Une pensée pour un poète…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE, PORTRAIT

,

Amis de la géométrie et du carré d’agneau réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 17 avril 2020. Le 28è jour de germinal (c’est aujourd’hui) est généralement dédié à la pensée (la fleur). Dans la penséesmythologie, la nymphe Io, fut aimée de Jupiter; mais les amours de celui-ci furent une fois de plus contrariées par son épouse Junon, qui se vengea en changeant sa rivale en blanche génisse. Ainsi métamorphosée, Io errait tristement, comme une confinée dans son douze mètres carrés, lorsqu’elle vit sortir de terre de petites fleurs qui tournèrent leurs corolles vers elle. Elle reconnut en elles les pensées de ses amis venus la consoler. C’est pas mignon ça, madame Michu ?

Le 17 avril 1989 Eugène BIZEAU, anarchiste, athée, pacifiste, jardinier, apiculteur, vigneron et poète, nous quittait à près de 106 ans. 15 ans plus tôt, j’avais accompagné un ami, poète et journaliste au « Courrier Bizeau-D-de l’Ouest », pour une interview du vieil anarchiste. Je me souviens de la petite maison aux volets vert et de la bouteille de Vouvray qu’il avait des difficultés à ouvrir. N’eut été sa fraicheur d’esprit et sa liberté de langage, il avait un côté professeur Tournesol indéniablement. Issue d’une famille de vignerons socialistes et anticléricaux, il découvre très tôt les idées libertaires. Abonné dès 14 ans à la presse anarchiste, c’est tout naturellement qu’il y donnera ses premiers poèmes, qui seront publiés dans le journal « L’anarchie » fondé par Libertad. Sa poésie sociale et révolutionnaire fera les beaux jours des chansonniers de « La Muse Rouge ».

En 1914, Eugène est réformé pour « faiblesse de constitution », il n’en poursuivra pas moins sa dénonciation du militarisme, rusant avec la censure et collaborant à la presse anarchiste dont « La Mêlée ». En Bizeau-G-1921 pour sauver Sacco et Vanzetti, il exhorte dans « Le Libertaire » : « Il faut que notre voix, grondant vers l’Amérique, aille exiger pour eux justice et liberté ». En 1929 puis 1934 ses poèmes sont mis en musique et enregistrés, ils passeront même, durant la révolution espagnole, sur les ondes de Radio Barcelone. En 1980-81 le cinéaste libertaire Bernard Baissat lui à consacré un film émouvant : « Ecoutez Eugène Bizeau ». On peut par ailleurs trouver certains de ses textes sur un disque de 1985 « Les Cent Printemps des Poètes » Gérard Pierron, Alain Meilland et Michel Grange sont les interprètes des textes et chansons des Cent Printemps des Poètes, spectacle créé le 30 mars 1985 au Printemps de Bourges.

Allez, haut les cœurs les amis, continuez à turluter, hasta la victoria siempre et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. Anne-Marie

    J’avais emprunté il y a quelque temps à la bibliothèque publique le livre « : Eugène Bizeau a 100 ans : chansons et poésie » , dont j’ai recopié quelques textes, « A l’assassin », « Le champ d’honneur », « En souvenir du 11 novembre » et surtout » Lutter » : Lutter, puisque la vie est une âpre mêlée
    Où l’on se bat sans fin contre plus fort que soi,
    Et marcher le front haut sous la voûte étoilée
    Sans se décourager des coups que l’on reçoit.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).