Ar goulou vras…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis de la botanique à deux balles et du pot au feu réunis, bonjour ! Or donc nous voici le Samedi 2 février 2019, 14è jour de pluviôse dédié à l’avelinier, ou si vous préférez, le coudrier qui est l’ancien nom du noisetier… C’est la Chandeleur, ar goulou vras , la grande lumière, comme disent les ceusses qui causent breton dans le poste. A la Chandeleur, bonsaïQuéré fait des crêpes jusqu’à pas d’heure, se plaisait à nous dire mon aïeule, sûre qu’elle était de nous épater. Savez vous que le noisetier, si il ne se donne pas, se prête tout à fait à la culture du bonsaï comme le montre cette photo. Oui mais, pourquoi Avelinier ? Et bien, petit scarabée, parce que il s’agit en vérité du Corylus avellana. Avellana se rapporterait à la ville italienne d’Avella, dans la province d’Avellino, dont les noisettes étaient réputées. Voilà pourquoi, une « aveline » est une grosse noisette presque ronde et « avelinier » le nom ancien de cette sorte de noisetier. Merci papy Erwan…

Oui, bon d’accord, mais cela vient d’où, la chandeleur ? La fête de la Chandeleur, ou fête des chandelles, apparait à Rome dès le VIIe siècle, par une procession au flambeau. Les fidèles se mettaient en route avant l’aurore, en portant des chandelles, d’où le nom de la fête. D’aucuns pensent que cette fête chrétienne  aurait pris la place des Lupercales romaines. En effet, les fêtes en l’honneur de Lupercus, ou Pan, dieu de la fécondité, donnaient lieu à une procession aux flambeaux aux alentours du 15 février. Selon une autre interprétation, la chandeleur-DChandeleur se serait substituée à une fête en l’honneur de Proserpine, alias Perséphone, déesse des moissons et de la fécondité. Cette fête se célébrait à la lumière des torches et autour d’une galette de céréales. Chez les Celtes, je le rappelai hier, on fêtait Imbolc le 1er février. Ce rite en l’honneur de la déesse Brigit célébrait la purification et la fertilité au sortir de l’hiver. Les paysans portaient des flambeaux et parcouraient les champs en procession, priant la déesse de purifier la terre avant les semailles. Les crêpes avec leur forme ronde et leur couleur dorée rappelleraient le soleil, ce qui expliquerait que l’on confectionne des crêpes à la Chandeleur, moment de l’année où les jours s’allongent de plus en plus vite. Bon, maintenant, c’est vous qui voyez…

Allez, je passe en cuisine, la pâte à crêpe cela repose trois heures.merci d’être passé, portez vous bien et à bientôt peut-être.

3 commentaires

  1. Anne-Marie

    Ma grand-mère disait qu’il fallait faire sauter la première crêpe avec une pièce en main pour ne pas manquer d’argent pendant l’année; j’ai pas du prendre la bonne pièce :-)

    • Un fidèle passant

      Anne-Marie.

      Le prénom de notre grand-mère.

      Elle évoquait ce même sujet que la vôtre, d’un « bah » de désappointement de n’avoir jamais à disposition le précieux fétiche… mais nous rassurait malicieusement que le « gouvernement » lui laissait trouver sous son oreiller chaque matin au réveil un petit billet.,

      Elle n’aurait, je pense, pas désavoué ceux qui dans la rue ces jours-ci s’inquiètent et protestent sans demander rien d’autre pour leur vieux jours actuels ou futurs.

      Nous n’avions pas bien sûr la télé, en 1954, mais voici ce qu’à dix ans alors en famille, nous aurions pu voir : Catherine Langeait, et Raymond Oliver la main un peu lourde… mais après tout… il n’y en aura jamais trop , là non plus…

      https://www.youtube.com/watch?v=YbxWMDdVSPY

      Bonne dégustation, et pour la fortune essayons en dormant, ou retentons le coup au printemps à l’arrivée du coucou, même si là encore il faut disposer du précieux grigri

  2. Un fidèle passant

    La pâte à crêpe repose 3 heures.

    Bonne pâte, vous nous régalez, vous, sans repos, de vos poulets quotidiens. Ces deux derniers, et particulièrement celui-ci ont le goût d’une certaine madeleine plus célèbre.

    Vous nous laissez choisir l’origine de cette lumineuse chandeleur, quand vous vous appliquez à en faire une ténébreuse affaire, en clôturant cependant par la légendaire Brigit celte. Il n’est pas dit si comme Gwen elle disposait de trois seins, mais pourquoi pas.et cette idée après tout sympathique – il n’y en a jamais trop – m’inclinerait à penser que c’est la véridique.

    La langue bretonne de nos ancêtres familiaux s’est tue, la grand-mère disparue, Mais reste le souvenir de ses crêpes, et du nom des ustensiles indispensables à leur réussite. la skissen, le rozenn… appartenaient à ce bonheur.

    Désolés pour mon breton, mais le coeur y était…

    Merci … en passant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).