Vous lisez actuellement les articles publié le mars 7th, 2018

Page 1 de 1

Le baron philosophe…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

Amis du Rockabilly et de la mousse de cresson réunis, bonjour ! Nous sommes ldoronice Mercredi 07 mars 2018 qui correspond au 17è jour de ventôse dédié au doronic, jolie fleur qui n’a d’autre intérêt que d’être jolie, ce qui, pour une fleur n’est déjà pas si mal. Cette plante fait partie de la même famille que l’Arnica ce qui, j’en suis sûr, vous fait autant d’effet que l’annonce d’un changement de nom pour le Front National. Quoique…Une jolie fleur dans une peau de vache, une jolie vache déguisée en fleur. Comme le disait Brassens: de toute façon, on se fera baiser.

Quelques menus travaux de peinture m’ont emmené à remettre le nez dans les rayonnages quelquefois délaissés de la bibliothèque. Curiosité récompensée car j’y ai retrouvé un ouvrage que je croyais disparu à jamais. Il s’agit d’une perle de la littérature qui, me semble t-il, trouve aujourd’hui tout son sel. Il s’agit de: «  Essai sur l’art de ramper à l’usage des courtisans » que l’on doit au baron d’Holbach, ami de Diderot. Réédité il y a quelques années aux ed. Allia. Philosophe français d’origine allemande, érudit et fortuné, Paul Henri Dietrich, baron d’Holbach est, grâce au salon qu’il anime, l’une des grandes personnalités de la vie parisienne. Sa formation 1006871-Paul_Henri_Thiry_baron_dHolbachaux sciences naturelles lui permet de collaborer à l’Encyclopédie pour des articles de chimie et de minéralogie. Matérialiste et fataliste athée, Holbach s’oppose à toutes les doctrines religieuses, instruments du despotisme. Sans être vraiment novateur par les concepts qu’il développe, il emprunte ses idées aux sources les plus variées. Il les combine et les développe avec une grande hardiesse qui l’oblige à publier ses ouvrages sous un pseudonyme. Sa philosophie est exposée dans « Le christianisme dévoilé » et « Système de la nature », véritable code de l’athéisme. Il y décrit un univers entièrement déterminé par le principe de la causalité qui s’applique à toute la matière, excluant donc toute intervention divine. Ce sont la peur et l’ignorance qui conduisent les hommes à croire en Dieu et les poussent vers les religions. »L’homme n’est superstitieux que parce qu’il est craintif, il ne craint que parce qu’il est ignorant. » (Paul Henri Dietrich, baron d’Holbach / 1723-1789 / Contagion sacrée / 1767). Un petit livre donc, à méditer en ces temps où il est à nouveau de bon ton de se montrer à la cour.

Et voila pour ce mercredi, triste comme une porte de prison où nous nous réunissons à St Nazaire pour accompagner Rem* vers sa dernière escapade. Allez, à bientôt peut-être.