Cow cow boogie…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis de la philologie et de la sardine grillée réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 12 Juillet 2019, c’est le 24è jour de messidor qui était dédié à l’orcanette; jolie plante des rivages méditerranéens dont la racine rouge était autrefois utilisée pour fabriquer de la teinture. ParToreille (66) - 16/04/2008 ici, on fête saint Menou qui fut évêque de Quimper au septième siècle (et peut-être au septième ciel…) et qui a laissé son nom à la commune de Saint-Menoux, non loin de Moulin. Son tombeau est appelé le débredinoire (de « bredin » simple d’esprit en patois bourbonnais), car ce saint est réputé soigner les maux de tête et guérir les bredins. »

Allez, retour au Jazz et au saxo. 12 juillet: Anniversaire de la mort de Benny Carter. Dans les vieux 33t, on trouve encore l’orthographe BeBennie Carternnie Carter. Ce natif de New-York était un génial touche à tout: trompettiste, saxophoniste, chanteur, arrangeur, compositeur et chef d’orchestre. Il a été un des grands du Jazz des années trente jusqu’à 1990. Il est mort en 2003 à Los Angelès. Benny  Carter a passé son enfance à Harlem en compagnie de Duke Ellington et de Bubber Miley auprès de qui il a appris la trompette. Quand il comprit qu’il ne jouerait jamais aussi bien que lui, il troqua sa trompette pour un saxophone.

A 15 ans, il enregistre son premier disque (1927), un an plus tard il crée son propre big band. En 1935 il part pour l’Europe et devient l’arrangeur de l’orchestre de danse de benny carter cosmopolitela BBC. Entre Europe et États Unis, il va jouer, chanter et composer jusqu’à ses 90 ans. Il travaille pour les plus grands, Ray Charles, Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan, Louis Armstrong. Son plus grand succès a sans doute été: Cow Cow Boogie. Il reste un des premiers noirs à avoir écrit de la musique de film. Il a beaucoup inspiré Quincy Jones quand celui-ci a commencé à écrire pour le cinéma et la télévision.

Allez, bel été à tous, portez vous bien et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. Un fidèle passant

    Ah, la vache !…
    Ça, c’est du boogie !

    Enfin ce que j’en ressens, en tant que « Paotr-saout » de vocation, d’après mes instits…

    Merci pour votre belle évocation jazz et vos billets quotidiens…

    • erwandekeramoal

      On a du avoir les mêmes instits… Merci d’être passé par ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).