I have a dream…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, ,

Amis de l’Alsace-lorraine et du munster au cumin réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi  04 avril 2020, jour qui correspondant au 15 de germinal habituellement dédié à l’abeille.

C’est un 04 Avril, en 1968, que Martin Luther King (39 ans) est assassiné dans un motel de Memphis par un repris de justice. La mort du pasteur noir soulève une immense émotion dans le monde entier… cependant que des émeutes secouent les ghettos des grandes villes dreamaméricaines. En 1963, devant le Memorial Lincoln, à Washington, le pasteur Martin Luther King s’adresse aux 250.000 personnes, dont 80% de Noirs, mobilisées à travers tout le pays pour une Marche vers Washington organisée par le Mouvement des droits civiques. De son mémorable discours, on a surtout retenu les mots improvisés à la fin : « I have a dream that one day little black boys and black girls will be able to join hand as sisters and brothers… » (Je fais un rêve qu’un jour, les petits enfants noirs et les petits enfants blancs joindront leurs mains comme frères et sœurs…). Le 14 octobre 1964, le jeune pasteur reçoit le Prix Nobel de la paix. Mais son Mouvement est de plus en plus contesté et concurrencé par des groupes violents comme les Black poings gantésMuslims (Musulmans noirs). Aux Jeux Olympiques de Mexico, qui suivent de quelques semaines la mort de Martin Luther King, des champions noirs américains lèvent le poing sur le podium et tournent le dos à la bannière étoilée. Un demi siècle et un Président noir plus tard, les choses ont-elles évoluées ? On est en droit de s’interroger au vu des affrontements entre la communauté noire (de plus en plus précarisée) et les forces de l’ordre (de plus en plus militarisée). «Le passé n’est pas mort et enterré, il n’est même pas passé», déclarait Barak Obama dans son discours de Philadelphie, citant William Faulkner.

Aujourd’hui, on se confine au fond de sa cuisine en regardant brûler l’Amazonie, fondre le Groenland et s’esclaffer le pangolin. Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).