Le Grevisse de la fin…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la mémoire en chantant et de la cotriade réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendre300px-StJudicaeldi 11 octobre 2019, 20è jour de Vendémiaire dédié au pressoir. En Bretagne, on fête (ou pas) les Gwinien qui n’était autre que le frère du roi de Bretagne Judikael, septième siècle. Il était le fils aîné de Judael et régna à la suite de son frère Haeloc; puis il devint moine après avoir renoncé à la couronne.

Mon secrétariat me fait remarquer que de nos jours, le point-virgule n’est plus (ou presque) employé en français. Et pourtant: C’est pour « disséquer les phrases » que le point-virgule devient le roi de la ponctuation moyenne. On en use et on en abuse au XIXe siècle; particulièrement dans les textes officiels. Le point-virgule marque une pause de moyenne durée. Il se place, en principe, entre des propositions indépendantes mais reliées par une même action et faisant partie d’une même idée. Ceci dit, l’emploi du point-virgule se rapproche souvent de celui d’une grevissesimple virgule. Tout est affaire de sensibilité, certains auteurs pensent même que c’est un signe superflu. Que nenni ! Pour ma part, peut-être à cause de mon amour immodéré pour le jazz, j’entends continuer à utiliser ce signe qui apporte du rythme à la phrase. La virgule, outre son emploi scatophile dans les édicules publics, est trop sage; Grabrielle Marquet disait: «la virgule m’est très familière; je l’aime; elle est aux mots; au cœur d’une phrase, comme un écrin…» Le point quand à lui se fait brutal; imaginez un point dans la figure de style! Comme le dit Danielle Sallenave (de l’Académie française) le point donne au récit un ton d’énumération laconique et brutale qui ne convient pas à un propos fait de distance et d’ironie légère; et elle poursuit en disant: «Le point-virgule non seulement convient, mais il est indispensable. Il laisse à la phrase le temps de s’épanouir, il évite de rompre l’unité de la pensée par la multiplication des phrases courtes.» Le point-virgule lui, est plein de créativité, de souplesse, il ouvre une porte sur l’imagination. Jamais Proust n’aurait pu écrire des phrases longues comme des jours sans pain sans l’utilisation du point-virgule. Dans son Traité de la ponctuation française, Jacques Drillon écrit : « Le point-virgule atteste un plaisir de penser. » Epatant, non !

Allez, voila pour l’humeur du jour. Le bonjour vous va, portez vous bien et à bientôt peut-être.

5 commentaires

  1. Pangloss

    Vive le point-virgule!

  2. Robert Spire

    Point de virgules, voici un poème de Jean-Pierre Rosnay sur:
    « L’accent circonflexe et la petite cédille. »

    Entre deux vers
    D’un long poème
    D’un poème fort ennuyeux
    La cédille aux yeux de verveine
    qui nattait ses jolis cheveux
    rencontra l’accent circonflexe
    Curieuse quoiqu’un peu perplexe
    Sans moi vous l’eussiez deviné
    Elle lui dit pour commencer
    Quel bizarre chapeau que le vôtre
    Seriez-vous par hasard gendarme ou polytechnicien
    Et que faites-vous donc sur le front des apôtres
    Est-ce vous la colombe ou la fumée du train
    Je suis je suis gentille cédille
    Le S escamoté des mots de l’autrefois
    C’est à l’hostellerie qu’on emmenait les filles
    Le S a disparu me voici sur le toit
    Et toi que fais-tu cédille
    A traîner derrière les garçons
    Sont-ce là d’honnêtes façons
    N’es-tu point de bonne famille
    Accent bel accent circonflexe
    Voilà toute ma vérité
    Je t’aime et pour te le prouver
    Je fais un S avec un C

  3. gensyve

    là on sent l’érudition du cénobite de Keramoal, nous sommes bien loin de la cotriade; quoique!!!
    Bon week-end

  4. Zap Pow

    Intéressante mise au point.

Répondre à Zap Pow Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).