C’est la gesse qui compte…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

Amis des sciences occultes et du bloody mary réunis, bonjour ! Nous sommes le Samedi 17 novembre 2018, 27è jour de brumaire, dénommé jour du Macjonc. De son vrai nom la gesse tubéreuse, elle est encore appelée châtaigne de terre car ses graines peuvent être comestibles. C’est la gesse tubéreuse ou mézugon, (et Lathyrus_Tuberosus_closeup-300x300comme dirait mon aïeule qui aurait vendu la sienne pour un vilain jeu de mots: c’est la Gesse qui compte !) ou gland de terre, ou encore souris de Hollande, non, sans rire, (les tubercules ont la taille la forme et la couleur d’une souris). Le macjonc pousse à l’état spontané dans toute l’Europe. Sa culture est signalée en 1783 comme « herbe française cultivée en Hollande et vendue en France » aujourd’hui, c’est plutôt l’herbe qui est vendue en Hollande. On consomme les tubercules cuit à l’eau en purée, et les gousses quand elles sont encore tendres préparées comme des petits pois. Oui mais voila, pour les pataphysiciens, le 17 Novembre 2018 est en réalité le Dimanche 15 As 146 déambulation du Dr Poujade fête suprême du gilet jaune (totalement inventé par la rédaction).

Tout à fait autre chose.

Il faut absolument que je vérifie l’efficacité de mon moteur de recherche car, je vous l’avoue, je ne me souviens plus si je vous ai déjà présenté Voltairine… Voltairine 1Si j’avais débuté ce billet en vous parlant d’elle vous n’auriez pas manqué, dans vos commentaires raffinés et perfides, de me demander d’où je la sortais. Or donc, elle se nomme Voltairine de CLEYRE, avouez que cela ne s’invente pas. Mais c’est le papa, qui était un grand admirateur de notre Voltaire à nous, qui en a décidé ainsi. Elle est née un 17 novembre (d’où ce billet) quelque part dans le Michigan, Etats Unis d’Amérique. Figure oubliée de l’anarchisme et de la libre pensée, elle a consacré sa vie, après avoir passé plusieurs années dans un couvent (ceci explique peut-être cela), à dénoncer le poids des religions dans la société civile et à lutter pour les droits de l’homme, et de la femme, ce qui à cette époque n’allait pas de soi. Elle est morte à Chicago en 1912 en laissant derrière elle qla famille anaruelques ouvrages et l’image d’une militante exemplaire. Ses prises de position sur des thèmes aussi divers que le mariage, la guerre, la propriété privée lui ont valu une réputation sulfureuse d’anar et d’anticléricale dans une Amérique bigote et libérale. Elle méritait bien ce petit coup de chapeau dans un siècle où la pensée libre est une denrée en voie de disparition.

Allez, tous ensemble, tous ensemble, ouais ! Portez vous bien et à bientôt peut-être.

3 commentaires

  1. Sceptique

    Oui, vous nous avez parlé de Voltairine. Oui, il vaudrait mieux se débarrasser totalement de toutes les croyances, de toutes formes, de tous objets, chercher la raison pure. Plus on s’en rapproche, mieux on se sent, tolérant et serein.

  2. Anne-Marie

    Je recommande la lecture de : « Ecrits d’une insoumise. » Voltairine de Cleyre.
    Textes réunis et présentés par N. Baillargeon et Ch. Santerre, chez Lux editeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).