Samain, dans la culotte d’un zouave…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis des mathématiques modernes et du pigeonneau laqué réunis, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 1er novembre 2018, onzième jour de Brumaire dédié au salsifis.

Voici donc venir novembre (Miz du en breton) qui ouvre le chemin de l’hiver par la grande fête de la Samain. On rit, on chante, on boit beaucoup, on célèbre la mort du roi soleil. Bien sur, c’était avant ! Avant que que les « pisse-vinaigre » de la papauté (  Grégoire IV, 8ème siècle environ) n’en décident vallée-300x226autrement. Il faut dire qu’ils furent bien aidé par Louis le Pieux qui instaura sur toute la Carolingie Chrétienne cette obligation de fêter tous les saints. Voila pourquoi au lieu de faire la fiesta, on se traine dans les cimetières les bras chargés de chrysanthèmes ridicules. Notons au passage, qu’en ce sens nous commettons une grossière erreur car la fête des morts, elle, ce n’est que le lendemain. A Carnoët, quand tous les saints seront bien installés dans leur vallée, c’est par camion qu’on va voir débarquer les chrysanthèmes, à tous les coups, ils vont remporter la palme des villages fleuris.

Et voila, c’est reparti pour un tour. Les marchands du temple ne désespèrent pas de nous refiler leur camelote. Messieurs les vendeurs de citrouilles, nous n’avons que faire de vos zombis de pacotille, vos Freddys ensanglantés et autres fantômes hollywoodiens… Nous, nous arrivons en ligne droite des Thuatha De Danann, nos épopées sont celles de Cûchulain et nous avançons vers Avalon. Chez nous, la Samain est celle des druides, bardes et ovates. La Celtie n’a pas attendu l’évangélisation, fusse celle de St Patrick, pour ouvrir, une fois l’an, la porte entre la Tombesaison claire et la saison noire, entre le jour et la nuit, entre le monde des vivants et celui des morts. Si vous passez du coté de l’ile de Sein, le mercredi après midi, vous y verrez peut-être de vieilles sénanes, tout de noir vêtues, penchées sur la tombe de leurs disparus et, si vous approchez avec discrétion, vous les entendrez parler. Elles racontent aux défunts les évènements de la semaine. Pourquoi ne pas profiter de cette période de l’année et de cette tradition que les immigrants Irlandais et Ecossais ont emporté dans leurs bagages vers le nouveau monde (all hallow even: le soir de tous les saints et la légende de Jack o lantern) pour raconter aux enfants la très vieille et très ancienne tradition Celtique. Son panthéon n’a pas à rougir de celui des Grecs ou des Egyptiens. Ses sagas n’ont rien à envier à l’Illiade, à l’Odyssée, aux milles et une nuits ni même à la bible. Alors, de grâce, épargnez nous vos orgies de cucurbitacées.

En attendant, merci de vos visites répétées, portez vous bien et à bientôt peut-être.

5 commentaires

  1. Gaspérini Gilles

    Bonjour,
    cela fait longtemps que je voulais vous remercier pour vos papiers journaliers, ou pas. Celui de ce matin m’a convaincu de vous dire de vive voix (si l’on veut) que je les apprécie beaucoup et qu’ils me mettent de bonne humeur, ou pas, selon le sujet abordé.
    Bien cordialement, Gilles.

  2. gencyve

    Voilà qui est bien dit et joliment conté.
    Ici ce n’est pas un temps de Toussaint comme certains prévoient, il fait un soleil radieux.
    Bonne journée à Keramoal

  3. Fabig

    J’adore la soupe de potimarron gingembre et lait de coco

  4. Anne-Marie

    Petite, avec nos grands-parents, nous creusions une betterave dans laquelle nous introduisions une bougie et la posions à l’extérieur sur l’appui de fenêtre pour éloigner les spectres.
    Pour le reste : https://rannemarie.wordpress.com/2018/10/31/cest-trop-tard-3/

Répondre à Gaspérini Gilles Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).