S’il pleut à St Etiole, il n’est pas de badioles…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis des lendemains de fête et des roupettes à queue réunis, bonjour ! Nous sommes le Mardi 26 décembre 2017, 6è jour de nivôse dédié à la lave. Pourquoi est-ce que j’évoque les roupettes à queues… Ah oui, ça me revient. Soyez indulgent, un lendemain de Noël.

Donc, le 26 décembre, c’est la saint Etienne; et dans certaines régions, notamment en Bretagne, on dit Saint Etiole… J’y viens, j’y viens… Mon aïeule qui, vous le savez maintenant, était une encyclopédie vivante en matière de dictons, avait l’habitude de répéter: S’il pleut à saint Etiole, il n’est pas de badioles. Or, les roupettes à queuebadioles se sont ces petites cerises que l’on trouve dans l’Ouest et qui, mélangées à l’eau de vie, donnent les fameuses roupettes à queue. Voila pourquoi vous me surprenez, en ce lendemain de fête, à vous parler de badioles. D’ailleurs, pour les sceptiques, en Gallo (l’autre langue de la Bretagne), le mot Badiolet désigne une confiture de cerises. Etonnant, non ! Un jour je vous raconterai une histoire de cerises à l’eau de vie espagnoles qui eurent beaucoup de mal à ponctuer un repas disons… Roboratif ! C’était il y a fort longtemps dans les Asturies chez l’ami Victor et… Non, une autre fois peut-être. Or donc, Noël passé, en route pour le premier de l’an et rebelote pour les huitres, le foie gras, le champagne, avant de retrouver la morosité ambiante, les fonds de pensions, la crise, Macron 1er et sa bande de marcheurs gougnafiers…

Allez, portez vous bien et à bientôt peut-être.

3 commentaires

  1. Robert Spire

    Ah les bocaux de cerises de ma mère…que de gais souvenirs!

  2. Cécile

    Je signale à notre formidable auteur-blogueur que ce « 6è jour de nivôse dédié à la lave » 2017, marquait également mon cinquantième printemps et que par conséquent c’est bien plus important que les roupettes à queue, nom d’un gros Jésus!

    Merci merci pour cette régularité de métronome à nous livrer votre prose de savoirs plus réjouissants les uns que les autres. (j’étais un peu frustrée le 24 mais je m’en remettrai…) Votre esprit et votre style m’ont conquise depuis plus de trois ans et j’en suis fort aise, j’espère que vous aussi! :)

    Soyez heureux !
    Bon bout d’an, à l’an qué ven! comme on dit à Marseille.
    (Prononcer avec l’accent de Pagnol ou de Giono si l’on préfère…)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).