Vous lisez actuellement les articles publié le juillet 10th, 2018

Page 1 de 1

Pissarro ci, Pissarro là…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’Alsace-lorraine et du munster au cumin réunis, bonjour ! Aujourd’hui c’est Mardi, nous sommes le 10 juillet 2018, 22è jour de messidor dédié au cumin. 10 juillet, 10 juillet, ça me dit quelque Vinstubchose, ah oui, c’est l’anniversaire de mon cadet. Y’en a un du 10 et l’autre du 20 et tous les ans c’est la même histoire pour se souvenir de l’ordre. Vous vous souvenez du prénom d’Alzheimer vous ? C’est donc, permettez moi ce message personnel, l’anniversaire du jour où l’humanité vit apparaître parmi elle ce génie de la communication; plus créatif que Ogilvy, plus imaginatif que Bleunstein-Blanchet, plus délirant que Seguela… J’ai nommé l’animateur de Breizhtorm et néanmoins fils de son père, votre serviteur, ce qui ne l’empêche en aucune façon d’être à son tour, père de ses fils, ce qui, ipso facto, fait de l’auteur de ce billet le grand père des fils de leur père précédemment cité. Joyeux anniversaire donc.

 

 

Et puis tiens, histoire de faire un point sur le pointillisme ce qui, reconnaissez le, n’a strictement rien à voir, une pensée pour un grand peintre dont les amitiés anarchistes sont trop peu connues.

Le 10 juillet 1830, naissance de Camille PISSARRO. Peintre de talent de l’école impressionniste et anarchiste de convictions. Son enfance se passe dans les Antilles. En 1855, il est à Paris pour suivre les cours des Beaux-Arts. Passionné par le dessin et la peinture, il devient l’ami de Monet, Renoir et Cézanne. En 1863, il expose au « Salon des Refusés ». Durant la guerre de 1870, il se réfugie en pissarroAngleterre, mais il est contraint d’abandonner de nombreuses toiles qui seront détruites par la soldatesque. De retour en France, il participe dès 1874 aux premières expositions des impressionnistes (qui ne rencontrent qu’incompréhensions). En 1884, une exposition de ses toiles aux U.S.A, est couronnée de succès. Il se lie avec Signac et Seurat, découvre les idées anarchistes (comme bon nombre de néo-impressionnistes) et fait la connaissance de Pouget et de Grave, à qui il apporte un soutien financier, aidant également les familles d’anarchistes emprisonnés ou des compagnons italiens en exil. Mais après l’assassinat de Sadi Carnot par Caserio, il est recherché par la police. Il se réfugie en Belgique, et y rencontre Elisée Reclus. De retour en France, il participe à la parution des « temps nouveaux », et s’engage contre l’antisémitisme lors de « l’affaire Dreyfus ».

Bon allez, faut que je va faire les commissions comme disait mon aïeule; vu que la caravane du tour de France arrive dans mon quartier et que, ipso facto, la circulation va devenir problématique et quelque peu perturbée. portez vous bien et à bientôt peut-être.