéré en novembre 1916, mais c’est pour être arrêté un mois plus tard avec Lecoin pour la distribution d’un tract pacifiste « Imposons la paix! ». En octobre 1917, il est encore condamné à 15 mois de prison pour sa participation à la parution, le 15 juin 1917, d’un numéro clandestin du « Libertaire ». Après guerre, il devient correcteur d’imprimerie, mais en 1930 effectue encore six mois de prison pour un délit de presse. En avril 1936, il prend part au congrès de « l’Union Anarchiste » où il est élu membre de la commission administrative. En 1942 (durant l’occupation Nazi), le fait d’avoir exprimé ouvertement ses opinions et son passé de militant lui valent d’être arrêté puis déporté en Allemagne, au Camp de Neuengamme d’où il ne reviendra pas (il aurait été envoyé au four crématoire la veille de l’entrée des Américains). Sources: Ephéméride anarchiste. On peut lire aussi une fiche biographique complète dans Le Maitron.

Voilà pour aujourd’hui, en attendant la suite portez vous bien et à bientôt peut-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).