C’est toujours occupé…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la poésie ibérique et de la cochonaille du même nom réunies, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 20 novembre 2019, 30è jour de brumaire dédié au rouleau, sorte de herse rotative encore nommée « brise-motte ».

En Palestine, pendant les travaux, la colonisation continue. J’avais décidé de ne plus traiter ce sujet tant le sort injustifiable réservé aux palestiniens, comme aux kurdcoloniees d’ailleurs, me noue les tripes mais, l’actualité nous rattrape. Les États-Unis ne considèrent plus contraires au droit international les colonies israéliennes en Cisjordanie, a annoncé, lundi 18 novembre, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. Et pourtant,ces occupations de territoires palestiniens sont jugées illégales par l’Organisation des Nations unies (ONU) et une grande partie de la communauté internationale, qui voit en elles un obstacle majeur à la paix. Au moment où les partis israéliens mènent de difficiles tractations pour former un nouveau gouvernement, cette 19722501lpw-19722508-article-cisjordanie-israel-colonies-jpg_6686464_660x281décision peut être interprétée comme un coup de pouce au premier ministre israélien sortant, Benyamin Nétanyahou. Ce dernier a proposé, pendant la dernière campagne électorale, d’annexer une partie des colonies de Cisjordanie occupée. L’Union européenne a, pour sa part, réaffirmé sa condamnation de la politique de colonisation israélienne, en rappelant sa position. « Toute activité de colonisation est illégale au regard du droit international et compromet la viabilité de la solution à deux États et les perspectives d’une paix durable, comme le réaffirme la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Pendant ce temps,  la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a statué en faveur d’une législation controversée concernant l’étiquetage « des denrées alimentaires originaires de territoires occupés par l’État produits-territoiresd’Israël ». Au nom de « l’information des consommateurs », celles-ci doivent « porter la mention de leur territoire d’origine » et indiquer si, à l’intérieur de ce territoire, elles proviennent d’une colonie israélienne. L’État hébreu a aussitôt dénoncé une décision qui pourrait nuire à son image et à ses exportations. Et pendant que les diplomates s’égosillent, la  population en Cisjordanie, à l’exclusion de Jérusalem-Est, est passée de 16 200 autour des années 80 à 427 800 en 2018, selon l’organisation israélienne Peace Now. Cette croissance  rend de plus en plus difficile, voire impossible, la création d’un État palestinien à côté d’Israël.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Un commentaire

  1. Un fidèle passant

    Roh ! Non !…

    Quand on pense qu’ici,chez ce qu’ils appellent encore « Chez nous » des fachos nous parlent de « remigration ».

    La cochonnaille de Bayonne, frontièrement proche de l’ibérique complétant harmonieusement le menu du mangeur de porc breton, saluons également la poésie ibère en la personne de Dom Quichotte, grand pourfendeur de moulins à vent.

    Ne le prenez pas mal.

    Le rouleau brise-mottes dédié à ce jour de Brumaire associé à certains événements internationaux où le suidé n’est pas à table.. Vous faites de la provoc.

    Mais les Français sauront bon gré mal gré faire encore un peu de place en se serrant encore davantage à tous ces nouveaux exclus de chez eux, qui trouveront dans leurs rues un nouveau terrain de guerre.

    Bon, personnellement, quand pour changer du porc au menu, je plonge dans le bac à viandes du super-marché, ben je vérifie comme je peux l’abattoir qui a occis la bête.

    Ne réservant mon achat qu’aux abattages non rituels.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).