Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

Amis des frères Morvan et des sœurs Tatin réunis, bonjour ! Pourquoi donc est-ce que parle de Tatin ? Ah oui, à la radio ce matin un journaliste affirmait qu’à propos du Coronavirus à Wuhan, je cite: « le pic de l’épidémie est Tatin… » franchement, je vois pas le rapport. Nous sommes le Vendredi 06 Mars 2020, correspondant au 16è jour de ventôse, dédié à l’épinard. Et, comme disait Coluche: L’épinard… Ça devrait être obligatoire ! Trêve de calembour à la petite semaine et, place à l’homme du jour.

Voici un petit mot sur une figure remarquable de l’anarchie dont j’ai déjà parlé mais, abondance de biens ne nuit pas… Le 6 mars 1992, mort de Léo Campion. Anarchiste, libre penseur, pacifiste et franc-maçon. A dix-huit ans, il part habiter Bruxelles, où il se lie d’amitié avec le bouquiniste anarchiste Marcel Dieu (dit Hem Day), qui l’initiera à la franc-maçonnerie. Il devient secrétaire de la libre pensée de Bruxelles. En 1933, secrétaire de la section belge de « l’Internationale des Léo-C.Résistants à la Guerre »( W.R.I), il renvoie, avec Hem Day, son livret militaire. Cela leur vaut un procès retentissant et ubuesque, le 19 juillet 1933, où Léo Campion ridiculisera les autorités judiciaires et militaires. Bruxelles devient un refuge pour de nombreux proscrits, dont Durruti et Ascaso (avec lequel Léo lie une solide amitié). Pendant l’occupation, il retourne en France mais, fiché comme objecteur de conscience, il est interné avec d’autres antifascistes au camps d’Argelès. A la libération, il poursuit sa carrière de chansonnier puis de comédien, en France. Il fera plusieurs galas de soutien en faveur de la Fédération Anarchiste et apportera souvent aide et solidarité aux libertaires. Il est aussi l’auteur de quelques ouvrages d’humour comme Le petit Campion illustré, Libres Pensées , ainsi que des ouvrages sur la franc-maçonnerie : Le drapeau noir, l’équerre et le compas , etc.

On lui doit, entre autres, la fameuse définition:  « Enfant: Fruit qu’on fit. » et puis, celle-ci que j’aime beaucoup:  « Dès qu’on dit feu Untel, équerre-et-compasc’est qu’ Untel s’est éteint. » Il était aussi régent de pygologie du collège de pataphysique, grand maitre de la confrérie des chevaliers du taste fesses (c’est lui qui intronisa le Mannekenpiss en 1983) et on se souvient de sa participation au fameux feuilleton radiophonique de Pierre Dac: Signé Furax. Parallèlement, son ascension en maçonnerie continue, il gravira successivement tous les degrés jusqu’au 33e et siégera au Consistoire d’Ile-de-France. Dans son livre « le drapeau noir… » on peut lire ceci: « Si les Maçons anarchistes sont une infime minorité, la vocation libertaire de la Maçonnerie est indéniable … elle est la seule association à laquelle puisse adhérer celui qui n’adhère à rien.»

Un fameux bonhomme qui portait haut et fort la devise de ce blog: Humeur et humour. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

3 commentaires

  1. nivobode

    bonjour
    rien à voir avec votre billet de ce jour, mais je m’aperçois que vous avez laissé passer une info datant d’il y a quelques jours déjà: la parution du 22° numéro de « LA BOUGIE DU SAPEUR »!
    un numéro tout de même exceptionnel puisqu’il ne parait que tous les 29 février…

  2. nivobode

    suis-je bête!
    merci pour la piqûre de rappel

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).