Vous lisez actuellement les articles publié en avril 2019

Page 2 de 3

Poètes, vos papiers !

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la géométrie et du carré d’agneau réunis, bonjour !

Le 28 de germinal (c’est aujourd’hui) est généralement dédié à la Bizeau Dpensée (la fleur). J’en aurai donc une (de pensée) pour un bonhomme qui nous a quitté un 17 avril justement, après avoir traversé le siècle. Le 17 avril 1989 Eugène BIZEAU, anarchiste, athée, pacifiste, jardinier, apiculteur, vigneron et poète, nous quittait à près de 106 ans, à Veretz (là bas ils disent Verett), non loin de Vouvray. 15 ans plus tôt, j’avais accompagné un ami, poète et journaliste au « Courrier de l’Ouest », pour une interview du vieil anarchiste. Je me souviens de la petite maison aux volets vert et de la bouteille de Vouvray qu’il avait des difficultés à ouvrir. N’eut été sa fraicheur d’esprit et sa liberté de langage, il avait un côté professeur Tournesol indéniablement.

Issue d’une famille de vignerons socialistes et anticléricaux, il découvre très tôt les idées libertaires. Abonné dès 14 ans à la presse anarchiste, c’est tout naturellement qu’il y donnera ses premiers poèmes, qui seront publiés dans le journal « L’anarchie » fondé par Libertad.
Sa poésie sociale et révolutionnaire fera les beaux jours des  Bizeau Gchansonniers de « La Muse Rouge ». En 1914, Eugène est réformé pour « faiblesse de constitution », il n’en poursuivra pas moins sa dénonciation du militarisme, rusant avec la censure et collaborant à la presse anarchiste dont « La Mêlée ». En 1921 pour sauver Sacco et Vanzetti, il exhorte dans « Le Libertaire » : « Il faut que notre voix, grondant vers l’Amérique , aille exiger pour eux justice et liberté » En 1929 puis 1934 ses poèmes sont mis en musique et enregistrés, ils passeront même, durant la révolution espagnole, sur les ondes de Radio Barcelone. En Auvergne, Bizeau assistera au conflit mondial et à ses ultimes violences. En 1980-81 le cinéaste libertaire Bernard Baissat lui à consacré un film émouvant : « Ecoutez Eugène Bizeau ». On peut par ailleurs trouver certains de ses textes sur un disque de 1985 « Les Cent Printemps des Poètes » Gérard Pierron, Alain Meilland et Michel Grange sont les interprètes des textes et chansons des Cent Printemps des Poètes, spectacle créé le 30 mars 1985 au Printemps de Bourges. Extrait du poème : Lutter (1979)

« Lutter contre le joug des maîtres de la terre
Masquant leur dictature en tapageurs discours;
Contre les trublions, les criminels de guerre,
Aigles noirs de haut vol et répugnants vautours…« Bizeau caricature

Et celui-ci que j’aime beaucoup:

« J’ai rêvé de toute mon âme,
Rêvé comme on rêve à vingt ans,
Devant les beaux yeux d’une femme,
À l’éternité du printemps.
J’ai rêvé d’étreintes moins brèves
Et d’amour jamais achevé ;
Je ne sais plus où sont mes rêves…
Mais je sens bien que j’ai rêvé ! »

Allez, restons en là pour aujourd’hui, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Herbie and B…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis de la mélancolie et de la soupe aux navets réunies, bonjour ! Nous voici donc le Mardi 16 avril 2019 qui, chacun le sait, correspond au 27è jour de germinal dédié à l’anémone. L’anémone, dans les enluminures du Moyen-âge est le symbole de l’abandon. Dans la mythologie grecque, Anémone est une nymphe dont s’éprend Zéphir anémonedieu des vents. D’ailleurs, Anemos, en grec signifie « vent ». Quand à Adonis qui symbolise la mort et le renouveau de la nature; Il était aimé à la fois d’Aphrodite, (déesse de l’amour) et de Perséphone, (reine des morts). La haine qu’elles éprouvaient l’une pour l’autre crût démesurément, contraignant Zeus (roi des dieux) à s’interposer entre les deux rivales. L’arbitre suprême exigea alors, de manière à contenter chacune des parties, qu’Adonis passe un tiers de son temps avec Aphrodite, un tiers avec Perséphone et le tiers suivant où bon lui semble. Au cours d’une chasse, il fut tué par un sanglier, envoyé par Artémis ou Arès; on se perd en conjectures. Toujours est-il que des gouttes de son sang jaillirent des anémones. Oui, les Dieux sont des grands enfants, toujours à se faire des niches.

Quand à nous, nous allons dédié ce billet à un flûtiste des plus talentueux, non pas Pan mais Mann.

Herbie Mann, de son vrai nom Herbert Solomon, est un flûtiste de jazz américain né le 16 avril 1930 et mort le 1er juillet 2003. Dès la fin des années 50, il va contribuer à faire de la flûte un instrument de jazz. Mann a souvent incorporé dans sa musique des éléments tirés de laMann flute musique africaine, la musique afro-cubaine, la musique d’Europe de l’Est, la musique moyenne-orientale, la musique indienne et de la musique brésilienne. Il débute avec l’accordéoniste Mat Mattews et la chanteuse Carmen McRae. Dans les années 50-60, il joue avec de nombreux artistes ( Sarah Vaughan, Clifford Brown, Chet Baker, Bill Evans,…). Le voici en train de régler son compte au standard Harlem nocturne fameux thème du non moins fameux Mike Hammer. Je suis sur que cette musique va vous rappeler quelquechose…

Précurseur de la world music, il enregistre des albums intégrant des éléments puisés dans les « musiques du monde ». On peut l’entendre avec des musiciens brésiliens ( Baden Powell, Joao Gilberto, Sergio Mann-GMendes mais aussi cubains, Carlos Valdes, Willie Bobo ). Fin des années 60, s’éloignant du jazz et de la bossa nova, il s’oriente vers un jazz fusion mâtiné de Rhythm & Blues et de Soul music.  Dans les années 70, il enregistre même quelques albums purement « discos » et des albums avec la chanteuse Cissy Houston. En 1974, il enregistre un album de reggae. Dans les années 80-90, on peut encore l’entendre aussi bien dans des contextes « totalement jazz » (avec Ron Carter, Phil Woods que dans des contextes Rock ou même pop avec Average White Band, Stéréolab…) Il décède à 73 ans à la suite d’une longue maladie comme on dit.

Quand à vous, portez vous bien et à bientôt peut-être.

L’impératrice du blues…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

Amis de la liberté d’expression et du Be bop a lula réunis, bonjour !
Nous sommes le Lundi 15 avril 2019, et c’est pas le moment de se découvrir d’un fil, c’est un peu frisquet ce matin. Cette date correspond au 26è jour de germinal dédié au lilas… Qui me fait irrésistiblement penser à Serge Gainsbourg et son célèbre poinçonneur, c’était avant Gainsbar.

Si vous aimez le blues, vous aimez forcément Bessie SMITH. Bessie Smith est née le 15 avril 1894 à Chattanooga dans le Tennessee, elle est morte en 1937, elle fut surnommée « l’impératrice du blues ». Élevée par une famille d’une pauvreté extrême, elle commença très tôt à Bessie Smithgagner sa vie en chantant dans les rues de Chattanooga avec son frère Andrew. Devenue une jeune femme, elle rejoint le spectacle ambulant de William et Gertrude Rainey, connus sous le nom de « Ma and Pa ». En 1923, Bessie Smith fait ses débuts d’enregistrement chez Columbia Records avec sa première chanson, « Downhearted Blues » (le Blues abattu). Elle enregistrera finalement 123 chansons pour Columbia au cours de sa carrière musicale. Smith était aussi une des artistes afro-américaines parmi les mieux payées des années 1920, en gagnant quelque $2000 par semaine. Pourtant, sa carrière subit un ralentissement avec le commencement de la Grande Dépression des années 1930.

Bessie Smith a eu une influence musicale importante sur des chanteuses comme Billie Holiday, Sarah Vaughan, Dinah Washington, Nina Simone, Janis Joplin et Norah Jones. Sa voix puissante et son style de chant sont une contribution importante à l’histoire de la musique populaire. Le soir du 26 septembre 1937, Bessie Smith est tuée dans un accident d’automobile en traversant Clarksdale dans le Mississippi avec son ami Richard Morgan (oncle du musicien de jazz Lionel Hampton).

Et oui, toute la musique que j’aime, elle vient de là, elle vient du Blues… Allez, merci pour la visite, portez vous bien et à bientôt surement…

Les fées des houles…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis du cinémascope et de la cotriade réunis, bonjour !

Nous sommes donc le Samedi 13 avril 2019, 24è jour de Germinal et, Goblinsc’est pas des salades, c’est le jour de la roquette. Bon, c’est pas pour me vanter mais… Il fait beau et l’ermitage résonne des cris des petits nenfants qui batifolent sur les pelouses au risque de déranger les fées qui y ont élu domicile. Méééé naaaan, j’déconne ! Quoique; en Bretagne, les fées occupent une place particulière avec leurs amis korrigans comme celui-ci issu de l’atelier des Goblins sur les bords du Trieux. Mais attention, en Bretagne, particulièrement sur le littoral, il convient de ne pas confondre les fées des houles et l’effet des houles…

Ecoutez ceci:

Les fées des houles sont des fées bretonnes, propres à la côte de la Manche qui s’étend de Cancale à Tréveneuc en Haute-Bretagne, et à l’île de Guernesey. Elles vivraient dans les grottes et cavernes côtières. Contrairement à ce que leur nom laisse à penser, les livre-F.-Morvan-194x300fées des houles ne doivent pas celui-ci à un lien avec les vagues de la mer, mais plutôt au nom donné aux cavernes et grottes maritimes sur les falaises de la côte nord de Haute-Bretagne, « houles » ou plus rarement « goules ». Réputées magnifiques, immortelles et très puissantes, elles sont sensibles au sel. Plutôt bienveillantes, les fées des houles décrites par les récits locaux vivent en communauté, s’occupent à leur lessive, à cuire leur pain ou à garder leur troupeau, se marient avec des féetauds et sont servies par des lutins guerriers nommés les Fions. Elles viennent en aide de multiples façons aux humains qui le leur demandent, fournissant de la nourriture et des objets enchantés, mais se fâchent si l’un d’eux leur manque de respect ou acquiert le pouvoir de voir leurs déguisements sans leur accord.

Elles sont le plus souvent décrites comme de grandes et belles dames blondes. La plupart des fées des houles sont vêtues de toile grise. Quelques-unes s’apparentent à de vieilles fées de type groac’h, adeptes des métamorphoses et dont le rôle est plus obscur. Devenues vieilles, elles sont plus rabougries et se couvrent de goémon. Les fées des dées-des-houles-droite-200x300houles sont facilement visibles de tous pendant la nuit, mais pendant la journée, seul un humain doué de clairvoyance serait capable de les voir sous tous leurs déguisements. La grotte de Saint-Énogat, bien connue des baigneurs de Dinard, s’appelle aussi la « Goule-ès-Fées ». Une légende populaire de Plévenon raconte que les fées des houles du cap Fréhel lavent leur linge à la mare de Gaulehen, au milieu de la lande aride. Elles étendent leurs linges qui sont les plus blancs qu’on puisse voir, sur les gazons qui l’entourent. Celui qui pourrait arriver jusque-là sans remuer ses paupières aurait la permission de s’en emparer ; mais aucun de ceux qui ont tenté l’aventure n’a pu réussir. Dès qu’ils remuent les paupières, le linge devient invisible.

Aujourd’hui, on lave de moins en moins son linge sale en famille; on préfère l’étaler dans Closer, Gala ou BFM télé. Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

De Douarnenez à Brest…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , ,

Amis des Penn-Sardinn et du thé au jasmin réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 12 avril 2019, 23è jour de Germinal dédié au marronnier. Pour mémoire, le Penn-sardinn désigne l’habitant de sar-5Douarnenez (29) tandis que la penn-sardinn désigne la coiffe que portaient les belles douarnenistes à l’instar de mon aïeule que j’évoque fréquemment ici. A droite, les ouvrières des conserveries qui menèrent une grève de cinquante jours (1924) contre les conserveurs pour grappiller quelques sous. Elles n’avaient pas de gilets jaunes mais des coiffes toute blanche… Ma grand mère m’a raconté que pour se donner du courage elles entonnaient un chant jugé révolutionnaire: « Saluez, riches heureux / Ces pauvres en haillons / Saluez, ce sont eux / Qui gagnent vos millions. »

 

Le 12 avril 1924 justement, à Brest, sortie du numéro 04 de l’hebdomadaire Le Tam Baz (le coup de bâton). Ce journal satirique, humoristique et naturien est réalisé par l’anarchiste brestois Hervé COATMEUR. On ne sait pas grand-chose sur la durée de ce journal paraissant le samedi, sphinx_a2_n1-300x101mais il fait partie des nombreux titres publiés par Coatmeur et le Foyer Naturien de Brest. On retrouve des traces notamment du « Sphinx » puis du « Sphinx d’après guerre », de « l’écho naturien » etc. Fils de pêcheur, né à Douarnenez en 1879, (il a du user ses fonds de culottes sur les mêmes bancs d’école que mon grand père) resté jeune à la charge de sa mère, Hervé Coatmeur, travailla comme ouvrier à l’Arsenal de Brest, fut plusieurs fois condamné et, finalement renvoyé en 1910 et inscrit au Carnet B. Il exerça alors bien des métiers : docker, portefaix à la gare de Brest, livreur de sciure de bois…

Anarchiste individualiste, il eut un kiosque à journaux, un magasin de bouquiniste, un étalage volant parmi les forains, ne voulant être ni commerçant, ni fonctionnaire, ni exploiteur, ni exploité. Il propagea un individualisme dérivé de celui de Han Ryner. Responsable du Foyer tam-bazNaturien de Brest (85 rue E. Zola), il avait été le fondateur, animateur et principal rédacteur du journal Le Sphinx individualiste (Brest) qui connaitra de nombreuses séries difficiles à reconstituer. Propagandiste, il distribuait tracts et prospectus, fonda un cercle d’études, s’attacha dans les années 1920 à la diffusion de l’En Dehors d’ Emile Armand auquel il collaborait, devint végétarien, s’alimentant de légumes et de fruits crus et de pain de seigle. Il collaborait également à la revue Le Néo Naturien .

Il se maria le 6 août 1931 « avec une jeune paysanne qui, après avoir été violée par son père, se réfugia à Brest où elle devint la proie des marins », on se croirait dans Les misérables. Il voulut faire d’elle un être nouveau. Mais elle le quitta et revint avec un jeune bébé « à l’état de Brestsanté pitoyable ». Elle le quitta à nouveau en emportant « une pile de pièces de cent sous patiemment économisées en vue d’éditer un numéro du Sphinx » (E. Armand, L’Unique, op. cit.) Le divorce fut prononcé le 15 juin 1935. Sur la photo à gauche, une vue de Brest après les bombardements. Malgré mes recherches, je n’ai pas trouver de photo représentant Hervé Coatmeur. Hervé Coatmeur vécut ses dernières années dans les conditions les plus misérables : il habitait une cabane où tombait la pluie et couchait sur un lit de sangles : il était vêtu de guenilles et chaussé de spartiates. Le 8 septembre 1944, il périt avec plusieurs centaines de personnes au cours de l’explosion d’un abri civil à Brest, place Sadi-Carnot lors d’un bombardement de la ville.

Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

 

La coupe & la mémoire…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, ,

Amis de la tradition et du merlan en colère réunis, bonjour ! Nous sommes le jeudi 11 avril 2019, date qui correspond au 22è jour de germinal et que nos amis républicains avaient dédié à la Romaine (salade). Je vais donc en profiter pour vous parler d’une galloise… En effet,  les celtophiles eux, célèbrent ce jour là Kerridwen. Une drôle de sainte puisque il s’agissait en fait d’une déesse de la très vieille et très ancienne tradition celtique; mais nos évangélistes faisaient feu de tout bois…

Ceridwen, ou Kerridwen (de nombreuses graphies sont possibles), principalement connue en tant que magicienne, était en fait une déesse galloise de la mort et de la fertilité. Elle est généralement représentée avec un chaudron. Dans la mythologie celte, le chaudron n’est pas un ustensile utilitaire mais un objet symbolique, chargé de sacralité, et Cerridwenattribut divin (le chaudron du Dagda, le Dieu-Druide). Le chaudron est magique, selon les mythes, il peut être chaudron d’abondance, de résurrection, de science ou de divination. Il est associé à la terre, le chaudron de résurrection est associé au ventre de la mère, où l’homme retourne pour renaître. Quand il est rempli d’eau, c’est l’élément primordial, source de toute vie. La quête du chaudron a inspiré la quête du Graal aux trouvères chrétiens, celui-ci étant un vase d’immortalité. C’est ce même chaudron que l’on retrouve dans les tarots sous forme de coupe…

Oyez l’histoire de Cerridwen: Femme de Tegid Foel, elle donna naissance à deux enfants complètement opposés : Afagddu (castor noir) qui passait pour l’homme le plus laid de la terre, et une superbe fille, Creirwy. Ne parvenant pas à tolérer le handicap de son fils Afagddu, Ceridwen fit bouillir dans un chaudron une potion de connaissance cerridwen-by-pickwickpendant un an et un jour afin de lui permettre de devenir sage et respecté. Elle confia la tâche de veiller sur le chaudron à Gwion Bach, mais une goutte tomba sur le doigt de ce dernier, il le lécha et il reçut ainsi le don à la place de Afagddu. Furieuse, Ceridwen poursuivit Gwion Bach qui se transforma maintes fois pour lui échapper. Il finit par se changer en grain de blé et Ceridwen en profita pour le manger. Quelque temps plus tard, elle donna le jour au célèbre poète et druide Taliesin (qui est en fait la réincarnation de Gwion Bach). Notre bonne sorcière a généreusement laissé son nom à un élixir très tourbé, un blend qui fait référence au fameux pub Pickwick’s de Beaune. 

Ah, les belles histoires de papy Erwan ! Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

SUMMERTIME…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ

, ,

Amis des saintes écritures et des romans de gare réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 10 avril 2019, 21è jour de Germinal dédié au Gainier. Rien à voir avec le « bon culottier » de la chanson mais un arbuste encore nommé « arbre de Judée », au motif, me dit-on, que Judas s’y serait pendu. Si tous ceux qui trahissent l’imitaient, les promenades au bois de Keroual ressembleraient vite à la ballade des pendus chère à ce vieux Villon.

Tiens, c’est le jour anniversaire (10 Avril 2007) de la disparition de Dakota Staton, chanteuse de jazz dak+ftaméricaine. Elle fut une des interprètes du célèbre Summertime. Georges Gershwin a créé Summertime en 1935 pour son opéra en trois actes Porgy and Bess (qui sera, plus tard, le nom d’un album d’Ella Fitzgerald et de Louis Armstrong). Les paroles seront écrites par DuBose Heyward et Ira Gershwin. 9 mois (1936) après l’ouverture de l’opéra Pergy and Bess, Billie Holiday sort cette chanson, un des grands standards de sa discographie.

Depuis, d’innombrables versions ont été éditées: Sarah Vaughan,Nina Simone, Diana Krall, Big mama Thornton, Billie-Holiday-PNGJanis Joplin et Nina Hagen pour les chanteuses; et pour les musiciens, Bechet, Charlie Parker, Chet Baker, Miles Davis et même Gene Vincent et John Coltrane sans oublier Duke Ellington him self. Ajouter Stan Getz, Count Basie et paul Mac Cartney et vous aurez une petite (toute petite) idée de l’universalité de ce morceau…

Voila pour le passage à l’heure d’été. En breton on a Toutouig la la va mabig une berceuse que nous chantait mon aïeule quand bien même elle n’avait pas le talent de Billie. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Des canuts aux gilets jaunes…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la rôtisserie française et du Saint-Pourçain réunis, bonjour! Nous sommes le Mardi 09 avril 2019, 20è jour de germinal dédié à la ruche.

Le 9 avril 1834, à Lyon les ouvriers de la soie, les canuts, se soulèvent après que des meneurs aient été traduits en justice pour avoir dénoncé des baisses de salaires et fait grève. Le ministre de l’Intérieur Adolphe Thiers laisse les manifestants ériger des barricades puis fait donner la troupe. Celle-ci va méthodiquement reconquérir la ville. Que s’était-il passé ? Après l’échec des grèves de février puis le vote de la loi contre les associations ouvrières, le jugement des meneurs de février, ce 9 Drapeau-canuts-300x225avril, met le feu aux poudre. L’armée occupe la ville et les ponts, mais déjà les premières fusillades éclatent avec la troupe, qui tire sur la foule désarmée. Aussitôt, les rues se couvrent de barricades. Les ouvriers organisés prennent d’assaut la caserne du Bon-Pasteur, et se barricadent dans les quartiers en en faisant de véritables camps retranchés, comme à la Croix Rousse. C’est le début de la « Sanglante semaine ». Trois ans plus tôt, Le 21 novembre 1831, éclatait sur la colline de la Croix-Rousse, au nord de Lyon, la révolte des canuts. Elle allait se propager dans tous les quartiers ouvriers de la métropole. Les insurgés prennent pour emblème le drapeau noir et la devise: « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ». Cinquante ans plus tard, Aristide Bruant en fera cette chanson magnifique, interprétée ici par Marc Ogeret.

Ce mouvement social est exemplaire à plus d’un titre ainsi que nous l’allons voir. Les canuts dont le nom vient de du mot canette ou bobine, sont des artisans qui tissent la soie à domicile sur leur propre métier à bras. Ils travaillent pour le compte des soyeux (les patrons) qui leurcanuts_revolte_p-300x197 fournissent la matière première et récupèrent le produit fini. Il sont environ 6000 artisans qui emploient 30 000 compagnons. Tout cela pour 18 sous par jour et 15 heures de travail. Après un accord arraché au préfet du département sur un tarif minimum que les soyeux refusent d’appliquer prétextant de la concurrence internationale et des contraintes du marché (cela ne vous rappelle rien ?), la colère éclate. Les canuts descendent de leur colline, drapeau noir en tête, et occupent le centre de Lyon. Après de nombreux combats, on compte une centaine de morts.

Le maréchal Soult débarque à Lyon à la tête de 20 000 soldats, la ville est reprise, la garde nationale qui avait pactisé avec les ouvriers est dissoute,canuts-gauche le tarif minimum abrogé et le préfet révoqué. En 1834, les canuts vont remettre le couvert et cette fois ci, c’est Thiers, celui là même qui quelques années plus tard écrasera la Commune dans le sang, qui va se charger de la sale besogne. 600 morts et 10 000 arrestations. A la chambre des députés, Casimir Perier, président du Conseil, s’exclame: « Il faut que les ouvriers sachent qu’il n’y a de remède pour eux que la patience et la résignation. ». Et alors, 180 ans plus tard, où en sommes nous… A vous de juger ! A lire, le livre de Jacques Perdu aux éditions Spartacus.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

L’an dix mille…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, LECTURE

, , ,

Amis de l’Uchronie et des regrets affectés réunis, bonjour ! Nous sommes le Lundi 08 avril 2019, 19è jour de Germinal dédié au radis dans notre calendrier républicain, mais en réalité, en pataphysique, ce jour est le Samedi 14 Clinamen 146 Sortie d’A. Dürer, hermétiste fête suprême quarte.

Décidément je suis de plus en plus fan des éditions Goater. Je suivais déjà la collection Goater noir où sévissent entre autres, pour notre plus grand plaisir, Stéphane Grangier, Paulin, Flageul et quelques autres. Voici que je découvre la collection Mémoires immédiates et particulièrement le nous-ferons-la-greve-generalep’tit dernier; Nous ferons la grève générale de Jean-yves Guengant. Ancien prof et proviseur de lycée devenu historien qui avait déjà retracé l’histoire du mouvement Fouriériste en Bretagne et qui nous livre ici l’histoire des anarchistes brestois au travers de quelques personnages clés : Jules Le Gall (le livre est une biographie de ce militant), Victor Pengam, Paul Gourmelon, Jean Tréguer, René Lochu, Coatmeur de 1900 à 1950. Un récit passionnant qui nous permet de retrouver aussi, Durruti, Makhno, Ascaso, Sébastien Faure, Emile Armand et plein d’autres figures de l’anarchisme qui, de près ou de loin ont eu un lien avec les compagnons finistériens. 

La petite librairie à Brest organisait ce jeudi une soirée de présentation en présence de l’auteur et agrémentée de quelques chansons anarcho-libertaires: Craonne, la butte rouge, le triomphe de l’anarchie… Tout cela à la-petite-librairie-brest-150966543956déguster sans modération aucune. Jules Le Gall avait rêvé toute sa vie du jour où éclaterait la grève générale fut-ce dans dix mille ans. Léo Ferré après une mémorable tournée en Bretagne, en 1968, écrira Les étrangers dédiée à René Lochu et ses amis libertaires: L’an dix mille… Lochu ? Tu t’rappelles ? Quasiment tous ces personnages ont fait l’objet d’un portrait dans les colonnes de ce blog qui tente à sa façon de lutter contre l’oubli où l’histoire et le politiquement correct tentent de les maintenir.

Allez, merci de passer par ici de temps en temps, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Georges Darien…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la quadrature du cercle et du bicarbonate de soude réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 06 avril 2019, 17è jour de Germinal dédié au Mélèze et c’est la St Marcellin qui fut, comme chacun s’en souvient, un ministre de l’intérieur fort apprécié des soixante-huitards… Le mélèze c’est balèze disait mon aïeule qui en faisait des bonsaïs.

Aujourd’hui est aussi le jour anniversaire de la naissance de Georges Hippolyte Adrien qui vit le jour en 1862. Je vois à vos mines dubitatives que sa renommée n’est pas parvenue jusqu’à vous. Il est plus connu (disons, moins inconnu) sous le nom de Georges Darien. Cet écrivain quasiment oublié de tous fut redécouvert dans les années 1950 avec la réédition de son  roman le voleur dont Louis Malle fit une magnifique adaptation cinématographique en 1967. Rappelez vous de Belmondo, de Charles Denner, de Lucien Guiomar, de Bernadette Laffont, Marlène Jobert… Que du beau linge. Le 16 mars 1881 (dix années après la Commune), devançant l’appel, il s’engage à l’armée, dans le deuxième escadron du Train. Le 23 mai 1883, son insoumission l’envoie pour 33 mois à Biribi, un bataillon disciplinaire en Tunisie. C’est le nom qu’il donnera à son roman, dans lequel il dénonce les difficultés de sa condition et celles de ses compagnons. Mais ce roman là, comme les autres, ne connut guère de succès. Ecoutez cette magnifique chanson interprétée par Mouloudji « Biribi », musique de Théodorakis.

 

Admiré par Alfred Jarry et Alphonse Allais, plus tard par André Breton, Georges Darien devient un auteur prisé des milieux libertaires. En dépit d’une seconde biographie récente, peu de choses de sa vie sont connues, ce qui laisse libre cours aux fantasmes qui associent la vie de l’écrivain à celle du héros de son roman, Randal. En effet de 1891 à 1897, il disparaît, voyage en Belgique, en Allemagne et en Angleterre, Londres en particulier, d’où il revient avec le manuscrit de son roman, Le Voleur. Redécouvert en 1955, c’est ce dernier qui lui assure la postérité. En plus de ses romans, Darien est le pamphlétaire le plus virulent de cette fin de siècle. Il collabore à plusieurs revues anarchistes, parmi lesquelles L’Escarmouche (dont, soi dit en passant, il fut l’unique rédacteur), L’Ennemi du peuple et L’en dehors, où il côtoie Zo D’Axa (voir mon billet du 24 mai 2010).

Encore un sacré bonhomme que l’histoire, décidément bien ingrate, a décidé de passer par pertes et profits… Allez vive le printemps, portez vous bien et à bientôt peut-être.