Du vin et de la musique. What else ?

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la méthode Coué et du risotto de praires réunis, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 24 Novembre 2017, quatrième jour de Frimaire, dédié à la nèfle. Vous n’allez pas me croire mais, dans certains calendriers, ce 4 du mois de frimaire est consacré à Saint Pourçain; moine qui aurait laissé son nom à la commune de St- Les-Deux-Clochers-Saint-Pourçain-2013Pourçain-sur-Sioule dans le département de l’Allier. J’ai une tendresse particulière pour ce vin de pays qui mériterait une meilleure réputation, notamment le rouge. On le trouve à des prix très raisonnables et son assemblage de Gamay et de Pinot noir, alors que le blanc est vinifié à partir du Tressalier, lui donne cette légèreté agréable. Une vingtaine de communes de part et d’autre de St-Pourçain-sur-Sioule sur les bords de l’Allier, ont le droit à cette appellation. Saint Pourçain fut ermite bien entendu. C’est à partir du VIe siècle que l’on trouve des traces de la ville dans l’histoire lorsque Porcianus ou Purcianus ou encore Portien, un ancien porcher dit-on, devint abbé d’un monastère établi à une date inconnue sur cette petite hauteur dominant la rivière.

Tout à fait autre chose.

Je voulais profiter de ce jour, pour rendre hommage à un grand, très grand artiste, quasiment oublié malgré tout ce qu’il a apporté à la musique et à l’ancêtre du jazz: LE RAGTIME. J’ai nommé l’illustrissime Scott Joplin. Et pour commencer, voici un air qui vous est forcément connu, (rappelez vous le film L’arnaque) quand bien même vous ne sauriez identifier son auteur.

Imaginez Harold LLYOD où encore Charlot et même Groucho Marx, ils ont tous utilisé le ragtime pour illustrer leurs films. Scott Joplin estscott Joplin né (croit-on) vers 1868 au Texas à Texarkana dans une famille pauvre issue de l’esclavage. Pauvre mais musicienne, ce qui permis à Scott de révéler très tôt ses talents. L’histoire raconte que Scott enfant, accompagnait sa mère qui faisait le ménage dans les maisons des Blancs et c’est ainsi qu’il découvrit le piano. Il y fera d’ailleurs allusion dans son opéra Treemonisha en 1911.

Voila, c’était juste un clin d’œil. Portez vous bien et à bientôt peut-être.

 

2 commentaires

  1. StefG

    heureux de te voir toujours gouleyer la vie, la vin, l’amour, les légendes, la mémoire, et la musique Erwan !
    (et heureux de te voir toujours en forme !)
    J’abonde carrément, pour le st-pourçain.
    Amitiés.
    Stéphane

    • erwandekeramoal

      Salut à toi Stéphane et que les Dieux de la littérature te soient favorables…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).