Vous lisez actuellement les articles publié le mai 10th, 2018

Page 1 de 1

Ca branle dans le manche…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis des sixties et du poulet fermier réunis, bonjour ! Nous voici le thumb-le-statice---une-belle-fleur-a-faire-secher-8706.gifJeudi 10 mai 2018, 21è jour de floréal dédié à la statice, rien à voir avec l’Insee, c’est une petite plante que l’on peut apercevoir sur nos côtes. Le statice de l’ouest que les scientifiques nomment Limonium Binervosum; est une plante herbacée vivace de la famille des Plumbaginaceae. Avouez que ça vous en bouche un coin…

Tout à fait autre chose.

Durant la nuit du 10 au 11 mai 1968, au quartier latin à Paris, de nouveaux affrontements vont se dérouler, c’est la « Nuit des barricades ». Dès le début de la soirée, 20 000 manifestants occupent le quartier latin, qui prend un aspect insurrectionnel. Les rues se couvrent de barricades, certaines hautes de 3 mètres. Ici à droite, c’est la rue Gay-Lussac. La population sympathise avec les émeutiers. Après l’échec des négociations, à 2 heures 15, les CRSgay-lussac se lancent à l’assaut des premières barricades de la rue Gay-Lussac. La police ne prendra la dernière que trois heures plus tard, après de très violents affrontements qui feront plus de 350 blessés (dont 251 chez les policiers). 469 manifestants seront interpellés et 188 véhicules seront incendiés ou endommagés. La contestation va alors gagner le monde du travail, les syndicats et les partis politiques, la grève générale sera effective à partir du 13 mai. A la fin du mois de mai, les accords de Grenelle aboutissaient à une augmentation du SMIG de 25%, une hausse des salaires, une diminution du temps de travail… Sur les murs, les graffitis chantaient l’avènement d’un nouveau monde: « Il est interdit d’interdire » – « Sous les pavés, la plage » – « L’imagination au pouvoir »… cinquante années se sont écoulées, l’heure est peut-être venue d’en remettre une couche !

En vérité, je vous le dis, il y aura d’autres barricades et oui, ça branle dans le manche, les mauvais jours finiront comme le chantaient les communards…En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.