Saint-Rivoal, dix minutes d’arrêt…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , ,

Amis de la pataphysique et du riz créole réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 15 juillet 2020 qui correspond au 27è jour de messidor dédié à l’ail. Plante pour le moins miraculeuse qui faisait dire à mon aïeule: Qui a de l’ail dans son jardiSaintRivoaln, n’a point besoin de médecin !
Par ici, nous fêtons les Riwal, prénom masculin qui remonte au 5ème siècle et l’arrivée des tous premiers émigrants de Bretagne insulaire. Considéré comme étant roi de Domnonée, parent de Brieg et deTudal, on dit de Riwal qu’il mit en déroute les danois près de Carantec et demeure à ce jour le saint patron de Saint-Rivoal dans le Finistère (29). Voici ce qu’en disait Frédéric le Guyader en 1901 dans  « Le Pater de Saint-Rivoal », chapitre de la « Chanson du cidre»:

« Saint-Rivoal et Botmeur, perdus dans la montagne,
sont bien les bourgs les plus tristes de Bretagne
Quelques taudis épars, autour d’un clocher gris.
Point d’arbres. Si ce n’est trois vieux ifs rabougris,
Qui se meurent, le long des murs du cimetière.
Çà et là, de grands blocs, couchés dans la bruyère.
Des blés noirs tout petits. Des seigles avortons.
Un sol pierreux, où des centaines de moutons
Broutent dans le silence, et dans la solitude.
Un pays tout entier, plongé dans l’hébétude,
Figé, mort, loin du bruit, loin de toute rumeur. »

Cela ne donne pas franchement envie d’y passer ses vacances quand bien même les ingénieurs zèlés essaient d’en finir avec le démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis, située à deux pas  Lankou-210x300et débuté en 1985. (cela donne une vision pour Fessenheim…). Et plus le chantier dure, plus il coûte cher. Le premier devis de 2001 était de 254 millions d’euros, il est passé à 377 millions en 2007, selon la Cour des comptes. Le coût total du démantèlement est désormais estimé à 482 millions d’euros ! Quand à la fin des travaux, «on» avance la date de 2040, peut-être. Il est vrai que nous sommes à proximité du Yeun-Ellez, les portes des ténèbres. Mon aïeule nous contait l’histoire des crieurs de nuits (hoper noz) que sont les enfants morts sans baptême et qui doivent rester errer ainsi jusqu’au jugement dernier dans les marais du Yeun.

Allez, gardez le sourire sous le masque et à bientôt peut-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).