Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 26th, 2019

Page 1 de 1

Toubib or not toubib…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé, TRADITION

Amis des années bissextiles et de la pizza trois fromages réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 26 septembre 2019, c’est pour vous dire si ça passe vite, et cela correspond au 5è jour de vendémiaire, dédié au cheval. Comme disait Pierre Dac: « Si vous avez perdu au PMU, vengez vous, mangez du cheval ! » On fête aussi la saint Côme, rien à voir avec le lac que ma belle et moi visitions voici quelques temps alors que nous passions huit jours en Italie comme le chante Jacques Higelin.

Côme et son frère Damien étaient des chirurgiens qui pratiquaient la médecine gratuitement d’où l’appellation d’anargyres (du grec an argyrios, qui refusent l’argent). Joli nom qui commence plutôt bien et qui me les rend sympathiques. Cela se passait en Cilicie (aujourd’hui en Turquie) vers l’an 300 et ces braves garçons n’ont guère 220px-Fra_Angelico_064eu de chance, en effet, ils furent arrêtés sur l’ordre du Préfet de Cilicie, un certain Lysias dont c’est le seul titre de gloire. Il leur ordonna d’abjurer sous la torture. Selon la légende ils restèrent fidèles à leur foi en dépit de toute une série de tortures affreuses; finalement ils furent décapités (ce qui prouve une fois de plus que la foi peut faire perdre la tête). La plus célèbre de leurs cures miraculeuses, la greffe d’une jambe de Maure pour remplacer la jambe nécrosée d’un patient, fit l’objet de nombreuses peintures école de médecineet miniatures; on peut en observer une que l’on doit au talent de Fra Angelico au musée national San Marco à Florence. Et voilà pourquoi, madame Michu, on a fait de Côme le patron des chirurgiens et des pharmaciens et cela depuis fort longtemps puisque c’est à St Louis que l’on doit la création de la confrérie de Saint-Cosme, première « association professionnelle » des chirurgiens. Jusque là en effet, la profession de chirurgien n’était pas clairement différenciée de celle de barbier. Bon, je ne regrette pas d’avoir confié le remplacement de ma hanche à un professionnel de la profession plutôt qu’au figaro du centre commercial…

Allez, merci encore de passer par ici de temps à autre; portez vous bien et à bientôt peut-être.