A la cloche de bois…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

,

Amis de la solidarité internationale et du Picon bière réunis, bonjour ! Et nous voici en décembre, kerzu e brezhoneg, tout doucettementle cenobite face à son clavier on se rapproche de l’hiver. Plus précisément, nous sommes le Vendredi 01 décembre 2017, onzième jour de frimaire dédié à la cire.  Pour ma part, c’est jour anniversaire, neuf ans déjà que j’ai quitté le navire de la vie « active » et que j’ai mis sac à terre en cet ermitage de Keramoal, accueilli en grande pompe par tous les lapins du canton. Après m’en être longuement entretenu avec moi même, la conclusion est tombée: Aucun regret. Selon certains calendriers, c’est la St Eloi et, comme le disait qui vous savez: A la saint Eloi, le cénobite reste coi. Enfin, pas longtemps non plus; faut pas exagérer… Comme vous le voyez sur cette  illustration, il faut fournir un papier chaque jour que fait le bon diable.

Qui se souvient de Joseph Jean-Marie TORTELIER ?

Cet ouvrier menuisier né en Ille et Vilaine (Bain-de-Bretagne – 1853 Joseph_Jean-Marie_Tortelier- il a longtemps travaillé à Rennes) est mort le 1er décembre 1925. Anarchiste, révolutionnaire, il était surtout un militant farouche de la grève générale. Arrêté comme Emile POUGET et Louise MICHEL, il fait trois mois de prison. Il anime la ligue des anti-propriétaires dont l’action consistait surtout à venir en aide aux ouvriers qui ne pouvaient plus payer leur loyer en les aidant à déménager « à la cloche de bois ». Cela ne vous rappelle pas la crise des « subprimes » ça ? Voici un petit texte anonyme de l’époque; je sais pas pour vous, mais moi, ça me mets en joie.

« Aux ventrus déclarant la guerre,
nous avons pour enn’mis: patrons, curés, soldats;
mais c’est contr’ le propriétaire
que nous livrons gaiement nos plus joyeux combats.
C’est nous qu’on voit, à l’approche du terme,
à l’appel des copains, accourir d’un pied ferme… ».

En 1901, il figurait sur une liste de « disparus-recherchés pour être mis sous surveillance spéciale » le décrivant : « 1m66, cheveux et sourcils châtains foncés, moustache assez forte, teint brun, maigre…souvent coiffé d’un béret bleu ou d’un chapeau de paille  ». Le Libertaire du 11 décembre 1925 annonçait sa mort ; il fut enterré le 4 décembre à Eaubonne en Seine-et-Oise où il s’était retiré ; au nom des vieux militants, L. Guérineau prononça quelques mots d’adieu.

Allez, portez vous aussi bien que possible et, à bientôt peut-être.

3 commentaires

  1. Sceptique

    La justice ne se trouve ni dans le TOUT OU rien, ni dans leTOUT, ET rien. J’ai connu dans les années 1960-70, des vieux commerçants dans la misère, car dépourvus de retraite, et quasiment privés des revenus de leurs investissements locatifs. Les fonds de commerce ne valaient déjà plus rien. C’était tout ce qu’il leur restait pour se loger eux-mêmes
    Aucune justice n’est immanente. Il faut qu’elle soit réfléchie et équilibrée. C’est un privilège des hommes. Les animaux ne la pratiquent pas.

  2. Zap Pow

    Et un petit hommage en passant à Jaco Pastorius, 66 ans aujourd’hui :
    https://www.youtube.com/watch?v=KYrdHW38IqA

    • erwandekeramoal

      Oui, excellent, je lui avait consacré un billet il y a quelques temps…

Répondre à Zap Pow Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).