Rue de la visitation…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du libre examen et de la friture d’ablettes réunis, bonjour ! Voici Mai qui s’achève alors que prairial n’en est qu’à son douzième jour dédié à la bétoine (et non pas à l’abbé Toine comme le suggère madame Michu). La bétoine jouissait dans l’antiquité d’une réputation prestigieuse qui la-bétoine-300x225lui conférait des pouvoirs magiques (Elle fut dit-on découverte par Esculape et on la disait capable de chasser les mauvais esprits. C’est dire si elle aurait du boulot aujourd’hui) et faisait d’elle un remède quasi universel. Le nom bétoine est dérivé de celui d’un peuple ibérique, les Vettones, qui utilisa cette plante dont la réputation s’est maintenue jusqu’au Moyen-Âge et au delà. On utilisait autrefois les feuilles séchées de cette plante comme du tabac à priser ou comme substitut du thé; les jeunes pousses sont consommables en salade avec modération. Personnellement, je ne m’y risquerais pas ; déjà que le concombre espagnol aurait tendance à me torturer les entrailles, alors la bétoine ibérique…

https://youtu.be/kPGR0qjWEKI

Tiens, mon secrétariat me prie de vous rappeler que c’est aujourd’hui La visitation; célébrée par les catholiques et les orthodoxes et qui  commémore un épisode de l’Évangile selon Luc : la visite que rend Marie, enceinte du Christ, à sa cousine Élisabeth, enceinte de Jean Baptiste. La lhistoire-de-la-mini-jupe-plisséechronique nous rapporte que, à peine s’étaient-elles fait la bise que la cousine Elisabeth en tressaillit de plaisir et s’exclama: tu es bénie entre toutes… Et ce fut le début du fameux «Ave» je vous salue Marie. Je ne sais vraiment pas pourquoi je vous raconte cela. Ah oui, ça me revient comme un pâté chaud. Il y a longtemps de cela, j’ai résidé à Rennes, rue de la visitation. Sous ma fenêtre, de l’autre côté de la rue il y avait une institution pour jeunes filles de la bourgeoisie locale, style couvent des oiseaux, jupe plissée et socquettes blanches. A l’instar de Maxime Le Forestier je crois que certains jours j’étais amoureux de tout un pensionnat.

Allez, merci aussi à vous pour la visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).