Oui mais, ça branle dans le manche…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du bas de laine et de l’armoire normande réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 21 Mai 2020 et, mon p’tit calendrier républicain Hémérocallem’indique que le 21 mai, deuxième jour de prairial, est généralement dédié à l’hémérocalle… Avouez que c’est une chance, Fabre d’Eglantine, l’un des inspirateurs, aurait pu choisir le pissenlit ou le coquelicot et bien non; le choix s’est porté sur l’hémérocalle mais je serai bien ennuyé s’il fallait vous dire pourquoi. Bon, on ne va pas non plus en faire une salade. Quoique ! Outre le fait qu’il s’agisse d’une très jolie fleur, certains cuisiniers téméraires n’hésitent pas; elle peut être farcie avec de la crème fouettée et servie pour décorer un dessert par exemple.

Le 21 mai 1871 à Paris débute ce que l’histoire retiendra sous le nom de semaine sanglante. Les Versaillais, après s’être emparé des forts, entrent dans Paris par la porte de Saint-Cloud. Une répression terrible commence. Les massacres et exécutions sommaires feront entre 20 000 et 35 000 morts. Le 28 mai 1871, au terme d’une semaine luce_commune-300x198sanglante, la Commune de Paris n’existe plus. Dix semaines plus tôt, le 18 mars, des Parisiens humiliés par la défaite de leur pays face aux Prussiens, s’en étaient pris aux troupes gouvernementales. Le chef du pouvoir exécutif, Adolphe Thiers, avait déserté sur le champ Paris pour Versailles. Un mouvement insurrectionnel improvisé avait alors assumé le pouvoir dans la capitale sous le nom de «Commune de Paris». Mais dès la signature du traité de paix avec l’Allemagne, le 10 Mai, Adolphe Thiers obtient de l’occupant prussien la libération anticipée de 60.000 soldats. Il lance aussitôt contre la capitale 130.000 hommes, dont les anciens prisonniers et beaucoup des campagnards recrutés et formés à la hâte.

L’assaut commence le 21 mai, dans le quartier du Point du Jour, à Boulogne. Les Versaillais ont en face d’eux une dizaine de milliers de fédérés déterminés. Ils doivent conquérir les barricades l’une après l’autre.( à gauche émouvante gravure de Félix Valloton évoquant le mur des fédérés au père Lachaise) Les combats de rue feront au total 4.000 tués (877 du côté des troupes versaillaises). S’ajoutent à ce bilan les felix-vallotton-le-mur-300x164victimes de la répression car, à l’arrière, des liquidateurs tuent méthodiquement les suspects. Une vingtaine de «cours prévôtales» jugent hâtivement les hommes et les femmes pris les armes à la main et les font fusiller sur place. Le bilan total de la Semaine sanglante est d’environ 20.000 victimes, sans compter 38.000 arrestations. Combien aujourd’hui ont en tête le fait que les massacreurs d’alors, Thiers, « le sinistre vieillard », Trochu, « ce crétin militaire », Favre «le faussaire», Vinoy «le coupe-jarret bonapartiste», Galliffet, « les loups, les cochons et les chiens de la vieille société » sont toujours là, sous d’autres noms. (les citations entre guillemets sont de Karl Marx). Aujourd’hui, les banksters ont mis les Nations au pain sec et à l’eau ; ils se dissimulent derrière des noms qui sentent bon les dorures de Bilderberg, les salons de Davos, la soupe du diner du siècle, les comptoirs de Goldman-sachs ; mais qu’on ne s’y trompe pas, ce sont les mêmes. Alors,  pouvons nous imaginer un instant que la Commune n’est pas morte ?

En attendant le temps de cerises, portez vous bien et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. En passant

    Ordinairement, la mention des Davos, Siècle et autres, c’est une caractéristique des méchants très à droite. Quant à l’évocation de la Commune en termes élogieux, c’est une véritable incitation à l’insurrection. Et tout ça sous Avia ! C’est du joli ! Encore un pas et ce sera même du Joly ! :)
    André Gillois a écrit une biographie (pas une hagiographie, je vous rassure) intéressante : « Galliffet, «le fusilleur de la Commune» ».

  2. Anne-Marie

    Les salauds ça se reproduit malheureusement très bien de siècle en siècle.

Répondre à En passant Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).