Atmosphère, atmosphère…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des droits de l’homme et de la marine à voile réunis, bonjour ! Nous sommes donc le Mardi 06 novembre 2018, c’est vous dire comme les choses vont bon train. C’est le 16è jour de chervi cageotbrumaire dédié au Chervis, plante dont les racines sont comestibles, ça fait penser un peu au panais, mais tant qu’à manger des plantes par la racine, je préfère le chervis au pissenlit… En consultant le calendrier pataphysique, je m’aperçois que le 06 Novembre 2018 est en réalité le Mercredi 4 As 146 St Cravan, boxeur. Je vous dis cela en pensant au bonhomme dont j’évoque le parcours aujourd’hui et qui était satrape du collège de pataphysique.
 

Aujourd’hui donc, une pensée pour Henri JEANSON, journaliste, pamphlétaire, dialoguiste de cinéma et pacifiste libertaire. C’est à lui que l’on doit le fameux dialogue entre Louis Jouvet et Arletty : « Atmosphère… atmosphère ! Est-ce que j’ai une Jeansongueule d’atmosphère ? Puisque c’est ça vas-y tout seul à La Varenne… » Il est mort le 6 novembre 1970, à Équemauville, près de Honfleur (Calvados), France. Fils d’un professeur, il naît le 6 mars 1900, à Paris. En 1917, après divers petits métiers, il devient journaliste au journal « La Bataille » organe de la CGT. Remarqué pour sa plume redoutable, il travaille ensuite dans divers journaux le »Journal du peuple », les « Hommes du Jour », le « Canard enchaîné » etc. Passionné par le théâtre, il écrit de nombreuses pièces, mais c’est comme dialoguiste pour le cinéma qu’il atteint la notoriété avec des films comme « Pépé le Moko » et « Carnet de bal » en 1937, « L’Entrée des artistes » et « Hôtel du Nord » en 1938, etc.

Antimilitariste, ses articles publiés dans le journal « Solidarité Internationale Antifasciste » et sa signature du tract de Louis Lecoin, « Paix immédiate », lui vaudront d’être arrêté le 6 novembre 1939, à Meaux (où il avait pourtant répondu à l’ordre de mobilisation). Le 20 décembre 1939, il est condamné par un hotel-du-nortribunal militaire à 5 ans de prison pour « provocation de militaires à la désobéissance ». Mais soutenu par diverses personnalités du cinéma et de la littérature, il est libéré au bout de 5 mois. Durant l’occupation, il tente de faire sortir un journal indépendant « Aujourd’hui », mais début 1941, il est à nouveau arrêté et emprisonné par les Allemands. Libéré, il restera dans la clandestinité jusqu’à la Libération. Il reprend alors son métier de journaliste au « Crapouillot », au « Canard enchainé », à « Combat », à « l’Aurore » et de dialoguiste pour le cinéma « Boule de suif »(1945), etc. « En ces temps où tout augmente, seule la liberté diminue »

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).