Quand il mort le poète…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la poésie et de la bouillie d’avoine réunies, bonjour ! Nous sommes le Vendredi 20 Octobre 2017, 29è jour de vendémiaire dédié à l’orge. Ce qui fait donc trente ans exactement que cet immense poète qu’était Jean-Roger Caussimon nous a quitté pour d’autres horizons.

Il est né en 1918 en région parisienne et s’est éteint un 20 octobre en 1987. Entre temps il nous a légué quelques unes des plus belles chansons de son temps reprisCaussimontes par les plus grands depuis Léo Ferre jusqu’à Arno, en passant par Catherine Sauvage, les frères jacques, Gainsbourg et tant d’autres. Il fut l’une des têtes d’affiche du cabaret le lapin agile pendant de nombreuses années et c’est là qu’il rencontra Ferré et que naquit une amitié qui jamais ne se délia. Acteur de théâtre, de cinéma et de télévision, il fut un des pionniers des dramatiques à la radio, notamment sur France culture. Durant la seconde guerre mondiale il est fait prisonnier en Silésie. Il « profitera » de sa captivité pour écrire de nombreux poèmes et une pièce de théâtre qui connu un vrai succès, la parodie de Faust.

Les musiques de léo Ferré vont contribuer beaucoup à sa notoriété, on se souvient de Monsieur William et A la Seine. Marcel Carné lui offrira un rôle dans Juliette ou la clé des songes aux côtés de Gérard 1976-Jean-Louis-Foulquier-Bernard-Dimey-Jean-Roger-Caussimon-500x367Philippe. C’est sur les conseils de José Artur que Pierre Barouh lui fera enregistrer ses premiers disques. On se souvient encore de sa participation dans le fameux film de Tavernier Le juge et l’assassin pour lequel il écrira plusieurs chansons dont La commune est en lutte et La complainte de bouvier l’étrangleur. Après sa mort, ses cendres furent répandues à la pointe des poulains à Belle-île-en-mer. (regardez cette photo, on y reconnait J.L. Foulquier, Brassens et Bernard Dimey derrière Caussimont) J’avoue que j’ai une faiblesse pour Comme à Ostende quelque soit l’interprète. Pour terminer ce billet, quelques vers extraits de si vis pacem:

La grand’rue de la Liberté
Pour qu’elle reste magnifique
Faut pas la mettre à sens unique
Ou qu’on en fasse un’ rue barrée…
Et tout ce que l’on peut souhaiter
Etant donné qu’la Terre est ronde
C’est qu’elle fass’ le tour du monde…
La grand’rue de la Liberté!

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à bientôt peut-être.

2 commentaires

  1. caroleone

    Des poètes de cette qualité, des hommes de cette qualité nous manquent grandement pour nourrir nos réflexions et nous apporter cette touche de rêve qui mène à la réalisation de grands idéaux révolutionnaires. De plus sa poésie est tendre, enfin, je trouve.
    Amitiés
    caro

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).