Vous lisez actuellement les articles publié le décembre 4th, 2018

Page 1 de 1

Vivre ma vie: Emma Goldman.

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

, ,

Amis de la marine à voiles et de la fondue de poireaux réunies, bonjour ! Le Mardi 04 décembre 2018 correspond au 14è jour de frimaire que nos amis républicains avaient dédié au sapin. Bon d’accord, sur ce coup là, ils ne se sont pas donné beaucoup de mal. C’est aussi la sainte Barbe. Figurez vous que mon arrière grand-mère maternelle portait le doux prénom de Barbe, patronne des pompiers (oubliez pas le calendrier). Alors, en son honneur, le dicton du jour: Pour la Ste Barbe, le cénobite se fait la barbe !

Si vous cherchez une idée cadeau pour les fêtes, ne cherchez plus; les éditions de l’Echappée publient enfin une traduction intégrale de Living my Life, les mémoires d’Emma Goldmann (1869-1940). “Vivre ma vie : une anarchiste au temps des révolutions”, est le titre de cette somme incomparable dans laquelle l’anarchiste Emma Goldman mêle le souvenir de ses actions militantes à son ressenti. La traduction intégrale desVivre ma vie mémoires de cette immigrée russe qui, arrivée aux États-Unis à l’adolescence, fut une éternelle apatride est un événement sans précédent pour toutes celles et ceux qui souhaitent s’initier à l’histoire du mouvement anarchiste. Les deux traductrices, Laure Batier et Jacqueline Reuss, n’ont modifié dans le texte original que les erreurs historiques pour cette nouvelle version. Car réduire la vie d’Emma Goldman au parcours singulier d’une femme serait mensonger. S’il est exceptionnel, c’est aussi car elle traverse une histoire qui l’englobe : celle des luttes sociales aux Etats-Unis, dont peu de documents témoignent en France – à l’exception notable d’Une Histoire populaire des Etats-Unis (éd. Agone), d’Howard Zinn, adapté en documentaire par Daniel Mermet en 2015.

Née en 1869 dans l’Empire russe, Emma Goldman s’exile aux États-Unis à seize ans. Pauvreté, exploitation et désillusions l’y attendent. goldmanElle plonge alors à corps perdu dans le chaudron politique et intellectuel. Activiste et conférencière anarchiste aussi célèbre que redoutée, elle sillonne au gré des luttes une Amérique en pleine ébullition. Expulsée en 1919 vers la Russie, accueillie chaleureusement par Lénine, elle découvre une réalité qu’elle ne cessera de dénoncer avec living my lifecourage tout en poursuivant son inlassable combat pour l’émancipation. Son époustouflante épopée mêle morceaux de bravoure et moments d’intimité, grands affrontements politiques et la vie d’une femme hors du commun, poésie et quotidien, espoir et désenchantement. Ce texte magistral est à la fois une fresque historique qui donne le vertige, tant on y croise toutes les grandes figures révolutionnaires, une œuvre puissante d’une rare sensibilité et l’un des plus beaux chants d’amour à la révolte et à la liberté. Un monument de la littérature anarchiste enfin traduit intégralement en français.

Bon d’accord, c’est un pavé de trente euros mais on en a pour son argent, 1000 pages. Allez, bonne lecture, portez vous bien et à bientôt peut-être.