Vous lisez actuellement les articles publié en décembre 2019

Page 1 de 1

Guitar Slim…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis du Blues éternel et de la soupe de cresson réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 10 décembre 2019, vingtième jour de Frimaire dédié à l‘hoyau. C’est une sorte de houe à lame forte, aplatie, à deux fourchons, employée Hoyau-D-au défoncement des terrains et aux façons de la petite culture qui demandent le plus de force. Assurément un des plus anciens outils agricoles que l’homme ait inventé.  « N’allez pas croire que Pomone et Vertumne vous sachent beaucoup de gré d’avoir sauté en leur honneur […] il n’y a d’autre Pomone ni d’autre Vertumne que la bêche et le hoyau du jardinier. » (Voltaire: Dictionnaire philosophique. Superstition, IV.) »

Dehors, ça bastonne force 8 pour le moins et ce matin on serait plutôt du côté de l’Ohio que de l’hoyau ( oui bon, elle est pas terrible). Commençons la semaine en musique avec ce petit hommage à Eddie Jones plus connu sous le nom de Guitar Slim (ne pas confondre avec Memphis Slim) Il était issu des chorales religieuses de la Nouvelle-Orléans. On lui doit le célèbre the Things that I used to do un slow à émoustiller le cénobite. Remarquable showman, explorateur de la guitare électrique, il aurait pu devenir une immense vedette s’il n’était mort prématurément d’une crise d’éthylisme. Il a énormément influencé Buddy Guy qui continue de jouer sur scène avec une photo de Guitar Slim sur son ampli.

Un des véritables créateurs du blues moderne, dominé par des solos de guitare, il a emprunté le style de son idole T-Bone Walker  et lui a imprimé un ton dramatique et flamboyant, qui a considérablement influencé toute une génération de guitaristes.

Voilà pour ce mardi venteux, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Les Indiens sont là…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du positivisme avancé et du canard aux olives réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 09 décembre 2019 qui correspond aujuniperussabina 19 frimaire du calendrier Républicain, jour que nos amis républicains avaient dédié à la Sabine. Non, il ne s’agit pas de celle à qui vous pensez. La Sabine est une plante genre Genévrier mais, il est préférable de ne pas la confondre avec le Genévrier commun car ses baies sont hautement toxiques. Les Celtes, eux, vont fêter les Kern, forme réduite de McCarron, signifiant personne petite et brune. Tout un programme !

Une fois n’est pas coutume, rendons hommage à un résistant du nouveau continent. Red Cloud, (en sioux : Makhpyia-luta en français: Nuage rouge) né en 1821, mort le 9 décembre 1909 est un chef sioux. Red cloudChef des indiens sioux Oglala, il n’est pas fils de chef mais le devient pour son courage et sa témérité. Il gagne de nombreuses batailles et incite de nombreux chefs sioux a faire de même pendant la « Guerre du Nuage Rouge » qu’il dirige de 1866 à 1868, guerre qui vise le retrait des forces armées de la piste Bozeman, la piste du Montana
qui traverse le territoire sioux. Par le traité de Fort Laramie en 1868, il obtient l’abandon des forts militaires le long de la piste Bozeman ainsi que des garanties territoriales sur une réserve de 240000 km² (comprenant la partie occidentale du Sud-Dakota, le Nord du Wyoming et l’Est du Montana). En 1876 et 1889, les Sioux furent cependant forcés de concéder la plus grande partie de ce territoire.

Red Cloud ne prendra part ni aux affrontements de 1876, ni à ceux de 1890-91. Il meurt à 88 ans dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Située dans le Sud-Ouest du Dakota du Sud, entre la frontière du entrée de la réserveNebraska et les Black Hills, la réserve de Pine Ridge est l’une des 9 réserves du Dakota du Sud, qui font partie de la Grande Nation Sioux. Créée en 1878 en tant que « Agence de Pine Ridge ». Elle devint une réserve en 1889. Pine Ridge est la seconde plus importante réserve des Etats-Unis, comprenant approximativement 2 millions d’acres de territoire (800 000 ha). Parmi ses 38 000 résidents se trouvent approximativement 17 800 membres inscrits de la tribu Oglala. Les résidents sont dispersés entre sept petites villes, leur rendant difficile le maintien de la communauté qui est si importante pour leur culture Lakota. La réserve de Pine Ridge est bien connue pour être l’un des endroits les plus pauvres économiquement sur l’ensemble de l’Amérique du Nord. L’alcoolisme y est souvent le seul moyen de résistance à laréserve indienne dépression. Cette région a un des taux de mortalité infantile les plus élevés de la zone occidentale, accompagné de la plus faible espérance de vie concernant l’homme et la femme. Le chômage approche le taux des 75 %. L’eau courante et le tout à l’égout y sont un luxe. Le confort y est une chose inconnue. Encore un bel exemple de ce qu’est capable de produire cette grande démocratie Etatsunienne qui veut imposer son modèle au reste du monde.

Allez, je vous laisse méditer là dessus, soyez remercié de votre visite, je vous mets un chocolat de côté, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Le roi est nu…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la démondialisation et du Reinsdyrsteik réunis, bonjour ! Nous 220px-Vincent_Willem_van_Gogh_065sommes le Samedi 07 décembre 2019, 17è jour de frimaire dans le calendrier républicain, dédié au cyprès et, comme le disait van Gogh à son frangin: venir de si loin pour voir deux cyprès… En ces temps où la préoccupation majeure de nos gouvernants consiste à nous faire avaler l’amère pilule de la réforme des régimes de retraite, j’avais envie de souhaiter un bon anniversaire à Noam Chomsky (7 décembre 1928).Par ici, on va célébrer les Azenor qui n’était autre que la fille du roi de Brest au VIe siècle, épouse de Judael, accusée par la femme de son père d’adultère, Azenor, enceinte fut jetée à la mer dans un tonneau. Ma doue benniget !

 

Intellectuel américain, linguiste et socialiste libertaire (il s’identifie comme anarchiste depuis l’âge de 12 ou 13 ans). Il est membre de l’International Working People’s Association, comme l’a été son père, William Chomsky, ukrainien d’origine. C’est un militant et un activiste qui rattache son travail à la tradition de l’anarchisme et du socialisme libertaire, dont il est sans doute, à l’heure actuelle, le plus célèbre représentant. Son engagement public, depuis maintenant quarante cinq ans, a été remarquable de constance et de générosité et il s’est chomsky-D-toujours caractérisé par le souci de parler non pas aux intellectuels, aux puissants, ou à ceux qu’Adam Smith appelait déjà les « Maîtres », mais aux gens ordinaires. La «globalisation» de l’économie est un sujet qui occupe une place particulièrement prépondérante dans certains écrits de Chomsky. Dans les analyses qu’il consacre à ce phénomène, Chomsky montre en particulier que le développement moderne du capitalisme voit l’ensemble des systèmes politiques, économiques et idéologiques progressivement envahis et pris en charge par ce qu’il appelle «de vastes institutions de tyrannie privée» dont les entreprises, les corporations transnationales, les banques, les systèmes monétaires et financiers fournissent aujourd’hui les modèles les plus achevés et les plus inquiétants.

Il analyse également les raisons et les moyens employés pour imposer à noam-chomsky-G-la population mondiale un système économique et politique tyrannique échappant totalement à son contrôle: la propagande. « La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures » Lire La fabrication du consentement aux éditions Agone. mais aussi: Le Bouclier Américain (Serpent à Plumes, 2002) – Comprendre le pouvoir (Aden, 2005) – Instinct de liberté : anarchisme et socialisme (Agone, 2001) Idées cadeaux pour Noël! Une citation qui m’a inspiré le titre de ce billet: Le roi est nu mais il n’aime pas qu’on le lui dise.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.

L’ajonc sur le bout de la lande…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

,

Amis de la parabole et du veau marengo réunis, bonjour! Nous sommes le Vendredi 06 décembre 2019, 16è jour de frimaire dédié à l’Ajonc, plante emblématique de notre chère Bretagne. A tel point que l’ajonc est venu prendre sa place au magasin des clichés d’une certaine poésie bretonne qu’Anatole Le Braz qualifiait de « poésie passe-partout », invariablement calquée sur le même poncif, et qui n’a de breton que le Ajoncnom. Ainsi écrivait-il avec un rien de moquerie: « Vous prenez quelques clochers à jours, quelques calvaires, un air de biniou, trois notes de bombarde; vous ajoutez un brin de genêt, un bouquet d’ajonc-d’or, du vent, de la brume, de la pluie, de la mer; vous mêlez le tout, vous agitez fortement… et vous avez la Bretagne.» Il existe d’ailleurs une espèce nommée l’ajonc Le Gall qui doit son nom d’espèce à Nicolas Joseph Marie Le Gall de Kerlinou qui avait le premier différencié cet ajonc de l’ajonc de Provence, mais qui n’avait pu faire paraître l’ouvrage où il décrivait la nouvelle espèce avant que Planchon ne le fasse lui même en 1849. C’était un juge et néanmoins botaniste breton qui fut député du Morbihan entre 1834 et 1837. Sa maman n’était autre que Magdelaine Vincente Millon de Saint Goustan, très connue dans son canton. (j’emprunte le tire à Daniel Giraudon, professeur de celtique à l’UBO (Université Bretagne Occidentale) qui à produit une recherche exemplaire à ce sujet)…

Le calendrier des postes nous invite à fêter les Nicolas. Avant l’heure, c’est pas l’heure ! Avant Noël, c’est pas Noël ! Quoique, il n’y a encore pas si longtemps, dans le Nord, en Lorraine, en Belgique, la Saint Nicolas c’était Noël. Les rues s’animaient et le bon saint s’y promenait St-Nicolasaccompagné de son terrible acolyte, le père Fouettard, le premier complimentant les uns et l’autre châtiant les pêcheurs. Je vous la fais courte: Un méchant boucher un peu psychopathe trucide trois personnes (quelquefois, trois enfants). Plus tard, passe St Nicolas qui les ressuscite. Et depuis, il distribue des bonbons aux petits enfants sages. Je ne sais pas pour vous mais pour ce qui me concerne, mon aïeule, qui faisait de la prévention comme d’autres font du tricot, m’a appris à me méfier des vieux messieurs qui offrent des bonbons aux petits nenfants. Aujourd’hui, les représentants des ligues bien-pensantes s’offusquent de la violence à la télévision, responsable de tous nos maux. Je me marre doucettement en constatant le cannibalisme, l’infanticide, et autres joyeusetés des contes de l’époque.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Faites vous des amis…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités, HUMEUR

, ,

 

Amis de la liberté de s’exprimer et des tortellini alla pana réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 05 décembre 2019, quinzième jour de frimaire dédié au chevreuil. Dans la série: la bêtise humaine est décidément incommensurable, en Alsace, des bas du front ont à nouveau profané un cimetière juif. Du coup, les opportunistes d’En Marche s’engouffrent dans la brèche et l’Assemblée Nationale adopte une résolution assimilant antisionisme et antisémitisme.

Les députés étaient invité à adopter, ce Mardi 03 Décembre, la résolution Maillard (soutenue par le gouvernement) assimilant antisémitisme et antisionisme. On nage en pleine confusion, à moins, diront les mauvaises langues, qu’il ne s’agisse d’un soutien déguisé à la libertalia-vidal_antisionisme-couv_web_rvbpolitique de l’État israélien. En effet, l’antisémitisme est un délit, puni comme tous les racismes par les lois françaises; l’antisionisme est une opinion que chacun est libre d’approuver ou non. « L’antisionisme est le fait de critiquer la pensée de Theodor Herzl, le fondateur du mouvement sioniste, pour qui d’une part les juifs ne pouvaient pas s’assimiler, s’intégrer dans les sociétés dans lesquelles ils vivent et donc, secondement, il fallait un État pour que tous puissent s’y rassembler ». Cette pensée est ancienne : elle date de la fin du XIXe siècle, donc avant la Shoah; explique l’historien Dominique Vidal. Pour ma part, je revendique le droit de pouvoir critiquer la politique de M. Netanyahu [le premier ministre israélien], comme on doit pouvoir critiquer une politique de théocratie islamiste sans passer pour un antimusulman ou sans passer pour un antisémite. La résolution reprend la définition de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), déjà validée par le Parlement européen et 20 pays dont 16 de l’UE, et appuyée par Emmanuel Macron en février devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). Le président avait alors affirmé vouloir élargir la définition de l’antisémitisme à l’antisionisme. Dans un même temps, un collectif de 127 intellectuels juifs avait en revanche jugé « hautement problématique » le texte car il « assimile (…) l’antisionisme à l’antisémitisme ». « De nombreuses victimes de l’Holocauste étaient antisionistes », rappelle-t-il dans une tribune au Monde.

Or donc, l’antisionisme relève du débat d’idées et, la véritable question relative à la cohabitation israélo-palestinienne, source de nos préoccupations, est que deux populations vivent de facto dans un seul État, sous une même autorité, mais l’une a tous les droits, l’autre n’en a aucun. Je pense que c’est le démantèlement de ce système de600-boycott-israeld’apartheid qui est à l’ordre du jour. Effectivement, comme le précise l’universitaire israélien Shlomo Sand sur son blog : « Je n’ai aucun doute sur le fait que l’un des facteurs qui empêchent la judéophobie de régresser est précisément la politique pratiquée par Israël à l’encontre des Palestiniens : ceux qui vivent, comme citoyens de deuxième catégorie, à l’intérieur de « l’État juif », et ceux qui, depuis des décennies, subissent une occupation militaire et une colonisation brutales. » Par ailleurs, si une loi interdisait l’antisionisme, cela signifierait qu’on autorise les sionistes à interdire leurs adversaires. Rappelons que dans notre justice, le délit d’opinion n’existe pas (pas encore).

Et voila, je vais encore me faire des amis. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

 

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la marine à voiles et de la fondue de poireaux réunies, bonjour ! Le Mercredi 04 décembre 2019 correspond au 14è jour de frimaire que nos amis républicains avaient dédié au sapin. Bon d’accord, sur ce coup là, ils ne se sont pas donné beaucoup de mal. Moins que les pataphysiciens pour qui Le 04 Décembre 2019 est en réalité le Mercredi 4 Sable 147 Ste Barbe (femme à), femme-canon. Le 04 décembre c’est en effet la sainte Barbe. Figurez Barbe-221x300vous que mon arrière grand-mère maternelle portait le doux prénom de Barbe, patronne des pompiers (oubliez pas le calendrier). Alors, en son honneur, le dicton du jour: Pour la Ste Barbe, le cénobite se fait la barbe ! Selon les récits édifiants du Moyen-âge, Barbe fut enfermée par son père, un roi d’Orient, dans une tour éclairée de deux fenêtres afin qu’elle ne se convertisse pas à la religion chrétienne. Elle réussit malgré tout à se faire baptiser et fait percer une troisième fenêtre dans la tour (signe de la Trinité). Furieux, son père voulut la mettre à mort. Barbe s’enfuit et trouve refuge dans le creux d’un rocher qui s’ouvre miraculeusement pour l’abriter. Cependant, trahie par un berger, elle est capturée et doit subir plusieurs supplices. Finalement, son père l’amène au sommet d’une montagne et la décapite. Encore une bluette pour endormir les petits enfants le soir à la veillée…

Savez vous que c’est un 4 décembre (1875 à Prague) que vint au monde ce géantissime poète qu’était Rainer-Maria Rilke. En 1896, il part pour Murainer-marianich et rencontre un an plus tard, Lou-Andréa Salomé, qui a alors trente-six ans. Leur amour enflammé se transforme progressivement en amitié réciproque et en admiration mutuelle se poursuivant jusqu’à la fin de leur vie. En 1897, il change de prénom : de René Maria, il devient Rainer Maria. Il voyage en Italie puis en Russie avec Lou et son mari. Il rencontre à cette occasion Léon Tolstoï. Je suis un admirateur inconditionnel de l’œuvre de Rilke, que j’ai eu la chance de découvrir très tôt à travers les élégies de Duino. Deux personnages que l’on dirait tout droit sortis de l’imagination d’un Flaubert ou d’un Dostoïesvky tant leurs vies sont romanesques. Je me suis promis de faire un billet sur chacun d’eux et de les accrocher à la galerie de portraits.

Allez, merci pour la visite. Je vous abandonne là car on frise les moins zéro comme dit l’autre et je dois rentrer du bois, l’hiver sera rude.

Vingt dieux, la belle église !

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, ,

Amis du grand architecte et du p’tit cordonnier réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 03 décembre 2019, 13è jour de Frimaire dédié au Cèdre.

En Bretagne on fête Envel qui a légué son nom à la magnifique petite commune de Loc-Envel en Côtes d’Armor. C’est la plus petite commune de ce département et qui compte aujourd’hui 80 habitants après en avoir eu près de 400 à la fin du 19è siloc-envel_0-300x188ècle; sans doute grâce aux mines de fer et de zinc qui existaient sur son territoire. C’est tout près de Belle-Isle-en-Terre et du fameux château de Coat an noz dans la forêt du même nom. Envel lui, s’installa comme anachorète dans la forêt de Coat-an-noz (le bois de la nuit) et sa sœur Yuna en fit autant dans le bois de Coat-an-Hay (le bois du jour). La légende dit qu’ils ne se revirent jamais. Les deux forêts existent toujours et j’y ai fait de belles cueillettes de champignons.

Si vos pas vous mènent dans ces parages, jetez donc un œil sur cette petite église absolument épatante (gothique flamboyant). Les chimères et les ggargouilleargouilles qui ornent l’église gardent une expression fort curieuse, malgré la patine et l’usure du temps. D’ailleurs, je me suis souvent posé cette question: pourquoi tous ces singes sur les églises en Bretagne? Il semble bien que la plupart des bestiaires du moyen-âge  dérivent du fameux Physiologus, ouvrage Grec du IIè siècle. Traduit en latin dès le IVème siècle, le « Physiologus » a exercé une influence déterminante sur toute la chrétienté. Par le biais des nombreux manuscrits, souvent illustrés, physiologusles monstres de l’Orient et de l’Antiquité gréco-romaine ont ainsi pénétré l’imaginaire des hommes du Moyen-Age. Loc-Envel avait autrefois une léproserie et les seuls vestiges qui en restent sont les trois fenêtres qui donnent sur la chapelle des fonts baptismaux et par lesquelles les lépreux assistaient aux offices. La tradition raconte que les cloches, très recherchées à la révolution pour être refondues furent enlevées et enterrées dans un lieu secret; si secret qu’elles ne furent jamais retrouvées le calme revenu.

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

A qui profite le crime ?

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, , ,

Amis de l’histoire ancienne et de la galette de Pleyben réunies, bonjour inhalation! Nous somme le Lundi 02 décembre 2019, 12è jour de frimaire dédié au Raifort. Mon aïeule, pour qui la pharmacopée n’avait aucun secret, en faisait une mixture qu’elle nous imposait en inhalation en cas de gros rhume. Le nez au dessus d’un bol de cette préparation improbable, un linge par dessus la tête… Je vous assure que ça vous dégageait les canalisations en deux temps trois mouvements.

Chez nous, on célèbre (ou pas) les Tadeg. On peut dire aussi, Tudeg, en tout cas, cela vient du vieux breton « tad » le père… Mon arrière grand-père se faisait appeler Tadig, petit-père. Tudeg a laissé son nom à la commune de Landudec en pays bigouden où il est invoqué contob_b59a7e_2014-07-23-01-043-tudecre la surdité (hein?). Mais l’histoire de ce saint, plus ou moins légendaire, se déroule plus haut en Cornouaille du côté du Faou. En effet, le seigneur du coin le fit assassiner en compagnie de son compagnon Jud alors qu’ils célébraient la messe. Le seigneur du Faou donc, voyant sa cote diminuer dans les sondages, imaginât de mener campagne en stigmatisant ces étranges étrangers qui débarquaient avec leur religion sans oublier le bruit et l’odeur… Il se répandait dans tout le canton en haranguant la foule : avec tous ces immigrés, la délinquance augmente ! A cette allure là, bientôt l’Armorique sera chrétienne. L’Armorique aux gaulois. Halte aux flux migratoires… Bref, autant de slogans qui flattaient les bas instincts de la populace. (C’est pas aujourd’hui qu’on verrait des choses pareilles, madame Michu).

La chronique nous apprend que c’est Jaoua, un autre saint homme, qui fit rendre grâce au puissant seigneur du Faou qui avait massacré Tadec et Jud en le condamnant à ériger une abbaye qu’il devrait financer pour c3a9pc3a9e-jaoua-199x300expier son double crime. D’où l’expression daou laz (double meurtre en breton). Aujourd’hui, l’abbaye de Daoulas est devenue un haut lieu de l’expression culturelle en Bretagne. Mais si l’on en croit les experts de l’expertise, L’abbaye de Daoulas ne fut créée qu’au XIIè siècle soit cinq ou six cent ans après l’existence présumée de Tadeg. Personnellement je pense que Daoulas vient plutôt de Daou glaz que l’on pourrait traduire par deux ruisseaux, comme la « Mignonne » et le « Lézuzan » qui confluent sur cette commune. Jaoua, qu’est-ce que tu fais là ? est-on tenté de murmurer en le rencontrant dans la vallée des saints réalisée par Goulven Jaouen, dans un granit de Louvigné-du-Désert.

Un millénaire s’est écoulé et, mêmes causes, mêmes effets… Allez, portez vous bien et à demain peut-être.