Vous lisez actuellement les articles publié le janvier 23rd, 2019

Page 1 de 1

Ah, les yeux noirs de Django…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du jazz manouche et du ragout de hérisson réunis, bonjour ! Nous sommes le Mercredi 23 janvier 2019, quatrième jour de pluviôse, dédié au Perce-neige, les puristes perce-neigede l’orthographe ne manqueront pas de relever qu’il faudrait dire à la perce-neige; et je ne vous parle même pas du pluriel, un truc à épater maître Capello lui même. Entre ceux qui en font un invariable et ceux qui mettent un S à neige… Personnellement je m’en soucie comme de ma première pipe en terre. Fêtons dignement les Laouenan: Laouenan vient de « Laouen » qui signifie gai, joyeux, rieur comme dans l’expression Nedeleg laouenn (joyeux Noël): c’est ainsi que l’on nomme le roitelet en Bretagne. Laouenan fut disciple de roiteletTugdual (Tudal) et de saint Pol au VIe siècle. Au XVIIIe siècle, l’épiscopat fit détruire son prétendu tombeau à Tréflaouénan car il était un lieu où survivaient des pratiques religieuses pré-chrétiennes. Il a laissé son nom à la commune de Tréflaouénan. Comment ! Vous ne connaissez pas Tréflaouénan ? (normalement on ne devrait pas mettre d’accent), cette commune du Nord-Finistère dans le Léon devait être un lieu de passage pour les migrants de l’époque. C’était bien avant le tunnel et surtout, dans l’autre sens…

C’est aussi le jour anniversaire de la naissance de Django. De son vrai nom Jean-Baptiste Reinhardt, il vit le jour un 23 janvier, en 1910, dans une roulotte en Belgique. Il appartient à une famille de Rroms (gadjkénés) qui voyage en Europe depuis des lustres. Autodidacte, ce banjoïste découvre la guitare après de graves brûlures à la main à la suite d’un incendie survenu dans sa caravane. Il va inventer ce que l’on appellera plus tard, le jazz manouche. Ses fils, Babik, et petit djangofils, David, perpétuent aujourd’hui encore la tradition. Il a beaucoup joué et enregistré avec Stéphane Grappelli avec qui il va créer le quintette du Hot Club de France, mais il a aussi fait une tournée au Etats-Unis dans le Big Band de Duke Ellington. Tournée dont il gardait d’ailleurs, un assez mauvais souvenir. Son extraordinaire dextérité, malgré ses blessures à la main gauche, lui a valu de rencontrer les plus grands. Il a très largement contribué à faire connaître le Be-Bop en France et reste à mes yeux plus qu’un guitariste tsigane mais un vrai et grand musicien de jazz. Il enregistre son dernier disque en 1953 avec un jeune pianiste devenu célèbre: Martial Solal. Il mourra un mois plus tard. J’adore cette caricature de lui.

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être; je vais en effet m’absenter quelques jours pour pratiquer un échange standard entre bassin et fémur.