Vous lisez actuellement les articles publié le octobre 9th, 2018

Page 1 de 1

Sister Rosetta…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

,

Amis de la critique de la raison pure et du pain aux raisins réunis, bonjour ! Le dix huitième jour de vendémiaire, 9 octobre donc, était généralement dédié au sarrasin, mais pas aux maures !!! Chez nous on l’appelle le blé noir ce qui, de toute évidence, est un abus de langage car le sarrasin n’est pas une graminée et se particularise en étant dépourvu de gluten ce qui, j’en suis convaincu, vous fait une belle jambe. J’ai souvenir d’avoir, dans le Cantal dégusté des galettes de sarrasin quichamp sarrasin portaient le joli nom de « Bourriols »; rien à voir avec « la complète » du finistère. Ici, un champ de sarrasin en fleur de chez Hellégouet à Guipavas un des producteurs qui fournit régulièrement le restaurant brestois Le Ruffé dont je vous parle de temps à autre. Ici on pratique l’agriculture de conservation des sols, en valorisant au maximum les processus naturels qui permettent de nourrir la plante. Pour cela, il faut éviter de perturber mécaniquement le sol qui bénéficie en permanence de couverts végétaux (moutarde, phacélie, navette, tournesol, niger, trèfle d’Alexandrie, trèfle incarnat, vesce…). Les rotations de cultures sont plus longues, mais le rendement augmente après plusieurs cycles. Bigre, on se croirait chez Paul de La feuille charbinoise

Je voulais aujourd’hui évoquer Sister Rosetta Tharpe. Voici ce qu’en disait le magazine Afropolitain:  » Sister Rosetta Tharpe, afropolitain-magazine-sister-rosetta-tharpeplus qu’une chanteuse de Gospel, un “Évangile” synonyme d’inspiration pour de grands noms de la musique tels que Little Richard, Johnny Cash, Chuck Berry et Jerry Lee Lewis. Mais aussi une voix et un talent inné pour la guitare enviés par “The King” Elvis Presley lui-même. Voix qui, accompagnée de cette fameuse Gibson SG, fût l’une des premières à avoir traversée avec succès cet immense gouffre séparant le gospel du show business. »

C’est donc en 1938 que Sister Rosetta Tharpe, alors âgé de 23 ans, décide de sauter le pas et troquer, pour un temps, les chorales pour celles du show business. Cette décision va alors donner naissance à une polémique sans précédent. La jeune Rosetta Tharpe va au cours de cette période chanter desafropolitain-magazine-sister-rosetta-tharpe-performing-in-cafe-society-in-1940-photo-by-charles-peterson chansons à connotations sexuelles dans les night clubs New Yorkais dont le Café Society et Cotton Club, où elle devient rapidement la favorite de deux célèbres leaders de JazzBand Cab Calloway et Duke Ellington, ouvrant la voie 10 ans plus tard au jeune prodige Ray Charles. Le 9 Octobre 1973, âgée de 57 ans, Sister Rosetta Tharpe nous quitte pour un autre monde. « The Godmother Of Rock and Roll » pour qui le public arpentait les États-Unis afin d’assister à ses représentations ne trouva le jour de ses funérailles un cortège tout juste suffisant pour remplir la moitié d’une église. Et, celle qui fût un jour la reine des scènes, radios et télévisions, se vit offrir comme dernier lieu de représentation une tombe anonyme. Désolant non !

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.