Vous lisez actuellement les articles publié le février 23rd, 2019

Page 1 de 1

Le délit d’opinion…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la butte Montmartre et de la grève générale, illimitée gargouille-150x150et insurrectionnelle réunies, bonjour ! Nous sommes le Samedi 23 février 2019 correspondant au 5è jour de ventôse qui, dans le calendrier républicain, était généralement dédié au bouc, ce qui bien évidemment n’a rien à voir avec ce qui suit. En Celtie on fête les Finian, fondateur au 5-6e siècle du monastère irlandais de Clonard.

Dans la rubrique «faites vous de nouveaux amis», et puisque personne ne me demande mon avis, voici mon opinion sur le délit d’opinion. Les extrémistes et autres totalitaires en ont longtemps rêvé et bien la bande à Macron s’apprête à le faire: police-pensée-2-214x300En France en 2019 on va réhabiliter le délit d’opinion. La proposition de la majorité consiste à associer, pour ne pas dire confondre, antisémitisme et antisionisme. Doit-on emboiter le pas au Parlement européen qui a voté, à une très large majorité, une nouvelle résolution sur l’antisémitisme qui criminalise le délit d’opinion en reprenant la définition proposée par l’Alliance Internationale pour la mémoire de la Shoah ? C’est en tous cas ce qu’a déclaré notre Président lors du diner du CRIF ce 20 Février. « La France, qui l’a endossée en décembre avec ses partenaires européens, mettra en œuvre la définition de l’antisémitisme adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah » [qui intègre l’antisionisme], a dit le chef de l’État, en martelant que « l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme ». Du coup  Benjamin Netanyahou se félicite et son cabinet communique: « Le président MacDélit d'opinionron a informé le Premier ministre qu’il allait adopter la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), qui a fixé que l’antisionisme est une forme d’antisémitisme », Celui-ci a exprimé son « estime » pour cette décision, selon le communiqué. Et voila, emballez, c’est pesé !

L‘antisionisme est le fait de critiquer la pensée de Theodor Herzl, le fondateur du mouvement sioniste, pour qui d’une part les juifs ne pouvaient pas s’assimiler, s’intégrer dans les sociétés dans lesquelles ils vivent et donc, secondement, il fallait un État pour que tous puissent s’y rassembler. De toute évidence, l’histoire a montré que ce n’était pas ainsi. Cette dérive sémantique est tout à fait symbolique de l’utilisation qui ob_443bb8_blog-non-au-delit-d-opinionest faite du sens des mots par ceux qui sont au pouvoir ici et ailleurs et qui tentent là de transformer systématiquement une opinion (critiquer la politique d’Israël) en un délit (l’antisémitisme). Ainsi, si l’on n’y prend garde, le « délit d’opinion », propre des régimes totalitaires, s’insinuera peu à peu dans les interstices de notre  République. Dans les années 1990 naît un concept inédit, celui d’un nouvel antisémitisme qui se serait développé aussi bien dans des partis de gauche que de droite, ainsi que dans l’islam radical. Pour les promoteurs de cette idée (B.H.L., Philippe Val,  Finkielkraut, Antoine Spire, Bernard lewis, Manuel Valls… ces « nouveaux antisémites » se cacheraient désormais derrière l’antisionisme. Ainsi donc, la messe est dite.

C’était ma modeste contribution au grand débat en sachant combien le sujet est chaud brûlant. Sans nouvelles de moi dans les prochains jours, c’est que le lobby dont il ne faut pas citer le nom aura fait son boulot. Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.