Je hais le nouvel an…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis des années bissextiles et de la pizza trois fromages réunies, bonjour ! Nous nous retrouvons donc en ce Mardi 1er janvier 2019 dans les vapeurs à peine dissipées de cette nuit d’ivresse pour un nouveau parcours. Après moult hésitations, le cénobite a décidé de poursuivre cette aventure à laquelle vous êtes forcément associés. Pas de lecteur, pas de blogueur, aurait dit mon aïeule qui ne voulait jamais s’en laisser compter… Nous sommes le 12è jour du mois de nivôse dédié à l’argile. Plutôt que de vous enquiquiner avec mes états d’âme, je cède la parole à Antonio gramsci.

Chaque matin, à me réveiller encore sous la voûte céleste, je sens que c’est pour moi la nouvelle année. C’est pourquoi je hais ces nouvel an à échéance fixe qui font de la vie et de l’esprit humain une entreprise commerciale avec ses entrées et sorties en bonne et due forme, son bilan et son budget pour l’exercice à venir. Ils font perdre le sens de la continuité de la vie et de l’esprit. On finit par croire sérieusement que gramsci-533x421d’une année à l’autre existe une solution de continuité et que commence une nouvelle histoire, on fait des résolutions et l’on regrette ses erreurs etc. etc. C’est un travers des dates en général. On dit que la chronologie est l’ossature de l’Histoire; on peut l’admettre. Mais il faut admettre aussi qu’il y a quatre ou cinq dates fondamentales que toute personne bien élevée conserve fichée dans un coin de son cerveau et qui ont joué de vilains tours à l’Histoire. Elles aussi sont des nouvel an. Le nouvel an de l’Histoire romaine, ou du Moyen Âge, ou de l’Époque moderne. Et elles sont devenues tellement envahissantes et fossilisantes que nous nous surprenons nous-mêmes à penser quelquefois que la vie en Italie a commencé en 752, et que 1490 ou 1492 sont comme des montagnes que l’humanité a franchies d’un seul coup en se retrouvant dans un nouveau monde, en entrant dans une nouvelle vie. Ainsi la  date devient un obstacle, un parapet qui empêche de voir que l’histoire continue de se dérouler avec la même ligne fondamentale et inchangée, sans arrêts brusques, comme lorsque au cinéma la pellicule se déchire et laisse place à un intervalle de lumière éblouissante. Voilà Gramsci_tombepourquoi je déteste le nouvel an. Je veux que chaque matin soit pour moi une année nouvelle. Chaque jour je veux faire les comptes avec moi-même, et me renouveler chaque jour. Aucun jour prévu pour le repos. Les pauses je les choisis moi-même, quand je me sens ivre de vie intense et que je veux faire un plongeon dans l’animalité pour en retirer une vigueur nouvelle. Pas de ronds-de-cuir spirituels. Chaque heure de ma vie je la voudrais neuve, fût-ce en la rattachant à celles déjà parcourues. Pas de jour de jubilation aux rimes obligées collectives, à partager avec des étrangers qui ne m’intéressent pas. Parce qu’ont jubilé les grands-parents de nos grands parents etc., nous devrions nous aussi ressentir le besoin de la jubilation. Tout cela est écœurant.
(Antonio Gramsci, 1er janvier 1916 sur l’Avanti!, édition de Turin, rubrique « Sotto la Mole ») Traduit par Olivier Favier.

Allez, c’est reparti pour un tour, pour une nouvelle année, dix ans après le début de l’aventure. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

16 commentaires

  1. Zap Pow

    Elle aussi, elle hait le nouvel an : https://www.youtube.com/watch?v=o48IbUzBfeY

  2. pierrot13

    Pourquoi pas ?
    A titre personnel, je suis très heureux d’avoir claqué violemment la porte de 2018 qui s’est terminée sur un drame personnel.
    Je vois l’année 2019 comme une année et une vie à inventer.
    Ceci dit, quand Gramsci fixe la fin du Moyen-Age vers 1490/1492, Florence bouillonnait déjà d’inventivité et de libération de la parole, des arts et de l’esprit depuis un demi-siècle.

    Bonne et douce année 2019

    • erwandekeramoal

      Alors que 2019 soit un bon cru. Bloavez mat!

      • pierrot13

        Erwan, je suis désolé mais nul n’est parfait.
        Bien que produit d’importation, je comprends un peu le Provençal mais pas du tout la langue de ton pays.
        Je lis souvent tes posts et je les apprécie mais là, j’ai besoin d’une traduction.
        Encore une bonne année à toi et aux tiens.

        • erwandekeramoal

          Il faut persévérer…

          • pierrot13

            Tout un programme !!!
            Mais au moins, on sait pourquoi on se lève le matin.

  3. lediazec

    Le bonjour, Erwan, la bonne journée et la bonne année, même si chaque année on dit la même chose « cette fois c’est la dernière ». Chier !

  4. Robert Spire

    « Je hais le nouvel an »…parce que c’est le jour de ma naissance et que j’enterre à chaque fois une année de ma vie.
    Longue vie à ce blog!

  5. Gaspérini Gilles

    Merci de continuer à faire vivre ce blog et comme dit le Chat de Geluck:
    Si le 1er de l’an tombe en Janvier, c’est bon pour toute l’année !!!
    Bien cordialement, Gilles.

  6. SG

    Non seulement je suis tout a fait d’accord, Erwan, mais j’en profite quand même pour te faire la bise, jeune homme.

    • erwandekeramoal

      C’est sympa. Est-ce que la nouvelle année verra un nouvel opus de ton oeuvre ?

  7. Sceptique

    Ce sont les sages, qui ne s’ennuient jamais, qui se fichent du calendrier et de ses fêtes obligatoires. Dont le seul charme est le menu ou la spécialité incontournable….quand on l’aime, on s’en régale. Il faut reconnaitre que c’est le privilège des retraités!
    Longue vie au manège des saints bretons. Nous sommes unis par les dix ans de service!

    • erwandekeramoal

      Et que tous les saints, bretons ou pas, vous accompagnent encore longtemps.

Répondre à SG Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).