22 novembre 1936, Barcelone enterre Durruti…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la métempsychose et de la soupe aux choux réunies, bonjour ! Nous sommes le Jeudi 22 novembre 2018, deuxième jour de frimaire dénommé jour du Turnep, Oui, bon, par chez nous on dit navet, ça fait plus franchouillard dans le pot-au-feu…

Il y a 80 ans, Barcelone enterrait Buenaventura Durruti.

Le 20 novembre 1936, mort de Buenaventura Durruti Dumange, à Madrid. Militant et activiste anarchiste et anarcho-syndicaliste espagnol, combattant antifranquiste, figure emblématique de l’anarchisme  Durutti+Column+-+Buenaventura+Durrutiespagnol. A noter que c’est aussi un 20 novembre, en 1975, que s’éteignit (enfin) à 83 ans, Francisco Franco y Bahamonde après un mois d’agonie et quarante ans de dictature. Le 22 de ce mois de novembre, il y a 82 ans, les funérailles de Durruti à Barcelone furent le théâtre d’une immense émotion populaire. Plus de 500 000 personnes se pressèrent à l’enterrement de celui qui incarnait si bien la révolution libertaire espagnole, l’espérance d’un monde nouveau devenue possible. Ce fut l’une des manifestations ouvrière les plus importantes de l’histoire du prolétariat. Le spectacle de son enterrement fut inoublenterrement durrutiiable : sa mort « avait frappé Barcelone au cœur »; des milliers d’habitants et toutes les organisations politiques et syndicales, sans distinction, accompagnèrent Durruti jusqu’au cimetière. Aujourd’hui, la tentative d’exhumation du corps de franco fait polémique en Espagne.

Située à une cinquantaine de kilomètres de Madrid, au sein de l’imposant monument Valle de los Caídos, se dresse le mausolée dont Franco lui même avait Basilique_Francosupervisé les travaux de construction dans les années 1940 et 1950. Les ouvriers étaient des prisonniers politiques condamnés aux travaux forcés et des dizaines d’entre eux sont morts sur le chantier. « C’était intolérable qu’il soit enterré d’une façon pharaonique dans un mausolée. Aucun pays qui a eu des dictatures de ce genre ne garde un monument à toute cette philosophie », explique Nicolas Sanchez Albornoz, ancien prisonnier politique. L’affaire tourne au casse-tête : les héritiers de franco, soutenus par la fondation qui défend la mémoire du général, refusent l’exhumation et partisans de Francoprévoient d’enterrer Franco dans un caveau familial d’une cathédrale de Madrid en cas d’exhumation. Le tombeau de Franco sert encore de sanctuaire à ses partisans nostalgiques, qui y viennent souvent en nombre assister à des messes et déposer des couronnes sur sa tombe. Ci-dessus, des partisans venus auprès de sa tombe effectuent le salut fasciste. Je propose donc de raser ce machin et d’y édifier un monument dédié aux centaines de milliers de républicains morts sous les balles des fascistes.

Allez, merci pour votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

Un commentaire

  1. Zap Pow

    De Chicho Sánchez Ferlosio, cet hommage à Durruti :
    https://www.youtube.com/watch?v=f_QtAe20uV8

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).